Portrait de mariejeannette

Bonjour!
J'ai 30 ans toutes mes dents, j'ai fumé du shit pendant 10 ans et j'ai arrêté depuis 1 mois et demi!Sans médicament,sans psy...
Je vous raconte l'histoire de mon sevrage, jour par jour (21 jours pour un sevrage physique) et plus encore, sur mon blog:

www.mariejeannette.over-blog.com

Vous voulez arrêter, vous ne savez pas comment faire, vous avez peur des effet de l'arrêt de la consommation?
Lisez mon blog, et l'arrêt de la fumette n'aura plus de secret pour vous!
Parce que le sevrage est une aventure fabuleuse, salvatrice et incroyable,
sevragiquement votre,
Marie jeannette

Portrait de Abinitio
J'aime 0

Bonjour,

C'est étrange, mon médecin m'avait dit que le sevrage c'était trois mois. Peut-être parlait-il du sevrage physique et du sevrage psychologique.

J'ai bien aimé votre texte, votre façon de décrire les choses et sensations en toute sincérité et en toute simplicité. Il est clair que ces textes, car il y en a plusieurs, jour après jour, sont comme un guide pour ceux qui souhaiteraient arrêter à leur tour. Il est vrai qu'on se demande souvent comment cela sera après l'arrêt. Et puis, même si on ne fume pas, ou plus, comme moi, ça reste intéressant.

Vous expliquez dans vos textes la différence entre avant et après. Il est vrai que c'est important car quand vous commencez à écrire, c'est peu de temps avant le départ dans votre famille. Vous y resterez environ 10 jours je crois.

Quand vous expliquez l'angoisse qui est vôtre à l'idée de partir sans cette boulette ( de deux joints ), je me suis dis que ce n'était pas si grave que cela, car de la façon dont vous le dites [ ma grand-mère pourrait me surprendre dans mes balades nocturnes et cela pourrait se savoir dans la famille... ] j'ai cru que vous partiez une soirée, et, au pire, reveniez le lendemain. Il est vrai que j'ai mieux compris par la suite...

Sans doute est-ce dû au fait que vous ne fumiez pas tant que ça, ou que vous semblez avoir une vie évolutive et suffisamment intéressante à côté de cela, mais je n'ai pas senti le manque comme je pensais que vous l'auriez eu. Cela dit, j'ai arrêté, étrangement, sans difficulté sur le coup, sans manque par la suite, bien que j'avais pensé à arrêter depuis très très longtemps.

Très rapidement vous vous sentez mieux, plus guillerette comme vous dites - mot que j'aime bien et qui dénote un caractère ( naturel ) jovial. C'est d'ailleurs un retour au source comme vous le dites si bien ; tant au niveau du caractère qu'au niveau des émotions. Il est vrai que comme vous, j'étais dans un état de réceptivité émotionnelle dans le bon comme dans la mauvais. Je me suis aussi abruti devant des choses un peu honteuse, bien que je ne regardais ni Texas Ranger, ni ls téléfilms sur M6, ni Dérick... Mais je ne pleurais pas non plus devant des nuages, bien que cet exemple m'a parlé, car on m'a déjà dit que le cannabis avait ouvert en moi une porte à une sorte d'autre monde. J'en doute fortement. Je crois que la porte est déjà ouverte, mais sans doute que l'on ose pas la franchir dans un état normal, c'est comme avec l'alcool.

Puis il y a le recul que vous avez sur vous. Dans la glace, votre pupille devient visible et ainsi vous voyez la couleur originelle de vos yeux, qui sont bleues, non noir encore moins rouge... Votre regard s'élargie, je crois que vous faites une comparaison avec un lémurien si je ne m'abuse. Votre teint autrefois grisate devient plus coloré, la langue plus fraîche etc. J'ai aussi fait ces constatations, et tant d'autres...

Le recul sur vous ne se passe pas qu'en vous voyant dans le reflet du miroir mais dans une sorte d'autre reflet, ce que l'autre vous renvoie de vous quand vous fumiez. C'est là que vous preniez conscience de certaines choses que l'on peut voir qu'en étant soustrait à cette addiction. Petit à petit s'installe donc une prise de conscience et la volonté de continuer grandie.

