Portrait de pouya

Bonjour, j'ai 14 ans, je sais pas trop ce que j'ai mais je souffre et j'ai pensé que peut-être qu'ici on pourrait m'aider.
C'est un peu compliqué j'ai plusieurs problèmes.
-Tout d'abord je crois que je suis paraphrénique, en tout cas la définition du dictionnaire médical correspond; je vis dans le monde réel et dans un autre monde que j'imagine, je parle toute seule (en fait je parle à des amis imaginaires mais je réponds à leur place). Quand il y a des gens (invités ou alors en dehors de chez moi) je ne parle pas toute seule j'arrive à m'en empêcher.
-Ensuite j'ai un truc, je sais pas trop comment expliquer alors je vais donner un exemple: si je tape avec un doigt sur une table, il faut absolument que je fasse la même chose avec les 9 autres doigts. Mon frère dit que c'est une névrose, ce que dit le dictionnaire médical ne ressemble pas vraiment à mon cas à part un truc: il dit que le sujet est agressif et a du mal socialement. Ma mère n'arrête pas de dire que je suis agressive (je m'énerve très facilement) et quand on me parle (quand je connais pas trop, c'est peut-être juste de la timidité) je ne sais pas du tout quoi répondre.
-J'ai beaucoup de mal à me séparer de mes parents (voyages scolaires par exemple), souvent quand je me sépare d'eux je suis un peu malade, je peux rien manger et j'ai des nausées
-Je pleure tous les jours, je sais pas vraiment pourquoi mais quand je rentre des cours je me mets toujours à pleurer et je ne m'arrête plus, parfois j'ai du mal à reprendre ma respiration. Personne n'est au courant de ça, tout le monde me croit heureuse mais chaque fois que je pleure je me sens vraiment mal, j'en ai marre.
J'ai perdu mon frère il y a presque 5 ans maintenant, j'avais 9 ans et je me demande si ça n'a pas des répercussions. J'aimerais bien aller voir un psy mais je n'ose pas demander à mes parents surtout qu'ils me poseraient pleins de questions et je veux pas qu'ils s'inquiètent (ils commencent d'ailleurs à se douter de quelque chose car ma mère m'a entendu pleurer hier soir).
Si quelqu'un a déjà eu ce genre de chose et peut m'aider, merci beaucoup d'avance

Portrait de parker
J'aime 0

bonjour.pour tes larmes inexplicables je pese que tu as implement du mal à exprimer ton mal être autrement
pour l'aide psychologique, les infirmière scolaires peuvent être un bon intermédiaire.La mienne au lycée m'a beaucoup aidée. Elle pourra te dire si oui ou non tu as besoin de voir un psy.
mais je pense que oui car le décès d'un proche est toujours difficil surtout quand il est aussi proche qu'un frère et que l'on est auusi jeune que tu l'étais. je suis d'aiileurs étonnée que personne ne t'en ai parlé avant.
pour ton problème avec tes doigts, ça ressemble à un TOC(je crois que c'est colmmme ça qu'on dit: trouble obssessionel compulsif) mais je ne suis pas une pro je peux me tromper.et surtout, tu ne dois pas avoir peur que t'es parents découvre quetu ne vas pas bien au contraire, ils peuvent te soutenir t'expliquer certaines choses et ton malaise peut venir de ce manque de réponse (par rapport au décès de ton frère ou par rapport à d'autres choses) que seuls eux peuvenet t'apporter.
J'espère t'avoir un peu aider.
COurage.

Portrait de pouya
J'aime 0

merci d'avoir répondu et pour tes conseils,
en ce qui concerne le psy au début, juste après le décès, mais parents nous ont emmenés mon frère et moi mais j'y suis allée deux séances, après il a dit que ça allait et que y avait pas besoin de continuer. Je crois que c'est surtout maintenant que ça va pas, enfin depuis cette année je crois. L'année dernière je me rappelle plus trop mais je suis sûre que je pleurais pas comme ça (depuis le décès il y a toujours eu des moments où j'y pensais et où je pleurais mais pas tous les soirs et j'y pensais concrètement, là je pleure sans trop savoir ce que j'ai)

Portrait de isavll
J'aime 0

pouya
l'adolescence est un passage souvent difficile mais necessaire dans la vie d'une personne. C'est même obligé on y échappe pas. C'est aussi un moment où on devient plus fragile surtout quand on a connu des choses terriblement difficiles à vivre dans l'enfance. alors peut-être que ça allait à l'époque où celà c'est passé mais en grandissant parfois ces mêmes choses peuvent restées enfouies mais rester quand même actives. Je voudrais te dire que si tu ressens le besoin de trouver quelqu'un pour t'aider à passer ce cap là , aie confiance en toi c'est que ton instinct est bon. Il n'y a pas de honte à demander de l'aide
et tes parents sont sûrement les mieux placés pour entendre tes problèmes et déciderons avec toi bien entendu quoi faire pour t'aider. Tu es à l'âge ou tu dois découvrir plein de choses qui feront de toi une personne adulte et responsable. tu sembles trés mature pour ton âge et intelligente. Je ne suis qu'une maman d'ado dont un qui est en difficultés en ce moment pour d'autres raisons que les tiennes, mais en difficulté quand même. C'est vrai les parents peuvent s'inquiéter et c'est super que tu veuilles les protéger mais je sais qu'ils aimeraient au moins pouvoir te comprendre et te guider dans cette periode difficile.
ton message m'a émue et c'est pour ça que j'y répond j'espère ne pas t'avoir ennuyée.
isabelle

