Portrait de scarabée

Bonjour à tous les visiteurs !
Mon petit garçon de 2 ans est atteint de mucoviscidose ; sur une analyse de sang faite lors d'une hospitalisation, on vient de lui trouver un MYCOPLASME. Quelqu'un peut-il me dire de quoi il s'agit et comment s'en protéger ? au niveau curatif, il semble que la clarythromycine marche, mais je voudrais savoir ce que je peux faire pour limiter les risques de réinfection.
Merci d'avance.
RV

Portrait de Dr Martzolff Richard
J'aime 0

J'ai déjà répondu à une question similaire concernant mycoplasma pneumoniae. Néanmoins voici quelques indications supplémentaires en ce qui concerne spécifiquement cette variété des mycoplasmes.mycoplasmes qui est un agent pathogène pas véritablement une bactérie ni un virus et qui est transmis par contact direct quand l'enfant inhale des gouttelettes qui sont émises par d'autres individus déjà infectés par mycoplasma pneumoniae. Ce sont des affections respiratoires qui concernent essentiellement l'enfant et l'adulte jeune survenant essentiellement en automne et en hiver. Elle s'observe à l'intérieur d'une communauté survenant après une infection par un autre germe : le pneumocoque. Les formess graves et les affections du système nerveux central qui concernent presque exclusivement que les individus présentant une baisse de leur immunité comme par exemple les patients atteints du sida.

Après la période d'incubation de 10 à 15 jours on constate un début qui commence insidieusement et qui ressemble à une grippe, à une pharyngite ou à une bronchite avec trachéite. L'enfant se met à avoir une toux sèche tout d'abord le plus souvent incoercible c'est-à-dire qu'il n'arrive pas à contenir, des insomnies et d'autres symptômes. Parfois il recrache du pus et un peu de sang et est essoufflé.
L'évolution vers la pneumopathie (voir ce terme dans l'encyclopédie médicale Vulgaris) est possible, et comme je l'ai dit dans l'autre réponse concernant mycoplasme, l'auscultation est normale ou montre juste quelque petits râles crépitants.
Les symptômes régressent progressivement mais le patient garde une fatigue qui persiste longtemps.
Mycoplasme intéresse également le nez, les oreilles, la gorge, les sinus entraînants apparition de pharyngite, sinusite, rhinite, otite et parfois même le coeur entraînant une myocardite voire une méningite ou des anémies quelquefois même des douleurs musculaires et des douleurs articulaires.

Il est possible de mettre le germe en évidence dans les l'expectorations c'est-à-dire les crachats du patient mais les cultures sont lentes c'est-à-dire une à deux semaines et le plus souvent elles sont difficiles. Néanmoins la réaction de polymérisation en chaîne (PCR) permet de détecter l'ADN et d'identifier très rapidement les mycoplasmes sur le frottis de la gorge.
On retrouve également des anticorps spécifiques qui apparaissent dans le sang après deux semaines environ pour atteindre un maximum après un mois. La radiographie a pour caractéristique de concerner essentiellement les bases des poumons et de montrer quelques opacités atypiques puis une normalisation des radios au bout de deux à trois semaines. Chez très peu de patients on constate un épanchement pleural.
Les complications concernent l'oreille avec une otite, la peau avec apparition d'érythème multiforme et en particulier un syndrome de Stevens Johnson une anémie de type hémolytique, une hépatite, une atteinte du coeur et les articulations, du péricarde et un syndrome de Guillain-Barré ainsi que parfois une détresse respiratoire aiguë chez l'adulte.
De façon générale l'évolution est spontanément favorable en un mois après, chez quelques patients en seulement deux semaines.
Cette maladie ne doit pas être confondue avec tes pneumonies à virus, à rickettsie à chlamydia ou à legionella.
Le traitement est inutile puisque la maladie évolue spontanément en quelques semaines parfois moins. Néanmoins il est quelquefois nécessaire d'utiliser des macrolides comme l'érythromycine à raison de 0,5 g toutes les six heures sous forme de comprimés ou bien tétracyclines ou encore un fluoroquinolone à raison de 400 mg par 24 heures pendant deux à trois semaines. Certains spécialistes en pneumologie préconisent les corticoïdes quand le patient présente un spasm des bronches associée à la kinésithérapie de l'appareil respiratoire.

Dr Martzolff Richard médecin responsable de l'encyclopédie médicale Vulgaris

Participez au sujet "mycoplasme et muco"