Portrait de mouvements anormaux

Je prends du lyrica 75
mg matin et soir depuis une semaine
Certes les douleirs neurogenes ont diisparu mais je souffre de vertiges , épourdissements et surtout une grande fatigue qui me cloisonnne chez moi. J'aimerais savoir si les efftes secondaires disparaitront..... merci
Sandrine

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir Sandrine,

Encore ce Lyrica*, solution miracle des médecins !!!!!!!!

Pour quelles raisons exacte vous l'a-t-on prescrit ?
Douleurs " neurogènes ( ???? ) = causées par les nerfs ?????

Ce traitement ayant plusieurs visées :
- anti-épileptique ( vertiges, étourdissements, parfois tremblements involontaires, confusion ),
- anti-douleurs ( douleurs disparaissent ),
- "anti"- Troubles d'Angoisse Généralisées ( les TAG ) = ( grande fatigue, étourdissements, inattention ).

Ce traitement a la faculté de déconnecter du monde extérieur, c'est le bénéfice que tout un chacun décrit, par cette action, il soulage....Mais voilà, il devrait être prescrit avec parcimonie avec des ciblages adaptés, ce qui est loin d'être le cas.

Ce traitement est de plus en plus prescrit, hors considération des effets secondaires ou indésirables, car avec ce traitement, il y a aussi une accoutumance et une belle prise de poids.

Lyrica* soulage par action que j'appelerai " camisole chimique " et son effet n'est que temporaire, il soulage la douleur mais ne la supprime en aucune manière.

C'est le dernier traitement à la mode, les reprèsentants des laboratoires ont bien fait leur travail, mais au dépens des patients ( ce qui est inadmissible !!! ), parce qu'il est bien souvent prescrit sans réelle cause, ni adaptation du traitement au tableau clinique !!!!!!!!!!!!!!!

Le sevrage doit se faire lentement, et alors, les conséquences sont des douleurs musculaires, des céphalées, des douleurs articulaires,etc... C'est à dire que l'on revient au point de départ avec des douleurs accrues qui s'installent parfois => douleurs chroniques !!!!!!!!
Il y a pourtant d'autres traitements à prescrire avant de ce jeter joyeusement sur cette molécule miracle !!!!!!!!!!!!!!!

Donc, vos symptômes peuvent disparaîtrent bientôt, car accoutumée à la molécule ou s'accroître car l'organisme ne supporte pas cette molècule. ( si tremblements involontaires, inattention, défaut de concentration, trouble de coordonation des mouvements, etc... => consultez immédiatement votre médecin traitant.

Ceci dit, votre dose n'est pas élevée = 150 mg / jour ( la normale supérieure acceptée est 600 mg / jour ). Mais il y a un risque que votre médecin veuille augmenter la dose si inefficace dans quelques jours ou semaines ???!!!!!!!!!!!!!!! A vous de voir....

J'ai pris Lyrica* pendant deux anx, au début, quelle joie, quel soulagement, finalement, il ne m'a servi à rien, les douleurs sont devenues irréverssibles et irrémédiables car devenues CHRONIQUE, merci Lyrica* !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je rajoute un Ps : Il faudrait qu'un maximum de personnes douloureuses connaissent les effets du Lyrica* et puissent le refuser à la prescription, ce traitement est un leurre et devient inefficace sur une longue durée puisqu'il y a accoutumance de l'organisme à la molécule ; donc augmentation des dosages => effest secondaires et indésirables accrus !!! et la visée sédative de la douleur est inactive, de plus par la visée " anti-épileptique' des tremblements peuvent survenir par action sur le cerveau ( cf expérience perso ).

J'assume et je persiste par mes dires sur le Lyrica*, je tiens à le préciser à toutes et tous.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de patregue
J'aime 0

Bonjour.
Personnellement, j'ai eu du Lyrica pendant peu de temps ( 3 semaines ) et à faible dose ( 150mg/jour ).
Mais à l'arrêt du traitement: 3 jours de vertiges incessants et mal au ventre pendant cinq jours.

