Portrait de seb41

help.
besoin de conseils avisés.
je commence à me rendre compte que je suis victime d'une personne mythomane.je ne sais comment procéder ni quel comportement adopter.
merci de toute réponses

Portrait de Coug@r
J'aime 0

En quoi te sens-tu victime?
merci.

Portrait de angelus
J'aime 0

moi aussi je vi avec une personne qui es mythomane tu t'en es sorti? et comment?

Portrait de charlene936
J'aime 0

Bonsoir ,
Je vous écris ce soir car je suis à bout de nerfs .....
J'ai 18 ans , depuis 1 ans édemi je me rends compte qu'une de mes meilleures amies me ment et ment a toutes nos connaissances . Ses histoires ne tiennent plus debout , tout semblait réaliste mais avec le temps elle se perd dans ce qu'elle dit ... Nous remarquons aussi que plusieurs scénarios se répètent dans sa vie et toujours des choses énormes qui n'arrivent à personne .
J'aurai souhaité savoir comment savoir si cette personne est atteinte de mythomanie ou simplement de simples petits mensonges ?
Son comportement m'atteint beaucoup , j'ai souvent des crises de larmes en ce moment car j'ai l'impression d'avoir été trahie à cause du mensonge , comment peut-on vivre une amitié sincère si le mensonge est présent ? Pour moi cela relève de l'impossible . J'ai tenté a plusieurs reprises de vouloir la faire réagir ( je ne sais pas si c'est une bonne idée ) même le fait d'avoir couper les ponts pendant 3 mois ne l'a pas fait réagir . Je ne sais plus quoi faire . Pourriez-vous me conseiller et me dire comment réagir face a ce comportement car je n'arrive plus à gérer , j'aimerai tellement l'aider mais je m'en sens incapable seule ....
Merci a ceux qui ont prit le temps de me lire . J'attends vos conseils , j'en ai vraiment besoin . Merci

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Si elle ne réagit pas même à votre absence et que surtout cela vous désespère autant, le mieux est de couper les ponts définitivement.

Mais avez-vous essayé d'en parler avec d'autres personnes qui la connaissent ? Ses amis, sa famille ?
Si oui qu'est-ce que cela à donné ?

Si pas et si vous voulez faire une tentative encore pour l'aider, discutez-en car cela vous permettra sûrement de dédramatiser les conséquences que cela a sur votre relation avec elle, et cela permettra peut-être aussi de voir un début d'aide pour elle.

Vouloir aider quelqu'un c'est bien mais cela ne doit pas vous détruire non plus.
Donc parfois il faut être un peu égoïste et penser alors à soi. C'est dur mais on ne peut pas aider -ou du moins c'est très difficile et on ne peut pas le faire seul- quelqu'un qui n'en ressent pas le besoin, qui ne voit même pas qu'il a un problème.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de patregue
J'aime 0

Bonjour;
Il y a des gens qui se complaisent dans le mensonge, et beaucoup.
D'ailleurs, on est tous un peu menteur un jour ou l'autre.
Certains vivent dans le mensonge quasi perpétuel; c'est une façon pour eux de vivre un peu leurs fantasmes.
iIs mentent pour se donner une image flatteuse vis à vis des autres.
Face à un menteur connu, on a tendance à le laisser raconter ses bobards, voire à opiner, alors qu'on pense bien évidemment qu'il raconte des histoires...
Mais le fait de ne pas contester ses propos l'encourage pour la suite.
Bref, ce n'est pas simple, on ne peut pas dire à quelqu'un " tu me ments encore ".
Par contre, il est possible de lui dire un jour entre quatre yeux " écoute, ca fait des semaines que tu me racontes des trucs invraisemblables, j'aimerais bien que tu ne me prennes pas pour une sotte pour qu'on reste amies ".
Et si ca ne change rien, le mieux est d'éviter les rapports ultérieurs.

