Portrait de steffy
J'aime 0

MC 2002,

Je ne suis pas médecin donc je ne vais que te donner mon opinion.

pour moi, un menteur est qqn qui ment intentionnellememnt dans le but de nuir, genre un escroc.. il le fait car il a deja tout manigancé sur son scénario.
En revanche, le mythomane, ment mais sur des sujets le concernant précisémment et son scénario est souvent qqc qui n'est pas contruit, en rapport avec lui même et dans le but de se faire mieux voir. c'est souvent un résultat à des relations sociales difficiles et un manque de confiance en soi.

J'espère être dans le bon. peut etre qqn de mieux averti pourrait donner une définition?

bonne journée

Portrait de ccoco55
J'aime 0

Bonjour,

Après avoir lu toutes ces situations j'ai envie de partager celle de ma fille avec un jeune homme. Elle a rencontré ce garçon il y a environ 2ans et demi et est tombée amoureuse de lui. Elle a rompu avec lui il y a 4 mois. Au début il se comportait normalement puis il a commencé à lui donner des rendez vous aux quels il venait toujours soit en retard soit pas du tout en donnant des explications vraiment extraordinaires (par exemple le train était en retard à cause d'un suicide une fois peut-être mais pas à chaque fois, ou il venait les mains dans les poches en retard bien sur mais cette fois il s'était fait voler ses affaires par agression sur le quai de la gare ainsi que d'autres personnes. Cette fois ça m'a paru bizarre alors j'ai téléphoné à la gare et rien de ce qu'il avait raconté n'était vrai). J'ai commencé à parler à ma fille de cette situation. Pour elle impossible de croire qu'il lui mentait. Mais au fil du temps ça a continué et finalement elle s'en est rendu compte et lui a dit quil valait mieux s'arrêter là. Mais depuis il n'arrête pas de lui envoyer des SMS et de lui demander de le rappeler. Elle le faisait mais alors c'était des conversations à n'en plus finir et il l'agressait par ses paroles allant jusqu'à la menacer physiquement. Je lui ai conseillé de ne plus avoir de contacts avec lui mais elle se sent coupable de le laisser sans l'aider. Quand je lis tous vos témoigages cela m'effraie car j'ai l'impression d'après ce que vous décrivez que ces personnes sont vraiment imprévisibles. Pour moi ce jeune est un mythomane car bien sur il y a eu d'autres situations vraiment incohérentes. Pouvez-vous me dire ce que vous en pensez. Car je crains un peu pour ma fille. Merci

Portrait de Babou21
J'aime 0

Bonsoir,
Je suis surprise par la quantité de personnes ayant eu des problèmes avec un ou une mythomane.
J'ai pour ma part rencontré un homme via le net l'année dernière. Au début il était très gentil et prévenant. Il m'a expliqué qu'il vivait avec sa soeur dans la maison de ses parents (maman décédé et papa en maison de retraite). Cela ne m'a pas surprise car il me racontait moultes détails sur le caractère impossible de sa soeur. Puis deux mois plus tard, il m'envoie un message m'annonçant que son frère jumeau s'est suicidé à cause d'une mésentente dans son couple. Je l'appelle, il fond en larmes et m'explique qu'il a pu le tenir une dernière fois dans ses bras; que la tête de son frère était bandée car il s'était tiré une balle dans la bouche.
Mais dès le lendemain, il envoyait déjà des blaques par mail et c'est là que je me suis inquiétée et n'avait plus l'air triste du tout. Je fais appel à un ami policier qui a fait quelques recherches, le frère jumeau n'existait pas et sa soeur ne vivait pas avec lui. En fait il concubinait avec une femme depuis plus de 25 ans dans une maison qu'il louait.
Je l'ai appelé et lui ai demandé s'il s'était bien moqué de moi? il a bien sûr tout nié puis il a avoué et m'a dit qu'il s'inventait des histoires pour meubler sa vie. De là à inventer la mort d'un frère, c'était trop !
Depuis lors, tout est sujet à vérification de ma part.
J'ai voulu le quitter plusieurs fois et chaque fois il menance de se suicider (menacesécrites ou verbales). Plusieurs fois je lui ai envoyé les secours en pleine nuit.
il fait tout pour me séduire mais sa jalousie maladive doublée de cette mythomanie m'ont amenée à prendre la décision de m'éloigner car ce comportement ne changera jamais et c'est d'ailleurs à la lecture de ce forum que j'en sors vraiment convaincue.
Ce n'est pas la première fois que je suis confrontée à un mythomane. Pendant deux ans, j'ai eu une amie qui me racontait des choses incroyables. Au début je m'y suis laissée prendre. Avec le recul, je constate que sa manière de faire était aussi déséquilibrée et qu'elle avait un sérieux problème. Le pire est qu'elle se contredisait au fil des heures et avait du mal à se souvenir de ses propres mensonges.
A fuir absolument .
Merci à tous pour vos témoignanges et votre soutien.

