Portrait de mamour
J'aime 0

Oui moi aussi je me suis dit que mentir pour un mythomane doit être sur tout. Leurs "je t'aime" en font certainement partie malheureusement. Je reconnais qu'ils ont le droit d'aimer, mais ils sont vite découverts, la méfiance les entoure. De celà par contre ils ne s'en rendent pas compte ! Mon ami me faisait des mensonges parfois si ridicules .... il ne s'en souciait pas, il restait très sur de lui et sérieux. Moi, mes "je t'aime" étaient évidemment sincères et c'est cela qui fait mal et destabilise. Je disais des mots d'amour à qui ? Qui était-il vraiment ? Quand ? Hier il m'a téléphoné. Sa voix était glaciale, sans intonation, sans le moindre son autour alors que d'habitude il y a un fond sonore de T.V, il sortait d'outre-tombe ! Un appel pour ne rien dire, à part qu'il décroche son téléphone des jours durant pour faire croire qu'il a trouvé quelqu'un d'autre, ou qu'il fait des sorties alors qu'il se retrouve seul et que ltant de solitude finit par lui peser. Avant il vivait au sein d'une famille avec des animaux, des habitudes etc.. Il a prit la fuite, qu'il assume. Moi je ne subis plus ses coups, ses insultes, ses mensonges. Mais j'ai mal tout de même, mal de ce gâchis, mal de ne pas avoir pu l'aider dans sa détresse qui est profonde.
Je suis allée, suite à mon dépôt de plainte au Procureur, à la gendarmerie vendredie, pour signer le procès verbal. Je suis tombée sur un gendarme "humain" qui a bien compris le côté "thérapie en psychiatrie" que je voudrais qu'il subisse en "représailles" Je ne sais pas ce que cela va faire dans quelques semaines (la justice c'est assez long !) Si seulement il pouvait guérir ! Par la suite peut-être reconnaitra t'il tout l'amour sincère que j'ai déployé pour lui malgré ses mauvais traitements ! (je rêve !)
Il fallait que j'en arrive là parce que depuis son départ il s'était mis à cambrioler. Des plaintes ont alors été déposées contre lui et il a fait une garde à vue près de Bordeaux. Ici son patron a porté plainte pour divers vols, tout cela va le poursuivre ! Il faut qu'il cesse de dégringoler ainsi ! De plus il ne paye pas ses impôts d'où saisies sur salaire, il a fraudé aux Assedic, roule sans assurance .... voyez qu'il faut absolument qu'il arrête !

Il semblerait que les "pervers narcissique" ont tendance à vivre en "marginal" !
Quelle vie ! Quelle tristesse !

Et il y en a t'il jamais eu un , rien qu'un seul, d'heureux ? Celui-là qu'il se nomme !

Portrait de miss vérité
J'aime 0

Apparamment les mythomanes de ce forum aiment sincèrement, mais peut-être que ce n'est pas le cas de tous les mythomanes. Ou peut-être que lorsqu'ils sont démasqués ou ont peur d'e^tre démasquer ils se mettent à détester la personne qu'ils aimaient (c'est vraiment ce que j'ai ressentis dans mon cas, il a changé quand j'ai commencé à lui faire remarqué ses contradictions).
Mamour, je ne sais pas si ils peuvent guèrir si ils ne le veulent pas, apparament c'est déjà trés difficil pour ceux qu'ils le souhaitent. Mais c'est vrai, on ne peut s'empècher d'imaginer qu'on peut les aider. On dit que l'espoir fait vivre, mais dans notre cas c'est un espoir qui tue. En plus ton ex te battais, il a l'air plutot dangereux, fais attention quand même.

Portrait de mamour
J'aime 0

Oui, merci pour ton conseil. C'est vrai et je l'espère de tout coeur qu'il avait l'air sincère lorsqu'il disait m'aimer ! Il disait "je ne t'aime pas, je t'adore" Il a prouvé par diverses choses son amour. J'étais "le plus beau cadeau que la vie lui ai apporté" Comment oublier cela ! Il disait "jamais personne ne nous séparera !" C'est lui qui est partit ! Quel gâchis ! C'est vrai que de savoir que ses mensonges ne "passaient pas" avec moi, et ce dès le début, il devenait de pire en pire ! Parfois il avouait qu'il sentait bien qu'il avait un problème en disant "c'est plus fort que moi !" J'étais pleine d'espoir en entendant cela mais ça n'allait jamais plus loin ! Bon sang comme je l'ai aimais et comme je l'aime encore ! Je m'en rend bien compte en écrivant ce message. Pourtant j'ai souffert et cela continue (sans les coups puisqu'il est loin) Mais les paroles font parfois bien plus de mal ! Si seulement il pouvait prendre conscience qu'il m'a perdu uniquement à cause de sa maladie ! Ne pourrait on organiser par malades interposés des relations, des écrits, des conversations téléphoniques pour les sauver les uns des autres ? Je veux dire qu'un mythomane qui se reconnait comme tel parle à un mythomane qui ne comprend pas son état ? Qu'ils comprennent enfin qu'ils font du mal à ceux qu'ils aiment et qui les aiment ? Arrêter les dégats ?
Que nous, les victimes ils nous voient comme leur aide et non pas que ceux soient nous les "méchants" ?
J'en ai marre de savoir que mon ami me met tout sur le dos, je sais que je n'ai rien fait de mal contre lui pendant ces 4 ans. J'ai eu de la patience et surtout un amour hors norme. Combien de fois je le prenais dans mes bras quand il "était bizarre" et qu'il s'abandonnait comme un enfant quelques minutes .... puis, son côté orgueilleux reprenait le dessus et le moment tendresse disparaissait.
Dans ces derniers appels téléphoniques c'est étrange, il y a un mélange de dureté, il me dit qu'il va très bien sur un ton qui dit le contraire, et un mélange d'appel au secours comme si il avait quelque chose à dire mais que son orgueil retient ! A moins que je me fasse des idées.

Là je m'adresse à un mythomane guérit (si toutefois cela existe !) Pourriez-vous témoigner de ce que vous ressentiez pendant vos mensonges (qui pour vous étaient vrais !) Comment perceviez-vous dans ces moments là- votre femme (ou amie) L'aimiez-vous toujours ? Vous rendiez-vous compte que vous vous moquiez d'elle ? J'ai un tas d'autres questions ......

