Portrait de hyppo 65

Bonjour,
Je me fais donc opérer des hemorroides,opération de Milligan Morgan, comme je l'ai dit dans le pécédent post et mon gastro m'a dit qu'il utilisait une technique sans points de sutures.Peu de chirurgiens l'utilisent en Europe,environ 5 ou 6.
Savez vous de quoi il s'agit exactement?
Merci pour vos prochaines réponses.

Participez au sujet "Hemmoroides"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Hemmoroides"

  • ... alors le risque de voir survenir une crise convulsive.L'arrêt du traitement qui doit être décidé avec l'accord du médecin doit se ... d'une équipe de neurologues ou de neuropsychologues. Cet arrêt de la prise de médicaments antiépileptiques est susceptible ...
  • ... opiacés, ou overdose, sont les suivants : Troubles respiratoires parfois très graves. Resserrement du diamètre de la pupille ... la survenue d'un coma ou d'un décès par troubles respiratoires graves. Enfin il s'agit d'un produit hépatotoxique (toxique pour ...
  • Le syndrome du vestiaire, appelé autrefois dysmorphophobie génitale et actuellement dénommé BDD (Penile Body Dysmorphic Disorder), est un trouble de la dysmorphie corporelle pénienne, et un ensemble de symptômes caractérisant les réactions de certains hommes convaincus de posséder un pénis (verge) trop petit et pour lequel ils éprouvent un sentiment d'incomplétude, d'infériorité voire de gène ou de honte. C'est essentiellement dans les lieux publics où il est nécessaire de se déshabiller comme cela se conçoit dans les vestiaires, que le syndrome du vestiaire apparaît. Les douches publiques, les gymnases, les piscines sont ces lieux où certains individus sont persuadés de souffrir d'un sexe trop petit par rapport aux autres hommes.

    Le syndrome du vestiaire engendre une certitude d'être plus mal loti que les autres et cela même sous les sous-vêtements. La petitesse supposée du sexe engendre chez ces patients une impression d'être exposé constamment à de la raillerie de la part des autres hommes et des femmes.

    Il s'agit d'une perception anormale du corps qui est ici centré sur le pénis et qui traduit un trouble psychologique avec préoccupation trop importante, presque permanente qui s'explique par un manque d'estime et de confiance en soi. Pour ces individus qui ont du mal à s'aimer et à être aimés, tout est centré sur le pénis et ce trouble qui engendre des problèmes de sexualité, et aggravé durant certaines périodes, en particulier au cours du syndrome dépressif dont il constitue un symptôme.

    Le syndrome du vestiaire ne doit pas être confondu avec les troubles concernant également le pénis mais survenant durant l'adolescence et qui se caractérise par l'absence de rumination permanente et de conviction négative.

    La cause, s'il est possible d'en avancer une ou plusieurs, et sans doute la recherche au sein de la société, la surestimation croissante de la nécessité de performances sexuelles liée à la taille du pénis surtout en ce qui concerne l'obtention du plaisir chez la femme. Les films pornographiques ainsi que le manque d'information en ce qui concerne la taille réelle du pénis qui est d'environ 13 cm + ou - 4 cm au cours de l'érection (phallus) aggravent la survenue du syndrome du vestiaire. Signalons que la taille du sexe à l'état flacide (mou) est le plus souvent, chez la majorité des hommes, inférieur à 4 à 6 cm.

  • ... fait résonner ceux-ci selon une variation de signal. À l'arrêt du champ magnétique, on obtient l'arrêt de résonance du proton. ...
  • L'anorexie (absence d'appétit ou perte d'appétit) du nourrisson est un des motifs de consultation le plus fréquent en pédiatrie. Il s'agit également d'une source d'inquiétude particulièrement grande pour les parents et chaque mère qui voit son bébé pleurer pense immédiatement à un problème lié à l'assimilation de la nourriture, de façon générale et plus précisément d'un trouble de l'appétit. Pourtant l'anorexie est rarement la conséquence d'une maladie au sens vrai du terme c'est-à-dire organique. Ce n'est pas une raison pour ne pas y penser.

