Portrait de Invité

L'arret butal de fumer ,après une bonne vingtaine d'année,engendre t-il des conséquences pertinantes pour l'organisme?

Portrait de cancer
J'aime 0

apparemment et à ma connaissance,non. Mon mari à cesser de fumer a 50 ans alors qu'il fumait depuis l'âge de 13 ans, seule conséquence, prise de poids

Portrait de ejmaa
J'aime 0

Bonjour, Ca fait 18 ans que je fume et j'aime fumer. Depuis 1 an je suis vraiement décider à arrêter, je mis suis préparé et j'ai voulu faire plaisir a mes enfants ! ! ! Maintenant je suis une ex-fumeuse. C'est pas la volontée mais l'imprévu de la santé, les evements de la vie mon fait arreté du jour au lendemain et celà fait 5 mois. Je sais que je ne fumerais plus jamais car la vie est trop belle. Nous le pouvons, le seul inconvenient pour moi c'est d'avoir grossi, c'est qu'une période ! En tout qu'a, je sais que mon organisme est au stade ou mes cils bronchique recommence à repoussé ! C'est beau non et mes enfants son content..

Portrait de chris67
J'aime 0

J 'ai 38 ans , j'ai fumé un paquet par jour depuis l'age de 13 ans... pour un problème de santé j'ai arreté de fumer du jour au lendemain... aucun soucis .... et la prise de poids, c seulement si on mange plus pour compenser ... moi je fais attention et je n'ai pas pris de poids !!!

Portrait de mellouli ameni
J'aime 0

mon ami fume troo, il a essayé de cesser et arreter de fumer..il arrete 2 jours pui il revien...alors kel é la solution?

Portrait de chris67
J'aime 0

bjr mellouli ameni ,

pour ton ami, c vraiment qu'une question de volonté...moi y'a quelques mois j'avais pris du " champix " j'ai arreté quelques temps et puis je pense que je n'etais pas prete, donc j'ai recommencé !! la, j'ai eu un declic ... et j'ai arreté sans rien, sans substituts , sans aide... moi...grande fumeurse, j'y aurai jamais cru !!! c vraiment juste une question de volonté.... c dur , c clair, meme tres dur à des moments , je l'avoue ... mais les envie de " clops " ne durent jamais longtemps !!! faut etre fort c tout ....
amicalement

Portrait de dioupdioup31
J'aime 0

Bonjour,

J'ai arrêté de fumer pour ma part cela fait plus de 6 mois !

Je pense qu'arrêter de fumer brutalement est moins nocif que d'arrêter avec des nicopatchs et autres...

Pourquoi ?

- Moins de stress donc plus de dépendance au bout de 3 semaines (sauf dépendance psychologique, mais c'est un autre débat...)
- D'avantage d'économie pour son porte monnaie aussi !

Après, s'il est stressé durant l'arrêt du tabac, il serait préférable qu'il stoppe les éléments excitant sur le plan alimentaire. Cela lui permettrait de passer plus facilement le cap.

Pour ma part, j'ai arrêté de fumer à travers une méthode proposant cette philosophie qui reste saine pour l'organisme. C'est en fait un diagnostic selon son hygiène alimentaire (en supprimant les éléments excitant...) Et ça marche !

Je suis beaucoup plus zen maintenant et je n'ai jamais repris la cigarette !

___________________________________________
Dioupdioup

"Prendre soin de soi c'est important"
Lien du diagnostic pour stopper la cigarette : www.halt-tabac.com

Portrait de chris67
J'aime 0

dioupdioup, peux tu nous en dire plus sur les " elements alimentaires excitants " ????
merci

Portrait de mellouli ameni
J'aime 0

salu, mon ami fume trooo, il a essayé de l'arreter mais il revien .... il doi cesser mé koi faire>??? peux je l'aider?

Portrait de dioupdioup31
J'aime 0

Bonjour,

ça n'a aucune incidence pour la santé. Les gens qui prennent du poid, c'est une conséquence du fait que ces personnes compensent "consiement ou inconsciement" à travesr la nourriture (salée, sucrée, autre...)

Cependant, pour ma part, j'ai pu arrêter, ça fait presques 1 an et 6 mois déjà !

J'ai réussi à stopper la cigarette à travers une méthode pleine de bon sens :

Ce qui te pousse à te réfugier vers la nicotine et à ainsi fumer, c'est ton stress ! La nicotine accentue le stress car c'est cela qui te rend dépendant de la clope ; cependant ça te soulage "provisoirement en consommant de la nicotine"...

Mais le problème s'impose aussi, quand tu es en train d'arrêter : Ta dépendance se manifeste par du stress, de la colère, de ne plus pouvoir trouver sommeil, à travers la nourriture, de ne pas penser à autre chose qu'à fumer...

C'est pourquoi, la solution qui m'a permis de stopper le tabac c'est un "régime d'excitant alimentaire". Je m'explique : éviter au maximum le café, le thé et tous les aliments qui peuvent accentuer le stress.

Conséquence : On est mois stressé, on arrête plus facilement la clope... et sans grossir.

