Portrait de redemption1
J'aime 0

Bonjour Miou-miou,
Je ne pense pas que tu puisses gerer sa compulsivité à mentir....si elle le fait c'est pour etre le centre d'interet......quand tu as une faible estime de toi , il faut pour la compenser construire un personnage , etre aidant , le meilleur....meme si pour cela tu doit passer pour une sainte ou une martyre.....Le probleme qui te touche , c'est qu'elle te mouille dans ses histoires....Pour mettre le hola , tu lui montre juste que ce qu'elle dit sur toi est faux ; mets juste cette limite dans ses mensonges , le reste c'est la vie qui lui apprendra par une grande claque......je dis cela parceque je suis passé par cela , et qu'avec ma grosse claque je ne recommencerais pas de si tot...
Bonne chance ET SURTOUT preserves toi ; car cela peut etre super destructeur d'etre proche d'une personne telle qu'elle.....

Portrait de Léa-Lou
J'aime 0

Bonjour redemption...

Merci pour ton courrier quelque peu rassurant...

Je n'ai pas besoin de fuir cette histoire ou mm couper les ponts. Mon copain, il l'a fait de lui même!!!! Et, m'a t il dit, ne regrette rien... Peut être ai je mis le doigts sur sa maladie et ne veut il pas s'en rendre compte (?)même s'il m'a dit un jour qu'il en était conscient.
(Quand je lui en ai reparlé, pas plus tard qu'il y a trois jours, il m'a clairement dit qu'il ne savait pas de quoi je parlais!! et sa fuite il l'a remise sur le dos d'autres excuses plus personnelles, propres au couple)
Aujourd'hui je me retrouve seule avec ma grossesse, ce n'est pas plus mal pour éviter des souffrances inutiles. J'aurais tellement voulu faire quelque chose pour lui... Et ses parents qui ferment les yeux sur cette maladie!!!!!!! (je ne comprends pas, j'en suis furieuse!)
C'est vrai qu'on est malheureux dans ce genre de situation mais pour le bien être et le bonheur de mon bébé, je dois avancer et m'efforcer d'oublier...

Vivre une autre histoire à l'heure d'aujourd'hui ça m'est impensable et impossible!!! Je ne saurai pas... Je suis plutôt dans un état d'esprit où la solitude prend le dessus!!!

Tu dis avoir été toi même malade, tu en es guéris complètement ou parfois tu as un arrière goût de mensonges qui prends les devant??
(j'espère toujours malgré tout trouver de l'espoir quelque part même si la raison est dominante!!)

Merci.
Léa-Lou. B., B.

Portrait de car1003
J'aime 0

bonsoir a tous,
je viens de lire vos messages et ils est vrai que nous vivons tous la même situtation et la même détresse. j'ai vécu 8 ans avec un mytho et une fille en commun. nous venons de rompre il y a une semaine et il est vrai que c'est très dur. on s'attache beaucoup à eux mais avec un peu de recul on s'aperçoit que l'on est attaché qu'à une image (genre acteur d'un beau film) quand j'ai commencé j'ai fait une enquête et j'en ai découvert des choses qui font mal. Mais la confrontation est la plus dur qu'on il découvre qu'on sait tout les reproches fusent et l'humiliation aussi, ils nous réduisent à des moins que rien (sûrement une façon de se protéger de leurs tas de mensonges puis ils fuient). A moins d'être en pierre ce que je doute car tout les témoignages de victimes ont l'air de personnes sensibles d'origine (on est pas choisi pour rien), je pense que la seule solution est de tout abandonné. ça ne sert à rien de se battre contre l'imaginaire et ça nous détruit avant tout. alors n'hésitez pas parlez et partez c'est malheureusement la seule solution. bon courage à vous.

Portrait de Doucette
J'aime 0

Bonjour,
Je viens de découvrir ce forum en recherchant des réponses à une situation que vit actuellement ma fille - mariée, 3 enfants et plongée dans le désarroi par une vie de couple pesante.
Une amie est entrée dans sa vie au moment où elle allait très mal.
Son mari confiant a encouragé cette relation , conscient que cette jeune femme est homosexuelle, il ne pensait pas courir le moindre danger, et était très rassuré de ne plus voir sa femme seule et désemparée.
Après quelques mois, ma fille a entendu les mots de consolation de son amie et s'est mise à l'aimer.
Elle a retrouvé le sourire et la joie de vivre, jusqu'à ce jour du début juillet où son amie en pleurs l'a informée qu'une adolescente très proche d'elle s'était suicidée ; elle se trouvait à l'hôpital entre la vie et la mort. Ma fille assistait en direct aux appels téléphoniques échangés avec les proches de cette jeune fille. Puis l'annonce de la mort de cette jeune fille et des lettres écrites avant sa mort expliquant son geste et donnant tout pouvoir à l'amie de ma fille pour disperser ses cendres.
Celle-ci était au plus mal, elles sont parties en voyage pour ouvrir les lettres ensembles car son amie était sans force et ce dans un endroit privilégié (le Mont St Michel) .
Je ne m'attarderai pas sur le contenu de la lettre ...... Sur l'état psychologique de son amie, et sur la compassion de ma fille qui ne voyait pas comment guérir son amie de cette souffrance.
A leur retour de vacances, ma fille a appris que tout était pure invention ! les lettres avaient été écrites par son amie, les appels téléphoniques auxquels elle assistait étaient faux, il n'y avait que les pleurs et les vomissements de sont amie qui étaient réels !!!!
Ma fille prend aujourd'hui une certaine distance avec cette amie qui l'a trompée, et qui menace de se suicider si elle la quitte.
Comment analyser le comportement de cette femme ?
Je vous remercie par avance de bien vouloir m'éclairer.

