Portrait de Danna

Bonjour , j'ai 50 ans et je suis ménopausée depuis presque 4 ans. Je ne prends aucun substitut , mon médecin traitant me l'avait fortement déconseillé à cause des risques de cancer. J'avoue aussi que cela m'arrangeait plutôt bien : plus de pilule plus de règle , c'était enfin la liberté. .........Je supporte plutôt bien les bouffées de chaleur , les douleurs au bas du dos et autres petits désagréments........Sauf que récemment (6 mois environs) je me suis aperçue que les pénétrations devenaient difficiles voire impossibles , et je ne connaissais pas ce problème de la ménopause. Je connaissais la sécheresse vaginale mais je ne savais pas que cela voulait dire "atrophie vaginale".....
Et cela par contre , ça me gène énormément (pensez donc , plus de rapport à 50 ans , c'est pas top).........Voilà , on me conseille un peu partout de débuter un THS ou de prendre au moins des œstrogènes locaux !! Moi qui me croyais tranquille , voilà qu'il faut repartir à prendre des médicaments/substituts......
Donc , je me pose cette question :
Pour une atrophie vaginale , seul un lubrifiant est-il nécessaire , où faut-il absolument appliquer des œstrogènes locaux pour "réparer" cette atrophie ??
Autrement dit , si on a une atrophie vaginale , un lubrifiant suffira t-il à avoir des rapports "normaux" ??
Merci pour vos réponses

Participez au sujet "Lubrifiant ou oestrogénes locaux ??"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Lubrifiant ou oestrogénes locaux ??"

  • ... thyroïdienne (thyroxine et triiodothyronine) dans le sang. Commenter 0 J'aime 0 ... Son incidence croit avec l'âge puisqu'elle atteint 14 pour 1000 personnes par an après 75 ans. La thyroïdite ... au froid. Fatigue constante. Crampes musculaires. Prise de poids. Constipation. Présence d'un goitre chez certains ...
  • ... sont particulièrement intenses ce qui nécessite la prise de médicaments et en particulier de bêtabloquants. Pour les spécialistes en imagerie médicale, l'échographie met en évidence ...
  • ... donne aux malades un aspect bouffi. Cette bouffissure avec prise de poids, s’accompagne : D’un épaississement des traits ...
  • ... du taux de carotine dans le sang). La polyménorrhée appelée également ménorragie, correspond à une exagération de l'écoulement de sang durant les règles. Cette définition fait intervenir la notion de ... Au cours du syndrome Escamilla-Lisser-Shepardson, la prise de sang met en évidence la présence, en trop grande quantité, de ...
  • Le syndrome de Kabuki, appelé également syndrome de Niikawa-Kuroki est un syndrome (ensemble de symptômes) comportant plusieurs malformations entraînant :

    • Un retard de croissance survenant après la naissance.
    • Un retard de développement psychomoteur.
    • Une hypotonie (insuffisance de tension musculaire).
    • Des troubles alimentaires.
    • Des convulsions.
    • Des otites à répétition.
    • Une fente palatine.
    • Des malformations cardiaques à type de coarctation.
    • Des malformations de l'appareil urinaire.
    • Une insuffisance de sécrétion des hormones thyroïdiennes (hypothyroïdie).
    • Une malabsorption.
    • Des maladies hématologiques à type d' anémie hémolytique, de purpura thrombopénique idiopathique entre autres.

    La radio met en évidence des anomalies du squelette osseux associant des luxations en grand nombre dus à une hyperlaxité ligamentaire des articulations.