Portrait de nunoa
J'aime 0

Je me demande comment certaines personnes pensent aussi facilement à l’adoption. Sans d’abord envisager la PMA, ou c’est par ignorance. Avec toutes les tracasseries qui sont tout autour de l’adoption, c’est tellement décourageant. Vous parlez souvent de trop de conditions en PMA en France. Que direz vous donc des conditions liées à l’adoption ! Vous vous découragez même avant d’avoir commencé. Même quand vous pensez y être arrivé il y’a encore des périodes d’incertitude.

Portrait de nunoa
J'aime 0

Je comprends pourquoi il y’a beaucoup de réseau illégaux d’adoption. Tout cela parce que les gens veulent fuir les tracasseries et toutes les longues procédures. Biensûr ce n’est pas pour encourager ce genre de pratiques. En même temps c’est important que l’adoption soit encadré par un certains nombres de conditions. Car c’est pour la sécurité de l’enfant dans son futur foyer. Bien qu’on ne puisse pas toujours tout prévoir ni tout éviter. Et ce malgré toutes les mesures et précautions possibles. Mais mieux vaut d’abord le faire et mettre toutes les chances du côté de l’enfant.

Portrait de rorol
J'aime 0

Et quel âge avais-tu tata-grace au moment de ta quête du 2ème enfant ? Est-ce qu’il n’y avait pas quelque chose qui te laissait présager que tu pouvais être buté à un problème de conception ? Une autre question, est ce que ton mari n’a pas subi lui aussi des examens de fertilité ? C’est vrai que tu dis qu’il a été constaté un problème d’ovaire chez toi. Mais avec tous ces traitements que tu avais commencé à prendre. Il y’avait beaucoup de chances que tu conçoives finalement. Et comme ça n’arrivait pas on doit bien se demander si tout est ok chez l’homme !

Portrait de tata-grace
J'aime 0

Je dois vous dire que durant le premier cycle je me sentais faible et aussi j’eus un autre genre de réaction. Un peu étrange. Je me croyais dégrader intellectuellement. Oui car soumise à l’action des pilules j’ai eu du mal à penser, j’étais un peu schnoque hein, peut-etre c’est dans ma tete que ça se passait mais toujours est-il que je n’étais pas super bien, comme si ma tête était pleine de l’ouate. Et j’étais ralentie dans mes pensées, j’étais un peu sclarosée hein,

Portrait de kendra24
J'aime 0

pas étrange que tu te sente faible tata! eh oui c'est normal tu sais, pour mon cas , tu vois donc qu'avec toutes ces contraintes on décide de se marier vu notre condition à ce moment là, et laisse moi te dire que l’été 2014, ce fut chose faite. J’avoue que cela n’était pas prévu initialement, mais toujours est-il que ce projet nous a énormément rapproché, et ce fut un mariage magnifique, Quelques mois plus tard alors, très requinqués et motivés, on y retourne retourne finalement , alors on entame donc la 3e fiv en octobre 2014 : 7 brybry recueillis, 7 fécondés, endomètre 5,4 mm, transfert de 2 brybry, une nouvelle fois échec bon sang !!! ahhh putain !!!!!

Portrait de piwi
J'aime 0

J’espère juste qu’avant de commencer ces traitements hormonaux de PMA. La patiente est prévenue des effets secondaires et indésirables. Je me demande aussi s’il peut y avoir des cas d’allergie à ces traitements. Si oui comment on s’y prend, j’ai tellement peur de ces affaires d’allergies. Ma mère avait failli en mourir, car on n’avait pas détecté qu’elle était allergique à un produit. Depuis ce jour on lui prescrit automatiquement des anti-allergies à chaque traitement qu’elle prend. C’est fou ce qu’on est prêt à supporter pour être maman !

Portrait de tata-grace
J'aime 0

Toujours est-il qu’au cours du deuxième cycle je suis devenue migraineuse. Ce n’est pas chaque jour que j’avais les maux de tête, mais assez souvent. Genre trois fois par semaine. Heureusement aucun saignement ou douleurs abdominales. Donc j’ai pu continuer le traitement. Pendant le troisième cycle quelquefois j’ai eu des vomissements. Mais rien de plus grave et dire que les vomissements m’avaient faits soupçonner qlqch huuuuum

Portrait de tata-grace
J'aime 0

Malheureusement la stimulation ne m’a pas aidé. Je ne tombais pas enceinte après cette thérapie. J’en ai parlé à ma spécialiste. Après le diagnostic on a découvert le problème. La qualité des ovocytes est insuffisante pour concevoir. Je pouvais avoir des enfants seulement à l’aide du don d’ovocytes. Un don très généreux. La gynécologue m’a adressé vers le centre pma local, huuuum n’importe quoi là ba en matière de don d’ovo, je n’en dis pas plus… Là notre couple a dû passer par la procédure de mise en protocole. Rien de très agréable en somme.