Portrait de redemption1
J'aime 0

Bonjour Doucette,
Je suis un mythomane qui se soigne et pour t'expliquer un peu plus ces créations et mise en scene de la part de la petite amie de ta fille, sache que l'on ment par pulsion et qu'aprés on entretien le mensonge en le poussant à sa paroxyme...;la plus part du temps pour s'attirer l'amour de son partenaire(ou ami(e))..dans ce cas c'est qu'elle recherchais de la compassion , que l'on prenne soin d'elle...et non elle ne realise pas que le mensonge est une trahison , juste un moyen de vivre des choses qui lui semblerait impossible de vivre sans....
Voila j'espere que je t'aurais aidé ;) bonne chance à toi et à ta fille...
Ps: dernier conseil Eloignez vous d'elle!!!tant qu'elle en sera pas soigné (ou qu'elle ai pris conscience de son pb),elle pourrait faire beaucoup de degats!!

Portrait de Doucette
J'aime 0

Je te remercie pour ta réponse, ce matin ma fille a eu une longue conversation avec un médecin qui connaît bien son amie, il lui a expliqué le profil de celle-ci.
Ma fille s'est éloignée physiquement de son amie afin de voir plus clair sur ce que pourra être leur relation dans le futur, il est vrai que toute la mise en scène à laquelle elle a assisté la perturbe beaucoup, elle sent que son amie est malgré tout quelqu'un de bien, et aimerait lui faire confiance et l'accompagner si toutefois elle accepte une thérapie.
Merci encore et je suis certaine que tout ira bien pour toi.

Portrait de crazy
J'aime 0

bonjour,

nouvellement arrivée sur ce forum, je souhaiterais faire partager mon expérience d'avoir une proche mythomane et peut-être obtenir quelques conseils.

Portrait de crazy
J'aime 0

Voilà, je vais commence tout d'abord par vous racontez mon histoire.
Tout a commencé lorsque cette personne a eu 15 ans .Dès lors, son comportement jusqu'ici normal s'est complètement modifié sans rapeller à l'ordre que dans le passé de sa petite enfance, elle était haineuse, jalouse et envieuse de sa soeur et sonfrère dont elle admirait la réussite scolaire.
Quand elle le pouvait, elle s'arrangeai bien pour que sa soeur plus jeune soit punie à sa place pour la bêtise qu'elle avait elle-même faite auparavant.
Rentré un soir très tard en se justifiant par un viol (hisoire montée de toute prièce) pour justifier une absence trop longue auprès de ses parents.Issue de famille chrétienne et pratiquante mais aussi très ouverts et moderne , elle ne trouvait pas sa place dans cete univers calfeutré de bonnes morales et pensées honorables.Alors, elle a commençé à faire n'importe quoi et jusqu'a ses 20 ans où elle a rencontré un homme avec qui elle a eu un enfant .Pretexte pour quitter le domicile familial qu'elle ne supportait plus;Cet enfant a grandi et, elle, toujours, plongée dans sa "mythomanie" maladive, s'inventait petit à petit un passé qui n'était pas le sien propre mais son couple n'allant pas fort, elle eu un deuxième enfant ;Le couple n'étant pas au top et sa santé mentale étant déjà à l'époque inquiétante..(crises de nerfs, méchanceté dans les gestes, les paroles, mérpris de son entourage et de sa famille).
Elle quitta le domicile conjugal et parti avec ses deux enfants vivre seule.Là se termina sa première vie pour laisser place à sa seconde vie.Elle sortait le soir souvent très tard, ne travaiallait plus, était en dépression, se mit à fréquenter des gens de plus en plus malsains.
Elle parti un jour laissant ses deux enfants chez leurs nourrices (les enfants avaient 11 et 5 ans).Durant 2 ans , personne n'en entendit plus parler jusqu'à un beau jour, retrouvée par la police locale d'où elle sétait installée sous un faux nom et prénom , souffrant apparemment d'une amnésie dûe à unj lavage de cerveau que l'on lui aurait fait endurer lors d'un passage au sein d'une secte japonaise.Laquelle l'aurait enlevée!
Bref, elle repris ses enfants avec elle pour vivre avec son nouveau compagnon.
Elle vit continue de se faire appeler par ce faux prénom, reniant tout de son passé véritable.
Le mensonge dans lequel elle vit et qui la trahit par des réflexes de mémoires soudains qui apparaissent lors de discussion, pèse sur l'entourage familial et affectif de ses enfants.Elle en a eu 3 autres avec son nouveau compagnon d'ailleurs , qui ne connaissent pas la moindre vérité sur ce qui s'est réélement passé lorsuq elle a décidé de tout quitter.Elle n'avaouera jamais sa fuite.

Portrait de salim2007
J'aime 0

Bonjour,

Tout d'abord, je tiens à remercier les participants de ce post, cela fait chaud au coeur de savoir que l'on est pas seul à souffir directement ou indirectement de cette pathologie.

J'écris ce post comme une demande d'aide, mon frère qui à 27ans, deux ans de moins que moi, a depuis sa petite enfance des "troubles".
Il a été suivi par divers psychologue en cabinet ou à l'hoptial, ces derniers n'ont jamais rien diagnostiqué.
A l'âge adulte ils se sont contentés de faire des séances d'échanges, accompagnées de divers tranquilisants (qui assomerait un cheval).

