Portrait de jalouvre

Bonjour à tous
Un lipome peut-il grossir et garder son caractère de tumeur bénigne ?

Portrait de Aris
J'aime 0

Bonjour Jalouvre,

Un lipome, contrairement à un liposarcome, peut effectivement grossir ( atteignant parfois la taille d'une orange) tout en restant bénin.

Je vous souhaite une bonne journée.

Portrait de jalouvre
J'aime 0

merci de cette précision

Participez au sujet "lipome"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "lipome"

  • ... Cette variété d'hématome apparaît rapidement à cause de la déchirure d'un vaisseau. Généralement il s'agit de l'artère ... Le plus souvent l'hématome extradural est lié à une cause traumatique, s'accompagnant d'une fracture de la paroi crânienne, à ...
  • L'engagement cérébral, est le déplacement, le refoulement de certaines parties de la structure nerveuse contenue dans le crâne (encéphale) à travers un orifice, ce qui entraîne une modification anatomique et donc une réorganisation de cette structure à l'origine de pathologies neurologiques.
    Le plus souvent l'encéphale s'engage à travers le trou occipital (trou situé à la base du crâne au travers duquel passe normalement la moelle épinière). On parle alors d'engagement des amygdales cérébelleuses. Cette zone qui fait saillie et correspondant à la partie inférieure et avant du cervelet porte ce nom en raison de sa ressemblance avec les amygdales du pharynx.

    L'engagement cérébral est une complication de l' hypertension intracrânienne c'est-à-dire de l'augmentation de la tension à l'intérieur du crâne.

    Rappel anatomique de l'encéphale
    Le cerveau représente une des trois parties composant l'encéphale, la plus volumineuse, la plus complexe, siège des facultés intellectuelles.
    Le cerveau est situé au-dessus du cervelet, séparé de celui-ci par la tente (une partie des trois méninges, la dure-mère, interposée entre le cerveau et le cervelet). Il est composé de deux hémisphères droit et gauche qui sont réunis par le corps calleux. L'encéphale est la partie du système nerveux contenue dans la boîte crânienne, elle comprend le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral (segment supérieur de la moelle épinière). L'encéphale assure le contrôle de l'ensemble de l'organisme.

    Les différentes variétés d'engagement cérébral
    Les conséquences sur le plan neurologique sont différentes selon l'orifice concerné.

    1) L'Encéphale peut s'engager à travers l'orifice limité par :
    Une membrane d'une part, la faux du cerveau qui est la membrane verticale se localisant entre les deux hémisphères cérébraux proprement dit donc le bord supérieur est attaché au crâne et le bord inférieur est constitué par un demi-cercle ouvert vers le bas. Très fréquent dans l' oedème cérébral, ce type d'engagement intéresse essentiellement les parties avant du cerveau. Le plus souvent il n'a pas de conséquences graves.
    D'autre part la tente du cervelet est constituée par une membrane située horizontalement entre les hémisphères du cerveau au-dessus et le cervelet en dessous. Les bords de cette tente s'attachent au crâne et le bord antérieur dessine un demi-cercle ouvert en avant. Dans ce cas on parle d'engagement diencéphalique et temporal. Autrement dit dans cette variété d'engagement cérébral la partie inférieure du lobe temporal (partie du cerveau situé sur les côtés) glisse par l'orifice du toit de la tente cérébelleuse (membrane de protection du cervelet) et comprime les pédoncules cérébraux (zone située en avant du cervelet et au-dessous du cerveau). L'engagement temporal est plus grave et entraîne un coma avec mydriase (augmentation du diamètre des pupilles) du côté de la lésion, et ce que l'on appelle une rigidité de décérébration correspondant à une perte globale de souplesse, une tachycardie (accélération du rythme cardiaque), une polypnée (rythme élevé de la respiration) avec encombrement respiratoire. Son évolution est péjorative car elle est susceptible d'entraîner une hémorragie du tronc cérébral (autre zone de l'encéphale située entre le cerveau la moelle épinière).

    2) L' encéphale peut également s'engager à travers un orifice délimité dans une structure osseuse du crâne qui est le trou occipital. Cette région est située à la jonction entre l'encéphale et la moelle épinière. On parle dans ce cas d'engagement des amygdales cérébelleuses. Ce type d'engagement est grave. Plus précisément les amygdales cérébelleuses, s'insinuent par le trou occipital et bloquent l'orifice du quatrième ventricule cérébral entraînant un blocage du passage du liquide céphalo-rachidien et un étranglement du bulbe rachidien.

    Causes

    • Tumeur grossissant rapidement
    • Hémorragie
    • Hématome sous dural d'origine traumatique (hématome situé sous la dure-mère qui est une des trois méninges) et survenant à la suite d'un traumatisme)
    • Abcès du cerveau
    • Gêne à l'écoulement du liquide céphalorachidien qui s'accumule en créant une augmentation de tension interne du crâne. Dans ce cas on assiste au déplacement de la structure nerveuse qui est repoussée.

    Symptômes
    Ils dépendent du type d'engagement (voir ci-dessus).
    Engagement des amygdales cérébelleuses entraînant des épisodes d'élévation de la tension musculaire (hypertonie) traduisant une raideur des membres associée quelquefois à une bradycardie c'est-à-dire à une diminution du rythme cardiaque ou encore à un arrêt de la respiration.
    Quelques patients présentent uniquement, en cas d'engagement mineur, une rigidité globale ou encore une inclinaison de la tête sur le côté.

    Évolution
    Grâce à ces symptômes et essentiellement au scanner, le diagnostic d'engagement cérébral peut être fait.

    Traitement
    Hospitalisation en milieu neurologique permet, après la mise en évidence du diagnostic, d'intervenir rapidement neurochirurgicalement de façon à permettre une décompression des structures nerveuses comprises dans l'encéphale.

  • L'hémorragie intravasculaire intracérébrale est une pathologie rare se caractérisant par la survenue d'une collection de sang à l'intérieur du cerveau représentant une forme de complication de la rupture d'un hématome cérébral à l'intérieur d'un ventricule cérébral.

    L'explication des hémorragies intraventriculaires intracérébrales est la suivante. Une collection sanguine apparaît à l'intérieur du parenchyme cérébral c'est-à-dire de la substance blanche constituée par la glie et les neurones, plus précisément les axones neuronaux. Ce sang provient soit de malformations artérioveineuses d'un plexus choroïde soit des anévrismes intracrâniens essentiellement concernant l'artère cérébelleuse postéro-inférieure (voir l'anatomie des artères du cerveau).

    Il existe des formes d'hémorragie intraventriculaire intracérébrale faisant suite à des traumatismes intracrâniens comme cela apparaît chez le nouveau-né ou chez l'enfant secoué (voir le syndrome du bébé secoué).
    Il existe d'autres types de complications hémorragiques graves comme celles qui sont quelquefois décrites chez les prématurés en tant qu'hémorragie cérébrale néonatale.

    Devant une suspicion d'hémorragie intraventriculaire intracérébrale il faut craindre des lésions des axones des neurones à type de cisaillement axonal (étirement des axones).

  • ... des tissus composant la paroi de l'artère à cause de la survenue d'athérosclérose (dépôt de corps gras) ou d'une ... l'apparition de lésions de la paroi artérielle à cause par exemple d'une méningite.La dernière variété d'anévrisme ...