Portrait de ericka24
J'aime 0

Bien sur bien sur la stim ici bof grace!!! tjrs est-il qe le plaisir de porter sa grossesse, de sentir son bébé bouger en soi, te donner des petits coups de pieds, aller à l’échographie et voir son petit cœur battre et que dire alors d’après sa naissance avec le bonheur de l’allaiter, lui donner son bain et veiller sur lui, aaaaah ce bonheur dépasse le million d’euros à mon sens , et puis, il y a l’aspect financier. Je n’entrerai pas davantage dans les détails, mais financièrement, légalement et émotionnellement, ce n’est vraiment pas quelque chose de facile, contrairement à ce que certains semblent penser. Moi j'avais préféré réunir un peu de sous et aller en ukraine

Portrait de nénézéna
J'aime 0

Moi aussi je pense que mieux vaut réunir de l’argent. Et aller à l’étranger pour une PMA si notre situation nous le permet. Comme ça on est sûr que si ça marche c’est bon, il n’y aura plus aucune autre procédure. Surtout quand il s’agit d’un don d’ovo, dès que la grossesse est positive jusqu’à un certains délais. On peut déjà considérer qu’on a réussi. Pourtant quand c’est l’adoption il y’a des rebondissements à tout moment. Le cœur peut lâcher tellement il y’a du suspens.

Portrait de toutoumi
J'aime 0

Des rebondissements il y’en a partout hein. Même en PMA il y’a pas mal de rebondissements. Déjà dès l’envoi de notre dossier pour étude. On retient le souffle ne sachant pas si notre dossier sera accepté, ni dans combien de temps. Ensuite quand commence le programme, on croise les doigts pour que les résultats de stimulation soient acceptables, voir bons. Ensuite après le transfert c’est le plus dur. L’attente du positif, cette attente est interminable et si stressante.

Portrait de toutoumi
J'aime 0

Une fois qu’on a réussi à tomber enceinte on se demande maintenant si le brybry va s’accrocher. On commence à compter les jours, des semaines des mois. En espérant qu’on se rapproche encore plus du terme. Et le jour de l’accouchement, on croise les doigts pour que, premièrement l’accouchement se passe bien. Deuxièmement pour que le bébé naisse en bonne santé. Finalement, je pense que le parcours PMA est même plus stressant que la procédure d’adoption. Mais le résultat de la PMA est plus satisfaisant que l’adoption.

Portrait de angeana
J'aime 0

Qu’est ce qui n’était pas agréable au juste dans votre procédure de mise en protocole en question ? Et lorsqu’on vous a parlé du don d’ovo apparemment ça ne vous a fait aucun choc ! Pourtant c’est la réaction de la plupart de couples surtout de femmes. Surtout pour toi qui avait déjà eu le privilège d’avoir un enfant conçu naturellement. Moi ça été une frayeur, puisque moi aussi j’avais déjà un enfant conçu naturellement. Ma crainte était de savoir comment je considèrerais un enfant issu du don d’ovocytes. Par rapport à mon premier enfant issu de mes propres ovocytes. J’étais complètement stressée en y pensant.

Portrait de tata-grace
J'aime 0

J’ai eu l’impression que tout le personnel de l’hôpital m'a diagnostiquée. Et voyait mon vagin, eh oui rien n’est facile dans cette affaire, adieux la pudeur si vous êtes en pma! Ce qui est vraiment dommage c’est qu'après être acceptée au dossier, j’ai attendu pendant un an et demie pour recevoir les ovocytes. De la part d’une inconnue que je ne pourrai jamais remercier. Je ne pourrai pas savoir à qui elle ressemble et à qui va ressembler mon enfant. J’ai eu plusieurs arguments pour chercher une autre solution. Et je l’ai trouvé dans une clinique à l’étranger. Elle s’appelle Biotex. Bien sur, les pma à l’étranger ne sont pas le paradis, mais je dois dire que ces pays etrangers sont bien plus avancés que nous en pma

Portrait de ericka24
J'aime 0

eh oui oui grace! nous souffrons en permanence il faut que les autres le sachent, surtout celles parmi vous qui ne sont pas passées par la fiv avec don d’ovocytes avant d’avoir un bébé ! normal quoi ! je suis certaine que ça paraît bien exagéré pour toutes celles qui n’ont jamais été dans notre cas quoi, eh oui !! mais pour celles qui l’ont été, je suis sûre que vous voyez exactement ce que je veux dire et que vous pouvez probablement encore sentir cette douleur amère à chaque fois que vous pensez à cette période de votre vie.

Portrait de toutoumi
J'aime 0

Moi je n’aime même plus y penser. Je fais tout pour ressasser ces souvenirs douloureux. Je préfère me concentrer sur le bonheur présent. Car chaque fois que j’essai d’y penser, je deviens triste. Et je commence paniquer croyant que je vais redevenir malheureuse. Il y’a des épisodes de nos vie qu’on souhaite rayer complètement. Tellement ils nous donnent des ulcères d’estomac rien que d’y penser.

