Portrait de calimerooo

a tout ceux qui vont lire se message je suis desolé

je ne suis pas heureux de vivre je suis malheureux
depuis des annee ca va mal et personne na reussi
a me faire aller mieu
la au moment ou je vous ecrit jai une envie de vomir terrible
je suis plus moin meme depuis des annee je suis detruit
je suis vider une machine qui lutte
je peux pas parler a mon pere depuis des annee et la voila que ca commence a faire pareil avec ma mere
ma soeur quand elle c est pareil depuis quel est marié plus de lien
se parle plus
ma grand mere en maison de retraite
je suis seul personne a qui parler les weekend sont tres long
et les semaines au travail dur car personne ne voit que je souffre
je nai pas de copine remarque faut dire que jen ai jamais eu
on se dit toujours ca iras mieux mais maintenant ca fait des annee que ca dure
une fois j ai pris une arme dans le garage en pleur jai pas appuyer sur la detente mais le temps passe plus jen ai envie
je suis bourrer de medicament qui ne servent a rien
je me demande bien pourquoi je suis sur terre
JE VOUDRAIS M ENDORMIR ET PLUS ME REVEILLER

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir calimerooo,

Hélàs, votre histoire est le lot de beaucoup ( et je ne généralise aucunement votre situation, ici ), pas de contact avec la famille, seul, et on se demande si un sommeil salvateur pourrait nous emporter vers de meilleurs paysages...

Il y a des douleurs qui sont au-delà de toute chose, qui sont viscérales et se sont les plus difficiles à exprimer parce qu'il faut les entendre pour les comprendre et comprendre pour les entendre...

Ces souffrances se sont ancrées dans vos entrailles, d'où l'expression " ça vous prend aux tripes " et les expressions ne sont jamais anodines, d'où votre envie de vomir, " vider ce que vous avez sur le coeur ", c'est comme-ci vous en étiez dépendant.

Avez-vous sufisamment d'aisance pour parler à ce prescripteur du traitement qui est inefficace ? Ne peut-il pas changer les molécules ?

Lorsque l'on a une envie de vomir, comme la vôtre, il est bon d'y cèder, c'est que des souffrances veulent sortir, mais vous avez peur de les laisser partir ( c'est tout à fait légitime ), car elles vous laisseront un vide, mais sachez que ce vide sera réinvesti par de meilleurs augures, une place dans un organisme ne reste pas longtemps vide, le tout est de ne pas absorber comme une " éponge " les souffrances qui se présentent, là où elles savent entrer...Je sais que c'est facile à écrire, mais tellement difficile à pouvoir réaliser, je le sais.

C'est très bien d'avoir pu formuler la prise de cette arme pour vous en servir afin de vous endormir...Pouvoir formuler, exprimer, dire, même avec ses propres mots et très important, c'est le début d'une compréhension, et c'est les sortir de l'esprit pour les jeter par la parole.

Et je vous en prie, ne soyez pas désolé de vos écrits, qui aurait assez de cran pour jeter la première pierre ???????

Sur le site, on lit, on entend et on soutien, on aide, mais jamais on ne juge, tout un chacun peut exprimer ce qu'il a à dire, même si c'est de la colère, et les yeux offusqués n'auront plus qu'à se tourner...

Etre sur terre ? C'est la question existentielle dont la réponse ne vous sera donnée qu'au crépuscule de votre vie, chaque être cherche La Vérité, il ne trouve que des vérités, mais l'Ultime, La Vraie n'est révélée qu'au commencement réel de notre vie...

Avez-vous des personnes avec qui vous pourriez parler ( échanger quelques mots autre que des banalités qui nourrissent notre quotidien nous satisfaisant, pensant avoir fait une bonne discussion constructive ) sur votre lieu de travail ?

Par quoi êtes-vous détruit ? Qu'est-ce qui vous a vidé ?

