Portrait de JPL

Ma fille agée de 13 ans a la jambe gauche plus courte que celle de droite ( moins 25 mm) aprés deux contrôle radiographique. Quelles sont les solutions médicales possibles pour rééquilibrer ses membres inférieurs. Et quel centre spécialisé en métropole pourrait traiter ce symptôme.
Merci de votre réponse

Portrait de albert boueno
J'aime 0

Il est nécessaire de savoir si ce décalage entraîne des répercussions importantes surtout au niveau de la colonne vertébrale ou de la hanche etc.. Avant d'intervenir.

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Il y a beaucoup de podologues formés à la "posturopodie" en France qui pourront proposer des "semelles posturales" pour dissiper progressivement une "pseudo-jambe courte"*.

* pseudo jambe courte = différence de longueur de jambe d'origine musculaire, c'est donc "réversible". 90% de la population serait concernée par ce phénomène de "dystonie musculaire" qui rend une jambe plus courte que l'autre.

Ce n'est qu'après la dissipation de "pseudo jambe courte" qu'il faudrait s'occuper de la "composante irréversible" (en cas d'anomalie squelettique, déformation osseuse : qui serait à l'origine de la "vraie jambe courte") : la compenser par "cale mécanique".

La compensation de "pseudo jambe courte" par "cale mécanique" serait "très nuisible" (tous les posturologues** semblent partager cet avis).

** posturologue = médecin ou paramédicaux (podologues, kiné, ostéopathe, orthoptiste, opticien, ...) qui recherchent des solution "non invasive" pour améliorer la posture des patients souffrant du SDP (syndrome de déficience posturale).

Portrait de tadiou
J'aime 0

Bonjour JPL aprés avoir lus les différents méssage je pense qu'il est necessaire de rectifier certainnes choses.
En premier lieu si ton enfant à une jambe plus courte qui a donc était diagnostiqué par radio il est primordiale de consulter un podologue a fin qu'on lui fasse des orthèses ou semelles orthopédiques et ce a fin d'éviter que cela puisse entrainner des problème tel qu'une scoliose qui pourait devenir permanente.
Qui plus est si cette jambe courte à était diagnostiquer par radio il ne peut pas s'agir d'une Pseudo jambe courte omme le suggère JL ( en tout cas c'est mon avis sachant qu'on mesure la jambe a l'aide de la radio )
Quoi qu'il en soit la solution est la podologie ce qui évitera que le décalage au niveau du bassi ,des lombaires et des vertebres e generale s'eternise et que ta fille termine sa croissance avec cesdecallages.
Pour un jambe courte physiologique l'ostéopathie ne serra efficace qu'aprés la fabrication d'une orthèse par le poologue.
en espérant que tu le ferra fairerapidement pour que ta fille soufre le mons possible de lumbago ou autre nevralgie.

Portrait de JL_78180
J'aime 0

Bonjour tadiou,

Voici 2 contre-exemples à vos affirmations :

1) Je suis en correspondance avec un jeune adulte diagnostiqué de « jambe courte » de 2cm par radio. Un ostéopathe, sensibilisé à la posturologie, bien connu (publication de livre sur le mal de dos, …, et la posture) qui lui a conseillé de faire appel à la « cale mécanique » (semelle orthopédique pour aller rattraper la différence de hauteur entre les 2 jambes).

Avant de lancer sa semelle orthopédique (ou réhausseur), il a débarqué sur Posturelist : pour recueillir davantage d’avis de spécialistes.

Sur la durée de débat qu’il a lancé, exploration de pistes (suggestions de plusieurs posturologues de crus différents), …, cet adulte a pu faire constater que sa jambe courte ne présente d’ ampleur constante : un jour, on ne lui a mesuré que 0.5cm (il a eu le temps de consulter plusieurs spécialistes).

C’est sa souffrance (maux multiples chroniques imputables au SDP*) qui a motivé ses multiples consultations (souffrance durable sur des années).

* SDP = syndrome de déficience posturale (cf. liste non exhaustive de symptômes imputables au SDP au lien : http://pmgagey.club.fr/SDP1987.htm ).