Moi qui le connait bien, je vois bien sa façon de mentir ou plutôt de s'inventer une vie qu'il souhaite mais qu'il n'a pas. Avant étant petit cela m'énervait et me faisait honte par rapport à nos connaissances communes, aujourd'hui je culpabilise énormément, je me sens responsable de sa situation.
Je me dis que durant l'enfance, les peties disputes, bagarres, ont du le marquer dans sa personnalité, d'ou son besoin d'exister en mentant.
Aujourd'hui en tout et pour tout, il est reconnu par la cotorep comme personne "handicapée".
J'ai essayé toutes les méthodes, l'écoute, les menaces verbale, mais j'ai l'impression que je ne capte son attention que quelques secondes, pendant ces courts moments, je le sens plein de lucidité, malheuresement, son travers revient immédiatement et prend le pas sur sa capacité à se projeter dans l'avenir.

Voila mon histoire, elle devient un sujet critique pour moi, car je quitte le foyer maternel, je me sens être le seul en mesure de lui apporter un soutien matériel ou moral. je cherche donc à savoir ce que je peux faire pur l'aider, un psychatre, une adresse ou une expérience peronnel pour m'aider le sortir de là, tant qu'il est en encore temps.

Je me rends compte avec lui que le plus dur est de donner de soit, la richesse humaine est infinie.

Merci à tous pour votre lectures.
Et courage dans ces moments pas évidents, n'oublions pas que d'autres sont beacoup plus malheureux.

Portrait de Metaxas
J'aime 0

Bonjour à tous.

Je viens de lire rapidement les 9 pages de ce forum. Voilà brièvement mon histoire ou plutôt notre histoire puisqu'elle concerne la femme qui partage ma vie. Je l'ai connue il y a 8 ans, elle avait alors 19 ans et venait de rater son bac pour la seconde fois. Au début c'était un flirt que je croyais sans landemain. Elle a suivi les cours du CNED pendant un an afin de repasser son bac une troisième fois sans succès. Je lui ai alors suggérer d'essayer de suivre une capacité en droit. C'est là que tout commence : elle a fait semblant de réussir sa capacité, puis son deug, puis sa licence, puis sa maitrise, puis son DEA puis le concours pour devenir avocat. J'ai découvert la vérité hier en essayant de la joindre au cabinet où elle me disait travailler depuis début juillet. Cela fait 6 ans qu'elle fait semblant de réussir ses études pour me plaire et par crainte que je ne reste pas avec elle. Elle a "blusé" tout le monde : sa famille, ma famille, nos amis, nos relations...

Je ne sais pas bien caractériser son état dans la mesure où elle ne nie rien ni ne rejette ce qui s'est passé. Elle dit juste qu'elle ne pouvait pas faire autrement et qu'elle s'est laissé entraîner dans une spirale qu'elle ne pouvait plus rompre.

Nous sommes mariés depuis bientôt 1 an. Je me sens un peu perdu même si au fond de moi j'ai toujours eu des doutes. Je pense qu'elle doit consulter un psychiatre. Elle a déjà vu 2 psychologues ces dernières années. Puis-je espérer d'elle un comportement normal un jour ? Je me moque totalement qu'elle soit avocate ou non. Ce que je souhaite c'est qu'elle soit heureuse dans une vie qu'elle se serait choisie. Ella n'a pas encore 28 ans. Je pense qu'il y a de l'espoir mais j'ai besoin de soutient.

Merci.

Portrait de amourmytho8
J'aime 0

bonjour metaxas
j'ai lu votre histoire, il me semble que le comportement de votre femme est loin d'etre celui d'un mythomane, le mythomane placé face à son mensonge Il va d'abord nier, puis si l'évidence est trop lourde à gérer va tenter de corriger son récit (c'est le retour sur explications). Cet événement est toujours extrêmement mal vécu par le mythomane qui entre alors dans une période de doute au cours de laquelle les déclarations et les intentions contradictoires peuvent se multiplier
Au pied du mur, il va se fermer pour ne pas affronter la réalité, ou parfois éprouver une sorte de dépression qui peut l'amener à s'isoler ou fuir le plus loin possible dans un ailleurs où tout est à recommencer
le myhtomane ne peut pas declarer qu'il a menti, le mensonge est une position qu'il connait pas je pense que votre femme est plutot une menteuse occasionnelle, est est consciente de son mensonge puisque elle nie pas donc elle n'est pas malade, elle souffre certe, c'etait juste un besoin pour vous garder ctt, ne fuiez pas et surtt ne l'abondonnez pas, aidez la a s'en sortir avec l'aide d'un specialiste, il faut beaucoup de courage
tenez moi au courant

Portrait de Metaxas
J'aime 0

amourmytho8 wrote:
votre femme est plutot une menteuse occasionnelle, est est consciente de son mensonge puisque elle nie pas donc elle n'est pas malade, elle souffre certe, c'etait juste un besoin pour vous garder ctt, ne fuiez pas et surtt ne l'abondonnez pas, aidez la a s'en sortir avec l'aide d'un specialiste, il faut beaucoup de courage
tenez moi au courant

Merci pour votre message. Je pense en effet qu'elle frolle la mythomanie et qu'elle s'est surtout enfermée dans une situation qu'elle ne maîtrisait plus. Nous avons RDV ensemble mardi matin chez un psychiatre que l'on m'a recommandé. Nous verrons bien. En attendant, je m'efforce de garder la tête hors de l'eau ce qui n'est pas facile.

Portrait de Metaxas
J'aime 0

amourmytho8 wrote:
tenez moi au courant

Ma femme a vu un psychiatre ce matin. Il lui a conseillé de ne rein dire à nos proches. Cela ne va pas être facile mais nous tiendrons. Merci.

