Portrait de defeu

Madame, Monsieur,
j'ai 3 petites questions se rapportant à votrechapitre sur Le Goitre:
Il est écris:
"À travers la planète, certains pays et certaines régions généralement montagneuses sont particulièrement concernés par cette pathologie; il s'agit notamment de (liste non exhaustive) :
Le Massif central et la Bretagne en France"

1- En Bretagne???!! Vraiment? Pourriez vous m'en dire plus...

un peu plus loin il est écris
"...certaines régions montagneuses telles que les Alpes les Pyrénées en France."

2-Pourquoi ne pas l'avoir mentionné avec Le Masif central et la Bretagne???

Enfin, au sous-chapitre CAUSES, il est écris:
"D'autres affections entraînent l'apparition d'un goitre (liste non exhaustive) :
la thyroïdite (inflammation de la thyroïde) d'Hashimoto "

3- Pourriez vous svp me donner quelques précisions sur ce qualificatif d' Hashimoto (nom d'un docteur, d'un lieu ...?)

Grand merci

Blaise

Participez au sujet "Le(s) Goitre(s)"

Articles à lire concernant "Le(s) Goitre(s)"

  • Un goitre désigne une augmentation de volume de la thyroïde, visible sous la forme d'une grosseur au niveau du cou. Un goitre est plongeant  lorsqu'il descend en partie dans le thorax.    .
  • Variété de goitre dont on observe le développement aux dépens d'une glande thyroïde accessoire. Il siège quelquefois dans le médiastin également sur les côtés du cou ou à la base de la langue.
  • Un goitre multinodulaire toxique est à l'origine d'une sécrétion d'une quantité très importante d'hormones thyroïdiennes (T3, T4).  
  • La thyroïdite du post-partum est une thyroïdite silencieuse qui n'entraîne pas l'apparition de douleurs et qui survient environ trois à six mois après l'accouchement. Il s'agit d'une forme d'une thyroïdite auto-immune c'est-à-dire que la patiente fabrique des anticorps contre ses propres tissus et dont l'installation est insidieuse. Ce type d'affections concerne 5 à 25 % des femmes. La thyroïdite du post-partum s'accompagne d'un goitre peu important et indolore. Le goitre est une grosseur siégeant à la face antérieure de la base du cou. Il est le résultat d'une tuméfaction localisée ou diffuse du corps de la thyroïde. Un des exemples le plus connu de goitre thyroïdien est celui de la maladie de Basedow. Les analyses de sang mettent le plus souvent en évidence une hyperthyroïdie c'est-à-dire un excès de sécrétion des hormones thyroïdiennes de façon transitoire et durant quelques semaines. Par la suite la patiente présente une hypothyroïdie dont l'évolution est spontanément résolutive (qui se corrige d'elle-même). Les analyses de laboratoire montrent un taux d' anticorps antithyroïdiens élevé le plus souvent. Il est anticorps retrouvés ne sont pas les anticorps anti-TSH mais des anti-thyropéroxydases (TPO) Les examens complémentaires et plus particulièrement l'utilisation de d'iode 131 (scintigraphie) objective une fixation nulle devant la phase d'hyperthyroïdie tout d'abord, puis ensuite une élévation lors de la phase d'hypothyroïdie. Chez quelques patientes on a constaté l'apparition de symptômes cardiaques liés à l'hyperthyroïdie. Ces symptômes sont particulièrement intenses ce qui nécessite la prise de médicaments et en particulier de bêtabloquants. Pour les spécialistes en imagerie médicale, l'échographie met en évidence des foyers hypoéchogènes diffus ou d'aspect nodulaire. Il s'agit de lésions hypoéchogènes qui doivent être corrélées à la présence d'anticorps anti-thyroperoxydases. L'évolution de la thyroïdite survenant après la grossesse est identique à celle d'une thyroïdite subaiguë. Il s'agit d'une thyroïdite que l'on peut qualifier de silencieuse. On décrit typiquement deux phases tout d'abord une première phase d'excès de sécrétion d'hormone thyroïdienne dans les trois premiers mois qui suivent la grossesse. Cette phase est suivie d'une hypothyroïdie c'est-à-dire d'une insuffisance de sécrétion d'hormone thyroïdienne 5 à 6 mois plus tard. Cette deuxième phase se caractérise généralement chez la femme par une dépression plus ou moins importante.  Il existe un risque de récidive lors des grossesses ultérieures. Quand la patiente a une hypothyroïdie importante il est alors nécessaire de lui donner des hormones thyroïdiennes de manière transitoire (hormonothérapie). Plus rarement la thyroïdite du post-partum persiste après six mois ou encore l'appareil après un épisode de régression voire une disparition.
  • Variété de gotre dont l'évolution spontanée est susceptible de créer des complications liées à la compression des organes de voisinage. Il peut s'agir de l'appareil respiratoire, de l'oesophage, de la trachée, du larynx, du pharynx etc..