Portrait de steffy
J'aime 0

babou

Tous les menteurs et arnaqueurs ne sont pas mythomanes. Ca vous est surement arrivée de mentir quelle ques oit la raion et pour autant vous n avez pas été dite mythomanes. Je pense que pour l'une ou l'autre ces personnes sont simplement des troubles faits et surtout conscients de mentir volontairement.

je suis mythomane et essaye de m'en sortir et la mythomanie est une maladie psychologique différente de la personne qui va menacer le suicide ou l'homme qui cherche simplement à se construire une double vie avec deux femmes...

c'est pas toi de toute facon qui pourra l empecher de faire le geste de suicide et personnellement si jamais ca arrive c'est surtout que cette personne a besoin d une autre aide...et ne sera jamais mais jamais a cause de toi.

steffy

Portrait de steffy
J'aime 0

ccoco,

Ta fille a sûrement croisé un mythomane et c'est clair qu'elle ne doit pas continuer a le frequenter aussi dur se soit pour moi de le dire. je ne suis pas psy mais je transcrits par écrit mes pensées, sincères, comme étant mythomane. elle est surement jeune et peut construire sa vie en confiance.

C est surement le patradoxe avec moi puisque je vis en couple mais un couple en confiance puisque je ne mens pas à mon mari et arrive de plus en plus a me controler. La mythomanie est une maladie qui résulte bps du manque de confiance en soi en milieu social.. on invente donc des trucs pour se rendre moins banaux (je sais pas si ca se dit)...

par contre, si cette personne arrive a dialoger sur son etat et reconnaitre sa maladie alors un soutien sera necessaire et surement utile. j'admire ceux qui autour de moi me soutiennent comme me rapellent a l ordre si ils me sentnet vulnérables...

desolee pour les fautes de frappes mais je reponds vite pendant la pause.

steffy

Portrait de redemption1
J'aime 0

Re bonjour tout le monde,
Voila je lis encore vos temoignage....et je vous dis que vous faites l'amalgame entre le pervers manipulateur et le mythomane....moi quand je mentais ce n'etait pas pour manipuler(mme si je le faisais inconsciement)c'etait pour que l'on m'aime.....et je me suis mis dans des situations dingues pour cela........mais je ne suis ni violent,ni maitre chanteur,ni quoique ce soit d'autre d'autrement plus dangereux....j'ai toujours essayé de respecter l'autre meme si cela me faisait du mal.....j'ai jamais abusé de la gentillesse des autres....je ne suis pas un profiteur,ni un infidele.....je mens pour avoir l'impression d'etre interessant c'est tout......enfin je comprend que l'on soit rejeté mais autant il y a des centre de sevrage pour les drogues(le mensonge est notre drogue)....autant nous c'est la camisole,et aucune solution car d'aprés vous on est perdu......je ne suis pas d'accord,c'est pour cela que j'aimerai que ceux qui sont concerné par cette maladie m'aide à monter un organisme pour nous sauver(je suis trés serieux).....car vous ne pouvez vous rendre compte ,pour beaucoup , à quel point cette pathologie peut nous nuire bien plus gravement que nous....à bon entendeur

Portrait de ccoco55
J'aime 0

STEFFY
Merci pour ta réponse. Tu dis que tu arrives à contrôler tes mensonges comment peux tu faire ? Effectivement c'est un garçon qui n'est pas sur de lui. Est-ce que tu penses que ça peut être également du à un manque affectif durant son enfance ?
En fait je crois qu'il n'accepte pas ce qu'il est. Il se sent mal dans sa peau. Dès que ma fille parle avec lui de ses mensonges il retombe toujours sur ses pieds ou bien il pleure. C'est un garçon très gentil qui a souffert dans son enfance. Comment l'aider ? A +

Portrait de redemption1
J'aime 0

Bonjour ccoco55,
désolé de me meler de la conversation,mais je sais que pour aider quelqu'un dans sa situation,il faut qu'il prenne conscience de son importance sans ses mensonges.......il faut appuyer sur ses qualités.....et lui apprendre à se regarder lui ,car s'il est amoureux il doit idealiser la personne avec qui il est ,et revivre la sensation de rejet premiere(avec son pere ou sa mere)lorsque votre fille lui montre qu'elle veut le quitter(j'espere que je suis explicite)......le probleme s'est que les psy ne sont pas assez penché cette pathologie en la négligeant(ne me parler pas du baron de munchausen,ce sont juste des hyppocondiacre,qui n'est qu'un groupe de mythomane)ce qui fait qu'il n'y a pas de reméde clair.....je serais tenté de dire que l'amour nous suffirait....à bon entendeur