En effet : moins de stress = moins envie de compenser à travers des chewingum (et autres aliments sucrés et salés...) ou de replonger dans la cigarette = plus faire attention à son hygiène alimentaire = pas de prise de poids !

Il existe un site web proposant un diagnostic en ligne. On répond à des questions relatives à sa propre alimentation, vie... Puis on reçoit par mail le "régime alimentaire" à travers un fichier PDF acrobat Reader.

On le trouve sur google...

Halt tabac !

Combattons le !

A+ Voilà pour les infos !

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Quote:
ça n'a aucune incidence pour la santé. Les gens qui prennent du poid, c'est une conséquence du fait que ces personnes compensent "consiement ou inconsciement" à travesr la nourriture (salée, sucrée, autre...)

Pas forcément. Des personnes ne mangeant pas plus et ne compensant en rien du tout prennent du poids.

Le fait d'arrêter de fumer permet à l'organisme d'avoir une meilleure assimilation des aliments,que le tabac empéchait.
Et on sait que l'organisme a de la mémoire et que si il a été privé de certains éléments, dès qu'il en voit passer il stocke au cas où.
D'où prise de poids.

Le tabac de plus stimule la thyroïde.
Celle-ci ne l'étant alors plus, travaille de moins en moins = moins d'hormones = prise de poids.

Lire : http://www.md.ucl.ac.be/loumed/CD/DATA/122/7-13.PDF#search=%22tabac%20et%20thyro%C3%AEdie%22

Portrait de pavotdecalifornie
J'aime 0

Bonjour christiane
Ce que vous dites à propos de la prise de poids est prouvé par l'expérience (eh oui ! il arrive que les médecins disent des choses sensées hihihi!)
Ma fille s'est arrêtée de fumer du jour au lendemain (dur dur)
Très coquette, elle a veillé scrupuleusement à ne pas manger plus qu'auparavant.
Malgré tout elle à pris 2ou 3 kilos,à sa grande fureur !
Elle a vite compris que sans nicotine son métabolisme avait changé et que tout ce qu'elle absorbait était assimilé...
Toujours coquette et courageuse elle a supprimé tout dessert, et en quelques mois elle a retrouvé sa minceur d'origine!
Toute la volonté dont elle a fait preuve était alimentée par la présence de son petit garçon à qui elle souhaitait offrir une vie le moins polluée possible, et en plus une jolie maman à l'haleine fraîche.

Participez au sujet "L'arret de fumer"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "L'arret de fumer"

  • ... et de son expression écrite et ceci indépendamment c'est-à-dire sans relation avec un dysfonctionnement ou mauvais fonctionnement ... sur le déroulement de la consultation neuropsychologique. C'est une des raisons pour lesquelles il faut parfois recommencer ...
  • ... à garder pour le patient qui est en décubitus dorsal c'est-à-dire couché sur le dos, les hanches et les genoux fléchis à 90°. ... motrice de chaque muscle doit être testée séparément c'est-à-dire muscle par muscle plus précisément segment par segment. Il ...
  • ... le cancer du sein est plutôt rare avant l'âge de 50 ans. C'est la raison pour laquelle les il est nécessaire de préconiser la ... l'examen le plus intéressant en termes de performances. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire de faire appel à la ...
  • ... un surpoids localisé au niveau des hanches et des cuisses. C'est la raison pour laquelle il est intéressant de mesurer le tour de taille ... diminuer, voire de supprimer les graisses d'origine animale, c'est-à-dire celles provenant des produits laitiers, et de certaines viandes ...
  • Les précautions et les contre-indications du voyage en avion sont relativement nombreuses et généralement peu connues du grand public.

    Sur le plan biologique, il est nécessaire de savoir que le voyage aérien est déconseillé quand le taux d'hémoglobine est inférieur à 8,5 g pour 100 ml. En ce qui concerne la drépanocytose (voir ce terme) le voyage en avion est totalement contre-indiqué. En cas d'anémie ou en cas de maladie sanguine également. Les malades souffrant de la maladie des hématies falciformes ne doivent pas prendre l'avion non plus.

    Le grand âge n'est pas une contre-indication à voyager en avion. Néanmoins le vol estdéconseillé pour les enfants de moins d'une semaine. Les voyages aériens occasionnent des changements d'horaires et perturbe le rythme nycthéméral. Ils nécessitent de ce fait une période d'adaptation. Celle-ci est d'autant plus difficile que l'âge est avancé.

    Les patients anxieux ou particulièrement inquiets ont le plus souvent besoin d'être accompagnés. Certains d'entre eux devant même prendre un anxiolytique avant et pendant le vol.

    Le volume des matières fécales, chez les patients qui ont été colostomisés, à cause de la présence de gaz dans les les excréments, devront prévoir des sacs plus volumineux ou plus nombreux.

