Portrait de Invitée1971

bonjour,

un de nos proches a été diagnostiqué mélancolique dépressif par un centre médical (structure privée subventionnée) et soigné, notamment via sismothérapie. l'hôpital, où il s'est trouvé environ 1 mois et demi après, n'a diagnostiqué aucune pathologie mentale. je précise que ce proche a vécu deux traumatismes sentimentaux à la suite, et que son travail n'était pas équilibrant en terme de rythme (pression, irrégularité) et de sociabilité (travail difficile, solitaire).

2 questions sur ce sujet : cette différence dans le diagnostic peut-elle s'expliquer ? par exemple par la période de latence, et/ou par le type de structure, et/ou finalement par le manque de fiabilité des diagnostics psychiatriques ?

je viens de lire le descriptif de la mélancolie dépressive sur votre encyclopédie. bien que totalement néophyte, je dois avouer n'y reconnaître que très partiellement le proche dont je parle, sauf sur les idées suicidaires.

deuxième question : si le diagnostic de mélancolie dépressive était exact, est-il possible de me dire si cette maladie est d'origine génétique ? que peut-on faire pour en protéger ses enfants ?

d'avance merci.

Portrait de Joss.Randall
J'aime 0

je peux répondre sur le problème de la génétique il semble que ce soit exacte pas dans tous les cas.
en ce qui concerne les enfants la réponse est difficile surtout si ces génétiques.
D'autre part ça semble être un fourre-tout ce truc-là.
Peut-être de vous lire un texte sur la sérotonine et les dépressions saisonnières qui se trouvent dans l'encyclopédie médicale vulgaris
il y a également un truc sur la sismo qui n'est pas mal fait du tout.
bon courage

Participez au sujet "mélancolie dépressive"