MERCI

Portrait de redemption1
J'aime 0

bonjour,
tout d'abord j'espere que vous allez bien.....j'aimerai répondre à mamour......je ne pense pas etre gueri,mais je peux te dire que j'ai étét toujours sincere....ma derniere histoire d'amour(celle qui ma fait réellement prendre en compte mon cas),je l'ai moi meme saboté à la fin...j'avais peut etre la possibilité de recuperer cette femme que j'aimais tant(et que j'aime toujours aprés 8 mois de séparation),mais je lui ai dit qu'elle devait trouver quelqu'un d'autre moins malade, en lui disant toute la verité.....je crois que l'on peut etre sincere en amour....quand j'etais avec elle,je me sentais comme le maitre du monde,la sentir se blottir dans mes bras etait quelquechose d'incomparable.....chaque seconde,minute,heure,jour elle me manque......mais la aussi je ne la harcele pas;j'aimerai qu'elle se reconstruise......j'aimerai tant effacé le mal que j'ai pu faire......je suis mythomane,mais pas méchant(jamais battu une femme,ou fait du mal consciemment),seulement meme un battement d'aile peut provoquer un tsunami ,et moi j'ai fait beaucoup de mal en la faisant rever, et en faisant rever d'autre......et je devrais vivre avec cette culpabilité(mais savoir que je ne la revererai plus jamais que dans mes reves,est mon plus grand chatiment je pense)*
Bonne chance à tous,d'abord aux victimes pour oublier,et aux mythomanes pour trouver la solution de leur guerison

Portrait de mamour
J'aime 0

Honnêtement Redemption ce que tu viens d'écrire me bouleverse. Vous devez beaucoup souffrir de cette maladie et je le sentais, je le sens. C'est cette douleur qui fait faire mal aux autres, que vous aimez j'entends ! C'est pour cela que j'ai eu envie de me battre pour sortir mon ami de là. Mais de savoir qu'il ne reconnaît pas, contrairement à toi, son état, je me heurte à un mur infranchissable ! Ce qui me fait peur c'est ça ! il se retrouve seul parce qu'il l'a voulu, mais il m'en rend responsable. Je pense que ce que tu viens de dire il doit aussi le ressentir, mais jamais il n'osera m'avouer qu'il m'aime encore. Il a préféré la fuite et se mettre à vivre en volant, etc ... peutêtre pour que plus personne ne l'aime : De l'auto destruction en quelque sorte, mais inconsciente !

Crois-tu pouvoir aider quelqu'un comme toi en lui parlant de ce que tu ressens ? C'est peut-être trop tôt quoiqu'il y est urgence. C'est vrai que mon ami est dur, il se braque dès qu'une vérité surgit. De la lâcheté quelque part. Pourtant il a eu des moments si doux !

Cela m'énerve cette inaction, cette impression de rester là à ne rien pouvoir faire pour vous aider. A regarder se détruire une belle histoire à cause d'une maladie qui ronge mais qu'on ignore. J'ai envie pourtant de "déplacer des montagnes" pour éradiquer ce mal ! Je me sens nulle d'arrivezr à rien si ce n'est à enerver mon ami.

Crois-tu que je devrais l'ignorer pendant des semaines, des mois, pour voir sa réaction ? J'ai peur aussi qu'il recommence "ailleurs" et le perdre tout à fait parce que la "nouvelle" l'aimera au présent ! Cherches-tu (tu n'es pas obligé de répondre) à remplacer celle que tu aimes encore si fort ?

Pourrais t'on communiquer autrement ? Tél ou email privé ? (je termine mon déménagemenbt dans quelques jours. Je serais près de Toulouse et je ne sais pas si l'ordinateur sera rebranché tout de suite.) Merci

Portrait de redemption1
J'aime 0

Bonjour Mamour,
Remplacer celle que j'aime???je n'y pense pas,ou tout du moins je risque de faire un transfert , me mettre avec une fille qui lui ressemble pour faire comme si j'etais encore avec elle......non merci......les gens ne sont pas des choses aussi remplaçable que cela , ils sont mortels et unique(donc irremplacable)..j'attends d'avoir mon feu d'amour pour elle qui s'eteigne ou du moins deviens juste un petit brasier, pour entrevoir une autre histoire librement(puis j'espere toujours me guerir pour ne pas gacher une nouvelle histoire).......pour me contacter tapes

sur msn........voila si je peux t'aider..

Portrait de mamour
J'aime 0

Merci pour ta réponse qui étais celle que j'espérais. Elle me donne de l'espoir, je sais que quelque part mon ami m'aime toujours. Merci Je te contacterai plus tard sur ton email.

Portrait de miss vérité
J'aime 0

C'est beau Mamour cet acharnement à vouloir l'aider, c'est comme Antigone, elle sait pas ou sa va la mener mais elle se laisse guider par ce qu'elle pense devoir faire. Je sais plus ce qu'elle devient à la fin Antigone, je m'en souviens plus.
En tout cas pour ma part, je ne peux pas l'aider puisqu'il ne m'a pas répondu quand je lui ai dis que je savais pour ses mensonges. Peut-être dans quelques mois aprés la rentrée (nous sommes dans la même fac) je pourrais lui parler en face de son problème. Mais dans tous les cas j'essaie de m'interdire d'avoir des sentiments pour lui. J'aimerais au moin lui en parler pour qu'il prenne conscience des conséquences de ses mensonges sur les gens, pour qu'il ne fasse plus d'autres "victimes".
Aussi, j'aimerais demander à rédemption si un mythomane peut faire des mensonges qui risquent de mettre en péril la vie des autres? Parcequ'il nous ait arrivés une fois d'avoir des rapports non protègés étant donné que nous n'avions jamais eu (ni moi ni lui) de rapports avec d'autres personnes. Même si ça n'a jamais été un "tombeur", je me dis qu'il m'a peut-être menti à ce sujet, et j'ai peur d'e^tre porteuse d'une mst. Est-t-il possible que quelqu'un puisse faire des mensonges aussi dangeureux? Quel que soit les réponses que l'on me donnera, j'irais faire un teste, mais je la pose quand même pour connaitre les risques.
bon courage à tous :) :(

Portrait de Arpana
J'aime 0

Vos témoignages sont bouleversants, résultat les larmes me viennent. Je suis nouvelle sur ce site.
J'ai 24 ans, et viens de rompre avec mon ami après un an de relation. Il est mythomane.
Rédemption1, j'admire ton courage de venir parler de ta mythomanie. Je ne peux rester insensible à tes propos car j'y retrouve ceux de mon ancien compagnon. Cela fait maintenant un mois que j'ai rompu. J'ai découvert ses mensonges après la rupture. Je souffre tellement... Je suis perdue. Je l'ai mise face à ses mensonges, qu'il a reconnu. Aujourd'hui, il commence une thérapie. Pour ma part, je ne sais pas quoi faire. J'ai tellement besoin de connaitre la vérité, toute la vérité, car au plus profond de moi, je sais qu'il y a des mensonges passés sous silence. Mais comment le croire maintenant?

Portrait de liv
J'aime 0

Bonjour à tous

Je suis vos échanges depuis quelques mois et je me décide à correspondre seulement maintenant, maintenant que j’en ai le courage et que je vais un peu mieux et ce, beaucoup grâce à ce forum.
Et c’est pourquoi, je voudrais partager mon expérience, puisse-t-elle aider l’un de vous.