Portrait de ladelph
J'aime 0

bonjour eric,

je ne sais si cette pathologie est héréditaire, mais faites confiance à votre fils...
vos inquiétudes sont bien légitimes et compréhensibles... cela étant il n'est pas rare qu'un enfant mente pour se défendre de mauvaises notes... vous pouvez par contre discutez avec lui de son ressenti par rapport aux notes (dévaloristation,...) de plus le mensonge fait partie du déveleppoement ordinaire de l'enfant... sauf s'il détourne votre enfant de ses activités habituelles, l'empêche de mener des activités de son âge,...

courage, delph

Portrait de mylam
J'aime 0

bonjour à tous
j'ai envie de vous envoyer mon témoignage. Voilà: séparée de mon mari après 30 ans de mariage, j'ai vécu 5 ans d'une relation fusionnelle avec un homme que j'ai aimé et qui m'a aimée pareil. C'était l'homme le plus tendre, le plus doux, le plus attentionné qui soit. Il était déprimé depuis son propre divorce 10 ans auparavant et ne croyait plus en l'avenir. Nous nous sommes tous deux reconstruits. Il n'était pas du même milieu social que moi, mais je n'en avais cure. Il était obsédé par l'argent, disant que seul l'argent permet aux gens d'être quelqu'un dans la société. Il se disait propriétaire, mais jamais il n'a évoqué devant moi des problèmes de réparations de logement ou de loyers impayés...mais je ne m'en souciais pas, ce n'était pas mes affaires. Il était pensionné, ou tout au moins me disait l'avoir été suite à un accident de santé. Peu importait. J'avais les moyens et nous partions en vacances comme tout le monde. Comme tout couple, nos dépenses étaient communes. Il disait avoir un petit complément d'activité dans l'immobilier, ce qui lui assurait une poire pour la soif. Jusqu'à ce mois juillet 2007 où il est tombé malade: 1 mois de soins intensifs, puis il est décédé. Les liens distendus avec ses enfants s'étant resserrrés à ce moment, j'ai appris qu'on s'apprêtait à l'enterrer en tant qu'indigent, car ses enfants ne lui connaissaient pas d'avoirs. Eux-mêmes n'étaient pas en mesure de payer les frais de funérailles. En souvenir de tout l'amour que j'avais reçu, et incapable de le laisser partir comme ça, j'ai réglé moi-même ses funérailles (3.000 euros). Ses enfants m'ont aussi appris que jamais il n'avait travaillé. Il laissait aussi des dettes pour quelque 13.000 euros. Le lendemain des funérailles, j'ai découvert le pot aux roses en ouvrant son portable: il n'avait pas eu le temps d'effacer les derniers messages. Il avait une "amie" qu'il voyait assez régulièrement depuis 4 ans, à qui il faisait les mêmes déclarations d'amour qu'à moi et qui lui avait déjà donné tout l'argent dont il avait besoin, soit l'équivalent de 18.000 euros. J'avais vécu avec un gigolo sans jamais me rendre compte de rien. C'était elle son "agent immobilier" et pendant que je travaillais, lui faisait le joli coeur. il a eu d'autres aventures aussi. J'ai contacté le curé qui lui avait donné l'extrême-onction pour voir s'il avait un message à me communiquer par delà la mort, un pardon peut-être, mais non, il n'avait rien dit. En 2 jours je suis tombée de haut! Tout s'est écroulé!
D'un autre côté, même si je garde des moments inoubliables de notre relation, je crois qu'il me sera facile de tourner la page.

Portrait de Barus
J'aime 0

Bonjour à tous,

Voilà un bon mois que j’ai découvert votre forum, j’ai lu attentivement chaque post et j’apprécie que les 2 côtés du miroir y soient représentés : mythomane et « victime ».

Mon histoire ressemble à bcp de celles déjà exposées ici : je suis tombée amoureuse d’un mythomane par le biais d’un site internet.

Apres 15 mois de vie commune je l’ai quitté voilà 5 semaines. Malgré mes sentiments très forts pour lui je me suis retrouvée au bord de la précarité financière. Il me disait avoir des biens immo, un job en or, un salaire hallucinant tant est si bien que je ne me suis pas méfiée quand je lui ai donné accès à mes comptes par le biais de cartes de crédit. Sans rentrer dans les détails je me suis retrouvée avec plus de 10 000 euros de dettes et un fichage à la banque nationale ce qui a déclenché la séparation.

J’ai ensuite appris énormément de choses sur lui, il m’avait menti sur tout : sa famille, son job, ses études, etc. Des doutes j’en ai eu dès le début et ma famille aussi mais par amour j’ai décidé de lui faire confiance et il avait la manière pour me mettre en confiance.

Au-delà de ces problèmes financiers il avait un côté tellement doux, attentionné, gentil, notre entente était parfaite, on rigolait, se comprenait à demi-mot, etc.

Je l’ai quitté et ça a été une épreuve horrible pour moi. Dès les premiers jours j’ai contacté sa famille avec qui je n’avais jamais réellement eu de contacts. Mes doutes ont été confirmés sur tous ses mensonges. En parallèle je restais en contact avec lui sans lui révéler ce que je savais, je subissais son chantage au suicide et son enfoncement dans la réalité qu’il croyait sienne.

Je tenais à rester discrète car mes nombreuses lectures sur les mythomanes m’ont fait comprendre le risque de les placer face à leur mensonges. Récemment j’ai trouvé les mots pour lui dire de manière détournée ce que je savais de lui. Mon mail faisait aussi preuve des sentiments que j’avais encore pour lui. Et il est vrai que tout son fric etc ne m’intéresse pas, mais bien cet être gentil que j’ai connu. Que j’ai cru connaître.

