Portrait de ALEX3325

Bonjour, je vis avec mon mari depuis 2002 et nous sommes mariés depuis 2005 et avons ensemble 2 enfants de 6 ans et demi et 4 ans

Je laime plus que tout mais il y a un souci qui s immisse entre nous : l alcool!!

En effet, mon mari buvait de temps en temps sans gravité comme nous faisons tous : un verre de temps a autre, a certaine occasion, mais savait s arreter, et depuis 1 an et demi voir 2 ans, bien ce n est plus le cas.
Il boit de plus en plus regulierement, tous les soir il lui faut du rosé( une bouteille de 1 litre qui vide de au moins la moitié) plus du wisky (on est arivé a environ 3 bouteille par mois) je trouve que c est enorme!!

Niveau comportament il n est pas mechant loin de la, mais ne suporte rien, on ose plus rien dire de peur quil ne le prenne mal, ou qu il semballe,on ne peut plus discuter tout tourne assez souvent au conflit n est plus du tout patient meme avec les enfant(mais ne les touche pas ! je prefere le preciser car il ne suporte pas les fessées) et GUEULE beaucoup voir tout le temps.

Et pour couronner le tout nous etions invité a un mariage hier soir damis proches et il a tellement bu quil ne tenais plus debout a 10H, obligé de partir et qu on le mette ds la voiture car il ny arrivait pas, j ai eu la honte de ma vie !!!!je ne l avais jamais vu comme ça.

Il ne veux pas entendre su il est alcoolique ou du moins qu il a un gros souci avec l alcool.

Que faire?????aidez moi!!!
merci

PS a tous et a toutes qui me conseillerons de le quitter pas la peine de poster car je laime et ce que je veux c est laider et qu il sen sorte , si il est devenu comme ça c est quil y a une raison

Portrait de ninette082
J'aime 0

je ne te dirai donc pas de le quitter bien que j'ai été obligé de quitter le père de mes enfants
tu dis qu'il ne supporte pas les fessées et c'est peut-être ça qu'il ne supporte pas
peut-être a t' il été tapé qd il était petit et la naissance des enfants l'aurait perturbé
mon ex avait réussi à se stabiliser qd notre fille est née , mais 4 ans plus tard à la naissance de notre garçon il s'est laissé aller
je l'ai quitté qd il avait 6 ans
c'est moi qui ai eu cette impression mais je n'en ai pas la certitude
il aurait eu peur de ne pas être à la hauteur avec un fils
et c'est aussi vrai qu'il n'exerce aucune autorité sur son fils alors qu'il en aurait besoin
celui-ci à 16 ans
ton mari devait avoir un problème d'alcool avant toi
bon courage

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Bonsoir alex3325
Au vu de ce que vous nous signalez, il est clair que votre mari souffre d'alcoolisme. Mais et au risque de me répéter, s'il n'en pas conscience lui-même, ni vous ni personne ne pourrez l' en sortir !
Comme le dit ninette, il est probable que cet abus d'alcool inopiné soit dû à un problème personnel qu'il garde au plus profond de lui.
Essayez d'en discuter avec lui lorsqu'il n'a pas bu (si c'est encore possible !) et si son amour pour vous et vos enfants est aussi fort que le vôtre pour lui, il réalisera peut-être.
Mais de grâce, ne vous culpabilisez pas pour lui ! La plupart des conjoint(e)s d'alcooliques en souffrent beaucoup (voir autres messages sur le forum)
J'espère de tout cœur que vous y arriverez.
Bien à vous
Xav, heureux alcoolique ABSTINENT

Portrait de ALEX3325
J'aime 0

bonjour
merci a tous pour vos reponse et merci de votre comprhension, je ne me culpbilise pas du tout car je sais que ce n est pas de ma faute mais je l aime je vois qu il souffre, qu il n est pas bien et ça me fait mal

Je sais qu il na jamais eu de souci avec l alcool mais ce que j ai oublié de preciser c est que cela est survenu suite a la mort de son pere biologique (qu il navait quasi jamais connu puisque ce dernier est partit quand il avait 3 ans , il le battait et buvait, il etait sdf)

Et quand il est mort ça lui a fait comme un choc

Il souffre aussi depuis quasiment la meme année d algie vasculaire de la face, assez rare, douleur tres viloente a la tete et oeil et j ai l impression que quand il boit il souffre moins et la qu il a arété depuis 3 jours( jai tout vider a la maison et il na pas de cb pour s en acheter t je le sens ) cela recommence, donc est ce qu il fait ça pour se soulager......