J’ai pris la difficile décision de quitter l’homme que j’aimais il y a quelques mois. Je savais qu’il était mythomane depuis déjà plus d’un an, mais je ne pouvais me résoudre à rompre. espérant quoi… ? en fait, comme toute femme amoureuse, j’ai voulu me voiler la face, ne pas voir la réalité, aller jusqu’au bout des choses. Et puis la mythomanie est une maladie si complexe. Je travaille pourtant dans un environnement médico-psy et malgré cela, il m’a été très difficile d’aborder cette affection, d’essayer, et comme vous tous, de vouloir comprendre.

J’ai rencontré cet homme, il y a environ 6 ans et nous avons sympathisé – sans plus : quelques coup de téléphone, quelques déjeuner.
Il y a 2 ans et demi, alors que nous ne nous étions pas vus depuis un certain temps, il débarque dans ma vie au retour de vacances d’été avec sa compagne et sa fille de 9 ans pour me sortir le grand jeu : j’étais une femme exceptionnelle, etc.
Je n’ai pas accédé à ses demandes tout de suite. Quelque chose d’indéfini me retenait ; il était beaucoup plus jeune que moi, sa façon de tomber brusquement amoureux,… je ne sais pas.
Et puis, je vivais avec quelqu’un depuis plusieurs années.

Je l’ai rencontré pendant près de 5-6 mois : resto, ciné, bar,…
Il était tendre, attentionné, passionnément amoureux. Ma garde s’est abaissée. Et puis après tout, il avait une famille, avait dix de moins que moi,ce qui je pensais, pouvait nous mettre à l’abri de projets d’avenir trop entreprenants. Dès que nous avons commencé à avoir une relation suivie -et même très suivie puisque nous nous voyions plusieurs par semaine + des WE prolongés- j’étais devenue la femme de sa vie sans qui il n’envisageait pas d’avenir. Très vite, il a commencé par vouloir que nous quittions nos conjoints respectifs et que nous vivions ensemble. J’étais « ce qui lui était arrivé de mieux dans sa vie après sa fille ». pour moi, tout allait trop vite, j’ai refusé. Toujours ce quelque chose qui n’allait pas.
Et puis … comment lui résister. Il m’inondait de mots d’amour, de preuves d’amour ; notre entente était parfaite. J’avais rencontré l’homme que j’attendais depuis toujours, mon double.
Alors au bout d’un an de cette relation, j’ai accepté. Nous avons trouvé un appart à acheter (achat et non location à ma demande – peut être un instinct de survie) et nous avons décidé de l’annoncer à nos conjoints le même jour. Pour moi, pas trop de problème si on peut dire. Mais quand le lendemain, nous nous sommes retrouvés, là, j’ai compris qu’il y avait un problème. A l’annonce de la séparation, sa compagne, victime d’hypertension avait fait un accident vasculaire cérébrale et avait été hospitalisée. J’ai annulé toutes mes obligations professionnelles qui pouvaient m’éloigner de lui pour le soutenir et nous avons annulé l’achat de l’appart.
Après quelques semaines, je commençais à douter de l’hospitalisation. Et quand je lui ai annoncé que j’allais me renseigner, il s’est effondré, en larmes, m’avouant qu’elle n’avait été hospitalisée que quelques jours, mais qu’il avait eu peur alors de se séparer d’une personne malade (en fait, j’apprendrais par la suite qu’elle n’a jamais été malade).

C’est à ce moment là que j’aurais dû le quitter. Mais, il était si effondré, si persuasif. Je me suis dit qu’on pouvait faire une erreur et qu’on était pas obligé de le payer toute sa vie.
Alors j’ai pardonné. Oh pas tout de suite, pas assez vite à son gout. Mais il a quitté sa compagne ou plutot elle l’a quitté, se partageant dans un premier temps leur appart et la garde de leur fille, puis elle, prenant un appart.
Après quelques mois de rêves et demandes en mariage (que j’ai consciencieusement refusées), j’ai repris confiance et nous avons trouvé un loft à acheter.
Pendant ce temps, son ex-compagne s’évertuait à nous gacher la vie allant même pour finir jusqu’à redebarquer dans leur ancien appart qui n’était toujours pas vendu. J’ai alors mis comme ultimatum que nous n’achèterions le loft qu’une fois leurs affaires réglées et leur appart vendu.

Et c’est là, que les difficultés sont à nouveau réapparues. Il prenait des trains fantôme, allant même jusqu’à fournir des faux billets de TGV (mauvaises gares, heure de départ inexistante,..), il existait des clones de sa voitures avec la même immatriculation, il lui arrivait toujours des histoires extraordinaires… et même mis face à des preuves de ses inventions, il persistait dans son mensonge pendant plusieurs semaines, ne concédant à reconnaître la vérité que devant ma persévérance et la menace de le quitter.

Je savais que depuis le retour de sa compagne, il partageait à nouveau leur appartement. La plupart du temps la semaine (après midi, soirée, nuit) il le passait avec moi, et le WE, il avait toujours des excuses pour être difficilement joignable. Je n’étais pas dupe et nous étions de retour à la case départ : nous étions amants, même s’il ne voulait pas le reconnaitre. Cette situation d’amours cachés aurait pu me convenir car je savais que je ne pourrais pas envisager un avenir commun avec une personne capable de tels mensonges et surtout capables de les soutenir de cette façon : j’étais bien face à un MYTHOMANE. J’ai voulu le quitter à nouveau. Il a pleuré, s’est effondré, a raconté de nouveaux mensonges encore plus énormes. La situation a perduré quelque temps encore. Mais pour lui, j’étais la femme de sa vie, il m’inondait de sms d’amours, et croyait encore que nous allions vivre ensemble.
Il m’a avoué qu’il pourrissait la vie de sa compagne et qu’elle était sur le point de partir… très très courageux comme action !!!!!!!

Effectivement comme à chaque fois qu’il y avait une grosse crise, sa compagne m’a appelé (une fois elle avait même menacé de me buter … charmant !!). Jusqu'à présent, je n’avais jamais répondu à ses appels et messages. Mais cette fois-ci, j’ai accepté de la rencontrer. Certainement parce que cette relation devenait épuisante, tant physiquement que moralement, que depuis plusieurs mois les symptomes s’étaient aggravés et qu’il faisait de plus en plus de ce que j’appellerais des « crises mythomaniaques » : excitations, recherches de conflits, conversations téléphoniques virtuelles, prises à partie d’amis, dépenses inconsidérées (cadeaux, hotels, fleurs, grands resto, …) le tout sur fond d’alcoolisme et de mensonges quasi-permanent.