Parlez, écrivez, criez votre colère, hurlez, vous en avez le droit...Ne vous faites pas prendre au piège de la tour de verre, les cris n'en sortiront pas, plus et si vous avez encore assez d'énergie, cassez cette tour, commencez par la fissurer, faites y pénétrer l'air...

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

les traitement j en ai pris plusieurs sans succes je prend 2 a 3 lexomil jour les ad jen ai pris plusieurs sans succes le dernier me rend marteau
la j ecris je suis dans ma chambre je misole a table je me suis depeché de manger je ne peux plus parler c est dur
je ne peux pas regarder les gens en face
quel age vous avez fee clocette?
j ai l impression de ne pas etre come tt le monde d etre ds un autre monde
jai commencer a aller mal a 17 ans j en ai 26 27cette annee
merci fee clochette

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour calimerooo,

J'en ai 38.

Le Lexomil* est apparamment inefficace pour vous, votre souffrance est trop profondèment ancrée pour qu'il puisse avoir une quelqconque action bénéfique.

Il est certain que c'est un anxiolytique dont vous avez besoin, et non d'un AD. Mais le Lexomil* ne vous aidera pas, voire il vous faudrait un recapturateur de sérotonine ( type Zoloft*, Sertraline*,...), c'est en résumé un traitement qui recapture la sérotonine responsable " des idées noires " par le cerveau, en évitant que le cerveau les recapture, vous allez mieux.

De plus Lexomil* ( ou Bromazépam* = générique ) est un dérivé de benzodiazépine qui crée une dépendance.

Le fait de ne pas vouloir regarder les gens en face fait partie intégrante, comme l'isolement de votre souffrance viscérale.

Chez les garçons, 17 ans est un stade qui peut être difficile à passer, des inquiètudes, des questionnements, des incompréhensions, des non-dits,...Car il y a des prises de conscience qui ont besoin de réponses à cet âge, on est pas encore adulte, on a le droit de ne pas comprendre et de questionner et est en droit de recevoir une réponse, mais encore faut-il, qu'en face, la réponse puisse être donnée et l'on a aussi le droit de pas avoir de réponse, le droit de ne pas savoir répondre. Tout ceci non exprimé puis non expliqué peut avoir des conséquences paroxystiques des années après.

Le fait que vous mangiez vite est aussi le fait de vouloir rapidement avaler ce mal-être pour vous sentir mieux et par là, également, vous étouffer ce qui veut sortir ( je ne veux plus parler, c'est dur = avez-vous écrit ).

Oui, c'est dur de ne pas pouvoir parler pour avoir une réponse, une attention exclusive entendue par une question. Les enfants ou les ados posent beaucoup de questions, mais parfois, ils posent une réponse mais n'y attendent pas de réponse, c'est juste l'attention de l'interlocuteur qu'ils ont voulu capter, donc des réponses sont parfois inutiles mais un regard indispensable.

Depuis combien de temps prenez-vous 2 à 3 Lexomil* / jour ?

Vous êtes comme tout le monde, et êtes bien dans ce monde, c'est la perception que vous en avez eu à un moment donné qui a changé "la donne " et vous êtes resté sur cette perception qui vous sécurisait dont vous aviez les repères. Maintenat, à 26-27 ans, vous prenez conscience que votre monde n'était peut-être pas Le monde, et cela vous effraie, et la meilleur défense est de vous réfugier dans celui que vous aviez en repère ; toute la difficulté va être de faire accepter à votre inconscient que son monde n'est pas celui qui se joue autour de vous, et ça cela va être difficile, vous allez avoir peur, vous mettre dans des colères car la souffrance à ce moment-là va vouloir sortir, et tout ce qui est entré comme souffrance avec violence, sans en avoir conscience, peut sortir avec violence, et c'est à cet instant que la peur peut s'installer est donc générer une colère. Mais tout ceci est un processus normal.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