Portrait de Mili
J'aime 0

Bonjour,

Je viens de m'incrire, en ayant l'espoir d'avoir quelques pistes, pour pouvoir avancer dans ma situation,

Je me présente, j'ai 24 ans, une fille de bientôt 11 mois, et un ex (père de ma fille) mythomane (non déclaré par un médecin, mais qui est dans cet état depuis 10 ans d'après sa famille)

Après beaucoup de lecture, il apparaît évident qu'il faut fuire ces personnes, mais lorsque l'on ne peut fuire, puisqu'il y a un enfant en jeu, que peut on faire pour qu'il se fasse aider ?

Sa famille souhaite l'aider, mais lui ne comprend pas, il pense que c'est les autres qui ont un problème. Il ne veut donc se faire soigner.
De plus il refuse de le forcer à se faire aider, si lui n'en éprouve pas le besoin.

Mon souci, c'est que j'ai peur pour mon enfant, que je n'ai plus aucune confiance en lui, et de plus: qu'il a un très bon avocat.

Quelques exemples de ses "mensonges"

- Dès notre rencontre, il m'a dit qu'il avait eu un cancer du poumon, et qu'il avait fait de la chimiothérapie.
Sa mère, ainsi que ses amis m'ont dit qu'il n'avait jamais cru à ça.
La mère d'une de ses amies (infirmière) en a discuté avec lui et s'est rendu compte qu'il mentait. Elle l'a dit à sa mère.
Il fume quand même 1 paquet de cigarette par jour.

- Il s'est soit disant fait abusé sexuellement par son cousin, MAIS, il continuait à l'inviter chez lui, il continuait à aller aux fêtes de famille…
Sa famille a beaucoup de doutes. et sur un sujet aussi grave, on ne peut dire si c'est faux ou non, mais avec tous ces autres mensonges ça reste plus que bizarre.

- Il a passé des nuits en prison, en cellule de dégrisement. Finalement, c'était faux. (Il me l'a avoué, suite à des "décrochages" de téléphone lorsqu'il était en "cellule": oui, ça devait être les policiers qui regardait dans mon téléphone...)

- Une de ses amies s'est soit disant suicidée en novembre 2005, il m'a même fabriqué un carton de remerciement pour être venu à la veillée funéraire. Il est soit disant allé à l'enterrement…
Finalement, après quelques recherches de ma part, je lui montre que c'est impossible, il m'a avoué alors que c'était faux.
Il en a parlé à beaucoup de monde autour de lui, a même pleuré auprès d'un de mes très proches amis, de mon père…

- Il dit à tout le monde qu'il n'a jamais voulu de "cet enfant"
Alors que c'est totalement faux. il m'achetait même des tests de grossesse tous les 2 jours pour savoir !!
Je l'ai très mal vécu, car pour moi c'est renié son enfant, depuis j'ai beaucoup de mal à le considérer en tant que "père".

- Il n'a soit disant plus son permis: (il l'a dit à la juge)
Ce qu'il raconte: Qu'il a été contrôlé pour alcoolémie, donc on lui a retiré. (Jusque là c'est fort plausible).
MAIS que pour le récupérer, il doit faire une prise de sang, que lorsqu'il aura les résultats, il faudra qu'il prenne rendez vous au TGI, et là seulement on lui rendra. (Témoin: mon père et moi)

- Il dit que je l'ai empêché de voir "notre" fille pendant 3 mois, alors que j'ai organisé par 2 fois des rencontres à sa demande mais qu'il n'a pas voulu venir. et qu'il faisait le "mort" le reste du temps.

- Il dit que je l'ai obligé à vendre ses parts de son ancienne société, alors que c'est son associé qui l'y a obligé, étant donné qu'il magouillait les comptes.

- Il pense qu'il y a un complot de la part de sa famille, qui veut l'aider (le faire soigner, le mettre sous curatelle…)

- Lorsque nous nous sommes séparés, il a dit consulté un psy, pour se faire aider, mais encore une fois c'était faux.
....................;

Ce qui m'éffraie le plus, c'est de confronté ma fille à tout ça, le laisser la manipuler comme il le fait déjà avec tout le monde, qu'elle soit complètement déstabilisée...
Ce que je souhaite, c'est qu'il se fasse aider pour qu'il puisse voir ma fille en étant plus "stable".