Sa compagne est venue. Il est resté devant nous deux, avec un air satisfait, presque jubilatoire, à nous écouter faire nos rapprochements.
Je n’ai pas voulu lire les lettres qu’il lui écrivait- les mêmes mots qu’il m’écrivait, j’ai écouté les mensonges qu’il lui disait - du même type que ce qu’il me racontait, une variante assez drole : pour expliquer que j’apparaissais toujours sur ces factures de tel, il lui avait sorti que j’étais Alzheimer, et que tous les jours il me disait que c’était fini, mais comme je l’oubliais, je le persécutais le lendemain, il était obligé de me rappeler pour me dire à nouveau que c’était fini. Elle, aussi, son psy lui a dit qu’il était mythomane. Il lui a dit aussi qu’il était intox du travail – facile le travail comme excuse pour aller aimer ailleurs. Elle a dit que c’était fini entre eux, surtout pour protéger sa fille de 11 ans qu’il laissait seul dans des lieux publics pour venir me voir, à qui il disait « si tu ne dis pas à maman que…., je ne lui dirais pas que toi tu as… » une version de « comment faire une mythomane ».
Nous sommes repartis ensemble, lui et moi de cette réunion. J’avais un sourire de dérision tellement la situation était irréelle. Dans la voiture, il m’a demandé où on allait, ce qu’on allait faire….
Je lui ai dit d’arrêter la voiture, j’étouffais, j’avais besoin d’air.. je suis descendue sans me retourner et je pense qu’il a compris qu’il m’avait perdu.

2 jours après, j’ai rappelé sa compagne, peut-être pour faire comme certains d’entre vous, en parler ; peut être pour précher le faux pour savoir la suite ?
la suite : au téléphone, elle m’a demandé si je savais où il avait passé le WE ? j’ai répondu « oui ! avec vous puisque je l’ai quitté après notre conversation » et là, de me répondre : « oui car c’est moi qu’il aime. Il est arrivé le lendemain avec une bague et une demande en mariage ». je lui ai simplement répondu : « oui . tout comme moi la semaine derniére pour la centième fois » et j’ai rajouté « et ne croyez pas que ce soit le seul cadeau qu’il m’est fait pour mon anniversaire » et j’ai raccroché.
Cette dernière remarque, je l’ai faite car elle s’était plainte d’être trop conne et de toujours payer. Alors que moi, il me couvrait de cadeaux. Alors, cette réflexion, c’était un peu une vengeance.
Mais après avoir raccroché, j’ai soudain réalisé que , elle qui surveillait ses factures de tel, devait également regarder ses comptes bancaires. Pourquoi elle, si prolixe n’en avait-elle pas parlé ? j’ai fait le compte de ce qu’il avait dépensé pour moi (plus que son salaire le dernier mois). J’en ai parlé à des amis devant lesquels il avait flambé. J’ai lu tous vos témoignages où une constante de ces personnes est qu’elles finissent toujours avec des problèmes d’argent. Et la conclusion s’est imposée d’elle-même et si je n’avais pas été aveuglée par mon amour, j’aurais pu le voir : les cartes bleues avec lesquelles il flambait n’étaient pas les siennes et je ne suis pas la seule parmi mes amis à le penser.

Il m’a envoyé un sms laconique (un sms , très courageux comme d’habitude) sous forme de « adieu » sans explication. De toute façon, je n’en attendais aucune. Que peut-on attendre comme explications d’un mythomane à part des mensonges.
Je pense m’en être sortie par la force de ma volonté. Car ce n’est pas facile. Je comprends sa compagne et je la plains.
Je l’ai aimé comme jamais je n’avais aimé un homme et je souffre beaucoup de ne plus le voir, l’entendre, le toucher, partager avec lui.
Mais je partage les sentiments et les raisonnements de Noebleue : en fait qui a-t-on aimé ? car qui sont-ils en réalité ? qu’elle est leur vraie personnalité ?
Car j’ai bien conscience qu’il s’est glissé dans le rôle de l’homme que j’attendais , tout comme il s’est glissé dans le rôle de l’homme qu’attendait sa compagne ?
En fait, nous n’aimons en eux que le reflet de ce que nous attendons toutes : notre prince charmant.

Portrait de mamour
J'aime 0

J'ai bien peur que tu ai raison ! Mais je ne veux pas baisser les bras. Je ne sais pas si c'est mon âge, 54 ans, mais je crois que parti, comme c'est parti, j'irais jusqu'au bout ! La seule différence avec un mythomane "classique" je suis tombée sur un pervers narcissique, ce qui n'arrange pas les choses ! Il se sent très sur de lui et il est persuadé qu'il va très bien mais qu'il est entouré de "personnes à problèmes !" Combien de fois m'a t'il dit -"je ne sais pas comment tu t"arranges, mamour, mais tu ne parles qu'avec des menteurs !" A l'écouter il n'y a que lui qui est dans le vrai !
Je ne sais pas ce que cela va faire mais de par sa violence conjugale (j'en parle plus haut) j'ai déposé une plainte au procureur de la République. J'ai été convoqué par la gendarmerie il y a quelques semaines, le gendarme était très humain, il a bien compris que je faisais cette démarche par amour pour mon ami.
Depuis quelques jours nous avons des bonnes "relations" par téléphone. Mon ami m'a dit qu'il envisageait toujours de finir sa vie avec moi mais à condition "d'avoir la paix !:" Il ne se rend pas compte que c'est lui qui se déclenche des "guerres" avec les uns et les autres ! Moi je suis toute prête à retenter avec lui mais il ne sait pas encore que j'ai déposé cette plainte ! Il va très mal le prendre dans un premier temps et j'espère qu'il sera suivi en psychiatrie et que dans quelques années il se rendra compte du mal qu'il m'a fait et à lui-même ! Tous mes espoirs reposent là-dessus ! Bien sur on me dit que je perds mon temps et que je vais encore souffrir, voir pire ! Mais j'ai un coeur et je l'aime, je n'y peux rien !

Rédemption, si tu lis ce message, et j'en suis sûr crois-tu que je vais lui faire beaucoup de mal par cette plainte ? Mais crois-tu possible que dans quelques temps il comprenne que c'était par amour ? Quels conseils me donnes-tu ?
Dois-je aller lui rendre visite de temps en temps pour garder des liens amoureux ou dois-je le "laisser tomber", chose qui va me déchirer ?!

Merci si tu peux m'aider !