Finalement, sa « jambe courte » n’est qu’une « pseudo jambe courte »…

2) Ma fille est née avec une jambe courte et une attitude scoliotique (hérédité familiale : plusieurs membres de la famille sur plusieurs génération présentent ce type de tare, avec une épaule plus haute que l’autre, une démarche légèrement boiteuse : l’ampleur peut atteindre plus de 5cm de différence en hauteur entre les 2 épaules chez son père). Cette asymétrie corporelle a persisté dans son cas (n’avait jamais disparu).

Son SDP a été diagnostiqué en octobre 2003, à l’âge de 11ans et 9mois (motivé par sa dyslexie : source de sa médiocrité scolaire et de ses maux multiples chroniques).

L’ophtalmo formé à la posturologie de Lisbonne et à l’ostéopathie avait expliqué à son assistant qu’il s’agissait d’une « asymétrie corporelle constitutionnelle » à cette date (j’ai compris cela : « déformation squelettique induite par son attitude scoliotique durable sur plus de 11ans de sa période de croissance »). J’ai accusé le coup, ai fait le « deuil » sur la « normalité » de ma fille (elle ne serait jamais symétrique : il faut envisager de lui rajouter une cale mécanique pour améliorer l’esthétique : j’attendrais le feu vert de l’oph-posturologue, après dissipation de sa composante musculaire).

Après un an de traitement postural de Lisbonne (avec réussite : puisque les divers maux imputables au SDP ont été dissipés chez elle : douleurs, troubles cognitifs, fatigue posturale, TDA sévère, troubles de mémoire, troubles psycho-comportementaux, troubles respiratoires, cardio-vasculaires, digestifs, intolérance et allergies multiples, …), lors du contrôle annuel, j’ai posé la question à l’ophtalmo-posturologue formé en ostéopathie : « qu’en est-t-elle de son asymétrie corporelle constitutionnelle ? », car de visu, elle me paraissait bien droite sans cale mécanique.

Il a bien examiné ma fille, puis, m’a répondu que ma fille ne présentait pas d’asymétrie corporelle visible à l’œil nu ce jour là.

Ma fille a traîné une « pseudo scoliose » (attitude scoliotique d’origine dystonique, non squelettique) sur les 11 premières années de sa vie, ainsi que sur les 3ans et quelques de traitement « postural » (lorsque le SDP revenait : instabilité de résultats de traitement postural, avec la cause bien identifiée).

A ce jour, il n’y a pas de séquelle irréversible visible à l’œil pour les spécialistes ** (elle a 15ans : pas d’attitude scoliotique, ni de pseudo jambe courte).

** j’entends par « spécialistes » : ostéopathes DO.

Je répercute l’avis des spécialistes en posturlogie (surtout les médecins spécialisés sur les douleurs vertébrales) = « jamais de semelles orthopédiques avant la dissipation de composante musculaire dans l’asymétrie corporelle ».

Malheureusement, tous les podos ne sont pas formés pour rechercher la composante musculaire de l’asymétrie corporelle, il faut une bonne formation posturale pour ce type de diag (ça existe : il suffit de contacter API, Association des Posturopodistes Internationale, ils ont leur site sur le Web, pour obtenir une liste de podo formés à ce type de diag et à la réalisation de semelles posturales pour dissiper la composante musculaire. Ces mêmes potos sont normalement formés pour proposer des semelles orthopédiques pour la suite du traitement).

Espérant que ces exemples amènent de l'eau au moulin...

Portrait de sarozh
J'aime 0

Bonjour JL-78180,
Je me vois très intéressée par ton commentaire : on a diagnostiqué hier une jambe plus courte à mon petit garçon de 9 ans, de 2,5 cm.
La spécialiste a donc adressé à mon médecin traitant pour que nous allions faire une radiographie sur la longueur totale de la jambe.
Ensuite, elle nous a expliqué les 2 possibilités sur le plan chirurgical pour "rectifier " cet écart, dans le cas où il ne se rectifierait pas de lui même. Pas rassurée je dois dire...
Il m'intéresserait de savoir de combien était l'écart chez ta petite fille lorsqu'elle a été diagnostiquée ?
Je suis interpellée par les troubles que tu cites dont elle souffrait : TDA, dyslexie, etc...
Il y a donc une corrélation entre ce syndrome de jambe "pseudo" plus courte et ces maux ?
Peux tu m'en dire plus stp ?
Dans l'attente, je vais aller sur PostureList (merci pour le tuyau !)

Participez au sujet "Inégalité de la longueur des membres inférieurs chez l'enfant."