Portrait de parker
J'aime 0

à vous deux.
J'ai 26ans, et ma mère s'inquiète toujours pour moi.
J4ai eu des épiodes très difficiles dans mon enfance et mon adolescence. aujourd'hui encore, j'essaye de me reconstruire et c'est dure.
Pour le psy que tu a vu à l'époque, c'est très bête , mais les psy c'est comme pour beaucoup d'autres choses: si tu le sens pas, tu lui dit rien et du cou il t'aide pas
La première psy que g vu, je me suis complèteement braquée et ça n'a servi à rien
Ce n'est qu'à 21 ans que g eu le courage de réessayer avec une autre. Puis g déménagé et à nouveau ça ne passait pas avec le nouveau psy et ainsi de suite.
Ma mère m'a beaucoup sooutenue, quand je lui ai annoncé à 21 ans que je voulai revoir un psy, elle m'a confié que c'est ce qu'elle souhaitait me voir faire depuis longtemps, mais qu'elle voulait que ce soit ma décision.
Même si tu ne dis pas les mêmes choses à ton psy et à tes parents, il est important que tu partage cela avec eux.
Mon dernier psy en date était super (mais g encore déménagée) mais quand tu vis seule comme moi, qui appelé à 4h du mat parce que tu as des idées noires, si ce n'est ta maman?
c'est difficile au début, mais après sa vient tout seul. La première fois que j'ai osé appelé ma mère parce que ça n'allait pas, j'étais à l'hopital, je me faisait opéré du genoux, j'étais dans une chambre, toute seule, et personne n'était venu me voir....
Ta maman sera toujours ta maman. elle est là pour partager tes doutes tes peines et tes déceptions, mais aussi tes rèves, tes envies, tes joies tes bonheurs.
Penses y.
et courage

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour,
j'ai lu tes problèmes et les réponses.
Beaucoup de bonnes choses et vrais.
Pour résumer je pense éffectivement que lorsqu'il y a choc émotionnel, les problèmes surgissent plus tard, parfois des années après ( ce fut mon cas )
surtout quand on est jeune.Celà peut se traduire inconsciemment, par des cauchemards ou comme dit plus haut par des tocs. Le fait de pleurer est une protection de ton inconscient pour ton conscient, se qui prouve qu'il fonctionne bien,et celà t'empèche de perdre la raison. Tu est malade lorsque tu te sépare de tes parents:c est parceque tu attends inconsciemment quelque chose de eux, peut être qu'ils devinent ton mal être et qu'ils t'aident.
Tu as ajouté à la douleur post traumatique de la perte de ton frère, une souffrance dûe à la solitude résultant de ton mutisme vis à vis de tes parents.
Ils sont là pour prendre soins de toi, en t'ouvrant à eux tu te guérira et celà renforcera vos liens affectifs, et les réponses aux questions que tu a certainement à leurs poser te permettrons de mieux comprendre le pourquoi de ta situation et t'armerons pour y faire face.
J'espère que tu est moins perdue, et que comme je le crois, étant forte tu t'en sortira. C'est un moment difficile à passer, mais il n'y a pas péril.
Aujourd'hui, moi j' en ris de mon problème passé, qui c'est sûr n'était pas aussi important que le tien.
Je souhaite que ces quelques lignes t'aiderons.
grosses bises et bon courage.

Portrait de pouya
J'aime 0

Merci à tous pour vos réponses, ça fait plaisir de se sentir comprise et soutenue.
Je vais voir ce que je vais faire, il faut que je parle à mes parents (en tout cas c'est la conclusion de toutes vos réponses), mais je sais pas vraiment comment leur dire ça... En tout cas merci encore vous êtes super sympas!!

Portrait de madeline
J'aime 0

bonjour j'ai un tres gros probleme je c'est pas quoi faire j'ai 18 ans et parfois (le soir tar) je c'est pas pourquoi ni c'est quoi mais j'ai mon bras gauche qui durcit ce contracte je me met a tremblé pui sa monte au coeur puis j'ai chaud et froid mes jambe tremble et moi je panique sa veut dire quoi ??? aidez moi j'ai peur parfois j'ai l'emprésion que je vai mourrire j'en n'est parlé a personne sa me la fait 3 ou 4 fois merci de vite me repondre j'ai peur de dormire le soir car quand ji pence sa revien ( je c'est pas le mot exacte mais sa me fait des pulsion jai mes nerf qui saute)

ps : je sui une personne tres strésé avec beaucoup de haine je dor pas je mange de moin en moin aurez til un rappor et je pence j'ai des probleme de sang ma mere a deja eu des phlébite merci de vite répondre

Participez au sujet "je sais pas ce que j'ai"

Articles à lire concernant "je sais pas ce que j'ai"

  • ... aux professionnels de la santé. Les sujets âgés ne sont pas plus dépressifs que la moyenne soit environ 5 % de la population en ... pseudo démentielle, celui-ci a tendance à répondre par « je ne sais pas» plutôt que de répondre à côté. Voir également ...