Portrait de redemption1
J'aime 0

bonjour à toutes,
Tout d'abord je tiens à preciser à toute que vous etes des femmes formidables et courageuses......si un pythomane c'est accroché à vous c'est aussi pour cela , car il a envie de vous ressembler, qu'il a envie d'acquerir des qualités qu'il n'a pas et qu'il recherche.....Mais ma réponse est clair(et c'est meme une reponse que j'ai fait , l'a mort dans l'ame, à mon ex que j'aimais et aime encore), eloignez vous.....on ne peut pas s'empecher de mentir.....j'ai eu des rapports non protégés avec mes ex , je n'ai pas fait le test depuis plus de deux ans....on ne se rend pas réellement compte du danger....on est des reveurs,on ment pour faire plaisir pour rendre la vie sans contrainte.....on n'arrive pas à se connecter à la dure réalité,on fuit les problemes ; et pourtant ils nous rattrapent toujours....je ne crois plus à la guerison miracle ; notre coté obscur est aussi dur à arreter qu'une drogue......peut etre faudrait t'il inventer des maisons de desintox......enfin si jamais je trouve un remede(ou quelqu'un me l'indique);je serais bien heureux......en attendant gardez juste des contacts amicaux de distance;plus; vous risquez d'etre amerement deçu,et malheureusement vous faire aussi du mal...
bonne chance encore à tous
Ps:Mamour , je pense qu'il ne comprendra pas , qu'il croit qu'il a raison , qu'il fera tout pour sauvegarder son petit monde illusoire ou il se sent si bien

Portrait de mamour
J'aime 0

Pour Rédemption Tu dis "qu'il se sent si bien dans son petit monde illusoire..." mais se sent-il vraiment bien ? Seul, sans amour, surtout après avoir connu des moments heureux à deux !? C'est cela que je n'arrive pas à "capter" D'autant plus que la particularité de mon ami c'était de s'accrocher à moi dans le sens propre du terme. Il ne voulait rien faire sans moi, même aller chez le médecin ! Pour s'endormir il avait besoin de mon épaule et de rouler mon pyjama serré dans ses doigts. Il me disait ne pas concevoir de vieillir seul, il avait peur. A son dernier appel téléphonique il me précise encore qu'il veut toujours finir ses jours avec moi mais "dans la paix" ! Tout le monde souhaite cela ! En plus il n'a rien, qu'une moto pas encore réglé, des grosses dettes et juste un salaire de SMIC avec une saisie sur salaire à déduire. Il vit dans un appartement meublé, tous ses papiers sont avec moi. Il ne paie même plus l'assurance de sa moto depuis son départ, car c'est moi qui veillait à tout ce qui était "officiel" Comment va t'il finir ?
Si seulement cette plainte pouvait le remettre dans le "droit chemin" !

Il doit souffrir comme toi tu souffres. Parfois il me disait "je ne sais pas ce que j'ai, c'est plus fort que moi..." Mais ne se rend-il pas compte rien qu'un peu qu'il est malheureux ? Ne se pause t'il pas de questions ? Il m'accuse de tout mais sais t'il que je n'ai rien fait ? Fait-il exprès de faire mal pour se punir de son état ? Si oui c'est donc qu'il s'en rend compte ? Si je lui fait lire tous ces échanges sur ce site cela pourra t'il servir à quelque chose ?

Je suis si mal sans lui. Je suis venue en Hte Garonne mais je ne vais pas rester car la personne qui m'héberge chez lui, voudrais que je sois "avec lui" et cela je ne le veux pas et je ne le peux pas. Je suis comme morte depuis que mon ami est partit. J'essaie de surmonter mais pour un petit détail, je m'écroule et je lui en veux de ne pas être là pour me consoler ! Plus rien n'arrive à m'interesser, je me sens perdue et parfois je me demande si je ne devrais pas débarasser le plancher définitivement.

Je vais avoir besoin de l'aide d'un psy je pense, pour survivre à votre maladie qui est la pire maladie qui puisse arriver. Car, les autres maladies sont reconnues et se soignent ! Ou tout au moins on se "sent" malade. Je donnerais n'importe quoi pour trouver un remède et vous sortir de là.
C'est sûrement indiscret mais je pense que tu es plus jeune que mon ami (il a eu 54 ans) je pense que si c'est le cas, toi, tu vas t'en sortir. Mais comment t'es tu rendu compte de ta mythomanie ? Depuis combien de temps "luttes" tu ?

Ah toutes ces questions, mais cela m'aide à tenir car je voudrais comprendre !
Merci pour l'aide que tu m'apportes. Mamour

Portrait de ludo80
J'aime 0

Bonjour amourmytho

J'ai lu avec attention ton message
Le probleme de la mythomanie n'est pas dû à un traumatisme mais est effectivement lié à l'enfance
Tous les enfants sont à la base mythomane mais certains acceptent les réalités ( sous entendus difficultés) en grandissant et d'autres non donc ils s'inventent un monde ou ils sont les protagonistes (et ou il n'y a pas de difficultés )
La mythomanie est une vrai maladie pathologique
Il est vrai qu'un mythomane (un vrai ) ne peux pas guérir c'est malheureusement impossible

Amicalement

Portrait de redemption1
J'aime 0

Re bonsoir,
Je ne peux qu'abonder dans le sens de ludo....je lutte mais c'est vain , je n'arrive qu'à soit me taire , soit mentir......d'un coté je passe pour un anacorete et d'un autre pour un mytho lol......enfin de la vantardisse à la tartarin de tarascon ce n'est pas trés grave , sauf quand je mets des gens dans la merde .....enfin pour te repondre à mamour , c'est vrai que l'on a besoin de bequille pour nous maintenir dans le réel , on a besoin des autres pour les responsabilités du quotidien que l'on ne peut assumer(comme l'assurance,le boulot, les impots ; les taxes....)..enfin je te conseille de t'eloigner car la vie est assez dur comme elle est pour se la pourrir avec un boulet(désolé d'etre aussi dur , mais je sais ce que je suis tant que je n'ai pas changé);;;;;;bonne chance

Portrait de kaliyss
J'aime 0

Bonjour à tous.
J'ai lu tous vos messages et je suis capable maintenant de parler.
Je suis moi aussi mythomane, ou du moins je l'étais, en fait je ne sais pas vraiment. Je vis avec quelqu'un depuis 1 ans maintenant et il s'est rendu compte de mes mensonges (c'était des mensonges bêtes et inutile). Petit à petit je lui ai avoué que j'ai toujours menti pour embellir ma vie et que je ne savais mm plus distinguer le vrai du faux. Je sais pourquoi j'ai fait ça.
J'ai perdu ma mère à 10 ans et depuis ça j'étais incapable de me faire des amis ou simplement d'etre sociable. Les autres ne venaient jamais vers moi alors j'inventais de belles histoires pour qu'ils s'interessent à moi. et ça marchait alors je continuais et ct plus du mensonge parce que j'étais moi mm convaincu. Pour moi ct vrai.
Je vais le perdre parce qu'il déteste les mensonges. Il me dit parfois que n'autre histoire s'arretera tot ou tard parce qu'il ne se retrouve plus. Je ne peux pas lui reprocher.
C'est la peur de le perdre qui ma pousser à réfléchir et à analyser ma vie, enfin mon passé. J'ai tout décortiqué dans la mesure du possible pour réussir à distinguer le vrai du faux et là je me suis effondrée. Autant d'invention qui faisait de moi une fille tellement forte. J'ai eu pas mal d'épreuve dans ma vie, des deces, des maladies et je me sentais forte mais en realité je n'ai rien surmonté du tout. Je me rend compte aujourdhui que les mensonge on couvert tout ce que j'aurais du pleurer. Et je me rend compte surtout que je ne suis pas qui je croyais etre. Le chateau fort c effondré et ma vie na plus de base.

