Portrait de Zulak

Bonjour à vous tous, je m'appelle Maxime et j'ai presque 19 ans, je fais 1m76 pour 85kg. Je ne suis pas sportif, et j'ai quelque gros problème de santé qui m'ont engendrer plusieurs hospitalisations. La plus vielle à mes 3 ans en réanimation après ma première crise d'asthme et je m'en souviens encore 16 ans plus tard.

Je suis asthmatique, j'ai de l'exema et du psoriasis et 14 pages d’allergies qui n'arrangent pas les choses. Les traitement à la cortisone m'ont fait prendre du poids, en me rendant terriblement mal à l'aise dans mon corps, 92 kilos, à 11 ans ...

Voila maintenant 2 mois que je suis au chômage, en profitant pour passer mon permis, j'ai tout de même réussi à décrocher un travaille a force de persévérance que je commencerais dés lors que mon permis sera obtenu.

Mon poids c'était stabilisé pendant plusieurs années à environ 75 kilos pour 1m74 mais récemment je me suis aperçu que je suis brusquement monté à 85 kilos pour 1m76 !
Il est impossible pour moi de m'endormir sans avoir manger les minute précédentes. Une envie irrépressible m'empêche de dormir sans manger, je me sent mal à l'aise et j'ai envie d'engloutir tout un paquet de biscuits en le regrettant juste après. J'ai décider de venir demander des conseils quand je me suis mis à me faire vomir pour me donner bonne conscience. Voila deux soir consécutif que je me suis fait vomir...

Le problème c'est que psychologiquement c'est terriblement dur pour moi, j'ai toujours été partisans du "quand on veut on peut" et c'est terriblement frustrant de ne pas être capable de me contrôler.

Je ne veut pas grossir, depuis toujours je montre du mépris pour les personne obèses, (ne me juger pas, moi même je ne connais pas la cause de cette attitude)

Je ne souhaite pas en parler à mes parents, je ne veut pas grossir, je veut juste ne plus ressentir de gourmandise à ce point, j'en arrive au point de me renseigner sur d'éventuel laxatif puissant, voir même des vomitifs mais les complication médicale sont fréquente et ne tient pas à en arriver là même si la tentation est grande.

J'ai même vu une "méthode" que certain Américain utilisent, il s'agirait d'une pilule contenant un Ténia qui se nouri directement des nutriment qui passe dans l'intestin provoquant une perte de poids sans même faire attention à son alimentation ...

J'ai l'impression de perdre le contrôle, aidez moi svp

Participez au sujet "Je suis boulimique."

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Je suis boulimique."

  • Médicament utilisé quand le taux d'hormone de croissance est inférieur à 10 microgrammes par ml à deux épreuves différentes de stimulation. On a alors recours à une hormone somatotrope (la somatrophine, le plus souvent UMATROPE) à raison de 0,4 à 0,7 Unités Internationales par kilo et par semaine, réparties en 7 injections sous-cutanées, le soir.

  • L'hormone de croissance est un médicament utilisé quand le déficit en hormone de croissance présente un taux inférieur à 10 microgrammes par ml à deux épreuves différentes de stimulation.

  • Le syndrome de Young, rare, se caractérise par l’apparition chez la femme d’une obésité acquise durant la grossesse et qui semble progresser d’une grossesse à l’autre.

    La mise au monde d’enfants mort-nés, trop gros, atteints de cardiomégalie (volume du cœur au-dessus de la normale), de diabète, d’hypoglycémie (chute du taux de sucre dans le sang) constitue le principal symptôme de ce syndrome qui serait consécutif à une sécrétion excessive d’hormones somatotropes pendant les grossesses.

    L’hormone somatotrope ou hormone de croissance (désignée par les Anglo-saxons par GH) stimule la croissance et règle l’équilibre nutritionnel.

  • La natriurèse est la teneur en sodium de l'urine. 

    La natrémie ou natrium, (terme tiré de l'espagnol natron : ancien nom du sodium, en anglais natraemia), désigne le taux de sodium (Na) contenu dans le sang, chez un individu ne présentant aucune maladie.

    Cette concentration de sodium est particulièrement fixe et réglée par l'hormone antidiurétique.

  • Le terme insuffisance pancréatique désigne le déficit du débit d'une ou des deux fonctions sécrétrices du pancréas.

    L'insuffisance pancréatique concerne d'une part la fonction exocrine c'est-à-dire celle qui se caractérisent par la sécrétion à l'intérieur de l'intestin des enzymes assurant la digestion des aliments (protéine, lipides et glucides) et d'autre part la fonction endocrine autrement dit la sécrétion à l'intérieur de la circulation sanguine d'hormone et principalement de l'insuline (qui fait baisser le taux de sucre dans le sang) et du glucagon (qui au contraire fait élever le taux de sucre dans le sang). L'insuffisance pancréatique peut également concerner les deux fonctions à la fois c'est-à-dire exocrine et endocrine.

    1) L'insuffisance pancréatique exocrine est le résultat de la destruction du pancréas à cause d'une pathologie concernant cette glande : une pancréatite, un cancer etc.. L'insuffisance pancréatique exocrine peut également être le résultat d'une obstruction du canal de Wirsung, canal qui transporte normalement les sécrétions externes vers le duodénum. Cette obstruction survient essentiellement au cours du cancer du pancréas. L'insuffisance pancréatique exocrine est une insuffisance qui se traduit par la présence de graisse à l'intérieur des selles (stéatorrée). Si l'insuffisances est sévère apparaît également une diarrhée ne s'accompagnant pas de douleurs, de nature graisseuse avec amaigrissement. C'est l'analyse des selles qui permet de faire le diagnostic d'insuffisance pancréatique exocrine. En effet, ces analyses mettent en évidence un excès de graisse et de protéines. Le traitement, en dehors de la cause, consiste à administrer des extraits pancréatiques par voie orale afin de suppléer au manque d'enzymes.

    2) L'insuffisance pancréatique endocrine est l'insuffisance de sécrétion de l'insuline ce qui aboutit dans la quasi-totalité des cas à une atteinte, sans doute de nature immunologique, concernant les îlots de Langerhans. Ceci aboutit à un déficit de sécrétion d'insuline (normalement sécrétée par les îlots de Langerhans) entraînant l'apparition d'un diabète sucré.