vous parler bien!!! merci
lexomil depuis environ 2 ou 3 ans pour les anti dep j ai deja essayer le zoloft le dernier cete le seroplex!!!
vous parler de la colere maintenant c est tout les jours que je fait des crise de colere alors que c est pas moi au fond mais c est comme si je pouvait pas le controler ca pose probleme car on me voit comme je suis pas en realité et ca aussi c est dur
pour ce qui est de lexomil je sais que j en suis dependant
j avale n importe quoi n importe coment des plante les anti dep aussi
mon toubib sans fou et voit rien
j ai tout les jours mal a la tete envie de vomir fatigué
je peux meme pas aller dans les magasin ou en ville

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-bonjour,

Alors, cette colère est le meilleur atout que vous puissiez avoir dans votre situation, ce sont des souffrances qui veulent sortir, comme je vous l'ai expliqué, c'est un processus dit normal, ces souffrances ou cette souffrance en essayant de vous quitter, arrache ce qu'elle trouve sur son passage, et c'est psychologiquement très douloureux ( car tout ce que j'écris est du domaine du psychologique et de la symbolique pour les expressions que l'on pourrait entendre comme anodine, mais qui sont d'une grande richesse symbolique de ce qui se passe à l'intérieur de l'être, et j'y suis très atentive ), il faut donc, essayer de la laisser sortir, c'est tout ce qu'elle demande, sortir de ce corps qui ne lui correspond plus parce que ce corps a grandi, a évolué, elle n'y a donc plus sa place, si vous la laissez sortir, ce sera certes au prix d'une grande souffrance sur le moment car c'est comme une vie qui sort, c'est l'accouchement d'une souffrance ( même si vous êtes un homme ) est c'est très douloureux.

Si vous sentez une gêne dans les intestins ( pas une douleur ) comme une lourdeur ou un brassement, la gorge qui pique ou qui " gratte ", une toux, cette envie de vomir, un mal de tête, c'est une " chose " ( parole, regard,...) que vous avez eu du mal à avaler, que vous n'avez donc pas pu digérer et qui vous prend " aux tripes "( = désagrément intestinal ). Ce ne sont ni plus ni moins que les symptômes d'une souffrance qui veut vous quitter et ce n'est pas évident de lui cèder, mais il faudrait pourtant réussir à le faire, d'où cette envie d'avaler n'importe quoi pour faire passer ces symptômes et étouffer cette souffrance drapée de douleur. Le seul moyen est de la laisser sortir par la colère, le vomissement car elle est bloquée actuellement au niveau de la gorge,...

Ces crises de colères sont des luttes qu'opposent votre corps à votre psychologique qui ne veut pas perdre ce qui a été ses repères depuis dix ans, il faut que vous luttiez contre lui ( votre psychologique ) parce que ces souffrances ne sont pas les vôtres, vous vous les êtes appropriées à un moment de votre vie où vous aviez besoin de réponses, d'attentions, et c'est la seule réponse que vous avez pu trouver inconsciemment, absorber des souffrances, vous sentir souffrant pour recueillir cette attention, ce tendre sentiment...

Donc, calimerooo, essayez de laisser sortir celle-ci, tout au moins...Et de la façon dont elle le décide, cèdez-lui cela...Elle est prête, elle est dans votre gorge, la gorge n'est pas si loin de la sortie ( si je puis dire ), vomir peut être aussi du domaine du symbôle, ce n'est pas forcèment le faire que physiquement...

Vous dites, ce n'est plus moi, ce n'est peut-être plus vous...ou peut-être est-ce vous qui essayez de revenir... Cet ado de 17 ans veut vous quitter car ce qu'il voit de ce qu'il a été ne lui correspond plus, il a toujours 17 ans mais il prend conscience, peut-être qu'il en a maintenant 26-27 et qu'il est temps qu'il s'envole vers d'autres horizons pour que l'homme de 26 ans puisse, lui, s'épanouir...

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

a 10 ou 11 ans pour vous on est encore on enfant?