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour patregue,

Pour quelle(s) douleur(s) vous l'a-t-on prescrit ?

Effet du sevrage, l'organisme s'est accoutumé à avoir la dose de cette molécule, ne l'ayant plus, les douleurs réapparaissent et de façon accruent voire en créant d'autres => une HYPERSENSIBILITE A LA DOULEUR est développé pendant et après le sevrage.

C'est vraiment une molécule qui devrait être un peu plus étudiée et surtout, je me répète, prescrite dans le cadre d'une symptomatologie définie dans un tableau clinique...

Vos symptômes vont disparaître ( ou ont disparus ? ), mais soyez
attenti(f)ve au moindre dysfonctionnement général du système nerveux.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de mouvements anormaux
J'aime 0

je vous remercie de me faire part de votre amère expérience sur le Lyrica. Au bout d'une semaine de traitement ( 150 mg/jour) j'ai envie d'arrêter d'en prendre à cause des effets secondaires(prise de poids, somnolence,nausées, pbs de respiration, constipation, vertiges....).
Je prends RDV avec mon médecin traitant qui me l'a prescrit pour connaitre son avis. En fait , j'ai une pathologie originale( des mouvements anormaux qui entrainent des douleurs neuropathiques et c'est pour ces douleurs que le Lyrica m'a été prescrit ...Je suis une femme de 40 ans et espère un autre traitement antalgique avec moins d'effets secondaires...
je vous tiens au courant dans le but d'aider d'autres personnes victimes du Lyrica
Sandrine

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour Sandrine,

Le sevrage ne devrait pas être trop incommodant pour une semaine à 150 mg / jour, mais vous faites bien et je vous encourage dans le souhait d'arrêter, ceci est être active dans sa santé et surtout pour éviter ce genre de traitement !!!!!

Le sevrage est étalée sur une période longue de prise et à dosage plus haut ; il faut arrêter progressivement dans ce cas.

La perte de poids, ne vous inquiètez pas, sera rapide quant aux autres symptômes, il se résorberont également, mais à leur rythme ; je vais oser : " votre organisme n'est pas encore "intoxiquer" par la molécule."

Je répète que j'assume et je persiste dans mes dires sur ce Lyrica* et je le précise à tous et toutes. Merci

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de narabella2
J'aime 0

J'ai lu attentivement toutes vos réflexions concernant le lyrica. La plupart des effets secondaires dont vous vous plaignez sont malheureusement décrits ! il y a peu de médicaments qui n'ait d'effets secondaires, même la vulgaire aspirine ! Quant à moi, je souffre de cystite interstitielle et comme cela ne suffisait pas à mon bonheur, s'est ajoutée une névralgie faciale ! les douleurs de cystite sont insupportables et m'ont amenée à plonger dans l'abus de médicaments.. On interdit la conduite de voiture aux personnes qui ont bu, mais moi j'étais un véritable danger public. J'ai fini par me dédroguer de tous ces médicaments qui, effectivement me faisaient disparaitre mes névralgies faciales mais ne faisant pas beaucoup d'effets sur mes douleurs de cystite. Mes enfants affolés, avaient perdu leur mère, j'étais un zombie. Dédroguée, mes névralgies faciales ont réapparu, et m'ont amené à consulter un professeur parisien . Quant aux douleurs de vessie, je prends du lyrica à faible dose à l'heure actuelle mais à dose importante il y a quelque temps. J'ai eu quelques effets secondaires, mouvement incontrolé, difficulté de trouver les mots, et en dehors de ces ennuis, une réelle amélioration de mes douleurs. Donc, je pense que chaque personne réagit différemment à ces drogues, et qu'il serait dommage qu'on n'en fasse pas l'essai. Amicalement à tous

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir narabella2,

Il est effectivement, comme toute médication, confirmé que la molécule agit différemment selon l'organisme, puisque, justement différent. Chaque organisme est différent donc forcèment il réagira différemment chez X, Y ou Z.

