Portrait de lyse19

suite à l'opération d'un méningiome , j'ai d'abord pris du Neurontin 800 mg puis l'année dernière 600 mg et cette année du 400 mg. En 3 ans, mon corps s'est transformé : poids, cellulite, chevilles enflées et tout le monde confirme (à part le neurologue) tout cela est provoqué par Neurontin et malheureusement c'est à vie. Si vous vous reconnaissez en ayant le même problème, avez vous trouvé une solution, j'aimerai bien en parler avec d'autres de toute façon. Lyse

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Petite piste.

Dans la mesure où le Neurontin peut provoquer un dysfonctionnement hépatique, il serait bon de faire un bilan à ce niveau mais également au niveau des hormones T3 (hormones thyroïdiennes) qui sont synthétisées par l'organisme au niveau du foie. Donc tout dysfonctionnement au niveau du foie peut empècher la production de T3 et ce sont pourtant les hormones réellement actives et surtout celles qui permettent à l'organisme de bruler les sucres et les graisses. Donc si tu manques de ces hormones, la prise de poids va s'accentuer.

Si en plus tu ajoutes des régimes quels qu'ils soient cela aggravera le problème car pour bien synthétiser les hormones, l'organisme à besoin de tout et donc un régime peut supprimer, des éléments essentiels.

Si l'analyse montre qu'effectivement tu as une insuffissance d'hormones T3, un complément pourra être prit.

Portrait de lyse19
J'aime 0

Merci beaucoup pour cette réponse. demain, je vais chercher les résultats d'un bilan sanguin, je vais déjà voir pour la thyroide car mon médecin l'a demandé et je vais me pencher sur ce problème des hormones T3.
Est-ce possible de prendre un complément en auto-médication. Lyse

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Non la T3 comme la T4 sont soumises à ordonnance car un surdosage peut entrainer de très graves complications. Donc ces traitements doivent être prit absolument sous contrôle médical et surtout la T3 puisqu'elle est très active.

Portrait de Masy
J'aime 0

Bonjour
Operee pour laminectomie, mon medecin m'a administree du Neurontin 300mg depuis a peu pres 8 mois. Mes douleurs sont loins d'etre attenuees et j'ai de nouveau deux hernies discales. j'AI REMARQUE Aussi un enflement au niveau du cou (ressemblant a un goitre)Mon medecin, actuellement a l'etranger, j'ai consulte deusx autres neuro-chir et ceux-ci m'ont dit de continuer le traitement. Je voudrais arreter car a la lonue les smedicaments me fatiguent

Portrait de lemeunier
J'aime 0

bonsoir,operée d'1 dysplasie bilatérale de hanche en 2003,à droite puis2004 à gauche g 1 nevralgie a la cuisse gauche depuis 2004 et effectivement g eu du neurontin 300 et 400 a4 fois/j en 2 ans g pris 35kg finalement g decider d'arreter tt traitement g juste 3patch versatis/j car cette prise de poi m'a defigurer mon corps alors bon courage et volonté face a la douleur

Portrait de PIGALE
J'aime 0

J'étais sous cortisone et j'avais pris 10 kgs on m'a dit de prendre du
neurontin depuis un an 600 (400 la nuit) et le reste 2 fois par jour! je
souffre beaucoup moins et pu réduire les anti-douleur à base de morphine.....j'ai toujours été malade et j'ai eu des anti-inflammatoires
enfin je suis sous imurel qui est un immunosupresseur( pour réduire
l'inflammation généralisée) courage à vous, les médecins font tout
pour nous aider, j'ai du mal à marcher.j'ai un sclérose en plaque
diagnostiquée par IRM et pourtant je m'accroche pour vivre.Sous neurontin
et sans cortisone je maigris, donc c'est encourageant. je fais attention
et mange pas de sucre ni de graisse. le neurologue pense que c'est
la cortisone qui fait grossir.....

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

La cortisone ne fait pas "grossir" mais enfler.

La cortisone provique surtout de la rétention d'eau.
Donc il faut éviter de manger surtout trop salé, puisque le sel retient l'eau au corps.

Mais attention la cortisone influe directement sur les surrénales et la production des hormones T3 qui s'obtiennent par la conversion de la T4 au niveau du foie.
Le fait de manquer de T3 entraîne que les sucres et les graisses ne soient plus brulés = prise de poids et fatigue importantes.

