Portrait de annelaure38

Cela faisait environ 10 ans que je buvais, j'ai commencé jeune. Il y a un an et 8 mois j'ai rencontré une femme formidable, je me disais qu'il fallait que j'arrête mes conneries maintenant, j'avais tout pour être heureuse. Mais ce besoin d'alcool était plus fort que moi et j'ai continué. Elle est venue s'installée chez moi en quittant une ville qui lui plaisait bien et où elle connaissait du monde. Je me suis alors dit que lorsqu'on vivrait ensemble j'arrêterais de boire, en vain toujours ce maudit besoin et envie d'alcool. Elle supportait de moins en moins mon comportement avec l'alcool, ce que je comprend c'est normal. J'ai réussi à diminuer énormément la quantité d'alcool et à ne plus boire tous les jours. Mais le besoin continuait à me ronger le cerveau, je voyais bien qu'elle allait pas bien et moi non plus car je faisais un bilan de toutes mes années perdues et tout ce que l'alcool avait engendré dans ma vie. Que des problèmes. Je me suis renfermée sur moi et elle aussi. Le dialogue est devenu difficile, on arrivait plus à se parler. Le problème c'est que quand elle n'était pas là, "j'en profitais" et je rebuvais anormalement, j'étais seule pour exercer ma déchéance. On a eu une discussion suivie d'une dispute à la maison puis le lendemain je l'emmena dans son ancienne ville. La situation a empiré au moment que je parte et je suis partie car la discussion était impossible, j'étais en larmes. Rentrée chez moi j'ai eu la seule réaction à ne pas avoir, j'ai acheté de la bière et bu énormément. Puis je me suis coupée du monde pendant 2 jours et ne lui ai même pas répondu à un message gentil où elle me disait qu'elle m'aimait. Je suis une imbécile. Elle en a eu marre, elle était en train de prendre une décision et quand elle m'a demandé si je me rendais compte de ce qui se passait et c'est à ce moment que j'ai compris que la situation était plus que grave. J'étais dans le train et ne savais plus quoi dire par timidité de parler de mon problème d'alcool devant du monde et avec encore de l'alcool dans le sang de la veille. J'étais éfondrée et n'arrêter pas de pleurer à tout bout de champs. Après 2, 3 longues discussions téléphoniques à distance, elle a pris la décision de me quitter et ce même jour j'ai pris la décision d'arrêter complétement et j'avais pris rdv avec un médecin. Deux jours après je rentrais chez nous et elle m'annonca que c'était fini, qu'elle me croyais plus que j'allais arrêter mais cette fois c'est la bonne! Jarrête! C'est trop tard j'ai perdu la Femme la plus merveilleuse et celle que j'Aime le plus au monde à cause de cette drogue légale en vente libre! Je suis au fond du trou et sans elle ma vie n'a plus de sens sauf d'arrêter de boire sinon si je replonge je fini de me détuire totalement et à petit feu et d'être seule pour de bon. J'aimerai tant qu'elle essaie de me pardonner une dernière fois et qu'elle essaie une dernière fois avec moi pour pouvoir lui montrer que je change. Je m'excuse de raconter mon chagrin d'Amour de la sorte mais je suis vidée et j'ai besoin de parler à des gens qui sont confrontés aux problèmes liés à l'alcool. Merci à celles et ceux qui liront ce message. Et bon courage à celles et ceux qui veulent arrêter mais seul c'est quasiment impossible quand on est dépendant alors franchissez le pas d'aller consulter des professionnels pour déjà mieux se comprendre pour essayer de s'accepter et de changer de mode de vie. Cela ne fait que 8 jrs que je n'ai pas bu mais je suis déjà contente de moi alors ne baissez pas les bras même si c'est difficile, pensez à ce que vous avez de plus cher pour ne pas le perdre. Bon courage à toutes et à tous!