Depuis ce mail, il continue de prétendre à sa vie irréelle, à dire que je me fais manipuler par les miens qui me montent la tête contre lui, chose absolument fausse car les décisions sont toutes de mon propre chef.

Je suis malgré tout encore très partagée entre la colère que m’inspirent ses mensonges et la merde financière dans laquelle il m’a mise et ces sentiments encore très forts pour celui que j’imaginais le père de mes futurs enfants.

La raison pour laquelle je suis intervenue ce soir sur ce forum est de savoir si de manière générale l’amour qu’un mythomane ressent pour sa compagne fait aussi partie du « jeu » ou si je pourrais me laisser aller à le croire qu’une petite dose de sincérité animait les sentiments si forts qu’il dit avoir encore pour moi….

On a vécu des moments si forts que je ne peux me résigner à les considérer comme nuls.
J’aurais espéré provoquer un doux électrochoc avec mon email mais je me rends compte qu’il ne fait que s’enfoncer dans son délire et me considérer encore plus comme l’écervelée de service… Est-ce compatible avec la véracité de ses sentiments ?

J’avoue être paumée et ne savoir que faire, j’ai peur de le perdre définitivement alors qu’après tout je l’ai déjà perdu.

Je vous remercie d’avance pour vos témoignages et vos conseils !

B.

Portrait de mylam
J'aime 0

Bonjour Barus

Tu te demandes la part de véracité dans l'amour qu'un mythomane porte à sa compagne. Depuis la mort de mon compagnon le mois dernier et ce que j'ai découvert (voir + haut), je me suis aussi posé la question. Je suis très mal à l'aise pour lui, maintenant qu'il n'est plus de ce monde.

En fin de compte, je pense qu'il y a 2 faces chez un mythomane (est-ce pour autant de la schizophrénie?) : il y a le côté "vie quotidienne" avec la compagne et l'amour fou qu'il lui porte, et de l'autre le monde qu'il se crée et qu'il entretient pour assouvir cette reconnaissance de soi par l'argent (puisque ton homme avait aussi un problème d'argent).

A aucun moment, les 2 faces ne se rencontrent.

C'est si vrai que, même sur son lit d'hôpital, 2 détails me l'ont prouvé: il me disait avoir vu un SDF qu'il connaissait rester 1 jour au service des soins intensifs, puis se faire sortir pour aller mourir ailleurs, car ce service est coûteux. Et "quand on n'a pas les moyens, on vous débarque". Autrement dit, moi, j'ai les moyens et on me garde. (Sauf que, lorsque les médecins ont été contactés par le service social de l'hôpital, ils l'ont aussi sorti du coma en sachant que son état critique ne lui permettrait pas de rester en vie quelques jours de plus !!). Il m'avait aussi rappelé qu'il avait une convention obsèques, mais sans se souvenir qu'il l'avait résiliée 3 ans auparavant. On l'a appris en contactant l'organisme assureur.

Par ailleurs, je n'évoquerai pas des détails intimes qui prouvent qu'il y avait bien une différence entre l'amour qu'il me portait et la relation qu'il entretenait comme gigolo de cette autre dame qu'il encensait aussi. Ce qui n'empêche pas cette dame, que j'ai contactée, d'oublier la façon dont elle a été plumée (elle a vendu une maison pour lui, alors qu'elle a une fille) et de ne vouloir se souvenir que des beaux moments qu'elle a passés avec lui… Quelle cruche !

En conclusion, je pense que ces gens sont des malades qui s'ignorent. Ils sont "cassés" quelque part dans la construction de leur personnalité et ils ont besoin d'une béquille (le mensonge) pour se reconstruire. Ce mensonge ne se met complètement en place qu'avec la personne qui leur permet de se relever pleinement. Les moments vécus ensemble sont merveilleux, mais quand on a découvert le mensonge, il faut percer l'abcès. Constater qu'en l'occurrence, il y a tromperie et trahison. Et qu'on ne peut rien construire d'harmonieux sur de telles bases. Tant pis si la béquille lâche. Une autre bonne âme remettra sans doute le malade en selle.

Se dire aussi que si on se pose trop de questions et qu'on a des regrets, c'est qu'on est plus naïve qu'on croit… et qu'on vaut mieux que ça.

Courage et ouvre bien les yeux la prochaine fois!

Portrait de Barus
J'aime 0

Merci pour ta réponse Mylam.

Si cette histoire n’était pas la mienne, je serais la première à confirmer que l’amour sincère est inexistant car justement il y a tromperie, trahison et même escroquerie.
Je fais malheureusement partie de l’histoire et je me dis sans cesse que ce côté sombre de sa personnalité, ses mensonges, ses accès de violence sont dus à la maladie. De même que je me complais à croire que les bons côtés font uniquement partie de la réalité. C’est certainement une manière fort simple de voir les choses et aussi un refuge.

Mais ses constants témoignages d’amour (sms, mail) ne m’aident pas à être objective.
J’admire que tu puisses, toi qui a connu la même chose, avoir une perception correcte et j’espère y arriver tout doucement à mon tour et un jour, tourner définitivement la page.

Je suis également fautive car j’entretiens cette relation ambiguë avec lui, je n’ai jamais réellement crevé l’abcès et mes tentatives douces ou moins douces pour y arriver se soldent toujours par un échec.

J’ai envie au fond de moi de l’aider à se sortir de ce monde qu’il s’est construit et à enfin découvrir qui il est vraiment. C’est utopique, je le sais mais je ne l’accepte pas encore…

B.

Portrait de mylam
J'aime 0

Dur, dur, effectivement, ton compagnon est encore en vie, le mien pas. Je ne sais pas comment j'aurais réagi s'il s'en était sorti.