J'en souffre tellement, et l'on me dit: "oh mais de toute manière votre fille ne revient pas avec des bleus, alors ce n'est pas quelques mensonges qui vont faire de lui un mauvais père."
Il ne pense pas à ma fille comme à une personne, tout ce qui lui importe c'est son "paraître".

Je suis très affectée par tout ça, et je souhaiterais tellement préservez ma fille de son comportement, comme j'ai pu en souffrir.

Que puis-je faire ?
c'est devenu une telle anxiété pour moi, que j'ai besoin de me justifier tout le temps

Merci de m'avoir lu, et merci de votre aide...

Portrait de ccoco55
J'aime 0

Bonsoir,
Merci REDEMPTION 1 pour votre message. En fait ma fille ne souhaite pas retourner avec lui, il lui a trop menti et elle ne lui fait plus confiance. En tous cas je ne pensais pas que certaines personnes pouvaient mentir à ce point.
A+

Portrait de RIEN
J'aime 0

Bonjour à tous,
Il y a quelques mois, j'ai consulté ce site sans poster...J'avais rédigé un mail complet pour l'envoyer et puis je ne l'ai pas fait. Et là, je viens de lire les mails de Steffy notamment et de Rédemption aussi et ça m'a donné du courage, l'idée que je n'étais pas seule à ma débattre avec cette maladie: la mythomanie. Et aussi l'idée que je n'étais pas un monstre. Je suis mythomane, voilà déjà plusieurs années que je le sais et plusieurs mois que je l'admets. Je suis moi aussi tombé sur un psy qui a minimisé la chose: ce n'est pas grave, tout le monde ment, c'est juste une crise d'ado. Super! Quand j'en ai eu marre d'entendre ce discours et que j'ai voulu de l'aide, le seul moyen que j'ai trouvé c'est d'avaler suffisamment de cachets pour inquiéter mais pas suffisamment pour crever et ça a été efficace, enfin, disons qu'on s'est occupé de moi mais pas du vrai problème. On m'a emmené aux urgences, là gros blanc et puis la suite: d'Hôpital psy en hôpital psy je me suis fait passer pr psychotique, j'ai menti au médecin, je ne pouvais pas m'en empêcher alors on m'a filé des tas de médicaments contre les hallus, j'ai été hospitalisé ds une clinique spéciale pour étudiant. Mais personne ne regardait vraiment le problème en face, ni moi, ni les médecins. Il valait mieux dans ma tête être psychotique que névrosée, c'était plus une maladie et donc ça allait avec les autres mensonges que j'avais racontés avant (cancer, morts autour de moi etc...). En fait dans mes mensonges je cherche à renvoyer l'image de quelqu'un de fort devant l'adversité, de raisonné, de réfléchi et de très douée scolairement (ce qui n'est pas tjs faux ms pas tjs vrai non plus). J'ai plusieurs fois avouée mes mensonges à des amis et à ma famille: la première fois acculée par une prof qui par ailleurs ne m'a pas laissé tomber pour autant qui a téléphoné à mes parents censées être morts, j'ai alors téléphoné à quelques amis très proches pour les prévenir et me suis dévoilé à eux en me disant qu'en mettant tout au clair ça m'aiderait à changer; mais rien du tout. J'ai fait la démarche plusieurs fois d'"avouer" que j'avais menti et ça ne m'a jamais empêché de recommencer. J'ai essayé de faire comme toi Steffy: arrêter de mentir, mais je ne tenais que quelques jours et alors j'étais complétement déprimé, je pleurais pour un rien. Depuis un an je vis avec un garçon qui est au courant du problème (parceque je lui ai menti au début et qu'il s'en est rendu compte très vite) et qui l'accepte très bien tout simplement parceque lui est psychotique pour le coup et qu'en ce sens il est plus habitué à aider les gens en détresse qu'à les pousser dehors vu qu'il sait ce que c'est que d'être poussé dehors quand on souffre. Et puis c'est curieux, mais on avait peur au début que la pathologie de l'un alimente celle de l'autre et qu'on parte dans des délires ensemble et finalement c'est plutôt l'inverse qui se produit: on se stabilise doucement ensemble en portant de l'attention aux petites choses de la Vie, comme si c'était des petites victoires. On a décidé de tenter le coup et pour l'instant ça me donne une sorte de bonne raison d'être énergique, mon enthousiasme peu naturel au lieu de se retourner contre moi trouve une utilité dans cette relation. Et puis on s'aime et on se voyait pas se quitter à cause de la maladie. Le problème c'est que ça ne change rien au fait que je mente: alors à lui, à ma famille et à quelques amis très proches je ne mens plus sur des choses vraiment importantes (genre sur mes études je suis à peu près objectives, sur les faits vraiment vitaux aussi) mais je continue à mentir sur certaines choses quand même. Pourtant j'essais de m'en sortir. J'essais tout le temps de réduire le nombre de mensonge. J'essais aussi de dire à mon ami que je continue à mentir à telle ou telle personne comme pour tenter de mettre un garde fou. Mais c'est comme un besoin: il faut au moins une personne à laquelle je puisse mentir sinon je m'écroule littéralement. J'avais trouvé un psy bien pour m'aider mais on a déménagé et je l'ai perdu. Je m'efforce maintenant à défaut de revenir sur mes mensonges ce dont je me sens incapable de les stopper et de ne pas toujours en rajouter une couche, mais même cet exercice qui peut vous paraître simple est extrêmemnt difficile. Ce dont j'ai envie est assez curieux: j'aimerais pouvoir mentir à une personne, mais qu'elle puisse précisément savoir ce qui est vrai ou non et que cependant sa réaction ne change pas et que je puisse m'illusionner sans faire de mal à personne. Ca doit vous paraitre absurde comme idée, mais une personne suffirait je crois pour que je n'ai plus à mentir aux autres. Pour l'instant je m'isole beaucoup: c'est un bon moyen pour ne pas mentir, et à part mon ami j'essais de voir finalement un minimum de gens. Ce qui me fait le plus peur c'est d'isoler aussi mon ami. Je sens que parfois certains de mes comportements frôlent la manipulation même s'il n'y a pas vraiment mensonge pour m'attribuer un rôle plus important dans telle ou telle chose et ça me fait peur. Voilà en gros l'idée.