Portrait de narabella2
J'aime 0

J'ai moi-même pour des névralgies faciales été amenée à prendre une dose très importante de neurontin (je crois me souvenir que je prenais la dose maxima). J'ai très bien supporté celui-ci mais j'ai cru m'apercevoir que j'avais beaucoup de cellulite à la suite de cette prise. Je n'ai pratiquement pas pris de poids, mais je crois qu'il faut surveiller les calories !!! donc très peu de choses à signaler concernant le neurontin. Je l'ai abandonné pour une thérapeutique mieux adaptée à mon cas, mais j'ai passé plusieurs années sous neurontin sans effets secondaires importants ! voilà, j'espère que cela vous rassurera !

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Il y a 2 formes de cellulites : adipeuse et aqueuse.

Donc une rétention provoquera une cellulite mais qui n'aura pas le même traitement qu'une graisseuse.
Des femmes très minces, peuvent avoir de la cellulite et aucun régime ne la fera partir, car il s'agit alors d'une cellulité due à l'eau.
En revanche, un diurétique peut le faire.

Donc une telle cellulite due à la cortisone est "normale".

Participez au sujet "Neurontin et prise de poids"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Neurontin et prise de poids"

  • Le régime dans l'insuffisance rénale chronique a pour but d'apporter une ration énergétique suffisante mais ne doit pas contenir des aliments difficiles à épurer par le rein. Au cours de l'insuffisance rénale chronique, de façon générale la clairance à la créatinine doit toujours être supérieure à 20 ml par minute. Normalement, la créatinine doit être éliminée par les reins (voir la vidéo) dans les urines. Dès que son taux augmente anormalement dans le sang, cela signifie que la fonction rénale (filtration des reins) n'est plus suffisante.

    Les quantités d'eau apportées par ce type de régime doivent être les mêmes que pour le régime dans l'insuffisance rénale aiguë c'est-à-dire que le volume de la diurèse autrement dit la quantité d'urine émise la veille par le malade plus les pertes sensibles et éventuellement les pertes anormales dues aux diarrhées, vomissements et aux fistules, ces quantités d'urine doivent être les mêmes que le volume d'eau donnée au patient.

    L'apport en protides conseillé est de 1 g par kilogramme et par jour. Ceci tant que le rein joue sa fonction normale c'est-à-dire que la clairance à la créatinine reste supérieure à 20 ml par minute. Dès que la clairance à la créatinine descend au-dessous de 20 ml par minute, la dose de protéine doit être progressivement abaissée de 0,6 à 0,7 g par kilogrammes et par jour.
    Les apports protéiniques doivent provenir des viandes animales pour deux tiers et pour un tiers de sources végétales.
    Les protéines du lait, les oeufs et des viandes maigres sont conseillées.
    À titre d'exemple voici une liste d'aliments d'origine animale. Nous indiquons la quantité de substance de chaque produit susceptible d'apporter 5 g de protéines.

    • La charcuterie apporte 5 g de protéines pour 35 g de produit.
    • 5 g de protéines pour 50 g de fromage blanc.
    • 5 g de protéines pour 50 g d'huître.
    • 5 g de protéines pour 50 g de lait entier.
    • 5 g de protéines pour 20 g de gruyère.
    • 5 g de protéines pour 60 g de lait condensé.
    • 5 g de protéines pour 15 g de lait en poudre.
    • 5 g de protéines pour 25 g de volaille.
    • 5 g de protéines pour 25 g de viande.

    Pour les équivalences en protéines d'origine végétale, nous indiquons la quantité de chaque produit d'origine animale apportant 5 g de protéines.

    • Le pain blanc apporte 5 g de protéines pour 70 g de produit.
    • 5 g de protéines 15 g de farine de soja.
    • 5 g de protéines 20 g de pois secs.
    • 5 g de protéines 50 g de farine.
    • 5 g de protéines 20 g de lentilles.
    • 5 g de protéines 20 g de haricots secs.
    • 5 g de protéines 50 g de pâte crue.
    • 5 g de protéines 150 g de pâte cuite.
    • 5 g de protéines 65 g de riz cru.
    • 5 g de protéines 200 g de riz cuit.

    En ce qui concerne les glucides et les lipides 50 % doivent être fournis par les glucides et 40 % par les lipides. D'autre part les lipides ne doivent pas contenir une grande quantité d'acides saturés en tenant compte du fait que le régime apporte 10 % de protéines.