La réponse tient dans notre propre personnalité. J'ai un faible (et toi aussi apparemment) pour "les oiseaux tombés du nid", un joli terme pour désigner des personnages qui sont zinzin, reconnaissons-le. Ils nous parlent parce qu'ils sont super sensibles, qu'ils nous le rendent bien et parce que nous sommes gentilles. Là est le piège. On a encore envie de les aider et on ne se refait pas.

Alors imaginer une reprise de la vie commune? Non, pas possible si ce n'est dire amen à tout (mais surtout pas de mariage ni d'accès aux comptes!!! Super périlleux et souffrances en perspective!). Un aménagement? Se retrouver les week-ends? C'est une vie de bâton de chaise, sans espérer fonder un foyer "normal". J'ai 56 ans et j'en ai vu jusqu'ici. Tu as assez donné, n'en fais pas plus. Tu n'es pas obligée de te transformer en bon samaritain. Coupe les ponts, ne réponds plus aux mails ni au téléphone. Ce sont des malades, il faut pardonner car pour eux ce n'est pas un jeu, mais garde à l'esprit que tu risques de retomber dans le même piège de par ton beau caractère (les femmes d'ivrognes se remettent toujours avec des ivrognes qui les battent …c'est bien connu).
Je suis persuadée qu'il reste des hommes bien.

Portrait de gam15
J'aime 0

Bonjour à tous,

J'ai lu tous vos témoignages qui m'ont donné la chair de poule car je pense vivre depuis 15 ans avec un mythomane. Je suis confrontée au mensonge et je ne le supporte plus.
Ce que je ne comprend pas c'est que les mensonges sont toujours sur le terrain vie sociale - professionnelle - argent.
Notre histoire est simple on s'est rencontré à la fac et on s'est marié quelques années plus tard. Il a commencé à travailler en tant que libéral et quelques années plus tard je me suis rendu compte qu'il subtilisait les relevés bancaires pour me cacher une situation bancaire difficile. Ce matin là... le ciel m'est littéralement tombé sur la tête, ma vie s'est écroulée.
S'en est suivie une explication violente et puis je dois dire qu'il a a-priori remonté la pente financièrement en faisant face et en soldant notamment des arriérés fiscaux et sociaux. A ce moment on venait juste d'acheter une maison à rénover...et l'ambiance entre nous a été glaciale pendant des mois.
Je ne travaillais pas, mais nous avions passé un marché, il subvenait à nos besoins pendant que je retapais cette maison que nous pourrions revendre quelques années plus tard en faisant une plus value certaine.
C'était il y a 6 ans et je pensais que la crise était passée. Je continuais à avoir un mal fou à lui faire confiance et à souvent m'enliser dans un rôle de flic par rapport à lui.
Malheureusement pendant ses 6 ans je me suis rendue compte qu'il continuait à me mentir toujours exclusivement sur des questions d'argent et toujours pour se valoriser ou pour éviter une situation pénible. De plus ce qui me rend perplexe c'est que ses mensonges sont grossiers comme s'il voulait que je m'en rende compte.
Par exemple, un jour il est rentré du bureau avec une boîte de chocolat en me disant qu'un client avait eu des mots difficiles avec lui et que ce client était revenu le voir en s'excusant et en lui offrant des chocolats. Sur le relevé bancaire qui a suivi, je me suis rendue compte qu'en fait c'est lui qui avait acheté la boîte pour s'excuser d'un retard chronique dans un dossier et qu'il en avait pris iune boîte pour moi aussi.
Ces situations effrayantes pour moi mais en même temps idiotes sont devenues insupportables malgré tout l'amour que je lui porte et je ne sais plus comment réagir.
Quand je le "flique" il me dit que ça lui est insupportable, il me traite de parano, et finalement me balance en pleine figure qu'il m'entertient depuis 15 ans, (alors que de mon côté je n'ai pas chaumé même si je n'ai pas un salaire mensuel). Je ne me suis jamais comportée en femme entretenue.
Il me dit que ces petits mensonges réguliers n'ont jamais mis en péril notre situation financière, que c'est ma mauvaise réaction qui induit son comportement, bref, je lui fait peur et c'est pour ça qu'il ment....
Depuis 6 ans toutes mes tentatives sont restées vaines, et si je regarde la vérité en face, je dois bien reconnaître qu'il n'a jamais arrêté de me mentir. (charges en retard, pv majorés, cotisations impayées, survaloriastion de ses revenus...)
Je suis déchirée parce qu'il m'a aidée à me relever de très graves trauma d'enfance et je me sens ingrate envers lui. Il me dit qu'il n'a pas confiance en lui et que ça le pousse à mentir, il me dit que je ne l'aide pas et je ne sais plus quoi faire.
Souffre-t il de mythomanie, je ne sais pas. Ce que je constate (et il me l'a dit), c'est qu'il ment pour sortir d'une situation qu'il estime nuire à son image. Je ne veux pas le laisser tomber mais je suis enfermée dans une souffrance qui devient insupportable.
J'ai lu tous vos message et j'ai trouvé ici beaucoup de compréhension, j'espère que quelqu'un pourra m'aider à y voir plus clair.

Portrait de mylam
J'aime 0

bonjour gam15
De tous les témoignages que j'ai pu lire, et comme j'ai moi-même vécu avec un mythomane – quoique je ne m'en suis aperçue vraiment qu'après sa mort, et sans qu'il ne m'ait pris d'argent – je vois des constantes. Je ne suis pas psy, mais je constate que:
1. toutes ces personnes ont un besoin de se mettre en valeur. C'est comme un besoin VITAL.
2. ce besoin ne peut que résulter d'une cassure dans le développement de leur personnalité.

