Portrait de virgini

Cela fait deux fois que mon grand père fait un AVC après une anésthésie générale. Mais ce que je ne comprend pas c'est que sur les sites médicaux, tout le monde dit que cela survient après des opérations au coeur ou du même genre alors que lui, à chaque fois c'était des opérations au niveau du ventre (appendice limite péritonite et éventration) je voudrai vraiment pouvoir comprendre

Portrait de isidore.duparc
J'aime 0

Avant de répondre à votre question précisément voici quelques de détails supplémentaires pour mieux comprendre ce que représente un accident vasculaire cérébral.
Voici en quelques mots la définition et les causes des accidents vasculaires cérébraux. Il s'agit d'un déficit neurologique c'est-à-dire d'une maladie concernant le système nerveux central et plus précisément le cerveau dû à une ischémie ou si vous préférez, une diminution de vascularisation c'est-à-dire de l'apport sanguin niveau du cerveau ou encore un saignement au niveau cérébral. Dans 80 % des cas il s'agit d'une ischémique d'une occlusion artérielle c'est-à-dire que le sang ne passe plus dans une artère, une embolie (caillot sanguin), une lacune (infarctus de petite taille intérieure de la substance blanche des noyaux gris centraux (substance grise noyée dans le sens blanche) ou plus rarement à une dissection d'une artère cervicale c'est-à-dire une artère se déchire au niveau du cou.
Chez certains patients aucune cause n'est retrouvée. Donc environ un quart des cas il s'agit d'un accident hémorragique lié à une tension artérielle trop élevée à l'intérieur des vaisseaux du cerveau. Il peut s'agir également d'une tumeur, d'un traumatisme des anomalies des vaisseaux ou encore des prédispositions particulières comme par exemple un traitement anticoagulant l'alcoolisme le trou de la coagulation.
L'accident vasculaire cérébral touche 110 à 150 000 nouveaux cas par an en France mais on constate une diminution de 50 % entrant tandis que des mesures de prévention des facteurs de risque (tabac alcool obésité sédentarité etc.). L'âge moyen de survenue et de 70 ans. Dans 10 % des cas c'est-à-dire 10 à 15 000 cas par an avant 45 ans. On constate une légère prédominance chez l'homme. Dans l'accident vasculaire cérébral l'ischémique c'est-à-dire la diminution de l'apport de sang le début est brutal ou progressif et on constate un déficit neurologique très net avec une hémiplégie c'est-à-dire la moitié de la paralysie du corps, une aphasie autrement dit une disparition de la parole, des troubles de la moitié d'un champ visuel (ce que l'on appelle une hémianopsie latérale homonyme. Dans l'accident vasculaire cérébral de type de l'hémorragique les signes neurologiques apparaissent généralement progressivement et sont quelquefois précédés de céphalées c'est-à-dire de maux de tête de vomissements et le déficit neurologique est souvent sévère s'accompagnant d'un commun d'une aggravation dans le temps.
Le scanner I.R.M. permette de faire un diagnostic. Les images accident ischémique cérébrale quant à elles mettent quelque temps à apparaître c'est-à-dire qu'il existe un certain délai. Dans le cas d'un accident vasculaire de nature hémorragique concernant le sujet jeune il nécessaire d'effectuer une angiographie c'est-à-dire mise en évidence des vaisseaux du cerveau après avoir injecté un produit de contraste à intérieure. Ceci est indiqué quand on recherche des malformations vasculaires que l'on peut opérer.
L'évolution et les complications sont les suivants. On constate d'accord un aggravation rapide avec apparition de convulsions, de commun et des signes de mort cérébrale. Puis la mortalité est de 30 % dans les trois premiers mois avec 45 % de survie à six mois et 30 % cinq ans. On constat d'autre part des séquelles de degré variable dans 80 % des cas.
Le traitement de l'accident vasculaire cérébral de type ischémique est la dissolution du caillot en utilisant des médicaments dans les trois premières heures quand cela est possible et dans un centre spécialisé en vasculaire. Sinon le traitement repose sur le contrôle de la pression artérielle et utilisation de anti thrombotique comme l'aspirine entre autres. La thrombose d'un caillot sanguin qui bloque la circulation du sang. Les anticoagulants sont indiqués en cas de pathologie de type embolie. Dans l'autre type d'accident vasculaire cérébral c'est-à-dire de type hémorragique on recherche une éventuelle malformation des vaisseaux que l'on peut soigner. Dans tous les cas il est indispensable d'effectuer du Nursing.
La prévention des accidents vasculaires cérébraux passe par celle des facteurs de risque vasculaire. C'est la raison pour laquelle il faut toujours traiter une hypertension artérielle ce qui réduit de 50 % le risque de survenue d'accident vasculaire cérébral. La suppression du tabac le traitement du diabète et de l'hypercholestérolémie sont également importants bien évidemment.

Indépendamment de l'opération faite, un accident vasculaire cérébral est susceptible de survenir, parce qu'il existe un risque survenant après l'intervention que celle-ci porte le sur n'importe quelle région de l'organisme, étant donné ce que je viens de vous expliquer vous pouvez le comprendre.

Portrait de sonnya
J'aime 0

Bonjour,

C'est la première fois que je viens sur ce forum car je suis réellement désespérée....mon oncle qui vit en Tunisie à fait un AVC il y a une semaine a peu pres , c'est sa voisine qui l'a trouvé le matin inconscient et qui l'a amene à l'hospital. Il etait paralysé , son visage et son corps ne réagissait pas.

Les médecins à l'hospital n'ont rien fait et on demandait à la voisine de le ramener chez lui et de lui donner de l'aspirine !!! Au jour d'aujourd'hui il est toujours " handicapé " et à des crises d'épilepsie ( selon un autre medecin) répétitives , en fait une apres l'autre ...C 'est insupportable à voir, il n' a pas la parole, ne dort pas, ne mange pas, ne boit pas....je m'inquiete énormement pour lui car on ne sait pas exactement ce qu'il a et surtout ce qui explique ces crises qui m'ont l'air d'etre tres douloureuses.

Ce matin, il a fait un IRM qui ont diagnostiqué un caillot de sang dans une veine partant du coeur ce qui expliquerait l'AVC mais toujours aucun traitement de donner et il refuse de l'hospitaliser...Mon pauvre Tonton ne va peut etre plus avoir la force de tenir car ces crises sont impressionnantes et sans cesse....Je vous supplie de m'aider si vous le pouvez en m'eclairant sur ces crises , est ce qu'on peut arreter ça, les ralentir ?? je vous en supplie sincerement je suis désespérée ....et tellement triste.

Merci du fond du coeur....

Participez au sujet "les AVC et les anésthésies"