    L'anorexie du nourrisson est le plus souvent le résultat d'une infection, symptôme très banale en soi. Ceci se traduit par de la fièvre, des vomissements, une toux et un écoulement nasal. Justement dès cet instant la diminution du désir d'avaler des aliments, en cas d'infection, s'explique aisément. En effet, l'organisme du bébé a besoin de toutes ses forces pour lutter contre les germes à l'origine de cette affection. Il s'agit donc d'une anorexie infectieuse ou bien post-infectieuse (survenant après une infection) qui permettra éventuellement au médecin d'apporter des renseignements supplémentaires aux parents en termes d'éducation parentale et en particulier la mère, en lui signalant l'inutilité de « bourrer » son enfant c'est-à-dire de le forcer à manger.

    Le deuxième cas d'anorexie du nourrisson est l'anorexie primitive qui, quant à lui, pose un réel problème au médecin. L'enfant n'a pas faim, il ne finit pas ses repas et ceci est une des raisons pour laquelle la maman vient consulter. Il s'agit d'une mère qui est nerveuse et inquiète. Généralement le nourrisson concerné par l'anorexie primitive est un beau nourrisson ne présentant pas de problème de croissance durant les premiers mois et qui mangeait normalement voire légèrement plus que les autres nourrissons à la même époque, ce qui a eu pour effet de faire grossir cet enfant qui maintenant présente une rupture de la courbe de croissance et du poids. L'enfant se met à vomir il refuse les biberons et le fait de le forcer à manger aboutit un cercle vicieux qui ne peut qu'aggraver la situation.

    Il peut s'agir également d'un bébé qui n'a jamais eu vraiment très faim, contrairement au précédent. Dès les premières semaines, quelquefois même dès les premiers jours, la mère rapporte un déficit d'assimilation de nourriture à cause d'un refus de prendre la ration quotidienne, voire de laisser les repas entiers ou de ne pas terminer les biberons. À l'instar du bébé précédent les vomissements aboutissent à une insuffisance de prise de poids.

    Il s'agit d'un réel problème dont il faut tenir compte et ne pas se contenter de phrases rassurantes comme par exemple :
    -ne vous inquiétez pas Madame, Monsieur, tout va s'arranger.

    L'interrogatoire des parents et l'examen du bébé va permettre de préciser les modalités d'installation de l'anorexie. Il est important de faire connaissance avec la maman pour connaître son comportement. L'entourage est également intéressant de part ses influences sur le nourrisson.
    Il est nécessaire de déceler une éventuelle tension au sein de la famille, tension due à l'anorexie de l'enfant, aboutissant à cercle vicieux : anxiété du nourrisson entraînant anxiété de la famille entraînant anxiété du nourrisson.
    Le reste de l'interrogatoire va permettre d'éventuellement mettre en évidence d'autres symptômes de l'appareil digestif comme par exemple une constipation, au contraire une diarrhée ou encore des vomissements.
    L'examen clinique du nourrisson permet d'obtenir son poids, sa taille, la coloration de la peau et des muqueuses. L'examen de l'abdomen et l'examen des muscles permettent d'obtenir d'autres renseignements précieux.

    Après avoir éliminé une anorexie faisant suite à une infection dont la plus fréquente est la rhinopharyngite ou l'infection urinaire, il faut penser à une anémie hypochrome (par carence en fer) dont la caractéristique est la pâleur de l'enfant, une malabsorption digestive, une atteinte cardio-vasculaire de nature congénitale souvent mise en évidence par l'auscultation du cœur et plus rarement une insuffisance rénale.

    Les examens complémentaires comporteront la formule numération sanguine (nombre de globules rouges, blancs et plaquettes), examen des urines, dosage de l'urée dans le sang et créatininémie. Ces examens vont permettre de rassurer la mère quand ils sont normaux.

    Il est nécessaire d'éviter, devant un symptôme isolé quand l'enfant est convenablement examiné, d'entrer dans le jeu de la maman en organisant une situation qui multiplie les examens complémentaires inutiles et surtout des traitements qui ne servent à rien. Il ne faut donc pas aggraver les choses car il risque de compliquer la situation. Enfin il est également grave de culpabiliser les parents en parlant de perturbations psychoaffectives en termes de relations entre les parents et l'enfant.