Portrait de flocon de neige
J'aime 0

Bonjour,
J'ai 27 ans et j'ai lu ici de nombreux messages de personnes qui ne savent pas comment réagir face à un mythomane. Je sais que l'on va se méfier de moi aprés ce que je vais dire, et qu'on aura de la peine à me croire mais au point où j'en suis j'ai l'habitude même si ça fait mal.
Voilà je sors d'un troisième "épisode" de mythomanie. Je ne vais pas me perdre dans les détails, mais là mercredi je suis tombée de haut en réalisant que j'avais inventé tout un scénario et que je l'avais vécu pendant 2 mois, pleinement. Avant cela il y avit eu aussi 1 an et demi où j'ai vécu coupée de ma famille, et où j'étais persuadée d'être atteinte d'une maladie grave et que j'allais mourir. Tous les détails étaient présents, je vivais chaque jour cette maladie et même certains de ces symptômes. J'y croyais, j'étais DEDANS.

A chaque fois, quand quelqu'un découvre que ce n'était que "ma vérité", tout s'écroule, on réalise et on se culpabilise beaucoup parce qu'on a fait du mal aux gens qu'on aime: on les a trahi sans leur vouloir du mal pour autant, on leur a menti tout en croyant à nos mensonges. On a l'impression que tout est fini, et la souffrance est là: celle de n'être pas quelqu'un qu'on peut croire (alors que j'ai toujours été sincère, dans la mesure où je croyais que c'était vrai moi-même), de se dire qu'on ne peut pas avoir d'amis parce qu'un jour ou l'autre on va les décevoir.

J'ai de beaux projets depuis quelques temps, et je vais tout faire pour rechercher des solutions possibles afin qu'ils ne soient pas incompatible avec ce handicap. Je veux arriver à dépasser ça, à trouver un équilibre. Je suis lucide sur ce qui est, au fond de moi je sais distinguer le vrai du faux, mais ça fait tellement mal de dire qu'on a menti sur tel ou tel point...ça me parait tellement énorme...qu'effectivement je pense que dans ces cas on préfère ne rien dire de peur de perdre la confiance des gens qu'on aime et leur soutien.

En fait ce qui peut détruire et qui touche le mythomane, je crois que c'est le regard des autres, ce qu'ils pensent de nous. On aimerait avoir leur confiance, et pourtant notre comportement (malgré nous), nos inventions de vécus, nous empêche de l'avoir sur un long terme. On perd tout à chaque fois, quand tout est découvert. Sans mes parents qui m'aiment assez pour me soutenir, j'avoue que je me serais sûrement terrée quelque part pour mourir dans un coin, tellement on se sent misérable aprés de pareils "épisodes".

Le pire serait, je pense, qu'on me traite comme une "malade mentale" alors que je sais que je ne suis pas folle, qu'on se retire par peur ou incompréhension...et malheureusement c'est souvent le cas. Je peux le comprendre, et je n'en veux pas à ces personnes que j'ai aimé et que je voyais comme de bons amis.
Chercher à nous faire réagir en nous mettant face à la réalité brutalement ou en refusant toute relation avec nous est trés dur à vivre et même destructeur. Aprés on doit apprendre à vivre avec de beaux souvenirs complètements détruits et gâchés (par nous d'ailleurs, terrible à admettre), et donc avec des mots qui restent et qui blessent. Attention de ne pas réagir par une cassure avec la personne mytomane, ou alors je peux le comprendre si cette relation avec elle vous fait trop de mal, vous enchaine ou est dangereuse pour vous. Là oui, il faut couper.
Mais sinon l'idéal est de pouvoir en discuter un peu, d'essayer de comprendre ce qui a pu se passer dans sa tête, même si elle ne peut pas toujours l'expliquer elle-même. Parfois si on agit bizarrement, si on monte tout un scénario, c'est sans doute un peu parce qu'on a peur de décevoir, et qu'en disant la simple vérité ou notre vécu réel, on n'interressera paersonne? Je ne sais pas, c'est peut-être cela.
Pour ma part je sais que mon quotidien est tellement vide, je suis coupée de toute relation amie en dehors de mes parents, je ne vois quasiment personne, et cela m'a fait depuis l'adolescence basculer dans une autre réalité que je me suis crée. La souffrance à la base est bien réelle, elle il ne faut pas la nier ou la minimiser. Sans quoi la personne peut se refermer encore plus sur elle-même, ne plus oser parler ou sortir, elle est déchirée à l'intérieur mais ne se sent pas en droit de l'exprimer sachant trés bien que la plupart des gens ont peur de tout ce monde inconnu, nous classe trés vite dans des shémas tout fait et donc souvent inadaptés.