Je ne sais pas je ne sais plus...

J aimerais tant l aider

De puis l incident de samedi on ne se parle quasiment pas je ne vaux pas faire le premier pas, je veux que ça soit lui!

ai je tors???

Le pire ds tout ça c est que vendredi on fetera notre anniversaire de mariage et que on devait partir javais fais une surprise, j ai tout annulé

Enfin voilà

merci encore a tous!!!!!!!!

Je ne suis pa du genre a raconter ma vie surtout de couple mais la javai besoin de me confier

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Bonsoir
La perte d'un être cher est un grand malheur mais l'alcool n'atténuera pas la peine; que du contraire. Il vous mettra "dans une bulle" de laquelle vous risquez ne jamais en sortir !
En prenant du recul, il est clair pour moi que l'alcool pris en excès, n'est ni un médicament ni un anti-douleur. Bien au contraire. A la longue, il abime bons nombres d'organes du corps humain. Je suis persuadé qu'il existe un médicament pour soulager la douleur qu'encoure votre mari.
Pour votre décision de lui laisser vous reparler le premier, cela n'engage que vous. C'est une question personnelle propre à chaque couple même sans parler d'alcoolisme.
Pour terminer, je pense que vous avez besoin de vous confier, de savoir sans bien sur, dévoiler votre vie intime. Dès lors, je pense que ce forum est tout adéquat.
Bien à vous

Portrait de ALEX3325
J'aime 0

Merci Beaucoup C Est Tout Ce Que Je Vous Dirais Ce Soir Merci!!!!!!!!!!!!

Portrait de ALEX3325
J'aime 0

bonjour,

nous avons enfin pu discuter calement avec mon mari chose qui n est pas arrivé depuis longtemps sur ce sujet, j ai pu lui dire le fond de ma pensée et lui dire que pour moi il etait alcooloqie sans qu il s énerve ou qui le prenne mal.

Nous avons discuter de ce qu il c etait passé samedi soir au mariage de nos amis et j ai pu aussi discuter avec le marié et ce qui est bizard et que meme mon mari ne comprend pas( meme si il admet avoir un soucis avec l alcool) c est que il n a bu que 2 bieres(chaudes certes) et 2 voir 3 wisky chaud aussi(rien n avait ete mis au frais), alors il ny avait rien a grignoter pour l apéro ou du moins pas grd chose et quand on a du partir le repas n avait pas commencé

Grde question : est ce que on peut se retrouver dans un etat tel que mon mari s est retrouvé samedi avec "si peu " dalcool" alors qu il a deja bu pire!!

Lui ne comprend pas, il me dit qu il a eu TRES PEUR!!!! ( il n arrivait kasiment pas a parler, a bouger a marcher : et ne se souviens de kasiment rien juste 2 / 3 frases!) il a pris conscience que ça pouvait etre dangereux mais reste un peu septique sur le fait que ça soit du a lalcool car pour lui il a bu moins que d autres fois .

En tout cas il a compris que cela n etait pas normal qu il boive autant, que ça pouvait etre dangereux, et que ça pouvait mettre notre couple en peril et notre famille ( car je lui ai dit que meme si il ne s en apercevait pas mais quand il buvait il etait agresif et mechant anvers moi et les enfants VERBALEMENT)

Il veut s en sortir mais pour le moment tout seul(avec mon aide) et m a dit que si je vois que ça ne va pas ou qu il reboit il irait voir un specialiste et ferait une cure

bonne journee a tous

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Bonjour
Il est clair que l'on peut "supporter" l'alcool plus ou moins bien selon différents facteurs (liste non exhaustive) : fatigue, énervement, prise de médicament(s), boissons non fraiches, à jeun, mélanges,........
Pour en être arrivé au stade dont vous nous avez parlé, votre mari devait se trouver dans un ou plusieurs états cités.
Je parle ici pour des personnes non alcooliques bien sur. Car l'alcoolique est toujours "imbibé" quelles que soient les circonstances !
Je suis heureux pour vous que vous ayez pu avoir une discussion calme avec lui. C'est tout à votre honneur. Par contre, moi je vous conseille de 'laisser tomber" cette histoire de mariage qui ne doit pas être la véritable clef du problème.
Si votre mari a déjà pris conscience que l'alcool pris en excès pouvait être dangereux, c'est une excellente chose. Mais apparemment, il ne se reconnait pas encore comme un alcoolique !
En fait, tout dépend de lui (avec votre aide, bien sur). Il doit réfléchir et se demander s'il est capable de se passer d'alcool à tous moments. Je n'ai pas dit toute sa vie (s'il n'est pas alcoolique)
S'il estime qu'il est "trop loin", il ne saura pas s'en sortir tout seul même avec vous !!!
Voilà, continuez de discuter avec lui.