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir calimerooo,

A 10 ou 11 ans, on est pile sur un autre stade difficile à passer pour certain, on peut encore être un enfant et aussi être un pré-ado, c'est cette limite qui est difficile pour l'être de cet âge.

Comment vous sentez-vous ce soir ?

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

je me suis deja imaginer en fermant les yeux sauter dans le vide ou pointer un pistolet et apuyer sur la gachette
je suis rentree les soir en prenany un verre de whiski seul defoit
en pleurant
je m aime pas
je dois vous souler

Portrait de calimerooo
J'aime 0

ce soir mal comme d habitude pas de nausee mais lourd epuise

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-, calimerooo,

Comment cela, vous devez me saouler, ne vous ai-je pas écrit plus haut que l'on est là pour soutenir, aider sans jugement...

J'aurai très bien pu ne pas répondre à votre discussion, mais ce n'est pas mon habitude, un mal être doit être entendu.

Que vous buviez un, deux, trois Whisky, qui vous jettera la première pierre, qui ne l'a pas fait un soir de désespoir ?

Je sais que vous êtes épuisé, je sais que c'est dur, que c'est lourd à porter, je sais.

Et comment avez-vous réagi au fait de vous jeter dans le vide ou d'avoir appuyé sur la gachette ( ou détente ? ), lorsque vous avez rouvert les yeux ?

Le fait de ne pas avoir de nausées est déjà bien, vous sentir lourd est normal, en discutant ( par écrit ), avec moi, vous avez chamboulé vos souffrances, elles ont bougées, et c'est ce qu'il fallait ( attention, je ne dis pas explicitement que vous allez mieux ), vous êtes encore mal, mais sans nausées, et c'est l'effet recherché.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

au j en aurais d autre nausee je le sais
coment j ai reagit je sais pas vraiment il me semble c est un soulagement mais quelque chose m empeche de le faire
vous ete psy
vous sentez des chose
ques ce que vous sentez chez moi

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-,

Je sais que vous aurez d'autres nausées, vos souffrances ont bougé, mais elles sont encore là, vous ne les avez pas laissez sortir et cela ne se fait pas comme cela quand on le décide, c'est plus complexe que cela, il faut déjà que vous ayez une prise de conscience de vos douleurs, de vos souffrances, d'où elles viennent, où se sont-elles installées,...C'est une introspection difficile qu'il faut réaliser sur vous-même, et ceci n'est pas aisé du tout...

Non, je ne suis pas psy, je ressens beaucoup de souffrances en vous, un mal-être viscéral qui hurle au tréfonds de votre âme et qui vous ronge, qui vous épuise, parce que vous ne savez pas comment l'exprimer, comment le dire tout simplement avec vos mots à vous, je sais cette souffrance et à quelle point elle peut être dévastatrice, un peu comme une bombe qui aurait implosé mais dont l'onde de choc serait restée confinée à l'intérieur de votre être ; voilà ce que je ressens pour vous. Vous pouvez vous dire, c'est facile, je l'ai écrit, non, vous le vivez et vous souffrez...

Ce qui vous empêche de le faire, de sauter dans le vide ou de vous tirer une balle dans la tête, c'est peut-être l'appel de la vie, tout n'est pas perdu, mais tout sera difficile, et puis ce sont deux gestes d'une violence inouïe, vous pouvez, par cette imagination essayez de défier vos soufrances pour les comprendre...Ce sont des gestes d'une telle douleur et tellement difficiles à se faire sur soi-même...

La meilleure solution est d'écrire, ne cessez pas d'écrire, écrivez tout ce qui vous passe par la tête, c'est souvent l'expression des souffrances qui passent par la gorge, mais pas forcèment pour sortir, pour dire qu'elles sont là. Et ça c'est déjà un grand pas sur le chemin.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

j ai commencer le seroplex enfin je le prenait mais pas comme il faut
et je prend lexomil
aujourdhui j ai vu mon psycologue

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour calimrooo,

Et comment vous sentez-vous après cette séance de psychothérapie ?

