Portrait de cerise86

Bonsoir,

même si c'est difficile à écrire (et à comprendre), je suis une jeune maman de 35 ans, mariée et heureuse en ménage, avec un bon travail, une jolie maison, qui envisage le suicide comme seule alternative à une vie qui n'a pas de sens. Suivie depuis l'âge de 17 ans pour des dépressions récurrentes, anorexie-boulimie depuis l'âge de24 ans, je suis épuisée de lutter contre un passé que je comprend après des thérapies (famille plutôt compliquée !) mais dont je n'arrive pas à me défaire pour vivre simplement MA vie.

Mon psychiatre dit que c'est à moi seule de donner du SENS à ma vie. Je n'y arrive pas, je suis prisonnière de mon boulot (comment démisionner quand on a un bon salaire, et pour faire quoi ?), du quotidien avec les enfants, d'un mari bon et doux mais impuissant face à mes difficultés à vivre.

Malgré les médocs, l'attention de mon entourage, j'en ai assez de tout ça. La seule chose qui me retient, c'est mes 2 petites filles de 2 et 4 ans : comment leur laisser en héritage une maman suicidée ?

Vos témoignages m'aideraient peut-être. Peut-on survivre quand sa mère a choisi de partir ?

Portrait de HEMARTHE
J'aime 0

Bonsoir
C'est difficile de répondre, en ligne, à une telle interrogation.

J'ai un témoignage: une amie dont le mari s'est donné la mort. Il faut bien réaliser que pour ceux qui restent, la douleur est immense. Mon amie ne s'en est jamais remise. Un tel héritage, on ne peut jamais le porter.
Vos petits bouts de chou ont le droit d'avoir une maman, et votre mari vous aime.

J'ai un second témoignage: des amis dont le fils va assez mal; il a eu par moments des poussées suicidaires; celles-ci sortent quand il diminue un certain médicament. Ses parents l'ont fait hospitaliser 2 semaines la dernière fois que c'est arrivé. C'est au nom de la prudence la plus élémentaire qu'ils l'ont fait.
Si vous avez des poussées suicidaires, si vous sentez que cela va mal à certains moments, pourquoi ne demandez-vous pas une cure médicale dans une maison de repos? J'ai aussi (troisième témoignage) une connaissance qui est une personne qui a complètement craqué à cause de son boulot; elle était épuisée et n'avait plus goût à rien: très grosse dépression nerveuse. Elle a ressenti ce besoin de couper; elle a demandé une cure d'un mois (je ne sais pas si c'est dans un hôpital psy ou dans une maison de repos psy); dans cet établissement de cure, elle a été très bien prise en charge (elle dit même qu'elle a été "dorlotée"); en même temps, cela lui a fait "couper" temporairement avec ses soucis lourds ou légers; au bout de quelques semaines, elle avait une "vision" de sa situation différente, moins négative... elle est sortie revigorée.

Avez-vous pensé à demander un soutien moral ou au moins une écoute auprès de vos amis? Je sais que cela fait du bien de parler à ceux-ci, souvent.

Je vous souhaite bon courage. Pensez que partout et aussi sur le net, vous pouvez trouver de la chaleur humaine auprès de gens bienveillants qui peuvent vous soutenir d'une manière ou d'une autre; et surtout n'hésitez pas à parler

Participez au sujet "Maman suicidaire"