    Le sel de table (chlorure de sodium) est apporté en quantité normale à condition que le patient ne présente pas d’œdème. Le régime hyposodé c'est-à-dire pauvre en sel est appliqué quand le patient présente une rétention hydrosodée ou une élévation de la tension artérielle.
    Le sel de table est apporté en quantité supérieure à la normale en cas d'insuffisance rénale chronique qui se complique d'une perte anormale de sodium comme cela survient au cours de la pyélonéphrite chronique, des néphropathies tubulointerstitielles ou des reins polykystiques.

    En ce qui concerne le potassium, si la kaliémie c'est-à-dire le taux de potassium dans le sang n'est pas augmenté et si il n'y a pas d'insuffisance rénale c'est-à-dire si la créatinine reste supérieure à 20 ml par minute l'apport de potassium doit être normal.
    L'apport de potassium est diminué, bien entendu, si le patient présente une hyperkaliémie c'est-à-dire un taux de potassium élevé dans le sang mais aussi en cas de clairance inférieure à 20 ml par minute, traduisant une insuffisance rénale. Dans ce cas il faut supprimer les aliments riches en potassium donc ceux qui apportent un millimolles de potassium pour 10 g d'aliments, voire moins.
    Si le taux de potassium dans le sang du patient continu à être élevé, il faut alors restreindre les aliments légèrement riches en potassium autrement dit ceux qui apportent un millimolle pour une vingtaine de grammes de produit alimentaire.
    Les légumes généralement assez riches en potassium doivent être bouillis et l'eau de cuisson jetée.
    Certaines substances vendues dans le commerce sont relativement riches en potassium. Il s'agit avant tout des sels considéré sans sodium et de certains autres produits diététiques contenant du sel de potassium.
    Les aliments susceptibles d'apporter du potassium en quantité importante sont le chocolat et les préparations à base de chocolat.
    Si le patient a du mal à faire baisser son taux de potassium dans le sang (kaliémie) il est alors nécessaire d'utiliser des résines échangeuses d'ions c'est-à-dire des substances médicamenteuses ayant la capacité d'emprisonner le potassium au sein de l'organisme, et ceci en plus du régime. Les fruits secs sont également généralement riches en potassium.

    En ce qui concerne le calcium les sources essentielles sont les laitages et les fruits secs ainsi que les légumes frais qui doivent être diminués voir supprimés si nécessaire. Dans ces conditions l'apport en calcium ne dépassera pas 500 à 600 mg à cause de la suppression des aliments riches en potassium. Pourtant l'adulte a besoin de 900 mg voir 1 g par jour. C'est la raison pour laquelle il faut rajouter du calcium à hauteur de 500 à 1000 mg et de la vitamine D tout particulièrement du calcitriol actif même si le parenchyme rénal est réduit.
    Pour toutes ces raisons il est nécessaire de surveiller régulièrement la calcémie (taux de calcium dans le sang).
    En ce qui concerne les vitamines qui, toujours en raison de la restriction de certains aliments, sont apportés en quantité insuffisante, il est nécessaire de procéder à une adjonction de préparation polivitaminées sans vitamine A ou faiblement dosée en vitamine A car il existe un risque de surdosage au cours de l'insuffisance rénale.

    Le phosphore est également restreint, à l'instar du potassium, quand la clairance de la créatinine est inférieure à 20 ml par minute.
    Le phosphore provient essentiellement des protéines (viande, laitages, poissons, céréales, etc.). Il est très dur de pratiquer un régime pauvre en phosphore apportant moins de 1 g de phosphore par jour dans ce type de régime adapté à une insuffisance rénale avancée.
    Chez certains patients il est nécessaire d'adjoindre au régime de l'hydroxyde aluminium pur qui joue le rôle de créateur c'est-à-dire ayant la capacité d'emprisonner les phosphates. Mais il ne faut pas ajouter des sels de magnésium car le patient est alors soumis à un risque d'élévation du taux de potassium dans le sang (hypermagnésémie). Cette adjonction peut se faire sous forme de gel à raison de 30 ml par jour.

    En cas d'hémodialyse et de transplantation rénale, le régime du patient hémodialysé n'est pas différent de celui du patient souffrant d'insuffisance rénale. Son rein fonctionne normalement et peut parfaitement s'accommoder d'un régime normal. Le transplanté rénal qui a également un rein qui fonctionne normalement, peut avoir régime normal aussi.
    En cas de corticothérapie prolongée c'est-à-dire d'un traitement par cortisone sur une longue période le régime doit être pauvre en sodium et en glucides. Voir le régime pour le patient hémodialysé et au cours de la transplantation rénale.