J'essaie de me mettre à votre place, mais je ne peux que vous partager mon ressenti de l'autre côté de la barrière. On a tendance à s'isoler, car on finit par penser qu'on ne fait pas de bien aux gens qu'on aime et avec qui on voudrait malgré tout garder contact.
Pour ma part je pense que si une amie acceptait mon handicap et me voyait autrement que seulement par ce handicap, si elle me voyait dans ma globalité, je pourrait peut-être avec elle ne pas vivre ces "délires" et même lui avouer mes mensonges. Seulement c'est trés difficile, car en face il faut vraiment qu'on sente une écoute sans jugement, une possibilité qu'elle sache sans pour autant nous renvoyer aprés ou couper les ponts comme si on avait la peste.

Je sais que je ne suis pas dangereuse et que je peut être une bonne amie, que je ne suis pas "déséquilibrée" comme on peut le penser peut-être, souvent et à tors par ignorance de ce genre de problème. Je regrette terriblement tout ce que j'ai pu faire vivre aux gens qui m'ont connus. Cela est venu jusque sur mon lieu de travail, je dois y faire face aussi aujourd'hui et tourner une autre page. Seulement à chaque fois, c'est tourner des pages et n'arriver à rien écrire de durable dessus.

Par inquiétude et parce qu'à l'époque j'étais coupée de ma famille (donc de mes parents qui auraient pu m'aider), on m'a envoyé malgré moi et d'office en hôpital psychiatrique. Ce sujet malheureusement tabou et trop souvent mal jugé...J'ai vécu un mois d'horreur. Je n'étais pas à ma place, les médicaments n'étaient pas adaptés et je ne souhaitais que sortir de cette prison. J'ai pu par la suite et grâce à mes parents qui sont venus me tirer de là, arrêter ces médicaments qui m'avaient complètement détraqués l'organisme et dont je vivais trés mal la prise. Tout est rentré dans l'ordre grâce àà de la phytothérapie. Je poursuis mes recherches dans tout ce qui est traitement naturel, car d'aprés mes lectures il existe de nombreux liens entre la nourriture et les troubles que l'on peut ressentir, même d'ordre psychique. C'est d'ailleurs passionnant comme sujet.

Si vous avez des questions, l'anonymat me permet c'est vrai de parler librement sans avoir peur d'être rejeté. Je le répète, je suis lucide et vous pouvez tout à fait me parler normalement. Je souhaite juste, peut-être, que ce vécu difficile que je vis puisse servir à quelques personnes. Si cela me dessert dans ma vie privée, peut-être que là mon témoignage peut servir.
Voilà.

Merci de m'avoir écouté

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

A votre niveau je ne suis pas sure qu'il s'agisse de mythomanie pure et simple mais plutôt un cas de dédoublement de personnalités multiples.

Car vous vivez dans une histoire que vous vous êtes construite sans vous rendre compte que ce n'est pas la réalité.
Le mythomane lui sait parfaitement qu'il ment.

Donc je pense que les problèmes sont différents.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de flocon de neige
J'aime 0

Bonjour Christiane,

C'est trop complexe pour que je puisse tout développer, mais tout en étant dedans, tout en vivant ce que j'avais inventé, une partie de moi était consciente que je mentais, mais j'apportais régulièrement des éléments dans le scénario pour y croire moi-même et que ça soit tout à fait plausible. C'est en ce sens qu'il me semble que la mythomanie correspond davantage à mon cas. D'autant plus que je ne changeais pas soudain de personnalité, il n'y avait pas "dédoublement".

Pour enrichir le scénario régulièrement c'est qu'il faut être conscient à certains moments, puis aprés on oublie que nous sommes à l'origine de tout ça, et nous le vivons comme si ça nous était "tombé dessus". Comme si c'était la réalité. Vous comprenez?
C'est par contre trop difficile à admettre, et donc j'ai continué et j'aurais continué encore si mes parents n'avait pas cassé le cercle vicieux en me disant qu'ils avaient découvert que cela venait de...moi-même! Le choc est alors assez rude, et là il faut beaucoup d'amour en face pour arriver à le surmonter soi-même et à accepter ce qui en est réellement.

Participez au sujet "mythomanie"

Articles à lire concernant "mythomanie"

  • Mythomanie ... La mythomanie est une tendance pathologique à avoir recours aux mensonges sans ... Pour les psychiatres, la mythomanie traduit une organisation névrotique de la personnalité, qualifiée ...