Portrait de morenater
J'aime 0

Bonjour annelaure,

tout d'abord bravo pour ces huit jours sans alccol. il faut quoi qu'il arrive que tu continues sur cette lancée. l'alcool c'est la galère pour celui qui boit et pour ceux qui le vivent, passifs et impuissants. avant tout, pense a ta santé. lis et relis nos mesages, nous qui sommes confrontés à la maladie, nous qui craignons a tout moment la mort d'un être aimé parce qu'il n'a pas su dire STOP a temps, vois la souffrance de tous ces gens qui voient parents et conjoints continuer a se détruire malgré la cirrhose et le spectre de la mort au dessus de leur tête a chaque instant.

ne t'offenses pas si j'ai l'ari de te brusquer. aujourd'hui tu te sens perdue parce que ton amie t'a quittée, tu crois que ta vie est finie,tu parles de te détruire et de recommencer a boire si elle ne revient pas ! pardon d'être bruque mais c'est du chantage moral que tu fais là. ta vie t'appartient, c'est vrai, mais il doit y avoir autour de toi des gens qui t'aimment et qui souffrent de te voir te détruire. c'est à eux qu'il faut penser, tu n'a pas le droit de leur ingliger ça, crois-moi.

elle t'a quitté, je sais comme c'est difficile mais je peux la comprendre. tu sais, la vie aavec un alcoolique c'est... invivable. Alors courrage, avant de penser à son retour pense a "reprendre pied", prouve a tous que tu veux vraiment arrêter mais pour ça, il faut que tu sois honnête avec toi-même. si tu arrêtes pour qu'elle revienne, c'est un faux prétexte et si tu rechutes parce qu'elle ne revient pas, pardon mais c'est une CONN.....

je comprends que ton amie ne croit plus en tes promesse et pardon de te le dire mais après dix ans , je ferais exactement pareil .

tu vois, j'ai passé 15 ans avec un mari alccolique et je vais te racconter, si tu permets.... une journée type de ma vie avec lui pour que tu vois ce qu'il en est de l'autre côté du problème.

mon ex était artisan peintre, nous avions tout pour être heureux, travail, quatre magnifiques enfants, un cadre agréable...et puis, la bierre, le vin, le ricard... et j'en passe

résultat, très rapidement, plus de permis pour Mr et la descente aux enfers...

matin : lever, petit dej, tournée des écoles ... puis retour à la maison. il fallait lever Mr (dur dur après une cuite les nuits sont toujours trop courtes..) ensuite, déposer Mr sur le chantier (plus de permis bien sûr..), raviltaillement du matériel, tournée des fournisseurs (impossible de transporter des pots de peinture a pied..).. retour sur le chantier.... monsieur est toujours là ... c'est 10 h environ, l'heure de son petit dej... quelques bières (il faut éviter les tremblements..) mais bien sût après... le pinceau refuse d'obeir, et il refusera de plus en plus au fur et a mesure que la journée avance, alors Mme prend le relais (j'étais secrétaire mais je suis devenue un vrai peintre tapissier..) Hoops 16 h, l'heure des enfants, vite... tournée des écoles, devoirs, douches.... allez, un peu de télé.; maman va chercher papa au "boulot", vite..; peur... les enfants sont seuls... danger... retour a la maison ouf.. aucun problème (on pense qu'on épargne les petits, qu'ils ne voient rien... c'est faux, ils ont tout compris alors c'est fou ce que l'on murit vite..) enfin.... diner (écourté souvent car papa est "fatigué".. colères... hop tout le monde au lit.. demain ça recommence..