Portrait de redemption1
J'aime 0

Bonjour "rien"......déja vu le pseudo je sais que tu ne t'estimes pas beaucoup(il ne faut pas etre sherlock holmes).....Je suis content que tu es un couple stable,des etudes...cela te fait une base....je n'ai jamais caché mon intention de creer un groupe de parole pour "nous".....comme tu dis on est nié par le corps médical,alors entre aidons nous......si tu veux que l'on parle , je suis à ton entiere disposition......tu peux tout me dire sans que je te juge,vu que je suis passé par la......à tres bientot j'espere

Portrait de RIEN
J'aime 0

Bonjour,
Pour monter un groupe sur Internet, je ne serais pas nécessairement contre parcequ'effectivement dans cette discussion tout est un peu mélangé: mythomanie, escroquerie, perversion narcissique, hystérie, hypocondriaque, tromperie, et que sais-je encore. Comme toi et Steffy je n'ai jamais fait de mal à quiconque et bien au contraire je me suis toujours efforcée de soutenir les autres. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles quelques amis ne m'ont pas laissé tomber quand je leur ai "avoué", en gros leur remarque a été: Mythomane ou pas, tu as tjs été là pour nous et y a pas de raison. OK. T'as pas un cancer, t'es mythomane à la place, ça ne change pas vraiment le problème de la souffrance. Je n'ai jamais trompé mon ami, je n'ai jamais blessé quelqu'un, je n'ai jamais volé, ni porté préjudice à qui que ce soit. J'ai juste menti pour que l'on me regarde et pour obtenir de l'aide, parceque l'avantage de la souffrance d'un cancer c'est qu'elle est bcp plus reconnue socialement que celle de la mythomanie. En gros je me suis adaptée au monde qui m'entoure en mentant, c'est une manière de se construire et une fois qu'on a bâti toute sa vie comme ça, enlever les bases c'est beaucoup plus difficile qu'une simple question de volonté. La Volonté est première mais je vous assure qu'elle ne fait pas tout: il faut tout reconstruire derrière. Ca ne suffit pas de dire: bon allez ok, je ne mens plus. Steffy explique bien cela quand elle dit que par opposition elle devient plus calme, plus timide. Ce n'est pas juste ne plus mentir c'est se changer complétement dans son caractère, dans son rapport au monde. Vous savez, et ça je le dis pour tous, lorsque vous dites: il ne veut pas s'en sortir, il n'avoue pas ses mensonges, il s'y tient, il nie en bloc, peut-être aussi qu'avant de vouloir balayer tout ce qui a été construit il faut savoir ce que l'on va mettre à la place: vous quitteriez vous votre boulot sans en avoir trouvé un autre? Hé bien, les Mythomanes c'est pareil, avant de quitter les mensonges protecteurs il faut savoir ce que l'on va mettre à la place. On a d'abord besoin d'aide, d'amour et d'amitié pour reconstruire quelque chose avant de détruire le reste. Il ne suffit pas de dire: ça ne change rien pour moi que tu sois mythomane mais encore regarde ça et ça: ça n'a rien à voir avec la mythomanie, regarde quand tu m'a montré ce musée, il était bien réel et c'est un des plus beau cadeau que tu m'as fait même si on y était allé parce que soit disant tu rentrais à l'hôpital le lendemain pr une chimio, en attendant le musée lui était réel. On ne peut pas nier en bloc et rapporter à la mythomanie tous les actes