Avez-vous eu de nouvelles nausées ? De quelle intensité ?

Essayez de prendre comme le prescrit le médecin votre traitement, c'est très important car cela vous permet d'être maître de votre santé et vous donne une responsabilité quant à la gestion de vos souffrances ; ceci dit, si vous oubliez une prise ou qu'elle n'est pas correctement prise, ce n'est pas grave, vous essayez, vous êtes sur le chemin d'un renouveau et ce renouveau est du domaine de l'inconnu, vous avez le droit inconsciemment de ressentir une certaine peur. Car l'inconnu fait peur puisqu'on ne le connaît pas.

Avez-vous ce qu'on appelle un pilulier de semaine ( donc un semainier ), pour y mettre votre traitement, c'est une organisation supplèmentaire qui peut vous aider, il se vendent en pharmacie. Cela évite d'avoir toujours à " dépelliculer" les médicaments dont le geste à une connotation de maladie, répèter ce geste plusieurs fois par jour peut fatiguer et renvoyer cette souffrance.

Soutien sincère, calimerooo. Continuez d'écrire, c'est cela aussi déposer ses souffrances sur le site, ici, en l'occurence, mais vous pouvez écrire sur papier les mots que vous ne voulez pas dire sur le forum, ceci aussi est normal et vous en avez le droit.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

c est comme si quelqu un d autre ete en moi et controlé mais fait et geste
je pas parler meme pour repondre a quelqu un a mes parents par exemple c est dur de repondre defois ca mais impossible je dis oui ou non de la tete par exemple
puis les gens autour ne me prenent pas au serieux hier un collegue ma fait une reflexion sur mon retard en debut de semaine de vingt minute
je lui es dit que si il dormais pas les nuit ca pourrait lui arrivé aussi
il ma repondu " a tu es rare dans ton genre" tu croit que ca m est jamais arrivé de pas dormir ect donc jai coupé cour car ca aurai mal fini

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour calimerooo,

Je n'ai pas répondu hier, parce que parfois quand des mots sont exprimés, comme les vôtres, il faut leur laisser le temps d'être entendu par vous, pour les comprendre, donc pouvoir évacuer une partie de la souffrance qu'ils contiennet.

Vous avez encore fait un grand pas, calimerooo, vous avez exprimé la dissociation qui se joue en vous, maintenant, il va falloir apprendre à réassocier, vous avez fait une scission, il faut replacer ces deux pièces du puzzle, et vous ne pourrez le faire que si vous avez compris que quelque chose veut vous quitter, mais il faut réassocier ces deux parties avant.

Les gens autour de vous ne vous prennent pas au sérieux, c'est-à-dire, dans quel sens ?
Vous allez, automatiquement absorber toutes les paroles maladroites, les interprêter et les digérer, c'est cela aussi qui vous fait mal, vous absorbez parce que vous êtes en période de fragilité, et ceci il faut aussi que vous l'entendiez. Et c'est un processus normal, mais il faut apprendre à ne pas laisser entrer ces paroles blessantes, il faut poser une barrière virtuelle, comme un bouclier.

Que vous ne répondiez plus que par "oui" ou par "non", est ce que l'on appelle des réponses fermées, c'est à dire qu'il n'y a rien d'autre à ajouter, cela coupe court à toute conversation ; c'est que vous ne pouvez en absorber plus qu'il n'y en a à l'intérieur de votre être, il faut donc réussir à faire une place pour recevoir ces paroles de vos parents ; sont-elles agressives ? ou sans connotation particulière ?