ça c'est une journée type, mais il y a aussi pire : pour les enfants plus de noel, anniversaires... fêtes..; copains a la maison.... ça fini toujours en galère car papa est très souvent "fatigué" alors peu a peu, les gens, la famille les amis, tout le monde fuit. solitude.

que d'énergie d'pensée pour éviter le clash, combien de promesses non tenues, cures de désintox... espoir..; déception.. retour case départ.... c'était notre vie.

un jour, j'ai dis stop. j'ai pris mes 4 petits et adieu, pas de boulo, galère... mais soulagement. Divorce, reprise pied, maison travail et enfin .. un jour grand amour, Bonheur.. tout aurait pu continuer formidablement. mais....
il buvait "comme tout le monde", apéros... repas, fêtes entre amis, sans plus.; jamais saoult, toujours calme aimant prévenant... pas de problème et pourtant un jour : au lever, il est tout jaune... bilan sanguin.. cata, urgences, diagnostic CIRRHOSE ! comment ? je t'avoue que je n'en sais rien, moi qui est tant souffert a cause de l'alccol je n'ai pas compris que mon nouveau conjoint était alcoolique et aujourd'hui, il est entre la vie et la mort... c'est très dur....

je crois que j'ai été un peu brouillon dans mon récit mais j'espère t'avoir aidée a te positionner face a ton problème... après, tu est la seule a avoir ta vie et ton avenir entre tes mains... mais n'oublie pas un truc très important... si tu est dans la maladie ou dans la peine, tu seras plus ou moins seule, si tu est bien dans ta tête et dans ton corps, alors là, c'est différent, les gens viendront plus facilement vers toi !

alors COURAGE

Portrait de luuna
J'aime 0

Slt Annelaure,

Tout d'abord, comme te l'as dis Morena, bravo d'avoir arrêté l'alcool pendant 8 jours. Il faut que tu continues et surtout que tu te fasses aider, car c'est trop dur de t'arrêter seule.

J'imagine que la séparation avec ton amie est très dure pour toi, mais je pense qu'elle voulait que tu réalises qu'il faut vraiment que tu te fasses aider par les médecins et voulait se préserver. Il faut que tu penses à ta santé avant qu'il ne soit trop tard. Facile à dire peut être mais avant de penser à rééssayer avec ta compagne, il faut que tu arrêtes l'alcool.

Si je pense comme ça, c'est parce que j'ai vécu une expérience similaire.
Mon père est atteint de la cirrhose et est en ce moment entre la vie et la mort. C'est vraiment très dur à vivre (je te passe les détails, tu peux me lire sur les forums concernant la cirrhose).
En début d'année, j'ai rencontré quelqu'un qui pour moi avait tout pour plaire. Il était très attentionné, adorable, c'était super. Mais très vite, je me suis rendue compte qu'il avait la main facile sur la boisson. Je lui ai expliqué que je ne pouvais vivre avec quelqu'un qui buvait comme ça (il était alcoolique, mais les personnes qui boivent beaucoup n'aiment pas entendre ce mot). Je lui ai prévenu à plusieurs reprises. Vivant un enfer avec mon père qui n'a plus beaucoup de temps à vivre, je ne veux pas avoir un partenaire à qui il pourrait arriver la même chose; Je me suis aujourd'hui séparé de lui, tout comme ton amie l'a fait avec toi. Il faut comprendre que vivre auprès d'une personne malade n'est pas évident. Tu souffres !! De mon côté, je resterai auprès de mon père jusqu'à ces derniers moments, et je l'aime très très fort, et je suis fière de lui, même s'il ne se saura jamais arrêté à boire. Mais il est hors de question de revivre cela et que mon futur petit ami soit alcoolique. C'est ce que mon père m'aura appris.

Pour résumé, fais toi aider avant qu'il ne soit trop tard. La vie de Morena résume très bien l'enfer que tu vis tous les jours en tant que proche d'un malade... Mais c'est à toi de prendre la décision. Et ne décides pas d'arrêter de boire pour revenir avec ton amie, mais pour toi, pour vivre ! Bon courage. Donnes nous de tes nouvelles

