Portrait de nanette31

Mon mari est alcoolique depuis plusieurs années mais depuis déut 2007 c'est l'enfer, j'ai été obligée de quitter le domicile conjugal en juillet 2007 espérant que ce serait un déclic pour lui et surtout pour préserver nos 2 filles de cet enfer que l'on vivait au quotidien (hurlements les nuits, insultes, crises de délirium, le ramasser par terre à n'importe quelle heure de la nuit, et plusieurs fois par nuit et ne plus en pouvoir...le retrouver ivre jour et nuit, les hospitalisations en HDT, la peur à chaque fois qu'il revenait à la maison ...) car la vie continue l'école pour les enfants, le travail pour et tout gérer et tout supporter jusqu'à ne plus en pouvoir. je continue depuis à venir le voir à notre maison, pour m'en occuper quand il est au plus mal sinon il est dans de tels états qu'il serait mort depuis longtemps....et c'est là mon dilemne , on en est à la 11ème hospitalisation, avec un état de plus en plus grave à chaque fois et un refus de la part de mon mari de vouloir se soigner c'est terrible pour moi et les filles,
c'est d'autant plus dur que je le vois au fond du trou et c'est toujours moi à qui il demande de l'aide quand il est au fond du gouffre juste avant de passer de "l'autre côté" c'est terrible à voir, l'être que l'on aime se détruire et malgré tous les efforts pour le sortir de là je sais qu'il y replonge aussitôt après être mieux, et entre deux phases d'alcoolisations il ne me fait que des reproches sur tout ce que je fais pour lui, car je gère aussi son quotidien il est hors de la réalité, ne travaille plus, ne s'occupe plus de rien , ne se souci plus du tout de ses filles...mais je suis consciente que c'est la maladie qui l'a rendu comme ça car il était un mari et un papa formidable avant. et l'alcool l'a rendu tout le contraire. je m'inquiète car son état physique et mental se dégrage (neuropathie) , il s'est déjà brulé les deux mains au troisième degré, il a des blessures partout à force de tomber, il s'est ouvert les arcades sourcilières, a eu des agraphes dans la tête, il est squelettique . c'est terrible d'assister à la déchéance de son mari et à sa propre destruction sans avoir la possibilité de l'aider plus que ça car malgré toutes ses hospitalisations et le suivi auprès d'un alcoologue quand je l'envoie à l'hopital. il ne veut en aucun cas se soigner et ne reconnait toujours pas son état...ce n'est que souffrance. merci de me donner vos témoignages et me dire si vous avez le soutien des parents de votre conjoint car moi je suis bien la seule à affronter cette maladie avec lui personne de sa famille n'ose lui parler ou venir même contre son gré le voir. cette maladie nous isole de tout le monde.

Portrait de morenater
J'aime 0

Bonjour nanette,

ton histoire m'a ramenée des années en arrière, je comprend ce que tu vis, je comprends aussi le dilemne qui est le tien. mon ex mari était comme le tien, et comme lui complètement déconnecté de la réalité.

s'il ne veut pas reconnaitre son alcoolisme, toute tentative de soin est vouée à l'échec. l'abstinence est une décision personnelle et lorsque on essaie de croire qu'une personne peut arrêter de boire pour nous faire plaisir, on se voile la face.

ti sais, moi aussi j'ai cru avec mon ex mari il suffisait de l'aider avec beaucoup d'amour pour qu'il comprène, pour qu'il ait l'envie de s'en sortir, et je dois te dire que j'ai passé 15 ans de périodes d'espoir suivies de désespoir, de promesses en l'air en beuveries en cachette, de bouteilles retrouvées planquées un peu partout dans la maison, jusque dans les placards entre le linge des enfants, c'est une honte.

il faut que tu penses a toi et a tes filles, les enfants n'ont pas a endurer cette vie là. il ne veut pas se soigner, qu'à celà ne tienne, qu'il vive avec ses bouteilles, je sais plus que tout autre que c'est plus facile a dire qu'à faire, mais il faut tenir bon car s'il a encore une chance de retrouver un peu de lucidité et un instinct de survie je crois que ça ne peut venir que de lui et du fait de sentir qu'il va se retrouver seul face a son problème.

il existe une association de conjoints d'alcooliques, AL ANON, qui est un groupe des alcooliques anonymes et ou les conjoints se retrouvent en réunion pour échanger. l'expérience des autres est un aide précieuse parfois, si tu en as envie, tu peut essayer..

sache en tout cas que si, cmme tu dis, la maladie isole du monde, il y a beaucoup de gens qui sont ou ont été dans le même cas que toi, tu est loin d'être seule, alors, si tu veux en parler, n'hésite pas

courrage a toi

Portrait de nanette31
J'aime 0

bonjour, et merci de tout coeur pour ta réponse et ton témoignage (je t'ai écrit une réponse tout à l'heure mais apparemment je me suis trompée en l'envoyant ..je ne sais pas si c'est bien parti, c'est la première fois que je viens sur ce forum.) je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas mais ce qui est important est de pouvoir en parler avec quelqu'un qui vit ou qui a vécu la même situation....effectivement on est toujours entre espoir et déception voire désillution, et découragement. mais grâce aux enfants on retrouve toujours la force de lutter pour continuer à VIVRE ... tu dis que tu as tenu 15 auprès de ton ex mari entre espoir et déception et souffrance mais s'en est il sorti ? ou n'as tu plus de nouvelles ? le divorce n'a t il pas été un moyen pour lui de te culpabiliser encore plus sur sa maladie et les causes de son alcoolisme, car le malade sait bien faire retomber ses déboires sur celui qui cherche à l'aider...et es tu plus sereine depuis que tu es divorcée ? y a t il eu un changement ? moi en tout cas dès qu 'il est un peu mieux entre deux phases d'alcoolisation c'est pour faire que des reproches incessants et répète sans cesse les mêmes choses, nos discussions tournent en rond on n'avance plus du tout ...lui ne voulant rien admettre de son besoin d'aide et moi sachant pertinemment que seul il ne pourra pas y arriver , mais moi jamais je ne tiendrai 15 ans et lui à l'allure ou il consomme les médecins sont très pessismistes quant à son état de santé, sans toutefois savoir s'il aura ou non ce soi disant et foutu "déclic" que l'on espère encore ... bon courage à toi et encore merci ta réponse m'a fait du bien.

Portrait de fredpompom
J'aime 0

Bonjour Nanette
Je vous soutiens d'autant plus que je vis la même chose, mais avec mon père.
Il a eu le même parcours et, est aujourd'hui atteint du syndrome de Korsakhov.
Mettez vos enfants à l'abri c'est le meilleur service à leur rendre.
Ma mère divorcée depuis 3 ans maintenant s'occupe toujours de lui avec nous alors courage a vous

Portrait de nanette31
J'aime 0

bonjour Fredpompom, merci pour ton message, et j'écoute et j'ai protégé déjà mes enfants et les sortant du domicile familial, cela a été très dur mais leur a pemis de ne plus assister à ce triste et douloureux spectacle.mais au moment ou on est parti il y a plus d'un an c'était la peur qui nous a fait fuir et la fatigue...l'usure...
bon courage à toi aussi et surtout à ta mère car il en faut pour continuer à s'occuper de quelqu'un qui choisit de se laisse tant dégrader jusqu'à la presque dépendance ...a +++ peut-être.

Nanette31

Participez au sujet "l 'alcool détruit la famille"