Portrait de thierry50
J'aime 0

dites-lui que s'il n'est pas alcoolique, qu'il le prouve en restant une semaine entière sans boire une goutte d'alcool
pariez qq chose de conséquent, pas trop mais significatif

Portrait de Materne Marc
J'aime 0

Bonsoir,la réponse est dans votre p.s.Trouvez donc l'élément déclencheur de son alcoolisme car il est bien alcoolique.Ont peut etre alcoolique en ne buvent qu'une biere par jour ,la quantité n'a pas "d'importance".Ne le quitter pas ,guider le.Faites vous aider par des professionels.Pour cesser de boire il faut un déclic.Le mien a été un médecin urgentiste qui ma dit "vous n'arreterz pas ,vous n'etes pas pret"je l'ai pris comme un défis.Apres une cure de 5 semaines,j'y suis arriver cela fait 8 mois.Mais quand ont alcoolique ont le reste,c'est pourquoi je me décris comme un AA alcoolique abstinent.Essayer peut etre d'en parler avec ses amis ou collègues discretement pour lui faire comprendre qu'il a changé et pas en bien.
Je vous souhaite bon courage et dite vous bien qu'il ne faut pas tarder
l'alcool tue.

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Bonsoir
Je suis en tous points d'accord avec vous Marc SAUF le fait que vous conseillez à Alex d'en parler à des amis ou des collègues. Tout d'abord, de véritables amis, on les compte sur les doigts d'une demi-main et encore ! Quand aux collègues, JAMAIS !!! et je sais de quoi je parle ! La plupart, pour ne pas dire tous, n'en n'ont que faire de vos problèmes et encore moins si vous êtes alcoolique; que du contraire.
Je m'arrête ici car je vais devenir médisant !!!
Bien à vous

Portrait de ALEX3325
J'aime 0

bonjour, merci a tous pour vos reponse et je suis dacord avec xavier je ne pense pas que d en parler avec les collegue et amis soit une bonne idée, mais je le soutien et hier nous avons feté nos 5 ans de mariage , nous sommes allés mangé au resto et il na rien bu du tout, il m a voué a la fin du repas que il naurait pas ete contre une verre de rosé mais que il ne prenait pas qu il se retenait(il me la avoué car o a fait un dile c est que je voulaisqu il me dise quand il a envie d un verre et quand il en reprend un )

ce matin il m a dit que malgré un manque qu il a il se sent mieux

je le vois diferent, plus calme plus doux plus detendu malgré ces crises de tete qui se sont décuplées....

POur le moment ça se passe bien j epsere que cela va continuer j ai bon espoir

voilà bonne journee a tous et merci encore

Portrait de xavier6362
J'aime 0

ALEX3325 wrote:
bonjour, merci a tous pour vos reponse et je suis dacord avec xavier je ne pense pas que d en parler avec les collegue et amis soit une bonne idée, mais je le soutien et hier nous avons feté nos 5 ans de mariage , nous sommes allés mangé au resto et il na rien bu du tout, il m a voué a la fin du repas que il naurait pas ete contre une verre de rosé mais que il ne prenait pas qu il se retenait(il me la avoué car o a fait un dile c est que je voulaisqu il me dise quand il a envie d un verre et quand il en reprend un )

ce matin il m a dit que malgré un manque qu il a il se sent mieux

je le vois diferent, plus calme plus doux plus detendu malgré ces crises de tete qui se sont décuplées....