Portrait de annelaure38
J'aime 0

Bonjour et merci à vous de m'avoir apporter votre soutien. J'ai déjà lu vos témoignages sur vos proches et Luuna tu es très forte malgrè ce qui arrive à ton père et tu es là sur ce forum pour apporter ton aide aux autres, c'est beau je trouve. Tu as apporter beaucoup de soutien à Lili du début à la fin pour son mari et je pense que tu lui a fait du bien dans toute cette souffrance.
Tout d'abord cela fais quelques mois que ma consommation était beaucoup plus réduite, je passais même parfois de 2 à 5 jours sans boire une seule goutte d'alcool. Ce que mon amie voulait c'est que je passe d'alcoolique dépendante à "boire comme tous le monde". De ce fait, ma consommation réduite je buvais au resto, l'apéro avec des amis, en boîte(donc alcool fort) et une bière de temps en temps à la maison. Quand je buvais un peu trop elle me le disais mais je ne savais plus où était la normalité. On peut quand même dire que ça allait mieux mais je pensais donc à mon passé, au présent qui n'était pas facile alcool, pas alcool et mon comportement ne changeait pas. Je rentrais du boulot et je n'arrivais pas à m'activais pour participer davantage à la vie en ménage, de couple, j'étais fatiguée avec mes horaires postées qui changent tous les deux jours. Je vivais la nuit, regardait la tv, jouais sur le pc tout ça sans boire ou rarement une bière. Une fois épuisée j'allais me coucher auprès d'elle et heureuse de dormir à ces côtés. Je me persuadais que ça allait aller car je buvais beaucoup moins. A avoir qu'elle s'est fait licenciée au mois de mars et ne travaille pas depuis. Elle était partie environ un mois en avril mai pour voir sa famille, profiter de ses vacances imposées. Etant seule je buvais, elle le savait mais pas quelle quantité, je lui ai dit beaucoup. Je ne lui ai jamais menti. Elle avait des problèmes à régler avec son père, histoire de famille compliquée...Nous sommes parties en Martinique au mois de juin d'où elle est originaire pour nous, qu'elle voit sa famille etc. Sur 3 semaines il y a un jour où j'ai un peu trop bu (seule cette journée) mais en étant juste gai pas ivre du tout. Elle était fière de moi. Après tout c'est passé vite, reprise du travail le lendemain, retrouver les problèmes déjà existants avant les vacances que ce soit au travail et à la maison.Elle se renfermait davantage moi aussi ne sachant quoi faire pour remédier à tout ça. Elle m'avait déjà laisser beaucoup de chance par rapport à l'alcool, je lui disais que j'arrêtais je n'y arrivait pas. Elle m'a parfois dit d'aller voir un médecin, je lui disait non car sinon c'était l'arrêt complet et elle voulait que je sois normale. Alors j'essayais et à une soirée en boîte j'ai bu à peu près la même quantité que les autres mais l'alcool n'agissait pas de la même manière sur mon organisme à moi. Et ce soir là elle m'a parler qu'elle en pouvait plus : l'alcool, manque d'activité... Elle m'a parler de tout ça nous étions bien alcoolisées, que ça la faisait chier car le lendemain je ne m'en rappelerai pas, je lui ai dit que c'était mieux de parler sobre et m'a répondu qu'elle n'y arriverais pas sans avoir la facilité à parler quand on est sous alcool. Je l'ai écoutée, j'ai pleuré et le lendemain je n'arrivais pas à me rappeler de toute la discussion mais je savais qu'elle souffrait et qu'elle n'allait pas bien. Un mois s'est écoulé et la suite je vous l'ai déjà racontée.
Lors de l'annonce du verdict : rupture, elle n'en peux plus de moi. Je lui ai promis que je ne toucherai plus une goutte d'alcool pour moi pour elle et notre couple, elle savait que j'avais rdv avec un médecin les jours suivants. Elle ne me croit plus mais je sait qu'au fond de moi même c'est la bonne. Je veux y arriver pour moi et être la vrai personne qu'elle a peut être toujours vu au fond de moi! Parfois en buvant énormément j'essayais de me dégoutter physiquement de l'alcool en vain. Et là mon chagrin et tout l'Amour que j'ai pour elle me dégoutte de cette saloperie comme vous dîtes et s'en est une!
Je n'ai plus envie de boire, la médecin m'a prescrit des médicament contre l'envie, je ne sens pas encore le besoin de les prendre. Dîres moi si vous pensez que je dois les prendre même si je n'ai pas envie de boire, que ça pourrait peut être m'aider?
Ma mère me conseille de prendre des fleurs de Bach pour m'aider dans mon chagrin mais en regardant sur le net j'ai vu que c'est fait avec de l'alcool pour faire la solution. Puis-je en prendre?
Juste une petite précision pour Morenater, cela fait dix ans que je bois mais 1 an et 8 mois avec elle et pour moi c'est la femme de ma vie. C'est aussi pour ça que ça me fait tant de mal, j'ai evolué rapidement dans ma baisse de consommation et maintenant j'ai pris conscience qu'il faut que je change, je commence déjà et vais continuer dans mon abstinence, c'est mon but. Merci à vous