Les questions que l'on se pose, c'est:
1. le mensonge qu'ils fabriquent, le font-ils en toute connaissance de cause (quel cynisme alors!) ou "à l'insu de leur plein gré"?
2. peut-on agir sur leur cassure psychologique et la soigner?

Je serais tentée de dire que si cassure il y a eu, ils l'ont soignée eux-mêmes en se construisant un monde qui la cache. Fondamentalement, ils savent qu'il leur manque quelque chose (une formation, un job, des biens, une renommée, que sais-je?) et ils ont développé une "cicatrice" pour cacher cette blessure. Ils s'inventent donc tout ce qui peut les mettre en valeur et qu'ils n'ont pas su ou pu obtenir de façon "normale". Ils faut donc qu'ils mentent. C'est vital. Et c'est l'argent qui est l'onguent miracle dans ces cas là. Pour en avoir discuté souvent avec mon compagnon, il disait toujours : "quand on a de l'argent, on est quelqu'un". AVOIR équivaut à ETRE. Les autres valeurs ne comptent pas, même pas l'éducation ni les valeurs transmises par la famille. Il avait une admiration pour les self-made men et les mécènes. C'est révélateur.

A mon sens les mythomanes intègrent si bien le mensonge dans leur vie quotidienne qu'il est vain d'essayer de leur faire admettre qu'ils mentent, car ils ne veulent pas voir leur "cicatrice". Les mettre face à leur réalité reviendrait à leur renvoyer l'image d'eux-mêmes qu'ils ne veulent pas voir et que toute leur vie durant ils ont essayé de cacher. Le mytho "conscient" n'admettra jamais qu'en lui vit un mytho "menteur". Même si ces 2 faces de leur personnalité n'en font qu'une, l'un n'est pas conscient qu'il vit avec son double. Il vit avec. Point barre. Dès lors, pourquoi raviver une blessure? Ils ne sont pas maso et ne nous transformons pas en sadiques. C'est un autre registre.

Les conjoint(e)s en sont donc réduit(e)s à vivre avec cette personnalité. Que faire? Rester? Divorcer?
A chacun de voir, car les moments de tendresse sont inoubliables et quand on est seul, c'est très dur.

Le seul conseil que je me permettrai de donner à ceux ou celles qui décident de rester avec ce que j'appelle malgré tout un malade, c'est de s'entourer de l'avis d'un avocat (et sans doute d'une décision de justice), afin de préserver les biens matériels que l'on possède à 2 quand on est marié. N'oubliez pas que dans un couple marié avec un contrat de type global, les époux sont solidaires des dettes de l'autre. Attention aussi aux emprunts co-signés par l'autre. Pensez peut-être à faire modifier votre contrat de mariage s'il ne vous est pas favorable.
Par ailleurs, j'ai été sidérée de voir les lettres d'huissiers de mon compagnon pour des sommes dues dans lesquelles les intérêts négatifs étaient énormes car ils s'accumulent. Sauver ou redresser une situation financière, c'est un travail à faire avec son banquier et un avocat. Le malade devrait se voir refuser toute opération financière mettant son conjoint en difficulté. S'il faut une décision de justice, il faudra sans doute l'avis d'un expert psychiatre en plus de l'avocat.

Je me rends bien compte que mes considérations ne tiennent pas compte des tensions qui ne manqueront pas de se déclarer, quelle que soit la décision finale: rester ou partir. Dans les deux cas, ce sera douloureux. Et les souvenirs de bonheur n'arrangeront rien à notre peine, hélas.

Portrait de mariechristine
J'aime 0

Bonjour,

j'ai découvert ce forum sur la mythomanie et j'ai vraiment besoin de parler.

Il y a 12 ans j'ai rencontré un mythomane. Cela a duré environ 3 mois. Mais un enfant est né de cette brève relation. Les choses se sont passés très rapidement car il me racontait des histoires abracadabrantes sans arrêt et j'ai rapidement constaté que quelque chose n'allait pas avec sa personnalité. Il avait beau venir de l'étranger ses dires étaient tellement dénudés de sens que n'importe qui aurait allumé.
Quand il a su que j'étais enceinte il voulait absolument que je me fasse avorter. Les choses se sont beaucoup bouscoulées à ce moment-là car je lui ai dit que je savais qu'il inventait tout ce qu'il disait. Il est parti à ce moment-là, a tenté à quelques reprises de me recontacter me disant qu'il rêvait d'être un comédien et c'est pour cela qu'il avait fait cela. Je ne répondait même plus au téléphone.

Mais un jour le téléphone sonnait sans arrêt, après environ 40 sonneries je décide de prendre l'appareil. Il m'a parlé 6 heures en me disant d'écouter et là c'est la vérité qu'il me sortait. Je crois à un moment de lucidité (cela se peut-il?). C'est là que j'ai appris que finalement il avait une famille etc (il se prétendait orphelin ayant vécu dans les montagnes avec sa grand-mère..!!!!).

Je ne l'ai jamais revu. Mais j'échangeais avec sa famille à l'étranger.
Mais il y a quelques jours j'ai reçu une lettre de sa part en me disant qu'il voulait voir son fils.
Et là je valse entre le fait d'organiser une rencontre et de refuser cette rencontre. J'ai toujours dit la vérité à mon fils sur cette homme.
J'ai pris 3-4 ans à me remettre de ses histoires abracadabrantes qui me revenaient constamment en tête. Je veux me protéger . Je ne veux pas empêcher mon fils de connaitre son père. Mais je voudrais m'exclure de ça. Mon fils ne veut pas le rencontrer seul, il se sent trop jeune , il a 11 ans.
Pour une fois je veux penser à moi.