Parallèlement à cela, vous notez, ce qui est très intéressant, vos rêves. Ça me fait penser que vous êtes une personne qui vivez beaucoup dans le rêve, et aimez bien cette état second. Sans doute avez-vous parfois du mal à l'assumer ? Le cannabis ou la beuh d'Amsterdam senteur noisette - que je n'ai jamais eu l'occasion de goûter, ce que je ne regrette absolument pas - vous permettait sans doute d'assumer une certaine folie, celle de l'innocence que chaque enfant on. « La folie est un long rêve et le rêve une courte folie » disait, à peu près, Schopenhauer, phrase qui est reprise dans l'Interprétation des rêves de S. Freud.

En parlant de rêves. Au début, ils sont abondants, vous vous en souvenez, puis il y en a plus, d'après vous, puis ça revient doucement mais vous ne vous en souvenez pas, puis vous commencez à vous souvenir d'un rêve... Vous nous soumettez à quelques analyses. Rapport entre maison, renouveau à l'intérieur, or... Toutefois, vos analyses sont appuyées, me semble-t-il par des livres qui donnent un sens aux faits, or c'est le sens, le contexte qui donne des faits, et la synthèse des deux, votre vie plus les faits donnent le sens. C'est-à-dire que l'or peut dire quelque chose de positif à l'un et de négatif à l'autre, ça dépend. En tout cas, c'est ce que Sigmund Freud nous apprend, et je peux vous dire que j'y crois beaucoup ; j'ai aussi fait des analyses de rêves grâce à sa méthode.

Vous expliquez bien dans la vie courante, que la solution qu'on croit simple n'est pas forcément la plus simple, que ce soit pour l'alcool ou la drogue. Vos exemples, avec les administrations et votre patience, votre politesse exemplaire le dénote bien. Cela dit, on peut fumer et être patient, calme, je crois, et ne pas le faire et ne pas l'être... Mais ceci relate bien d'une certaine réalité.

Vous avez été brève là-dessus, mais vous parlez un peu du changement qui s'opère dans votre vie, car vous sortez plus, allez voir plus vos amis, vous êtes plus active. Il est vrai que 21 jours c'est assez court. Il serait bon de voir la suite.

Puis vous arrivez à la fin du " stage initiatique ", un réapprentissage en fin de compte. Votre démarche et sans doute vos mots, ont donné envie à d'autres de vous imiter. C'est une excellente chose, je l'ai aussi constatée autour de moi, j'ai aussi été influencé pour un autre arrêt, celui de la cigarette. D'ailleurs, avez-vous arrêté ?

J'attends la suite. Merci de votre témoignage. J'espère qu'il sera lu car j'ai, vous vous en doutez, bien aimé.

Portrait de versinus
J'aime 0

Bonjour.
Je suis allé visiter votre blog.
Il est très utile pour quiconque souhaite arrêter sa dépendance.
Rien trouvé d'équivalent à ce jour sur le net, les didactiques brochures avec test d'addiction et conseils de bonne résolution de gouv.fr, les questions angoissées de ceux qui n'y arrivent pas faisant bien peu l'affaire.
Par contre, j'ai voulu rejoindre le forum Stop la fumette, et n'ai rien compris à ce qu'il fallait faire, overblog ne me proposant qu'une inscription comme administrateur pour créer mon propre blog... Ce qui ne m'a pas mené à grand chose car même ce processus ne se conclut pas.
Merci de m'indiquer la marche à suivre si vous revenez sur ce forum.
Avec tout mon respect.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Deux choses :
Sur un blog vous n'avez pas obligation de vous inscrire pour laisser un commentaire.
Si l'administrateur du blog a autorisé les commentaires il suffit de cliquer sur Écrire un commentaire qui se trouve en dessous de chaque message.

Dans le "forum" stop la fumette, il faut suffit de cliquer sur les liens top communauté.
Vous cliquez ensuite sur Répondre.
Vous allez avoir un encart de connexion mais comme vous n'êtes pas encore inscrit cliquez simplement sur : Pas encore inscrit ?

Quote:
Connexion à l'administration

Indiquez vos identifiants (Email et mot de passe) afin de vous connecter à votre administration de blog…
Pas encore inscrit ? (Créer un blog gratuit)

Et là vous remplissez le formulaire.
Vous vous avez cliquez sur Créer un blog gratuit probablement.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Participez au sujet "le sevrage du cannabis, je te le raconte..."