Portrait de titinne
J'aime 0

Bonsoir Annelaure,

Je vais être un peu brutale , mais STOP, STOP ! Arrête de pleurer et de culpabiliser et regarde toi en face . Tu as fait un pas énorme en admettant que tu avais un problème avec l'alcool et en prenant la décision d'arrêter. C'est vraiment super ce que tu fais là !
Ok , ton amie t'a quittée. Tu crois pas qu'elle a aussi sa part de responsabilité dans l'histoire ? C'est facile de te reprocher tes pbs avec la boisson et de s'alcooliser à tes cotés !
Je peux comprendre que cette rupture te fasse beaucoup de mal , mais pense à toi . Tu bois trop , ça va pas ; Il faut que tu sois normale , donc que tu boives un verre , éventuellement que tu te prennes une cuite de temps en temps , comme tout le monde. Si tu ne bois plus du tout , tu ne seras plus tout à fait dans la norme non plus. Et alors , que diras Madame ?
Il est l'heure pour toi de penser à ta santé.
Tu sais qu'on peut vivre 20 ans avec une cirrhose avant que les premiers symptomes apparaissent et qu'à ce moment il est souvent trop tard? Tu sais comment on termine avec une cirrhose ? O n crève comme un clébard ! ! Mon oncle avait 59 ans quand il est dcd. J'en ai 37 . Je lui ai donné à manger , je l'ai lavé , parfummé , je l'ai coiffé , j'ai néttoyé son vomi et je lui ai lavé le cul parce qu'il était incontinent ! ! !
Tu te rends compte à quel point c'était dégradant pour lui ? !
Je suis un peu crue , mais c la triste réalité.
Pense à toi , pense à toi et rien qu'à toi !
S'il te plait !
Groses bises,
Titinne

Portrait de titinne
J'aime 0

Pardon à toutes et à tous pour avoir été si brutale dans mon précedent message, mais j'ai du mal à vivre avec toutes se images liées à la maladie.
Quand vous avez en face de vous une personne intelligente , cultivée , qui vous a bcp appris et apporté et que cette personne que vous aimez devient une loque , c dur. Quand vous ne l'avez jamais jugée , défendue quand elle n'était même pas défendable , quand vous l'avez soutenue dans la maladie jusqu'à la limite de vos forces et qu'elle s'en va , ça fait mal , trés mal.

Désolée pour mes propos peut-être un peu trop durs.

Titinne

Portrait de Loran
J'aime 0

Moi je dis un grand BRAVO à Titinne pour le message n°6.

Annelaure, tu ne me réponds pas???

Bisous à tous.

Portrait de annelaure38
J'aime 0

Je n'ai pas donné de nouvelles depuis quelques jours et ça fait plaisir que les autres pensent à moi. Je ne mettais pas identifiée mais je parcourais le forum régulièrement.
Merci Loran pour ton courriel d'encouragement. Et ce n'est pas grave si les messages sont parfois un peu "bruts", je comprend le désarroi face à l'alcool.