POur le moment ça se passe bien j epsere que cela va continuer j ai bon espoir

voilà bonne journee a tous et merci encore

Je suis ravi pour vous chère Alex.
Mais que votre mari fasse très attention. On ne guérit pas du jour au lendemain de l'alcoolisme. C'est un combat quotidien surtout au début. Par la suite, cela s'estompe peu à peu; seuls les "flashs" surviennent régulièrement ou de temps en temps selon les individus et le "degré de la maladie".
Bonne continuation à vous deux.
Et dites bien à votre mari qu'il n'y a absolument rien de honteux d'être un alcoolique

Portrait de christian_nimes
J'aime 0

Bonjour,
Je me permet de te répondre.
J'ai bu, je ne bois plus et j en suis très content!!!!!!
Chaque cas est différent, chacun a son parcours dans la vie.
Les causes sont multiples les conséquence toujours les memes : la destruction de soi et de son entourage.
Pour ma part pour en sortir cela à été un long parcours pour arriver à vouloir de ne plus boire. Vouloir s arreter de boire n est qu une etape, il faut ne plus boire.
Je ne voulais pas etre l alcoolique de la famille, (un de plus?), le tonton qui boit (comme tonton untel, comme le voisin). L alcoolisme est tellement répandu que c est normal de boire, c est peu génant sauf pour celui qui boit et son entourage proche : souffrance et peu à peu galère de fric (cela revient tres chere).
J aurai aimé que mon entourage m aide mais je ne l aurai pas supporté..................compliqué a faire!!!!!!!
Je pense qu il faut resté optimiste et croire en la vie.
il faut un medecin généraliste qu il lui convienne et ne pas hesiter a en changer si le feeling n est pas bon. ensuite il sera diriger vers un centre d addictologie. il faut faire l effort de passer par là. finalement pour moi l hopital à été un tres bon moment : le sevrage est tres court 4-5 jours dont 2-3 jours avec une perfusion. apres beaucoup de temps pour réfléchir a soi avec des réunions diverses. ce temps hors de mon environnement, sans contraintes m a été tres utile.
pour ne plus boire ce n est absolument pas une question de volonté.
il faut le faire pour soi, pas pour sa femme, ses enfants, pour soi...
Il ne faut pas "ne rien faire" mais rendre les choses possibles, parler de sa santé, de lui, pas de vous par rapport à lui, DE LUI.
Ne plus jamais remplir son verre, ne plus acheter d alcool, ne pas l aider a boire, de toute façon il sera de mauvaise humeur, bourré ou pas!
j ai été un peu long.
cordialement.

Portrait de xavier6362
J'aime 0

D'accord avec vous christian sauf sur quelques points :
Le sevrage peut varier d'un individu à l'autre : moi, le dernier, il m'a fallu 14 jours d'hôpital et 10 jours de perfusion (mais c'est très court aussi)
La volonté de ne plus boire est une chose primordiale. Si vous ne l'avez pas, je doute que vous y arriviez.
Pour certains alcooliques abstinents, il n'est pas question d'avoir de l'alcool chez soi. Pour d'autres, comme moi, il n'y a aucun problème. J'en achète pour les autres et je sers les verres. Chacun fait comme il le préfère.
Mais il est une chose certaine : il ne faut jamais inciter un alcoolique abstinent à reboire ne fusse qu'une goutte d'alcool !!!!!

Portrait de christian_nimes
J'aime 0

Je crois qu il ne faut pas parler de volonté, c est rajouter une diifficulté.
C'est une maladie, il faut soigner.
Quand on a la grippe personne ne parle de volonté de guérir, on consulte et on se soigne.
C'est plutot sur l envie, le désir de vivre autre chose.
Cordialement.

Portrait de sammalo
J'aime 0

Bonjour,
Mon mari m'a dit sous l'emprise de l'alcool en pleurant qu'il en avait marre de l'alcool et que c'était génétique. Il m'a dit ensuite le lendemain ne plus se rappeler de ses propos au moment où je lui ai répété mais a stoppé l'apéro à la maison depuis une semaine. Il m'a dit qu'il buvait cela comme de l'eau alors autant boire de l'eau. Quand à la journée, il me dit boire une à deux bière par jour le midi ou le soir. Mais je trouve qu'il sent l'alccol. Il me dit qu'il ne peut pas arrêter du jour au lendemain mais me rassure en me disant que tout va bien. A-t-il des problèmes avec l'alcool ou est ce moi qui deviens folle ? Merci