Là où je m'insurge, c'est pour les prescriptions A OUTRANCE et BANALISEES parce que les médecins s'entendent dire, dès la première semaine : "Merci, docteur, mes douleurs ont disparu, c'est miraculeux !! " Donc, dans l'esprit du médecin, c'est la bonne médication ; je suis désolée, l'effet probant d'une médication ne ce fait pas après une semaine, il faut au moins un délai d'un mois ( effets secondaires transitoires à évaluer )

NON, ce n'est pas MIRACULEUX, c'est un médicament ,qui, par ces visées déconnecte de l'entourage, et c'est pour cela qu'on le dit efficace ( je n'avais pas encore osé employer le terme, mais puisque je m'explique, je le dis ) => on se sent tellement "ZEN" que l'on ne ressent plus la douleur et POURTANT, elle est toujours présente.

Lyrica* soulage la douleur mais ne la supprime pas, et sa visée anti-épileptique est à prendre en considération dans une prescription ( symptômes associés ou susceptibles d'apparaître ), il agit quand même sur le cerveau, un(e) patient(e) à risque, fragilisé(e) mal interrogé(e) risque gros.

Est-ce une solution de prendre Lyrica* et d'être un danger public ?

Lyrica* est partiellement efficace pour certaines douleurs associées à une angoisse justement déclenchée par ces douleurs insupportables, mais j'estime, qu'à l'heure actuelle, Lyrica* est trop facilement prescrit par les médecins qui ne prennent même pas la peine d'expliquer les effets de cette molécule...

Ai-je parlé dans mes messages de mises en garde de ne pas le prendre ? J'ai conseillé d'en parler avec le médecin prescripteur afin d'analyser les symptômes classés dans un tableau clinique défini. J'ai parlé de patients qui devraient connaître mieux les effets secondaires et indésirables pour pouvoir le refuser, ceci c'est être actif dans sa santé ; on n'est pas obligé d'accepter la prescription, on peut se renseigner auprès du médecin pour demander une autre molécule...Car, parfois une autre molécule, même quasi identique aura un meilleur effet.

J'ai pris de gros dosage pendant deux ans, je sais de quoi je parle, la douleur est maintenant, je le répète accrue, irréverssible et irrémédiable car devenue CHRONIQUE, donc, encore une fois MERCI LYRICA*. Pendant deux ans, les médecins auraient pu faire des recherches plus poussées, j'ai perdu deux ans ; ce n'est pas grave, cela fait 24 ans que je souffre, oui, 24 ANS !!! Je connais la douleur qui est quotidiennement à 8/9, je gère, c'est tout...

Mais je ne veux pas que cette expérience arrive à d'autres, c'est pourquoi je fais la chasse à la mise en garde de cette molécule.

Vous prenez de lourd dosage ? Combien de mg / jour ?

Pour votre sevrage, s'il en est question, je vous souhaite bon courage. Si vous le tolérez, très bien, et surtout tant mieux pour vous, cela vous soulage mais c'est le sevrage qui sera le plus difficile.

Finalement, je pense qu'il va vraiment falloir que j'ouvre une discussion sur ce Lyrica* pour en témoigner....On verra....peut-être....

L'Aspirine* est loin d'être vulgaire, il peut avoir de très grave conséquences.

Comme le Paracétamol* que l'on prend si facilement, à un certain dosage, il peut être mortel !!!...

Tous traitements ont, effectivement, des effets secondaires puisque chimiques, ils ne sont donc pas naturels...Mais, même notre organisme peut créer des "effets secondaires" et "indésirables", ceci aussi est à savoir.

Ps : Les lettres en majuscules sont pour souligner l'importance des mots, pour que se soit " plus accrocheur "...Pour tous ceux qui liront...

