Portrait de aliaila

Bonjour à tous,

Je me présente, je suis une étudiante en éducation sociale et je rédige actuellement mon mémoire de fin d’études intitulé « Mes médicaments et moi ».

Depuis le début de mon parcourt professionnel, j’ai croisé, rencontré, observé plusieurs médecins qui prescrivaient des médicaments neuroleptiques,des éducateurs qui donnaient ces médicaments ainsi que des parents confronté à cette réalité. Certains médecins, éducateurs, parents étaient favorables à la prescription, d’autres l'étaient moins. Certains se posaient des questions, d’autres argumentaient. Au milieu de tout cela je me suis rendue compte qu’au fond, je ne connaissais pas la position du principal intéressé, c’est-à-dire l’enfant.

J’aimerais donc me pencher sur ce que vit, sur ce que ressent un enfant qui prend des médicaments neuroleptiques. Non pas l’avis des médecins ou des professionnels qui le suivent, non pas le regard de ses parents sur son état, mais bel et bien le sien. Quels changements il remarque, quelles améliorations, quels aspects négatifs, ou encore ce qui ne change pas.

C’est pour cela que j’écris aujourd’hui sur ce forum. En effet, il m’est très compliqué de rencontrer des enfants qui pourraient me parler de ce qu’ils vivent parce que les institutions ou les médecins en lien avec ces enfants doivent garder le secret médical. Je n’ai de plus pas trouvé d’associations de parents concernés par la problématique des neuroleptiques. Je me suis donc dit qu’il me serait peut-être possible, grâce à internet, d’interpeller des personnes concernées par mes questionnements, intéressées à y répondre et à découvrir les résultats à la fin de mon travail.

Alors si vous me lisez et que vous vous sentez l’envie de me répondre, je serai enchantée de recevoir de vos nouvelles.
A bientôt !

Portrait de marie-pierre g
J'aime 0

Je suis maman d'un jeune de 21 ans qui est sous neuroleptique et je voulais simplement préciser qu' a mon avis il vous sera très difficile de trouver des patients qui parleront ouvertement de leur maladie. En ce qui concerne notre enfant, il lui est impossible actuellement d'en parler, tous les quinze jours il a une intra musculaire de risperdal et c'est toujours une journée difficile pour nous tous car maintenant qu'il va mieux il veux arreter son traitement alors que nous on sait qu'il va a peu prés bien grace à ça. Pour lui il n'est pas malade, et tout va très bien. Ces personnes atteintes de ces maladies sont très renfermées et ont beaucoup de mal à parler d'eux mêmes. Bon courage

Portrait de aliaila
J'aime 0

Merci pour votre réponse et pour votre franchise.
Je suis effectivement consciente qu'il est souvent difficile pour les personnes concernées par ce genre de traitement d'en parler, et ce pour toutes sortes de raisons. Je suis cependant convaincue qu'il est important que celles qui le désirent puisse en parler, dans l'espoir que l'on accorde plus d'importance à leur vécu.
Je vous souhaite le meilleur, et du courage encore et encore.

Portrait de marie-pierre g
J'aime 0

Il est certain que moi la première, j'aimerai bien connaître son ressenti, non pour savoir, mais surtout pour l'aider au mieux.

Participez au sujet "Médicaments neuroleptiques"