J'en suis à 19 jours sans alcool et j'en n'ai toujours pas envie. J'avais commencé mon traitement d'aotal 7 jours après mon arrêt et en prenant les doses prescrites j'ai été encore plus mal addittionné à mon chagrin. Déjà que j'arrivais pas à manger même si j'avais faim alors avec la nausée de l'aotal...C'était pire.
Mon ex amie est rentrée en début de semaine et la cohabitation est très difficile pour moi. J'ai repris le boulot et ça aussi ce fût très difficile, physiquement et psychologiquement (mon ex était venue environ 1 mois auparavant lors d'une visite usine pour les proches) et même à cet endroit qui était censé être "à moi", je la vois là bas. Bref
Lundi et mardi ça allait à peu près car je ne l'ai presque pas vue puisque je travaillais de nuit mais après ...
Jeudi elle m'a demandé de faire un aller retour à une ville proche et j'ai accepté (elle n'a pas le permis), cela nous a permis de discuter. Ca ma fait du bien et du mal. Je lui ai davantage parlé de l'alcool, ce qu'il se passait dans ma tête quand je buvais (un peu ou beaucoup), quand je buvais pas et que j'y pensais, la prise de conscience comme quoi je voulais arrêter mais que je n'y arrivais, à quel point le corps et le cerveau demandent l'alcool, le comportement lié à l'alcool et encore pas mal de choses pour essayer de lui faire comprendre que ce n'est pas qu'une question de volonté. Elle a réussi à arrêter la drogue et l'alcool toute seule, c'est très bien pour elle mais je pense que le sevrage de la drogue fût plus difficile que l'alcool et masqué par celui-ci. Si elle y arrivée seule c'est qu'elle n'avais certainement pas une dépendance accrue à l'alcool, du moins c'est mon avis ,si vous en avez d'autres je suis preneuse. Je crois qu'elle n'arrive pas à me comprendre ou qu'elle veut pas car elle a toujours la rage contre moi.

D'après ce que j'ai compris c'est qu'on a tous des hauts et des bas lors du sevrage, l'alcoologue que je vois m'en apprend moins que tous les gens sur les forums, j'ai l'impression qu'elle prend plus ou moins mon cas "à la légère" parce que je suis triste de ma séparation et que je suis jeune. Pourtant j'ai sérieusement piccolé pendant 7, 8 ans! Le rdv c'était ce matin.
Vendredi je ne suis pas allée travaillée, insomnie comme tous les jours sauf que s'endormir à 3h30 pour se lever à 4h c'est pas terrible alors n'ayant pas la force en ce moment de travailler sans dormir je suis restée à dormir enfin. Et j'ai craquée, je suis allée voir un médecin pour parler de mon cas et prendre des anti-dépresseurs, j'ai admis qu'avec tout ce qui m'arrive et que je n'arrive rien à faire qu'il fallait se rendre à l'évidence que j'avais besoin d'une aide médicamenteuse.
Je ne sais pas si c'est vraiment une bonne idée, j'ai pas envie de devenir dépendante aux anti-depresseurs et aux anxiolytiques. Je n'ai pas l'intention d'en prendre trop longtemps. J'espère que ça va m'aider à aller un peu mieux. Le problème c'est que parfois quand je vais un peu mieux, on discute avec mon ex et ça me démolit. Je sais que les torts sont de mon côtés à cause de l'alcool et ce que ça engendré dans mon comportement, je les avoue, je les reconnais. J'essaye encore de me justifié mais surtout de m'expliquer même si j'ai tort et ça empire la situation. Je suis plus que fragile en ce moment et elle ne me ménage pas, faut que j'arrête de lui parler mais parfois le sujet arrive et c'est reparti. Maintenant il faut que je passe le cap de déménager au plus vite, j'ai du mal mais je crois que je m'y fais de mieux en mieux.

Voilà, ça m'a fait du bien de parler un peu, je suis aussi allée aux A A et ça m'a fait du bien, je pense y retourner.