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Effectivement comme le dit la fée, ce n'est pas sur l'efficacité du médicament que nous nous insurgeons mais contre la facilité que les médecins ont de le prescrire pour tout et n'importe quoi à l'heure actuelle.

Il faut surtout savoir que c'est avant tout un traitement anti-épileptique et qu'on n'a pas de recul suffisant pour savoir ce que ce traitement donnera sur le moyen ou le long terme, sur le cerveau des personnes qui le prennent.

Et effectivement, il supprime le ressentit de la douleur, mais n'annule pas du tout la cause de la douleur.
C'est juste un masque de la douleur, ce médicament ne soigne pas.
Donc ce n'est pas parce que vous n'avez plus mal, que vous allez mieux, que vous êtes guéri.

De plus quand vous dites :

Quote:
On interdit la conduite de voiture aux personnes qui ont bu, mais moi j'étais un véritable danger public.

Un avis de précaution est bien signalé dans la notice de ce type de médicament.
Après c'est la responsabilité de chacun qui est à mettre en cause.

Vous savez que vous prenez ce type de produits qui peuvent être dangereux pour vous et les autres si vous conduisez, à vous de ne pas prendre le volant.

On demande bien aux personnes qui ont bu de ne pas prendre le volant mais certaines personnes n'ont pas besoin qu'on leur dise. Donc toutes personnes qui prend ces médicaments ne devraient plus rouler.
Et tient ça ferait sacrément moins de véhicules sur les routes, vu le nombre de personnes qui prennent ces traitements.
Moins d'accidents, moins de blessés mutilés pour la vie, moins de morts, et moins de polution.

C'est vrai cela devrait être interdit de conduire avec la prise de ces médicaments.
Mais on entendrait très vite des voix s'élever pour le droit à la liberté..................

Le problème du Lyrica, est de bien vérifier que sa prescription est vraiment justifiée.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de narabella2
J'aime 0

Il est exact que l'on met à la portée des malades des thérapeutiques qui peuvent s'avérer lourdes de conséquence, or, je n'ai jamais vu la neurologue qui m'a suivi durant des années, attirer mon attention sur les effets néfastes que pourraient avoir certains médicaments ! Peut-être un manque de temps, je ne sais pas.La fée-clochette me demande la quantité de lyrica que je prends à l'heure actuelle : 150 mg, mais j'en ai pris jusqu'à 600 mg, soit la quantité maximale. Pourquoi pensez-vous que le lyrica est responsable de la progression de votre douleur ? Ne pensez-vous pas que cette dernière aurait pu progresser de la même manière sans lyrica ? Qu'en pense votre neurologue ? En ce qui me concerne, cela n'a fait que calmer les douleurs ressenties mais ne les a absolument pas anéanties, cela je le savais au départ. De toute manière, il est malheureux que nous soyons, nous toutes, obligées d'absorber toutes ces drogues car il est sur et certain que nous n'en ressortirons pas indemnes. Je ne suis pas restée, Fée-clochette insensible à vos douleurs qui ont l'air grandes, et vous adresse ainsi qu'à Christianne toutes mes amitiés avec mes voeux de meilleure santé à nous toutes

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Je peux vous assurez qu'en ce qui me concerne j'ai une diminution considérable des douleurs, sans prendre ces traitements aux effets secondaires non négligeables. Pourtant c'est pas faute que les médecins n'auraient pas essayés......... A chaque consultation ils essayent. Peuvent se les manger si ils veulent moi pas question. Déjà assez de problèmes que pour en remettre des nouveaux dessus.

J'ai privillégié un traitement plus simple et moins à risques, et surtout j'ai peaufiné moi-même les dosages en fonction de mon ressentit et pas en fonction de ce que le médecin pense qu'il est le mieux de prendre.
Je prend donc : Magné B6 ; Tramadol mais dosage léger car en dosage maximal j'ai eu des problèmes sur le long terme donc actuellement le dosage est de 50 mg le matin et 100 mg le soir ; paractémol 3 gr/jour ; Chondrosulf ; et 1 myorelaxant pour la nuit.