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

c est bizarre par moment j ai crise comme des crise d ado c est pas moi je comprend pas je renvoye chier tout le monde
ce que je comprend pas c est quand mais dernier j ete mieux puis subitement tout a basculer

Portrait de nanouk
J'aime 0

bonsoir calimerooo, je me permet de vous ecrire aprés avoir lu et relu
vos message si touchant . les réponces sont donné dans votre premier
message
avez vous choisi calimeroo dans le hazard ce nom evoque le petit dessins animé
d ailleurs ce personnage etait tres gentil et il disait (c est trop injuste)
car il etait different des autres
le faite que vous n avez pas de relations envers votre famille vous peine?
a 17 ans il a dut avoir un élement declenchant du mal etre qui aujourdhui
grandi pour ma part je suis contre les medoc et ne resouderas pas le probleme
il faut remonter en arriere dans l enfance la chose a mon sens la plus difficile
pour pouvoir mieux comprendre vos pensée
il faut garder espoir et continué a parler ici ou auprés du psy
petit a petit et les chose se debloquerons
vos message me touche car il y des année un ami s est tué avec l arme de son pére on etait jeune et on se voyait tout le temps avec le groupe on savais que quelque fois il etait pas bien mais c etait tout
les années ont passé j avais demenagé et on c etait appelé car on n était toujours en contact c etait 1 semaine avant le drame quand je suis allle voir ses parents il ont tout explique et cela as été le choc car je n ai rien vu venir
je ne savais pas qu il allait voir une psy il as eu le geste dans son cabinet
pendant la seances il souffrait de la solitude tout ses amie etait marie y compris moi et se trouvait tout seul sa souffrance etait trop grand il avait trouver une amie mais ça vais pas marcher il n a jamais remonter la pente
j ai espoir pour vous car vous arrivé a dire les chose vos idées noir
continué dans cette voix vous verrez le bout du tunnel

Portrait de momo31
J'aime 0

bonjour calimerooo.......
ton message me touche, car , sans fausse modestie, je te comprends.... meme si tu n es pas tout a fait coeherent. arrives tu a expliquer ton maletre? connais tu la cause, la source?comment a etait elle ta petite enfance???
pour ma part, je suis une enfant brisée, etoufée, toujours malheureuse, triste, en quete de sens et d amour
je suis a ma troisieme tentative de suicide; la prochaine sera la bonne! on dit que plus on parle de çet acte, moins de chances on a d y arriver, malgré le manque d oxygene, de lumiere....
je ne suis pas en mesure de te conseiller, je sais juste qu il te faut une bonne analyse sur toi meme, cherche!
je comprends tout simplement ta peine! dalida disait que la vie ne lui va pas!!!!
il ne me reste plus beaucoup... j ai perdu mon pere tres tot, a 11 ans, il s est suicidé!tant mieux, car il etait tres violent.......ma mamie, mon repere, est decedée il y a 6 ans bientot. je ne me parle plus avec ma mere et ma soeur... j ai un chien, qui fait le bonheur de ma vie! dans qqs semaines je vais etre divorcée........ j ai raté ma vie d un bout a lautre, et l idee de la mort de hante, me poursuit...sans cesse.
c est l animal qui vit en moi qui m oblige a me lever le matin, affronter le monde, le travail.... mais je crois avoir des reponses a ma souffrance.....
quand tu raisonnes comme ça, tu n as que 2 choix: le combat ou l abandon! je ne veux pas etre dure avec toi, mais c est la verité....
si tu veux en parler plus longuement... n hesites pas. je sais ecouter, sans juger....
profite quandmeme de ces belles années.... c est dommage!
bien a toi!

Portrait de minouche01
J'aime 0

bon jour ...