    Les personnes concernées par une rhinite vasomotrice ou une rhinite allergique doivent prévoir quelques instillations avant le vol et durant le vol afin de favoriser le décongestionnement nasal. Il en est de même des individus souffrant de barotite ou de barosinusite. Les patients souffrant d'otite ne doivent pas prendre l'avion surtout s'il y a des signes de non perméabilité des orifices des sinus ou encore une infection aiguë otorhinolaryngologique.

    En cas de grossesse le vol est déconseillé durant le dernier mois de la grossesse. Certaines compagnies interdisent même les vols pour les femmes enceintes après la 35e et la 36e semaine de grossesse. De façon générale, durant le vol, il est recommandé aux femmes enceintes, surtout quand celui-ci est long, de marcher toutes les heures. En effet, il existe un risque de survenue de thrombophlébite. Les ceintures de sécurité seront attachées au niveau des cuisses.

    Étant donné que dans l'avion, l'air est particulièrement sec, il est nécessaire de boire régulièrement et suffisamment et surtout des boissons non alcoolisées. En effet, l'alcool facilitant l'émission d'urine (diurèse) cette substance est formellement contre-indiquée. D'autre part, chez les patients souffrant de lithiase rénale, la réhydratation est très importante. Il en est de même des patients atteints de thrombophlébite.

    Le port des lentilles de contact est déconseillé durant le vol. En effet, étant donné la sécheresse de l'air dans l'appareil, les lentilles doivent être soit régulièrement réhydratées soit retirées.

    Les patients souffrant de maladies cardio-vasculaires risquent, à cause de la pressurisation des jets qui permet de maintenir une pression constante dans la cabine (28 % de la pression inspiratoire en oxygène en moins), doivent en tenir compte. Les patients souffrant d'insuffisance cardiaque sont susceptibles de s'aggravés à l'instar de  ceux souffrant d'angor (angine de poitrine). Dans ces conditions, une insuffisance cardiaque doit contre-indiquer un vol en avion en. Il en est de même de l'angor et de l'infarctus du myocarde compliqué. En cas d'insuffisance cardiaque grave même si celle-ci est stabilisée, il est quelquefois nécessaire d'administrer de l'oxygène durant le vol.
    Les patients venant d'être opérés d'un problème coronarien ne doivent pas voyager durant un mois et demi après l'intervention. Enfin, les individus souffrant de cardiopathie congénitale cyanogène ne sont pas autorisés à voler non plus. Des individus porteurs de stimulateurs cardiaques sont susceptibles de déclencher les systèmes de sécurité et de surveillance. D'autre part ces systèmes eux-mêmes peuvent influencer les appareils portés par les patients souffrant de maladies cardiaques. Enfin, les patients doivent porter sur eux une attestation médicale qui certifie la présence d'un stimulateur. Ils doivent bien entendu en informer le personnel. Toujours dans le domaine cardio-vasculaire plus les vols sont longs plus le risque de voir survenir des maladies thrombo-emboliques est important. Secondairement le risque de survenue d'embolies pulmonaires également. En effet, l'incidence de l'embolie pulmonaire est environ de l'ordre de 1,5 patients par million pour les voyages qui dépassent 5000 km et de 0,01 cas par million pour les voyages de moins de 5000 km. L'apport liquidien (sans alcool) ainsi que l'exécution de mouvement des jambes, marche, petite gymnastique, toutes les demi-heures et toutes les heures préviennent la survenue de thrombose veineuse superficielles ou profondes appelées également syndrome de la classe touristique. La mobilisation du diaphragme par une respiration profonde et efficace, de temps à autres, ainsi que l'éviction de l'alcool et du tabac sont également des facteurs susceptibles de diminuer la survenue de telles pathologies circulatoires. Enfin le port de bas élastique durant le voyage est conseillé chez certains patients.

    Les individus qui ont des systèmes d'implantation de médicaments dans leur corps ne doivent pas prendre l'avion ou bien être convenablement renseignés. En effet, le vol est contre-indiqué en raison du danger d'augmentation de la dose qui est distribuée surtout s'il y a de l'air dans le réservoir de distribution du médicament qui est implanté.

    Les patients venant d'être opérés surtout de fracture ne sont pas refusés par les compagnies aériennes. Le problème posé est celui de la place prise par le blessés à l'intérieur de l'avion. Néanmoins les opérés qui ont subi laparotomie ou une thoracotomie (intervention sur l'abdomen et le thorax) ne voyagent pas en avion avant à peu près 10 jours.

    Certaines maladies pulmonaires contrindiquent le voyage en avion. Il en est ainsi du pneumothorax, car il existe un danger d'asphyxie par expansion du gaz intérieur des plèvres, de l'asthme, de la bronchite chronique sévère, de l'emphysème , des kystes pulmonaires et de la bronchopneumopathie chronique obstructive qui nécessite quelquefois l'administration d'oxygène durant le vol. Les patients souffrant d'asthme chronique doivent éventuellement augmenter leur dose de médicaments et en particulier de corticoïde avant le voyage.

    Les patients souffrant de diabète nécessitant de l'insuline pour être équilibrés (insulinodépendants) doivent nécessairement adapter leur dose d'insuline avant et durant le vol si nécessaire (surtout quand celui-ci est long).