Merci de tes encouragements et courage à toi aussi.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour narabella2,

Je trouve donc très léger que votre neurologue ne vous explique pas les effets secondaires et indésirables sur certains médicaments qu'elle vous prescrivait, ceci renforce mes dires ; à savoir, prescription sans expliquer au patient les effets, ne lui laissant pas ainsi le choix de l'accepter ou pas....Et le manque de temps dans une consultation et encore une déviance qui se généralise et qui, surtout en neurologie est inadmissible !!!

Le Lyrica* a été le facteur responsable de mes douleurs plus importantes ( cf effets indésirables : Douleurs nocturnes=> myalgies, Douleurs articulaires => arthralgies, fatigue et oedème, prise de poids bien conséquente ). J'ai donc arrêté le traitement de ma propre initiative, en connaissance médicale et de cause...Le Lyrica* a aggravé mes douleurs, puisque les myalgies et arthralgies sont restées et qui sont maintenant chroniques donc irrémédiables ; qu'en pense mon neurologue ?...Il a été outré qu'un médecin traitant me prescrive cette molécule pendant temps de temps, elle n'était pas du tout adaptée à mes douleurs et, effectivement, elle est responsable des douleurs accrues et installées maintenant. Il m'a précisé que j'avais bien fait de l'arrêter et que c'était le meilleure chose à faire ; il n'a pas trouvé scandaleux ( selon ses dires ) que je l'arrête brusquement, pour moi, par mes connaissances médicales, il était donc d'accord.

Nous ne serions pas obligé(e)s de prendre toutes ces médications lourdes si certains médecins étaient plus consciencieux dans l'entente des symptômes et dans leur compréhension afin de les faire coïncider avec le bon tableau clinique. Car bien souvent, la symptômatologie est identique pour plusieurs tableaux cliniques, d'où l'importance des diagnostics différentiels qui réduisent à un voire deux tableaux cliniques, la pathologie peut ainsi être isolée et Euréka !!! Le traitement est adapté...Mais, evidemment, pour cela, il faut savoir prendre le temps dans une consultation...

J'ai consulté plusieurs rhumatologues qui m'ont dit : " Oui oui, le Lyrica* est très bien car...Vous êtes originale et avez une histoire bizarre, vous..." ou alors : " Ben alors là, pffffffffffff..." ou encore : " Mouais, franchement, je ne vois pas pourquoi vous consultez !!! "
Propos inadmissibles de la part de ces messieurs et mesdames, bien installé(e)s...

Je prends, donc, moi aussi Magnè B6 car meilleure absorption donc action plus rapide et du Chondrosulf ainsi qu'un myorelaxant la nuit et en cas de douleur passant à 9 ( puisque au bout de 24 ans, je me suis adaptée à la douleur...et oui, on le peux ), deux Dextropropoxyphène paracétamol* et si persistance de la douleur deux autres 5 h après.

Je suis donc contre la prescription abusive de ce Lyrica*, et, désolée, je persiterai...Arriver à 600 mg / jour dénote bien qu'il y a accoutumance de l'organisme qui a trouvé, là, une bonne béquille chimique ( ce qui n'est pas normal, c'est aussi un ANTI-EPILEPTIQUE, 600 mg / jour !!!!!!! ), seulement, lors du sevrage, c'est lui seul qui devra faire le combat contre la douleur, et il arrive qu'il sature, n'y pouvant pas ; l'endomorphine naturelle sécrétée par l'organisme lors des douleurs, se révèle ainsi insuffisante...Car tout un chacun sécrète de l'endo, mais pour les fortes douleurs elle est inefficace ( cf accouchement, par exemple => recrudescence de demande de péridurale ou de rachis, c'est pas pour rien...)

Merci de votre sensibilité à la douleur d'autres.

Bon courage à vous. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Participez au sujet "lyrica"