Portrait de sylvie34

Salut à toutes la communauté. Je viens par ici pour partager mes problèmes avec vous afin d'essayer de trouver des solutions. J'ai 34ans et je suis drépanocytaire de type ss. J'ai rencontré mon fiancé il y'a juste 6mois et on a décidé de faire notre vie ensemble. On a fait les test dernièrement et il s'avère lui aussi porte les gènes de la drépanocytose. Il est as. Le médecin nous a dit qu'il y'a de fortes chances que notre progéniture porte la maladie. Mais nous nous aimons tellement nous ne voulons pas nous séparer. Alors il nous a été suggéré d'avoir recours à un don d'ovocytes pour pallier au problèmes. Vu que vous parlez du sujet ici, j'aimerais profiter de vos conseils et si possible m'orienter vers cette procédure. Merci à toutes.

Portrait de emeraude88
J'aime 0

Une personne atteinte de drépanocytose a deux gènes anormaux de l'hémoglobine-S-, un de chaque parent. On dit que les personnes qui n'ont pas la maladie mais ont un gène anormal d'hémoglobine -S- sont porteurs de la drépanocytose. Ceci peut être vérifié par un simple test sanguin. Si les deux parents sont porteurs de la drépanocytose, il existe une probabilité de 50% que l’ovocyte soit porteur du gène anormal et une probabilité de 50 % que le sperme soit porteur du gène anormal. Cela revient à ce que l’enfant à naître ait 25% de chance d’avoir la drépanocytose. En d'autres termes, si vous utilisez vos propres ovocytes et votre propre sperme, le seul moyen d’être sûr de ne pas donner naissance à un enfant souffrant de drépanocytose est soit la fécondation in vitro soit l’avortement au moment du diagnostic de l'anémie à cellules falciformes au cours de la grossesse. Toutefois, l’utilisation de sperme de donneur ou d’ovocytes provenant d’une donneuse non porteurs de la drépanocytose peut permettre d’éliminer ce risque.

Portrait de mimichou
J'aime 0

Bonjour Sylvie, je pense avoir déjà lu ton histoire apparemment tu cherche plusieurs avis ! Je te conseillerai de ne même pas prendre le risque. Sinon vous allez condamner vos enfants à être drépanocytaire. Je pense que le pourcentage de risque dépasse les 25% dont parle Emmeraude. Raison pour laquelle il est préconisé de faire des examens prénuptiaux avant tout engagement. Dans ces examens, fait partie l’électrophorèse. Qui justement permet de savoir son statut par rapport à la drépanocytose. Et déterminé si oui ou non vous pouvez avoir des enfants ensemble.

Portrait de angeana
J'aime 0

Je me rappelle qu’avant mon mariage, mon mari et moi avons fait des tests prénuptiaux. Au moment de nous donner les résultats, le médecin nous a clairement expliqué que si tous les 02 étions AS, il fallait qu’on se sépare. Ou alors que nous décidions de ne pas avoir d’enfants. Sauf par d’autres moyens bien sûr si on le voulait. A combien plus forte raison lorsqu’il s’agit d’un SS et d’un AS ! Heureusement moi tous les 02 sommes AA. Mais c’est aussi possible si l’un est AA et l’autre AS.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

C’est vrai que ce n’est pas facile à prendre comme décision. Surtout lorsqu’on est déjà attaché et très amoureux. Mais il faut aussi penser aux futurs enfants si vous souhaitez en faire. A moins que vous adoptiez ou que vous faite une fiv do, je vous déconseille de le faire avec vos propres gamètes. Ou alors on peut utiliser les gamètes de l’homme suis est AS avec les ovules d’une donneuse qui est AA. Comme ça l’enfant aura au moins les gènes du papa. Parce que je sais qu’une séparation est très douloureuse, ce serait trop vous demander.

Portrait de toutoumi
J'aime 0

J’ai même suivi à la télévision que la drépanocytose se traitait déjà. Notamment au Canada et peut être même ailleurs. Plusieurs patients ont témoigné avoir été guéris. Ils étaient auparavant SS après le traitement, ils ont refait le test électrophorèse et ils étaient à présent AA. C’est super ça ! Donc si vous le pouvez essayez aussi cette option. Si vous souhaiter absolument avoir vos enfants naturellement renseignez vous là-dessus. La médecine a tellement évoluée que presque tout est déjà possible de nos jours. Il suffit juste d’avoir l’information et il faut la chercher.

Portrait de annah10
J'aime 0

Salut les filles. C'est vrai que l'infertilité est difficilement prévisible. Mais parfois certaines femmes exagèrent. L'infertilité, oui on peut comprendre, à un âge raisonnable on peut chercher à procréer. J'ai lus dans un article une dame de 55ans ménopausée qui cherchait à avoir un enfant par do. Je sais que c'est bien possible mais je trouve ça dégueulasse. Dans son histoire elle raconte qu'elle n'a jamais été infertile, elle a juste été rattrapée par la ménopause sans enfant. J'aurais peut être compris si elle se battait contre l'infertilité avant d'atteindre cet âge mais là, c'est incroyable. Qu'est ce qu'elle faisait tout au long de sa jeunesse? Pensez-vous que son endomètre pourra supporter la grossesse à cet âge? J'attends vos commentaires sur ce sujet.

Participez au sujet "maladies génétiques et fiv do"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.