d'une personne mythomane. Avant de briser les mensonges, il faut recréer une autre confiance fondée sur autre chose pour qu'on ait le courage de baisser notre garde petit à petit. Moi, depuis que j'essais de moins mentir, hé bien, j'essais d'apprendre à raconter les petits événements de ma vie. Steffy, je trouve ça chouette qu'avec ton mari tu n'ais jamais eu besoin de mentir moi ça ne m'est jamais arrivé avec personne. Et aussi depuis que je tente de moins mentir je parle beaucoup plus de sujets d'actualités ou de sujets qui font appel à la raison parce que l'avantage c'est qu'on ne peut pas mentir avec la raison: on peut défendre des idées auxquelles on ne croit pas mais c'est courant et ça anime les discussions mais on ne peut pas mentir puisque ça ne fait appel ni à des faits ni à des sentiments. D'ailleurs en parlant de sentiment de toutes façons je crois que je n'ai jamais menti sur des sentiments, simplement je mentais pour les exprimer plutôt comme ci ou plutôt comme ça mais quand je dis à quelqu'un que je l'aime, je l'aime et point. Effectivement je ne suis pas un monstre qui prend plaisir à faire du mal. Et puis si je viens écrire ici c'est que je prends conscience de ce qui se passe, des inquiétudes que je crée pour les autres et que j'essais de réagir alors vous ne pouvez pas dire que la fuite est la meilleure solution tout en nous reprochant de fuir justement. Toi tu ne dois pas fuir mais moi si. Toi tu dois prendre conscience mais moi non. Merde alors, moi ce qui m'aide à avancer et à arrêter de fuir, c'est justement ceux qui avancent et qui ne me fuient pas, ceux qui en rigolent aussi parfois mais sans minimiser. C'est curieux tous les gens qui viennent sur ce site s'accordent à dire qu'on relève de la psychiatrie sauf les psychiatres qui se foutent de notre gueule en nous disant que ce n'est rien et que ça va passer tout seul et en nous refusant leur aide. Hier j'étais en détresse, j'avais besoin de parler de tout cela, j'ai appelé, mon ami a appelé aussi, les Urgences de l'Hôpital hé bien on nous a balancé de postes en postes et je n'ai jamais pu avoir un médecin en ligne et on m'a dit qu'il était inutile que je me déplace. Mais la mythomanie ce n'est pas un handicap n'est ce pas, c'est une malformation monstrueuse de la pensée, il suffit d'un peu de volonté, il ne s'agit pas de souffrance... Je ne sais pas si vous connaissez un livre La Bonne Moitié de Romain gary, c'est un mec dont on s'aperçoit tt à coup qu'il n'était pas juste un super héros de la résistance mais aussi un mec moitié collabo, moitié résistant et tt le monde se met à lui cracher dessus. C'est assez intéressant et instructif.
Voilà pour aujourd'hui.

Portrait de redemption1
J'aime 0

pour un rien je trouve que tu ecris trés bien...........justement des personnes de "VALEUR" comme toi manque pour nous défendre....je comprend ton envie de te montrer,vivant la meme chose,mais je crois qu'il faut que tu prennes conscience que le seul moyen que l'on aura d'etre reconnu c'est d'unir nos forces.......ouvrir un blog comme refuge pourquoi pas???aujourd'hui c'est gratuit et je suis pret à le faire.....seulement j'ai besoin de soutien que je me dise que je ne serais pas seul à defendre notre cause....à tres bientot