"j'ai raté ma vie d'un bout a l'autre "

la vie a ton age momo ne fait que commencer si tu veux te battre comme tu le dis ..a toi de repousser l'autre bout le plus loin possible et esperer parcourir le reste de "ton chemin de vie "comme tu voudrais qu'il soit ..avec bcp d'esperance ..
j'ai eu une chienne de vie .... mais j'ai toujours voulu "CROIRE " et ESPERER .meme au fond du trou ..et je ne le regrette absoluement pas ..j'ai reussi a deposer le fardeau de mon passé ,a apprendre a positiver (ce qui est loin d'etre facile ) a faire des projets ..vivre normalement quoi!!....un travail titanic mais gratifiant ..pas a pas !!
cesser de SE fuir en se perdant dans le passé,en se refusant le droit de vivre voilà dejà un premier pas a faire ..ne plus fuir et combattre comme dit momo

bon courage a toi et calimeroo

Portrait de nanouk
J'aime 0

bonjour calimeroo
j ai bien lu le mail en mp et je vous remercie pourquoi vous dit fais attention a toi
je vais bien il est vrai que votre histoire ma touché car j ai pensé au drame
de christophe il s appelait christophe
mais vous devez vous battre car la vie est vraiment precieuse avec beaucoup d epreuves certes mais ne croyez vous pas que dans le monde il ya pire que nous
et puis vous avez dit que vous aimez la moto
si le destin aurai voulu que vous partiez je pense que honnetement que ce serais deja fait hors vous etes la. la moto en general ne pardonne pas
vous etant motard vous devez comprendre ce que je veux dire
et puis il faut dire que le mot suicide je n aime pas mais vraiment pas
alors si votre destin en a decide autrement c est que vous devez comprendre
votre situation et pourquoi vous en etes arriver la je voulais vous ecrire des le 1 message mais je n ai pas oser car des situations comme celle ci il faut faire attention au mots pour ne pas empirer la situation et fée clochette as bien trouver les mots juste
je me suis dit que c etait le moment croyez moi si j aurai pu prevoir le geste de christophe j aurai reagi on s aimait bien on parlait trés souvent il me disait son mal etre et aprés il allait mieux mais il m avait cache qu il allait voir quelqu un et je nai pas vu une situation si grave il faut dire que je m en suis voulu pour ça
les année ont passé on fais ça vie et puis l age fais en sorte que vous voyez la vie differament pour sa part il se trouvait pas beau nu et ratait sa vie j avais beau a lui expliquer que la beauté se trouvait a l intérieur de soi le physique n a rien avoir l amour qu on a a l interieur de soi attire tellement de gens bien
mais deja il faut s aimer soi meme avant tout qu on a pas realisé ça on n avance pas etes vous dans cette situation la. et pour votre famille il faut laisser faire les choses votre soeur reviendras avec le temps et si vous arrivé a comprendre des choses par vous meme les chose avançerons d elle meme
en ce qui concerne votre nom c etait evident les mots qu on choisi n est pas le fruit du hazard vous etes pas ce dessins animé vous etes vous je me permet de vous dire cela car vous etes un homme j espere que je nai pas froissé dans mes mots ce nai pas mon attention je vous souhaite une bonne journée avec pleins de bonne chose positif

Portrait de nanouk
J'aime 0

j ai oublié de dire 2 chose importante
la premier c est les pleurs j entend souvent les parents dire au garçon
tu ne dois pas pleurer les garçons ne pleure pas quel horreur de dire ça
pleurez et vous verrez cela vous feras du bien ecrivez les mots qui vous chagrine et laissez vous allez
la deuxieme c est la vitesse sur votre moto le sentiment de liberté et rien ne vous rattrappe
hum c est vrai sur le moment mais quand vous tournez la clée pour couper le moteur la situation reste la meme c est reculer pour mieux sauter

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

calimerooo wrote:
c est bizarre par moment j ai crise comme des crise d ado c est pas moi je comprend pas je renvoye chier tout le monde

Bonjour calimerooo,

La vie n'est qu'une suite de stades que l'être humain doit passer ( non réussir mais passer, c'est obligatoire ) :
- l'accouchement = le nouveau-né doit faire le deuil du ventre qui l'a nourrit pendant neuf mois,
- premières heures = le nouveau-né doit passer du stade liquide à celui de l'air,
- l'enfance = tout ce qui se passe avant l'âge de six conditionnera les réactions, les ressentis à l'age adulte ( l'école primaire ),
- la pré-adolescence = le début des questionnements ( ébauche ) existentiels ( dernière classe de primaire ),
- l'adolescence = le temps des vraies questions, où les "pourquoi" attendent de réelles réponses ( le collège ),
- le pré-adulte = les questions sont plus coordonnées, plus importantes ( la fin du lycée, l'université,...),

- l'Adulte ( profession = émancipation ).