Aujourdhui je ne lui mens plus (mm s'il ne le crois pas) mais il reste ce qu'il appelle de la mauvaise fois. Ce matin encore il ma demandé si javais fait quelque chose et j'ai di non. Tout de suite apres j'ai dit, je l'ai fait. ça a donné "NON! je l'ai fait mais ici" ça veut dire que j'ai faili lui mentir. Il l'a remarqué et il ma dit, tu as tellement l'habitude que c devenu un reflexe. Et il est parti.

Je pensais avoir réussi à changer, mais j'ai toujours de vieux reflexe. Et mm si je dit la vérité, la premiere idée était de mentir. Je me suis enfermée dans la chambre et j'ai pleurer. Je croyais que s'était derriere moi, mais je me suis trompée. J'ai fait un pas, mais un tout petit. Je ne mens plus mais j'ai encore l'arriere gout du mensonge.

Portrait de bea3
J'aime 0

Bonjour à tous,

Assez surprise des différents retours de certains indiquant qu'il n'y à rien à faire pour un mythomane ( = qu'il le restera).
Il est vraiment difficile de prendre conscience de cette maladie, de l'accepter.
Pourquoi ?
C'est effrayant de savoir que notre vie n'est que mensonge et que nous même, nous ne nous connaissons pas.
C'est un mot qui effraye "Mythomane", qui fait fuir, qui repousse...
Je pense, et sûrement pas à tort, que lorsque que l'on a pris conscience de sa maladie, on peut s'en sortir...Le chemin sera long et si l'on peut être accompagné cela est d'autant mieux...

Portrait de mamour
J'aime 0

Bonjour Kaliyss !

Si tu savais comme ton message me fait plaisir, dans le sens où cela laisse de l'espoir ! Merci pour ton témoignage où tu as le courage d'avouer ton problème et la force de t'en sortir. Surtout par amour pour ton ami fais tout pour y arriver !

Tu sais depuis plus de 4 mois maintenant que mon ami est parti je suis au désespoir, j'ai une partie de moi qui n'existe plus et j'ai tellement mal ! De le savoir seul, livré à lui-même je sais qu'il ne peut pas "tenir" et qu'il doit se valoriser aux yeux des autres avec des mensonges les plus inutiles les uns que les autres. Je l'ai parfois au téléphone et en fait je me fais violence pour ne pas lui téléphoner tous les jours ! J'ai surtout l'envie folle de le rejoindre et de revivre avec lui. Apparemment il le souhaite aussi mais ajoute "qu'il veut la paix !" Il n'a pas compris son état et surtout que tous les problèmes viennent du fait qu'il ment tout le temps. Au début je tenais, puis, suite à la perte d'un procès (on ne me retirera pas de l'idée que c'est cela) son état a empiré avec violence verbale et physique malheureusement. Il me reproche de ne pas l'avoir retenu lorsqu'il est parti dans la nuit du 28 février (je sais qu'il le souhaitait car les fois précédentes je l'avais supplié de rester ! Mais son père qui vivait avec nous m'avait dit "la prochaine fois qu'il te menace de partir, laisse le faire..." Depuis j'ai des reproches mais ma vie était devenue un enfer. J'en étais arrivée à surveiller tout ! Aujourd'hui ce que je souhaite c'est qu'il prenne conscience de sa maladie et qu'il remette sa vie en question. Nous avions tout pour être heureux, nous formions un très beau couple, très bien assorti et pas mal de nos goûts étaient communs.

Il m'avait fait naître dans ses bras il y a 4 ans. Nous avions alors 50 ans ! J'étais amoureuse comme une midinette et j'étais certaine que ca ne s'arrêterait jamais ! Je lui donné tout, j'aimais le câliner, lui faire des tas de surprises originales, c'était un vrai régal pour moi ! Qu'est ce que cela me manque maintenant ? J'ai quitté la maison où nous étions en location, je n'avais pas les moyens de régler le loyer. Nous avions un compte en commun qu'il n'approvisionnait plus et j'étais femme au foyer. Mon ex mari m'héberge chez lui avec mon fils en ce moment (je précise chez lui et non avec lui car ça je ne le pourrais pas !) Bien sur il a été entreprenant avec moi dès le jour de mon arrivée, environ 10 jours et je l'ai repoussé. Résultat il m'a demandé de "débarasser le plancher !" Je me suis installée une chambre dans sa maison et j'ai les affaires de mon ami car il est partit sans rien, seulement quelques vêtements. Chaque affaire me raconte un souvenir et c'est douloureux. Je ne veux pas craquer, j'essaye de tourner la page mais JE NE PEUX PAS ! Mon ex-mari est désagréable et bien sur il me parle en mal de mon ami. Je ne supporte pas, il n'a pas à juger Ce qui fait que mon ami me manque encore plus car je préfère quelqu'un que j'aime qui a des défauts que quelqu'un que je n'aime pas !

S'il te plaît, je me répète, mais j'aime les histoires qui finissent bien alors guéris vite et surtout que ton ami sois patient avec toi pour t'aider un maximum ! Tu vois si je pouvais continuer avec mon ami, l'homme de ma vie, je crois que je serais plus conciliante, plus patiente. Car ne connaissant rien de cette maladie (je viens de tout apprendre sur ce site depuis mars 07) j'ai fait des erreurs. Je lui disait trop qu'il mentait, je devais donc le diminuer quelque part. Son état je pense que c'est dû à un choc dans sa petite enfance. Il a été plus d'une fois le témoin de sa mère qui frappait violemment la nuit son demi-frère de 8 ans son aîné (le fils d'un allemand) Il dit à tout le monde que sa mère ne l'aimait pas et qu'elle le frappait lorsqu'il était petit. Qu'il n'avait jamais de cadeau, ni Noël ni anniversaire ... On dirait qu'il a fait un transfuge entre son frère et lui ! ! Son père a toujours laissé faire, il a bien des torts aussi ! Mon ami n'est pas au courant je ne sais pas si je dois lui dire que sa mythomanie vient de là ! Il ne croit jamais les "autres"

Est-tu aussi négligente dans tes papiers ? Je te demande cela car Rédemption répond à mon message dans ce sens. Mon ami ne paye ni impôts, ni assurance, il vit en marge de la société. Il lui arrive même de voler !
Paradoxalement il dit "qu"il ne veut pas d'histoires ! Qu'il souhaite vivre en paix !" Comment peut-il à ce point se rendre compte de rien ? Il vit sur un nuage ? J'aimerais qu'il "retombe" dans la réalité de la vie, je suis sûre qu'il finirait pas la trouver jolie, SA vie (la vraie ! ! !)
Merci encore

Portrait de mamour
J'aime 0

Pour Béa 3

Tout à fait d'accord avec toi pour accompagner les mythomanes. C'est mon désir le plus cher pour aider mon ami. Mais je me heurtes à l'incompréhension humaine la plus totale ! Même mon avocate (j'ai un divorce en cours !) qui m'a dit ceci lorsque je lui ai avoué mon histoire actuelle : -"Ne le prenez pas mal, mais vous devriez aller voir un psychiatre, car vous êtes trop gentille. Vous n'êtes pas Mère Térésa, vous devriez arrêter de vouloir aider ceux qui ne le demandent pas ! Vous devriez apprendre à devenir méchante ! ! ! ! ! ! ! !"