Bon courage à toutes et à tous et sans alcool c'est plutôt pas mal!!!

Portrait de Loran
J'aime 0

Salut Annelaure,

tu as surement lu mon cas, à propos de la dépendance je vais t'expliquer un truc. J'ai commencé la drogue dur ( cocaïne à 15ans et héroïne à 16ans). Lorsque j'ai voulu me soigner, j'ai fait une vingtaine de médecin et ça se terminai : vous vous êtes drogué pendant votre croissance, votre corps réclame la drogue comme quand il réclame de l'eau ou lorsque j'ai faim ( je résume, je fais court ).
Lorsque j'étais en manque un jour et que je n'avais pas d'argent, j'ai pris un flingue et j'ai voulu braquer une station essence, heureusement que sur la route j'ai eu instant de calme et que j'ai fit demi tour,
et là, mais alors là, je te jure que tu te poses des putains de questions.

Quelques semaines plus tard je suis parti sur Lille, m'enfermer dans un appartement, sans drogue ni substitut, la torture pendant 5 jours et le 6éme, dans mon lit, j'ai repris le flingue, coucher en position de chien de fusil sous la couverture, je me le suis mis sous le menton et me disant "un petit clic et finit la douleur". J'ai pensé à certaines personnes et je ne l'ai pas fait.

J'étais un polytoxicomane, aucun substitut ne fonctionnait sur moi. et 12 ans après, j'ai une femme, un travail, je vis dans la légalité, tous les jours je vis des moments de bonheur et tout cela pour te dire que le combat que tu fais aujourd'hui, te sera récompensé demain. Cela marche dans les 2 sens, tout ce que tu bois aujourd'hui .......

Sinon, je comprend un peu ton amie, moi aussi je suis moins tolérant parfois avec les toxico en sevrage, je me dis que ce n'est pas parce qu'ils vomissent depuis 3 jours et qu'ils vont à 4 pattes aux chiottes pour aller faire et qu'ils n'y arrivent pas, qu'ils sont dans un état de dépendance avancé et qu'ils peuvent largement en supporter plus.
Je voulais aussi te dire et je pense que tout le monde sera d'accord avec moi, les cachets te feront surtout moins mal que l'alcool, vaut mieux être dépendant aux benzodiazépines qu'à l'alcool.

Bon courage, je t'embrasse.

Tu as mon e-mail, écris-moi si tu veux, j'aimerai connaitre ton traitement, moi j'ai du TERCIAN, je bois un peu moins qu'avant.

Portrait de nicole7654
J'aime 0

RITUEL POUR ATTIRER UN HOMME OU UNE FEMME , RITUEL POUR REUSSIR SON AVENIR AMOUREUX

Je vis en France et Cela fait 1 an maintenant que ça n’allait plus bien avec mon mari car je souffrais d'une

maladie qui m'empêchait d'évoluer dans la vie et cette maladie nous faisais dépenser , 7 ans de mariage avec

mon mari, du jour au lendemain comme par envoûtement mon mari demande le divorce et ensuite il commence une

autre vie avec une autre femme. Avec tous mes soucis j’ai fini par perdre mon boulot. Sur internet je passais

du temps à faire mes recherches pour me distraire donc il est arrivé un jour j’ai fait la connaissance d’un

marabout d’AFRIQUE. Grâce a ce Marabout mes frères et soeurs, Mon mari est revenu du jour au lendemain

exactement comme par enchantement, mon mari lui n'a rien compris depuis jusqu'à ce jour, il existe vraiment des

choses dans la vie que nous ne pouvons jamais comprendre si on a pas essayé, j’ai repris mon travail et tout

est rentré dans l’ordre. Il est un Spécialiste du retour rapide de l?être aimé. Si vous , voulez vous faire

aimer ou si votre ami vous a quitté ce marabout peux le ou la faire revenir dans 3 jours . Il , elle va courir

derrière vous . amour durable. , obtenir sa nationalité , chance au jeux, désenvoûtement , fidélité maladie

inconnue, même cas désespérés. Pas de fausses promesses , travail efficace et rapide.100% de réussite garanti.