Pour l'instant il n'y a qu'échange de mails entre lui et l'enfant. Dans les mails il semble normal.
Mais je ne suis pas dupe, on ne me fera pas croire que sa mythomanie est parti par la fenêtre.....
Il se dit marier depuis 10 ans. Est-ce vrai??? Je n'arrive pas à y croire. Il faudrait quelqu'un de vraiment endormie au gaz pour voir qu'il ne dit jamais la vérité. Gruéri???? ça me prendrait un attestation médical pour y croire.
Ma confiance en lui est à double zéro.

svp je désire tellement qu'on me donne des opinions et qu'on m'aide à y voir clair.
Dois-je autoriser une rencontre?? Dois-je ABSOLUMENT être présente?? J'ai pensé à un lieu public, est-ce correct??? Mais si j'ai vraiment le choix je répondrais ceci: il est sorti de ma vie qu'il y reste, l'enfant le verra à 14-15-16 ans de son plein gré s'il le désire.

Merci de m'avoir lu.

Portrait de mylam
J'aime 0

Bjr marie-christine
Les enfants de mon compagnon n'ont pas entretenu de relations suivies avec lui après son divorce, même si lui essayait de les voir. Ils voyaient bien qu'il y avait un problème de personnalité. Combien de fois n'a-t-il pas fait de tentatives pour nouer des liens, à Noël, à Pâques, aux anniversaires, une carte, des souhaits. Jamais on ne lui répondait. Pas le temps, le boulot, les courses, ci, là…Avec le temps, 10 ans après, les premiers petits-enfants sont venus et il a voulu les voir. Il a été super heureux d'apprendre qu'il allait être grand-père. Le baptême du 1er a été une occasion qui l'a rendu très heureux. Il aurait voulu avoir des contacts plus réguliers, mais cela a été difficile. Certains de ses enfants le voulaient bien, mais pas tous. Il a même pensé faire appel au juge pour exiger un droit de visite de ses petits-enfants. Finalement, de guerre lasse, il les a envoyés promener. Il n'a plus appelé. Mais il a revu tous ses enfants ensemble sur son lit de mort, apaisé, apparemment et eux aussi.

Portrait de mylam
J'aime 0

Je dois peut-être, préciser que mon compagnon essayait de voir les plus jeunes de ses enfants (10 et 8 ans) en cachette, à la sortie de l'école. Il essayait de retrouver une vie "normale", faire réciter les leçons…. Plus tard, il a renoué plus étroitement avec le dernier qui dormait même chez lui certains soirs. Tout s'est toujours bien passé. Aucun écart de conduite d'après ce que j'en ai su, si ce n'est qu'il ne tenait pas son ex- en odeur de sainteté. Mais qu'en a-t-il dit exactement à son fils? Je l'ignore.

À noter cependant qu'à force de vouloir revoir l'un ou l'autre, il lui arrivait de tambouriner à leur porte à des heures indues. Il faut savoir aussi que cette maladie s'accompagne de crises d'angoisse qui ne se calment qu'à haute dose (12.5 mg/jour de Temesta !). Ceci explique aussi cela.

Ce que je retiens de tout cela est qu'il avait un besoin profond de recréer sa famille autour de lui, d'abord pas des photos, puis par des contacts répétés.

Je déduis de la confession de marie-christine que le père de son enfant a dû se séparer ou divorcer et qu'il cherche à renouer avec son passé pour se reconstruire. Voilà avec mon exemple comment ça s'est passé.

Prudence quand même, 11 ans c'est encore jeune.

Portrait de mariechristine
J'aime 0

Bonjour Mylam,

Merci de votre témoignage. Ça me fait du bien d'avoir trouvé ce forum parce que dans la vie de tous les jours je n'ai personne à qui parler de cela. Les gens ne comprennent pas et disent : "ah c'est un menteur alors".
Pour l'avoir vécu nous savons que c'est bien plus que cela.

Dans votre dernier paragraphe vous dites ".... a du se séparer ou divorcer et qu'il cherche à renouer avec son passé pour se reconstruire" , est-ce que vous voulez dire que les mythomanes ont tendance à faire cela???

Je sais que la décision de voir son fils ne vient pas de lui.
Moi je communiquais avec sa famille depuis la naissance de mon fils et son père à lui me disait : "si je l'avais devant moi je lui ferais comprendre de s'occuper de son fils". Il a quitté son pays il y a 22 ans (pour aller raconter ses histoires ailleurs comme il m'a déjà dit) . Il n'avait jamais revu sa famille mais a fait un voyage au printemps dernier.
Alors j'ai vite fait le lien de ce désir soudain de voir son fils, c'est papa qui lui a parlé.

Le problème est que je ne crois rien de ce qu'il dit ou de ce qu'il pourra dire. C'est impossible de rencontrer quelqu'un dans de telles conditions et de lui présenter son fils.
Mon fils aimerait le connaitre mais en même temps il sait toute la vérité sur son père. Quel avenir peut bien avoir une telle relation??? Peut-il y avoir quelque chose de positif là-dedans??? Reste à voir. Pas facile mon histoire.
Je suis présentement entrain de reconstruire ma vie, je retourne bientot aux études, je n'ai pas besoin de retomber dans de telles histoires de fous.

Marie-Christine

Pages

Participez au sujet "mythomanie"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "mythomanie"

  • Mythomanie ... La mythomanie est une tendance pathologique à avoir recours aux mensonges sans ... du comportement. Pour les psychiatres, la mythomanie traduit une organisation névrotique de la personnalité, qualifiée ...