Tous ces stades sont passés, même s'il n'ont pas été terminés, coûte que coûte, l'être humain avance inéxorablement, les questions en suspend sont traînées avec lui dans ce passage, les non-réponses, les non-dits aussi...

Que vous réagissiez, en faisant des crises d'ado, comme vous l'exprimez, et le souhait, de vous rattacher à cet être de 17 ans ( de 11 ans ) qui veut s'exprimer pour vous quitter, cet être sait qu'il ne peut vivre dans ce corps qui s'est modifié, qui a grandi intellectuellement, et les questions sont donc encore plus présentes, comment voulez-vous ne pas " envoyer chier tout le monde " si vous êtes dans l'incompréhension vous-même, c'est normal, il y a un combat qui se joue en vous, il est essentiel et très très déstabilisant ; et qui dit déstabilisant, dit perte des repères, des sécurités. Vous ne pourrez avancer qu'en identifiant, et ce n'est pas évident, ce qu'il s'est passé à 11 ans, à 17 ans,...Si vous ne savez pas...Votre corps, lui, le sait, il garde toutes les empreintes du ressenti, essayez d'écouter votre corps, le message qu'il vous tend pour vous faire comprendre ; ce n'est pas facile, mais vous devez essayer, lui sait.

" Comprendre pour entendre et donc entendre pour comprendre "

Ceci est une des clés qui amène à une avancée, une prise de conscience de votre mal-être actuel ( nausées, mal au ventre, impossibilité de communiquer, isolement, crise de colère, tentative de suicide,...= communication sur le site )... Vous ne luttez pas pour l'instant contre ces pulsions, vous les subissez parce qu'elle vous étouffent, vous paralysent, vous prennent à la gorge, sont donc menaçantes ; il est beaucoup plus simple de les subir que de luttez contre, vous pensez ne pas avoir assez d'énergie pour les repousser, alors vous les acceptez, vous leur faites une place dans votre vie, et elles avancent en parallèle avec vous, mais tout ce qui est parallèle doit être recentrer, doit être à portée d'esprit, de mains pour pouvoir le saisir et le rejeter, se réassocier, se ramasser, se reconstituer, tant que vous serez morcelez, vous ne pourrez avancer, vous êtes pris au piège du marécage de vos questionnements, essayez de saisir le bout de bois qui vous est tendu pour vous extirper de ces méandres, et la lumière vous arrivera...

Mais il faut du temps, on se construit en 17 ans, on ne se soigne pas en 1 minute...

Ps : désolée pour la réponse tardive...

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de calimerooo
J'aime 0

vous parler bien je sais pas ou vous aller chercher tout ca
vous prenez du temps pour me repondre
vous ecrivez une pleine page
comment vous faites ca ne vous ennuie pas
je suis allé au docteur j ai 10 de tension

penait soin de vous

Portrait de camille59
J'aime 0

salut calimerooo je ne peux pas vraiment te donner des conseils je suis un peu mal placée pour t' en donner ,la vie est injuste c' est vrai, mais il faut etre plus fort qu'elle ,meme si c' est plus facile a dire que a faire.Et je dis toujours la chance tourne meme si il faut attendre un certain temps j avoue mai croi moi elle viendra .je me sent impuissante envers ton mal etre et j ai peur d etre maladroite j espere juste que mon message te donnera un ptit sourire,prens soin de toi c'est importent.

Pages

Participez au sujet "j ai n ai plus envie de vivre"