Portrait de Aymsai

Bonjour,
Cela fait maintenant 10 ans que je vis cet enfer, qui a mis à mal ma vie professionnelle et sociale. J’ai besoin d’avis, de témoignages et peut-être de conseils pour sortir de la...
Comment cela a-t-il commencé ? Et bien très banalement, en vacances d’été, à la plage, juste après un repas. La douleur est arrivée progressivement jusqu’à devenir insupportable. La sensation qu’on enfonçait un couteau dans mon ventre très lentement. La sensation d’avoir besoin d’aller à la selle devient si violente que je m’en souviendrais toujours. Après 90 minutes de douleurs, c’est la libération, une diarrhée jaunâtre pestilentielle et abondante. Puis une fatigue extrême. Au lit.
Ce jour est le début d’une longue bataille que je n’ai toujours pas gagné. Parce que le lendemain, puis le sur-lendemain etc, les crises ont continué, 1 chaque jour.

Dès le début, les antispasmodiques se sont révélés totalement inefficaces, que ce soit en curatif ou en préventif. Le charbon a eu un effet correct en espaçant les crises à 2 où 3 par semaine. Avec le temps, j’ai trié les aliments qui semblaient provoquer les crises. Le lait, les fruits crus, les légumes crus, le chocolat, le pain... puis j’ai fais des examens, transit du grêle, coloscopie, fibroscopie, prises de sang, échographies, scanner, coloscaner etc... il n’y a rien. Les crises ont continué 10 ans allant de 1 par mois à 3 par semaine, en mangeant des pates et du poulet, sans vraiment correspondre aux périodes de stress, contrairement à ce que disait mon gastro-entérologue de l’époque. J’ai passé mon bac, les rattrapages du bac et mon BTS sans crise.

Aujourd’hui je vis grâce à des lavements que je fais à chaque début ou signe précurseur de crise. Je fais 3 lavements de 2 litres le dimanche, et 1 à 2 simultanément la semaine a chaque signe ou crise. J’ai aussi arrêté les repas du matin et du midi pour que les crises n’aient lieu que la nuit (6h du matin) pour me permettre de faire un lavement qui l’arrête avant d’aller travailler. Et voici mes observations :

- un repas ayant lieu entre 18h et 22h provoque une crise entre 5:30 et 6:30 du matin. Cette observation a été très facile, les aliments ne sont pas digérés donc identifier un repas est simplissime.
- justement, aucun aliment n’est digéré, sauf la viande. Quand je dis aucun, c’est AUCUN. J’ai même eu une crise « verte pomme » après avoir goûté un granité gout tropical (bleu) ou retrouvé les légumes (maïs, carotte, tomate, cornichons aussi) composant un steak végétal, entiers et intacts.
- justement le bleu est devenu vert puisque toutes mes crises ou lavements sont accompagnés d’un liquide jaune (et bleu + jaune = vert)
- en dehors des crises il m’arrive d’avoir un transit correct, mais les selles sont jaune pâle
- les boissons gazeuses provoquent des crises
- une crise s’arrête dès l’insertion de l’eau du lavement
- les lavements « préventifs » font toujours sortir des aliments non digérés
- je n’arrive pas à avoir une eau de lavement claire même après 5 lavements.

Bref, aujourd’hui je vis grâce à ces lavements parcequ’aucun Médicament ne contrôle ou calme ces crises. Les médicaments pour réduire l’acidité de l’estomac que mon gastroentérologue m’a donné relance les crises sans que son antispasmodique serve à quoi que ce soit.

J’ai l’impression en fait que les fortes douleurs sont dues à ces aliments non digérés qui arrivent dans le colon, mais qu’est-ce qui peut provoquer ça ? Sur le scanner ils ont trouvé un kyste « bénin » sur mon foie, mais parfois c’est bénin mais ça pourrit la vie, est-ce que ce kyste peut avoir un rapport avec la forte quantité de liquide jaune (bile ??) ou est-ce vraiment les intestins qui font pas leur travail ? Y a-t-il quelque chose à faire ou à envisager, ou je ferais mieux de me nourrir de gellules de compléments pour ne rien avoir à digérer ? De toute façon les repas sont un calvaire pour moi... les derniers examens ont montré des traces légères d’inflammations dans tout le tube digestif qu’est-ce que cela peut vouloir dire ? Le gastro-entérologue ne s’en est pas trop soucié ...

Merci pour vos témoignages et vos conseils

Portrait de tavaux
J'aime 0

Je pratique le lavement depuis plus de 40 ans et cela à cause de trop forte constipation qui n'ont jamais fonctionné avec un laxatif, j'en ai eu des tas et des tas qui n'ont jamais vraiment fonctionné, donc je suis revenu au lavement que je pratique en moyenne 2 à 3 fois par semaine avec un bock transparant avec un réducteur de tuyau ainsi qu'une sonde à usage unique et 2 pinces de péan pour couper l'eau, puis j'ajoute 3 cuillère à soupe de bicarbonate de soude à mes 2 litres d'eau et me l'injecte sur mon lit protégé de deux alèzes: une en caoutchouc et l'autre à usage unique, une fois injecté je le rejete dans un bassin de lit ou malade, une fois fini je m'essuis avec des lingettes pour bébé et ensuite vide ce bassin dans mes toilettes et ensuite pratique un bain de siège avec rétention dans une cuvette-bidet adaptable sur WC ou alors j'utilise une douchette type "hôpital" pour me laver ensuite, j'ai déjà reçu en tout et pour tout 4 lavements en milieu hospitalier par des infirmières certain ont été une joie immense à recevoir d'autre une vrai galère car trop vite et mal réalisé.

Portrait de tavaux
J'aime 0

Je pratique le lavement depuis plus de 40 ans et cela à cause de trop forte constipation qui n'ont jamais fonctionné avec un laxatif, j'en ai eu des tas et des tas qui n'ont jamais vraiment fonctionné, donc je suis revenu au lavement que je pratique en moyenne 2 à 3 fois par semaine avec un bock transparant avec un réducteur de tuyau ainsi qu'une sonde à usage unique et 2 pinces de péan pour couper l'eau, puis j'ajoute 3 cuillère à soupe de bicarbonate de soude à mes 2 litres d'eau et me l'injecte sur mon lit protégé de deux alèzes: une en caoutchouc et l'autre à usage unique, une fois injecté je le rejete dans un bassin de lit ou malade, une fois fini je m'essuis avec des lingettes pour bébé et ensuite vide ce bassin dans mes toilettes et ensuite pratique un bain de siège avec rétention dans une cuvette-bidet adaptable sur WC ou alors j'utilise une douchette type "hôpital" pour me laver ensuite, j'ai déjà reçu en tout et pour tout 4 lavements en milieu hospitalier par des infirmières certain ont été une joie immense à recevoir d'autre une vrai galère car trop vite et mal réalisé.

Participez au sujet "Je « vis » grâce à des lavements ..."

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.