Portrait de xavier6362
J'aime 0

sammalo wrote:
Bonjour,
Mon mari m'a dit sous l'emprise de l'alcool en pleurant qu'il en avait marre de l'alcool et que c'était génétique. Il m'a dit ensuite le lendemain ne plus se rappeler de ses propos au moment où je lui ai répété mais a stoppé l'apéro à la maison depuis une semaine. Il m'a dit qu'il buvait cela comme de l'eau alors autant boire de l'eau. Quand à la journée, il me dit boire une à deux bière par jour le midi ou le soir. Mais je trouve qu'il sent l'alccol. Il me dit qu'il ne peut pas arrêter du jour au lendemain mais me rassure en me disant que tout va bien. A-t-il des problèmes avec l'alcool ou est ce moi qui deviens folle ? Merci

Rassurez-vous, vous n'êtes pas folle !
Je pense que votre mari a un problème avec l'alcool. C'est souvent comme cela pour un alcoolique : on pleure, on promet, on jure,on en a marre,....et le lendemain, le "fléau" reprend le dessus ! Le "petit diable" est plus fort que le "petit ange" !
Bien sur qu'il va stopper l'apéro voire l'alcool devant vous mais derrière !! Pour preuve, vous dites qu'il sent l'alcool et c'est un signe qui ne trompe personne (croyez-moi)
Par contre, il a raison quand il vous dit qu'il ne peut pas arrêter du jour au lendemain. Cette maladie est longue à guérir mais ne peut se faire qu'avec une abstinence totale et un soutien de votre part, des spécialistes, des associations,....
Et s'il vous dit que tout va bien, je pense que c'est un mensonge de plus (désolé pour votre mari !)
Voilà mes conseils
Bien à vous

"Je n'ai pas besoin de savoir pourquoi j'ai bu; l'important c'est que je ne boive plus"

Portrait de sammalo
J'aime 0

Merci de votre réponse. Par contre depuis qu'il m'a fait ces commentaires, il ne boit donc plus à la maison. Ce week end nous avons reçu du monde donc on a pris l'apéro et bu du vin à table. J'ai constaté qu'il s'est contenu. Dimanche il n'a pas bu de la journée et aujourd'hui en mangeant vers 14h il a bu une bière et ce soir ne sentais pas l'alcool. Je ne sais plus quoi penser. Je pense qu'il essaye de faire des efforts et je trouve qu'il s'en sort bien. Mais du fait de son comportement qui a changé du jour au lendemain j'ai des doutes sur ce qu'il m'a avoué. Je suis complètement perdue

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Moi aussi, lorsqu'il y avait une petite réception à mon boulot ou en famille, je buvais du café, de l'eau, du jus, bref rien d'alcoolisé. Mais dès que les gens avaient le "dos tourné" j'en profitais pour boire les fonds de bouteilles jusqu'à y remettre de l'eau par la suite !!!!
Toutefois il est peut-être vrai que votre mari fasse un effort mais qu'est-ce que cela veut dire ? Boire peu, moins ou plus du tout ?
En fait, lui est le seul juge et au vu de ce que vous nous dites et à votre place, j'essayerais d'aborder le sujet avec lui pour savoir qu'elle est sa véritable décision.
Ne me prenez pas pour un oiseau de mauvaise augure mais je sais "par expérience" ce que peut faire un alcoolique et surtout un qui boit en cachette (vécu)
Bien à vous

Portrait de cely
J'aime 0

bonjour Alex,je me suis reconnue dans ton message:mariée,2 enfants,et un mari que j'aime mais qui,"soudainement" me pose question sur sa consommation d'alcool;mon mari était un buveur "social",apéro,repas de famille...sauf qu'un jour,comme toi,je retrouve des bouteilles dans des endroits inimaginables de la maison,...tentatives de discussions,colères et déni de sa part et puis un jour il se retrouve devant SA réalité(mais aussi la mienne!):il ne peut plus continuer comme ça et demande de l'aide;1ere tentative d'arret avec son medecin traitant,echec au bout de 2 mois....nouvelle tentative il y a 6 mois avec un CCAA(centre d'alcoologie en ambulatoire)echec au bout de 1 mois et depuis il a tout rejeté,n'a "plus de problème" et dit gérer sa consommation;alors oui,à la maison,il "gère",l'apéro est raisonnable,la bouteille de vin peut durer 2 jours mais je ne suis dupe de rien,je sais que tout se passe hors de ma vue;cela fait partie de leur maladie et nous ,les conjoints,on a vraiment l'impression de tomber fous!!il y a plusieurs forums très intéressants et encourageants .il y a aussi le livre du Professeur Ameisen,ancien alcoolique,qui te permettra de comprendre un peut mieux ce dont souffre ton mari;moi cela m'a fait beaucoup de bien de le lire .
Se documenter ne change pas les choses mais cela permet de mieux les appréhender et de ne pas commettre trop d'erreurs(menaces,chantages,incriminations..tout ça ne sert à rien)l'important est de, surtout ,ne pas se laisser "bouffer"par sa maladie,c'etait mon cas,je me suis débattue contre moi meme pour ne pas sombrer dans la codépendance.ce n'est pas facile tous les jours mais c'est vital.pour soi et pour les enfants...
bon courage,je pense à toi et à bientot