Portrait de mimichou
J'aime 0

Moi je me dis qu’il existe toujours un moyen de remercier une donneuse même anonyme. Après tout, la clinique détient les informations confidentielles sur cette dernière. Alors si jamais une patiente souhaite exprimer sa reconnaissance à sa donneuse d’une manière ou d’une autre. Tout en préservant son anonymat, je pense bien que la clinique peut faire quelque chose ! Moi par exemple j’avais souhaité faire un cadeau à ma donneuse en Ukraine après mon accouchement. Mais on m’a fait comprendre que je devais le faire avant le programme. Car là il se faisait déjà trop tard pour ça.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Ah je vois, mais ce n’est pas pertinent de faire un cadeau à sa donneuse. Alors même qu’on n’est pas encore sûr que ça marchera. Quoiqu’il en soit, le simple fait qu’une femme ait accepté donné ses ovules, mérite déjà d’être reconnaissant. Bien qu’en Ukraine ces dernières bénéficient déjà d’une compensation financière. C’est plutôt ici en France où ce n’est pas le cas, où il peut s’avérer nécessaire de faire des présents. Mais je ne sais pas si c’est permis, vu qu’on interdit déjà leur paiement. Je trouve ça quand même injuste pour ce genre de sacrifice.

Portrait de tchoutchouu
J'aime 0

Ah bon, Je ne savais pas qu’après avoir été admis en PMA en France, il fallait encore attendre longtemps pour obtenir des ovocytes ! Je me disais que si on est accepté c’est qu’une donneuse était déjà disponible pour nous. Ou que des ovocytes étaient déjà réservés pour nous. Puisqu’ici en France il y’a partages d’ovocytes entre les patients. D’ailleurs cette idée ne m‘enchante pas trop. Du coup j’aimerai savoir si en Ukraine il y’a aussi le partage de gamètes entre plusieurs patients.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Coucou tchouchou, non en Ukraine il n’y a pas de partage d’ovocytes entre les patients. Les ovocytes recueillis d’une donneuse sont l’exclusivité de la patiente. Sauf si les choses ont changé entre temps depuis mon passage. Mais je sais que la patientes a tous les droits sur tous les ovocytes recueillis lors de la ponction. Cependant si après un transfert réussi il y’a des embryons ou ovocytes restants. Je ne sais pas si on y pratique aussi le don d’embryons. Mais même s’il y’a don d’embryons, c’est à la décision des patients. C’est à eux de décider de ce qu’ils veulent qu’on fasse des embryons qui sont restés.

Portrait de tchoutchouu
J'aime 0

Ça alors décidément j’ignorai profondément le système du don d’ovocyte ici en France hein. Si je comprends bien ce que tu dis, il n’y a pas de choix de la donneuse comme je le lis ailleurs ? On te choisi donc une donneuse à ton insu peu importe les caractéristiques physiques ? Mais ce n’est vraiment pas intéressant ! La moindre des choses c’est qu’on puisse savoir à quoi ressemble celle qui donnera ses gènes à notre enfant ! J’espère au moins que toutes les mesures sont prises en rapport avec les compatibilités ! Sans compter vérifier les possibilités de parenté entre la donneuse et le papa.

Portrait de angeana
J'aime 0

Hum tchouchou, si déjà on sait qu’il ya un manque criard de donneuses en France. Je ne pense pas qu’on puisse encore s’offrir le luxe de laisser la patiente choisir sa donneuse. De plus, il n’est que normal qu’il y’ait partage d’ovocytes entre plusieurs patientes. Toujours du fait qu’il n’y a pas assez de donneuses. Devant la longue file d’attente de patientes. Elles font avec par manque de choix et même par désespoir. Eh oui quand c’est difficile d’obtenir quelque chose, on ne fait plus de manières.

Portrait de piwi
J'aime 0

Ah je vois ce que tu veux dire tchoutchou. C’est dire étant donné qu’apparemment on ne voit pas la donneuse. Il peut arriver que cette dernière soit une parenté du mari de la patiente. Et du coup il y’aura en quelque sorte de l’inceste dans la conception de cet enfant. C’est vraiment pertinent ce que tu as soulevé comme point. Et il est important d’avoir des éclaircissements sur cela. Je pense que je ferai des recherches à propos.

Portrait de abralise
J'aime 0

Hum c’est vraiment très risqué cet aspect des choses. Moi je préfère aller là où j’aurai la possibilité de voir la donneuse au moins en photo. Je ne vois pas ce que ça leur coûte de le faire.

Portrait de nénélove
J'aime 0

Moi non plus je ne vois pas pourquoi on ne fait pas voir la donneuse. Est ce que ça impacte en quoi que ce soit le déroulement du processus. Ou alors c’est parce qu’il y’a partage d’ovocytes entre plusieurs patientes ?

Pages

Participez au sujet "medécine procréative"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "medécine procréative"