Portrait de RIEN
J'aime 0

Oui, j'écris bien, en effet, c'est ce qui me fait vivre et avancer aujourd'hui. Malheureusement ce n'est pas parce que la souffrance est bien écrite qu'elle en devient moins lourde, c'est dommage. Ce n'est pas le fait de bien écrire qui m'aide à moins mentir, au contraire...Cette facilité de mettre des mots les uns à côté des autres, c'est affreux. Je suis d'accord pour l'idée d'unir les forces mais je ne sais pas vraiment comment cela peut se faire étant donné qu'il n'existe pas grand chose aujourd'hui qui permette de parler de la mythomanie en commençant par la définir clairement. La folie des mythes... Ce que je disais n'était pas que l'on ne pouvait pas se soutenir, y compris avec ceux qui souffre de mythomanie et de perversion, ils ne sont pas plus des monstres que les autres d'ailleurs mais ça va être encore plus dur à prouver pour eux. Parce que la vie c'est fait comme ça, on a toujours quelque chose à prouver, des raisons à donner pour tout. Le problème c'est comment lancer une discussion avec suffisamment de participants qui veulent non pas simplement se reconstruire en tant que victime (ce qui est par ailleurs compréhensible et louable et heureusement qu'ils s'expriment eux aussi.) mais qui souhaitent tenter de trouver des solutions, des moyens d'avancer, de soutenir, de vivre ensemble. Je pense que pour défendre une cause, il faut des gens qui veulent la faire reconnaître et faire bouger les choses pas juste des gens qui témoigneront de leur déconfiture avec des mythomanes ou des pervers narcissique mais des personnes qui souhaiteraient réellement comprendre et progresser pour vivre ensemble. Je ne sais pas vraiment comment faire en sorte de trouver des personnes qui s'inscrivent durablement dans une telle optique d'avancée et de vivre ensemble. Bref il me semble que l'union doit être celle de ceux qui pensent que la cause n'est pas désespéré et que la fuite n'étant pas l'unique solution, on propose autre chose et on demande pour cela de l'aide auprès des psys qui à ce jour nous renvois ballader d'une manière honteuse.
Je ne sais pas par où commencer mais je vais y réfléchir.

Portrait de redemption1
J'aime 0

Toujours aussi bien ecrit RIEN(je vais faire pale figure)....
L'important c'est de creer notre page et voir s'il y a des gens qui y sont attiré......moi quand j'ai compris de quoi je souffrais , j'ai cherché sur le net des solutions....mais rien que des forum ou les gens se plaignent de nous..creer un refuge pour nous permettre d'arreter de mentir(ma definition reste ethymologique mythomanie=Manie de mentir)....on veut tous arreter , au moins dans un endroit comme celui ci on sera logé à la meme enseigne donc pas peur de se decouvrir......
Voila mon idée..à peluche

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour à tous,

j'ai 17ans et demi et c'est ce soir qu j'ai compris que je suis une mythomane.
Triste réalité mais je tiens ce problème de mon pere qui lui-meme est mythomane et a construit ma vie sur un tissu de mensonge. J'ai toujourzs menti depuis que je suis petite comme si c'était une nécessité un besoin, même lorque je ne voulais pas mentir je n'y arrivais pas c'était plus fort que moi.
Cela faisait plusieur mois que j'étais avec un garçon et notre relation était très sérieuse et fusionelle l'amour fou aucunes gênes aucune pudeur la vie était rose. Aujourd'hui il s'est rendu compte que je lui ai menti sur toute ma vie sur des choses graves et moins grave : j'ai inventé que mon père m'avait violé alors qu'il ma abandonné il y a 4ans ( mes parents ont divorcé car ma mere s'est rendu compte que mon pere était un mytho), également que j'avais un cancer de l'estomac que j'allais bientôt mourir pour attirer sa pitié et que chez moi personne ne m'aimait et sur des choses moin grave comme mon âge je lui ai fais croire que j'avais 18ans au lieu de 17. Bref lorsqu'il ma grillé la honte m'a anvahie j'aurais aimé disparaître sur le champ j'avais envie de fuir la réalité et changer aller ailleur.Sa réaction a été assez violente il a commencé par s'emporter en me traitant de menteuse et aussi a été plus vulgaire je n'ai pas réussi à pleuré alors que d'habitude j'y parvient très facilement j'étais en train de prendre conscience de mon problème qui est très grave et je suis rentré chez moi. Nous avons discuté par téléphone et j'ai avoué un tas d'autres mensonges qui ne m'avait rien apporté je me sent salle et écoerante c'est horrible. Il ma dit d'aller me faire soigner et que malgré tout il m'aimait encore, notre histoire est fichue pour le moment mais il ma proposé que je me fasse soignée et que nous reprenions après il ma comprise et ça me rassure énormément, nous sommes deux âmes-soeurs et nous n'allons pas laisser une maladie se mettre entre nous. J'ai honte mais je l'assume j'ai tout avoué à ma mère et elle va m'aider, je vais retourner voir ma psychologue (que je ne voyais plus car j'avias honte d'assumer mon problème) et j'espere vraiment guérir. Vous savez c'est horrible de ne pas pouvoir contrôler ses véritées et ses mensonges je parviens encore à dinstinguer le faux du vrai mais pour combien de temps si je n'avais pas pris cette initiative aujourd'hui ??