Portrait de xavier6362
J'aime 0

Et oui cely
Moi, j'étais un buveur "festif" et je suis devenu un alcoolique et par la force des choses, tout comme votre mari, un alcoolique en "cachette"
Je me rends compte actuellement qu'il est très désagréable de vivre au quotidien avec un alcoolique !
Pour les "échecs" de votre mari, il ne faut pas trop se tracasser. Si vous saviez le nombre de cures que j'ai faites avant d'en arriver à presque 18 mois d'abstinence. S'il est bien décidé et si le "déclic" se fait, la prochaine tentative sera peut-être la bonne.
Bien à vous

"L'espoir fait vivre"

Portrait de cely
J'aime 0

bonjour Xavier,puis je me permettre quelques questions?etant vous meme un ancien malade alcoolique,vous aurez peut etre certaines des reponses que je cherche?j'ai beaucoup de mal à comprendre comment on peut dire des phrases comme"je suis malade","j'ai pas envie de creuver","ça ne devrait pas etre en vente libre","je suis alcoolique"...et ensuite reprendre le cours normal de la vie;plus aucun dialogue sur ce sujet n'est possible,le déni total...!
mon mari a fait 2 tentatives d'arret et j'ai compris aujourd'hui que cela pouvait parfois mettre des années,voires des dizaines ,d'années avant que le "bon "moment se présente pour "décider" d'arreter de boire,en tous cas,essayer d'y trouver une solution...je ne sais plus si je dois me taire(ce que je fais mais c'est très difficile)ou si je dois "provoquer"une discussion,notament quand je trouve,par hasard,des bouteilles dans les placards,dans le garage..d'autant qu'aujord"hui,le baclofene ouvre des portes d'espoir et que j'aimerais lui en parler sans lui dire "va essayer" mais pour lui montrer qu'il a une autre solution que celles qu'on lui a proposé jusqu'à présent...mais etant dans le déni,forcement,je sais ,ça ne l'interessera pas.
comment aborder un sujet sur quelque chose qui "n'existe pas"?alors qu'en realité, chacun sait que l'autre sait?
merci de vos reflexions

Portrait de christian_nimes
J'aime 0

Bonjour,
Tu écris "mon mari a fait 2 tentatives d'arret " : c'est le bon chemin, il faut continuer en récupérant de l'aide au passage. Il faut continuer, réessayer encore et encore, ne pas avoir peur de l'échec, ne pas avoir peur de décevoir, ne pas avoir honte d'échouer, se consolider peu à peu. Ne pas refuser l aide des médecins.

Cordialement.

Portrait de cely
J'aime 0

bonjour Christian,
oui je sais tout ça,mais c'est lui,je pense ,qui est dans la honte de l'echec,vis à vis de moi,de son médecin et pour lui meme;moi je ne baisse pas les bras,je me fait aider par un professionnel pour ma santé psychique(depuis peu mais qu'est ce que ça fait du bien!)je suis allée aux reunions pour l'entourage dans un CCAA,je vais sur les forums,je lis...je me "détache "de sa maladie autant que je le peux car cela m'a trop envahit la tete(et encore aujourd'hui ,sinon je ne serais pas là!) sans en devenir indifférente(comment ce pourrait-il puisque je l'aime?)mais LUI??comment peut il avancer?je n'en sais rien...

Portrait de christian_nimes
J'aime 0

c'est à lui de prendre la décision, c'est tres personnel.
Vouloir une vie meilleure, parce que c'est vraiment mieux sans alcool !
Pourtant il déjà commencé, pourquoi ne pas continuer?

Pages

Participez au sujet "Je Crois Que Mon Mari Est Alcoolique, Que Faire???"