C'est avec des idioties pareilles que l'on arrive à rien dans la vie. Moi je veux avoir le courage de dire ce que mon coeur ressent, même si je suis amoureuse d'un "tordu" comme certains n'hésitent pas à nommer les mythomanes. On aide les malades du cancer, du sida, de toutes les maladies, pourquoi ne pas aider les mythomanes ? Ils sont très malheureux surtout qu'ils ne se rendent pas compte de ce qui leur arrive vraiment ! Mon ami me disait de temps en temps -"je ne sais pas ce qui m'arrive, c'est plus fort que moi ..."

J'attends, j'ai fais des démarches pour participer à une émission T.V en public. Il faut faire quelque chose. La médecine et la justice attendent qu'il y ai des drames pour "sévir" alors que l'on pourrait soigner la mythomanie certainement très bien. Moi j'ai déposé une plainte au Procureur parce que mon ami était violent parfois (son ex-femme témoihne avec moi) et on voudrait qu'il soit soigné puisqu'il ne reconnaît pas son état. Ce qui me fait de la peine c'est qu'il va m'en vouloir alors qu'il m'aime toujours ! Mais si cela peut le guérir, je tente le tout pour le tout ! Mon souhait : que dans quelques temps il reconnaisse le mal qu'il a fait autour de lui, et surtout le mal qu'il SE fait à lui-même ! !

Portrait de ludo80
J'aime 0

Bonjour kaliyss

je tenais d'abord à te dire un grand bravo pour reconnaitre ton probleme c'est déja un grand pas !!!
Ne baisse pas les bras essaye de consulter un psy qui pourra peut etre t'aider pour tes mensonges en commençant par traiter "ta dépression"
car il est prouvé qu'un mythomane est dépressif ( en général )
et encore une fois bravo et ne baisse pas les bras !!!

Portrait de mamour
J'aime 0

Bonjour, Mon ami était dépressif et "vers la fin" de façon chronique. Il avait tout le temps très froid, et les week-end pour un oui pour un non qui le contrariait (ou il trouvait toujours un pretexte) il allait se coucher ! De plus, et ça c'est le pire, depuis 3 ans il se disait être devenu impuissant ! Il employait des mots envers lui tel que "je me débecte..." Nous sommes allés voir différents médecins, il a subi des examens, tout était normal. Un médecin a fini par me dire que c'était dans sa tête (moi j'en étais sûre !) Les nuits, lorsqu'il était bien endormi, sa réaction dès que je le touchais, était celle d'un homme tout à fait normal ! Etant toujours à la maison pendant nos 4 ans ensemble, je sais qu'il ne m'a jamais trompé. Il rentrait de son travail toujours à l'heure et il n'avait pas les moyens pour entretenir quelqu'un d'autre. De plus il n'est pas du tout "porté la dessus !" C'est la seule chose qui soit vrai de vrai, chez lui !
Si vous saviez je crois que depuis son départ le 28 février il ne se passe pas une seconde sans que je pense à cette p..... de maladie ! Je me heurte avec tout ceux qui critiquent mon ami et c'est dur ! Comme le monde est méchant !

Portrait de bea3
J'aime 0

Réponse à Mamour,

Il a de la chance d'avoir une personne comme toi près de lui.
Dans mon cas, ce n'est pas le cas.
J'effectue mon travail seul (hormis rdv psy).
Lui (mon ami), n'a pas souhaité continuer notre relation.
C'est dur mais je l'ai été encore plus avec lui, en ne cessant de lui raconter des histoires (et certaines à dormir debout!!).
Au début, il ne souhaitait pas le voir...C'était trop dur pour lui. De plus les sentiments étaient bien présents.
Aujourd'hui, c'est différent.
Il a besoin de se protéger...de moi...Je lui fais peur...
Enfin, cela ne m'empêchera pas de continuer de travailler sur moi, de ne plus me mentir à moi même et aux autres.
D'arrêter de les faire souffrir.
Je ne parle pas de tout ça autour de moi, mes amis et proches ne sont pas au courant...Ils se rendent bien compte que des fois je m'embrouille dans mes propos et que rien n'a de sens mais, par amour et par tendresse ne dise rien.
Cela n'a pas été son cas. Je me dis que c'est un mal pour un bien...enfin...
Cela reste pour moi très dur d'admettre ma maladie et ma souffrance...
Petit à petit, je me l'approprie...
J'aimerai tellement savoir de quoi demain sera fait, pour me booster et me faire avancer les jours où je perds pied...
J'y arriverai...

Portrait de mamour
J'aime 0

Non malheureusement Béa mon ami n'est pas près de moi ! C'est ça qui est trop dur ! Il a choisi de partir soudain dans la nuit du 28 févrie ! Maintenant, lorsque je l'ai au téléphone il met tous les torts sur moi et ajoute que je ne l'ai pas retenu, comme pour justifier sa fuite (ce n'est pas un départ !) Je n'en pouvais plus alors je l'ai laissé partir mais je pensais que cela ne durerai pas sinon connaissant mon attachement pour lui je ne l'aurais pas laissé fuir ! Mais cette explication il ne l'admet pas comme il n'admet pas son état. Il est près de moi à chaque instant tant mon coeur tout entier est à lui. Je ne pourrais plus aimer quelqu'un d'autre ! Pourtant qu'est ce que j'ai souffert tant moral que physique pendant ces 4 ans ! Mon envie est grande d'aller le retrouver, il n'est qu'à environ 3 heures en voiture d'ici et je sais qu'il veut me voir. Mais peut-être qu'il prendra conscience que je lui manque !
Ce qui me fait le plus peur (et du mal surtout) c'est ce procès que j'ai engagé contre lui. Il ne comprendra jamais que c'est uniquement pour qu'il admette sa maladie ! Je ne lui ai rien dit ! J'ai peur d'avoir gâché la seule chance de me remettre avec lui mais je me dis que sa santé passe avant tout et j'ose espérer que le juge comprendra bien, et saura lui expliquer, que c'est par amour qu'il a fallu que j'en arrive là ! Personne d'autre que moi n'a eu le courage dans toute sa vie d'avant notre rencontre de lui dire la vérité sur son état ! Il a fallu que ça tombe sur moi, sur celle qui l'aime plus que tout, pour être obligée de faire ça ! Il va aimer ceux qui l'ont négligé pendant 50 ans et il va détester celle qui lui aura donné tant d'amour pendant 4 ans ! La vie n'est décidément pas juste ! Crois-tu qu'un jour il comprendra ce que je fais pour lui ? A chacune de nos discussions il n'est pas objectif du tout, j'ai l'impression de parler toute seule ! Il ne veut rien entendre

Je sais que je devrais l'oublier définitivement, tout le monde me critique, mais je ne peux pas ! Je suis humaine et j'aime, c'est tout !