...

Portrait de ccoco55
J'aime 0

Bonsoir KAMILLE,
Mais comment faire quand la personne nie ses mensonges. Comme je l'ai dit sur ce forum le copain de ma fille lui a toujours menti et elle a fini par le laisser. Elle lui a dit qu'elle ne supportait plus ses mensonges mais il a nié.
Que faire dans ce cas là ?

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonsoir coco55,
j'ai toujours nié mes mensonges aussi mais lorsqu'on ma mise face à des preuves je n'ai pas pu continuer à mentir j'ai bien été obligé d'avouer mes mensonges !!! si il persiste à les nier cela signifie qu'il ne veut pas affrnter la réaliter et veux garder son image de l'homme qui ne ment pas, il est possible qu'il n'y ait pas vraiment réfléchi dans ce cas la il faut insister et lui montrer des preuves...!

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour Noebleue

J'ai lu votre texte et honnetement je ne pense pas que votre mari soit un mythomane car il ne doit pas croire à ses mensonges en fin de compte il sait tres bien qu'il a emprunté cet argent pour sa maîtresse !!! il doit etre manipulateur et menteur mais pas mythomane, de ce fait ses mensonges sont encore plus graves...

Portrait de anonymous
J'aime 0

Noebleue,

Je m'excuse j'avais mal compris votre hiestoire et en effet vu de ce côté là, il est en effet mythomane, je ne connais pas votre age mais vous avez l'air d'être une femme assez futée et pas trop naive vu que vous vous êtes aperçu de son manège je pense que vous êtes capable de vous reconstruire du mal qu'il a dut vous faire ! Quant à moi 17 ans de vie 17 ans de mensonges je pense en effet que le problème peut être traité mais avec de l'aide et beaucoup de soutien même d'inconnu c'est dailleur pour ça en partie que je me rend sur ce forum !
A tellement vouloir être malheureuse, que les gens me plaignent et que je sois malade je le suis tombé réellement mais dans la mythomanie et ce n'est pas une maladie que l'on aime mettre en avant croyez moi.
Il m'est tres dur de faire souffrir mon ami j'en souffre moi aussi énormément.

Portrait de redemption1
J'aime 0

bonjour,
Moi je dis qu'il faut séparer le mauvais du bon grain.....il y aura des mythomanes pervers et d'autres......enfin je souhaite à tous d'aller mieux

Portrait de anonymous
J'aime 0

Je m'adresse à redemption1

vous dites vraiment n'importe quoi ya pas de bon et de mauvais grains je suis mythomane mais si bête ni méchante et je m'éfforce de corriger ma tare et d'aller de l'avant je ne connais pas votre histoire mais je vous trouve tres culoté de parler de la sorte !

Portrait de redemption1
J'aime 0

lol.......j'ai certainement mal été compris....ou je me suis mal exprimé....Toutes mes excuses.....je ne voulais pas que l'on etiquette "mythomane" tous ceux qui mentent , sinon la terre entiere le serait......Puis les gourou des sectes sont rarement mythomane et pourtant ils manipulent pour leur compte...je pense que le "mythomane" de base ment pour lui, pour se plaire,pour etre aimé ; mais rarement pour manipuler.....enfin cela reste ma pensée...

Portrait de Brice
J'aime 0

Bonjour,

Je vous avoue avoir très peur suite à vos messages. Suite à de nombreux chagements dans ma vie, et de nombreuses souffrances j'ai été amené à réfléchir suis moi même et j'ai peur de faire parti des mythomanes.

Cela me fait peur et souffrir à la fois. Je veux changer et ne pas tout perdre autour de moi.

Je suis également ce que l'on peu appeler un dépendant affectif.

Je ne sais vraiment pas comment m'en sortir.

Je vous demande votre aide.

Je ne veux pas perdre la femme à laquelle je tiens, sa fille et mon futur enfant.

Merci d'avance

Pages

Participez au sujet "mythomanie"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "mythomanie"

  • Mythomanie ... La mythomanie est une tendance pathologique à avoir recours aux mensonges sans ... du comportement. Pour les psychiatres, la mythomanie traduit une organisation névrotique de la personnalité, qualifiée ...