Ne restez pas dans l'angoisse, pas de problème sans solution. Il Est réputé pour trouver une solution à tous

vos problème qui vous empêchent de dormir, même les cas désespérés
C’est un homme nommé Maître zamba diouf
Pour entré en contacte le plus vite, c’est de lui contacté par email:

Portrait de Kate Helen
J'aime 0

Bonjour à tous. Je suis Kate Helen, je veux juste dire un grand merci au Dr Akhilolo qui a utilisé leurs pouvoirs magiques pour obtenir mon mari de la main d'une autre dame. Après cinq ans de mariage avec mon mari, M. Raymond, il a décidé de me laisser avec mes enfants à une autre femme. Quand j'ai surfé sur Internet un mardi après-midi, j'ai vu un message sur ce Dr Akhilolo, j'ai décidé de le contacter, j'étais si heureux qu'il m'a répondu en même temps et résoudre mon problème. Un grand merci au Dr. Akhilolo. Je dis que Dieu vous bénisse et votre famille .... ces mots ne suffiront pas pour moi de dire merci. Dr Akhilolo m'aider gratuitement. Mon ami, si vous lisez mon article et vous avez ce problème contactez DR. Akhilolo pour aider ..... Si vous voulez une solution dans les problèmes suivants aussi le contacter.

1) Éjaculation précoce
2) Si vous voulez que votre femme donne naissance à des enfants sans CS
3) Besoin d'un bon emploi ou d'une promotion dans votre milieu de travail
4) Voulez-vous votre ex arrière?
5) Avez-vous des cauchemars?
6) Voulez-vous que les femmes / hommes courent après vous.
7) Voulez-vous arrêter votre divorce.
9) Est-ce que vous avez la gonorrhée et d'autres infections.
10) voulez-vous que votre entreprise à boom
11) cherchez-vous un bon travail
12) Avez-vous des problèmes d'infertilité et voulez-vous tomber enceinte?
13) Veux-tu que ton amant soit à toi pour toujours?
14) Avez-vous le VIH et l'AID?

Contactez le Dr Akhilolo pour obtenir de l'aide.
Dr. AKHILOLO INFORMATIONS DE CONTACT
Téléphone: +2349051682332
Téléphone: +2349051682332
E-mail:

Portrait de Témoignage
J'aime 0

Bonjour, on m'appelle Marceline mère de deux jolie fille cela fait un mois j'ai vue sur internet une dame qui parlais d'un homme spirituel répondant au nom de assouka qui la aider a faire revenir son mari étant dans le même problème j'ai décider d'en parler a ce même maître mais avant j'ai faire des recherche sur ce maître car j’étais septique a ces genres de choses. bref après une semaine de séance de travaux spirituel j’étais a la maison avec mes enfants quand quelqu'un frappais a la porte avec force j'y croyait pas a mes yeux mon mari qui était partis est revenu au complet depuis ce jour j'affirme ma satisfaction totale. Je fais ce témoignage pour remercier ce maître et pour lui de me pardonner d'avoir douté de lui au début des travaux car j’étais impatient de voir mon homme revenu a la maison. Si vous aussi vous êtes dans le même problème.
veillez le contacter il peut aussi vous aider.
Vous pouvez le joindre au : 0022999708595 site web :

www.voyance-medium-vaudou.com

email :

Portrait de Alexis_onedoc
J'aime 0

La dépendance alcoolique est vraiment une maladie terrible. J'avais aussi un ami qui avait ce grand problème et qui a perdu la femme à cause du verre. Heureusement, aujourd'hui il a fini absolument avec alcool. Je souhaite bon courage et beaucoup de forces à ceux qui souffrent de ce mal! Ne subissez pas l'influence de la bouteille!

Participez au sujet "Mon amie m'a quittée à cause de l'alcool"