Moi aussi j'aimerai être plus vieille pour savoir de quoi demain sera fait ! Je suis rongée complètement de l'intérieur, et bon sang comme cela fait mal ! Lui, ne se soucie de rien ! Il mène sa vie tranquille, sans rien, ilm dit qu'il va très bien (mais je n'en crois rien !)

Un véritable gâchis ............... Je suis bouleversée de ce malheur car c'en est bien un !

Courage, je sais que tu vas réussir C'est peutêtre indiscret mais quel âge as-tu ? Je pense que passé 50 ans (il a 54 ans) on ne doit plus pouvoir s'en sortir, on a trop "rêvé" ? ????

Que penses-tu de mon idée : - Si des mythomanes qui ont pris conscience de leur maladie rentrait en contact, par courrier, avec des mythomanes qui ignorent leur état, arriverait on à leur ouvrir les yeux, en expliquant bien le mal qu'ils font et se font ? C'est ma seule idée depuis quelques jours. Tu peux y réfléchir ? La thérapie de ceux qui veulent guérir serait renforcée d'aider les autres !

Portrait de bea3
J'aime 0

Réponse à Mamour,

J'ai 26 ans. Et d'aussi loin que je me souvienne j'ai toujours menti..
Pour embellir ma vie qui depuis le début n'était pas vraiment belle...même laide...c'est comme ça que je le ressens.
Les gens s'attachent à moi car je suis une personne drôle (pt pour dissimuler toute la peine que j'ai), à l'écoute, intelligente...
Moi aussi, je m'attache à certains mais, je ne peux m'empêcher de mentir et certaines fois de croire à mes mensonges.
En fait, j'ai honte de ce que je suis...J'ai l'impression d'être vide et sans aucun intérêt de plus, il m'est arrivé des évènements douloureux : séparation de mes parents de des conditions très douloureuses, accouchement sous X à l'age de 16 ans, manque d'amour par mon père...
J'ai cru y avoir fait face mais c'est faux, c'était juste de l'apparence.
Je mentais pour pouvoir tenir...le cap...la vie...
Mais, on ne peut avancer en mentant...
En ce qui concerne ton ami, pt n'est il pas près ou n'en n'a t'il pas envie...
Car arrêter de mentir, c'est assez drôle d'ailleurs, est douloureux, très douloureux...Car on est face à soi même, aux autres, à ses peurs, ses doutes...c'est effrayant...
Laisse lui du temps...qui sait, pt qu'un jour....
Pour ma part, du temps, je m'en suis assez laissé... C'est important pour moi et pour ceux que j'm et ceux que j'aimerai, d'arrêter tout ça...
Il est vrai que depuis quelques temps, je n'ai pu la joie de vivre et la "patate" comme je l'avais auparavant...c'est la prise de conscience et le travail qui commence...mais je me dis, que d'ici quelques temps (mois, années...je sais pas), je serai moi...Et qu'on m'aimera pour ce que je suis et non pas pour ce que j'aimerai être...

Portrait de qwerty
J'aime 0

Chaque personne qui vit avec un mythomane n'a-t-elle pas ce problème si particulier ... Je veux dire, on se met à douter de son conjoint, certes. Mais le conjoint nie, dit : "tu ne me fais pas confiance ou quoi ?" Qu'en penser ? Chercher des preuves, est-ce que ça n'équivaut pas à trahir l'autre ? Je le ressens ainsi. J'ai des doutes énormes, mais j'ai peur de me tromper. Et si je me trompais ? Mon conjoint, dès que j'ai un doute, m'affirme: "quand est-ce que tu vas me faire confiance ?", retourne la situation à son avantage. Mais les doutes mènent inéluctablement à une certaine méfiance exacerbée, à un dysfonctionnement de la confiance. La confiance se détériore.

N'est-ce pas MOI qui nage en plein trouble, qui me trompe, me fourvoie ? Et si j'étais la seule "coupable" ? Difficile à savoir, à se placer correctement là-dedans. Ce qui crée de forts troubles, une instabilité certaine. N'est-ce pas moi qui suis atteinte de paranoïa aigue ?

Comment savoir, comment être sûr ? J'ai des doutes, me pose des questions, remet des choses en doute, analyse absolument tout, fait des corrélations avec ce qu'il m'a déjà dit. Mais si jamais je pose des questions plus précises, il s'énerve, change de discussion, dit que je ne lui fais pas confiance, insiste sur le fait qu'il n'a pas assez de mémoire etc. A partir de ce moment-là, impossible de se placer, c'est bien trop difficile ...

Et si c'était moi qui me trompais ? Personne n'a ressenti ça en étant en relation avec un(e) mytho ? Parfois c'est juste trop gros, parfois il y a des incohérences mais si l'erreur venait de soi ? Est-ce qu'il y en a qui ont déjà ressenti de telles choses ? N'est-ce pas un cercle vicieux ? Avoir un jour un doute d'entendre quelque chose de trop "gros", s'enfermer là-dedans et ne plus voir que des mensonges puisque la confiance est alterée ? Je ne sais pas si ce que je dis est très clair...

Je veux dire: dès qu'on a un soupçon, on reste enfermé dans ce shéma de méfiance et notre esprit est bloqué sur cette obsession du "mensonge" donc on voit du mensonge absolument partout chez le mytho qui, peut-être, dit parfois une "vérité". Dans mon cas je n'ose pas chercher ou demander des preuves (auprès de la famille etc.) car si je me trompais (comme il me le fait souvent ressentir) ? Alors j'en prendrais pour mon grade de ne pas lui avoir fait confiance et ce serait la fin (il s'agit d'une relation amoureuse)

Un fameux dilemme en somme! que je ne réussis pas à trancher!!!!

Pages

Participez au sujet "mythomanie"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "mythomanie"

  • Mythomanie ... La mythomanie est une tendance pathologique à avoir recours aux mensonges sans ... du comportement. Pour les psychiatres, la mythomanie traduit une organisation névrotique de la personnalité, qualifiée ...