Portrait de Invité

Bonsoir,

Ma femme est enceinte de 11 semaines et vient d'apprendre qu'elle a contracté la rubéole à une date non déterminée. Peut-être avant, dans les 12 derniers mois, mais peut-être aussi pendant la grossesse... avec toutes les conséquences que cela implique si c'est cette dernière option qui se confirmait.
Titre des anticorps : 240 UI/ml.
(technique immunoenzymatique, réactif cobas core rubéole IgG recombinant II)

Etant donné la gravité et la rareté de cette maladie chez la femme enceinte (1 cas pour plusieurs dizaines de milliers), je suis à la recherche des spécialistes les plus pointus sur le sujet au niveau français. Je souhaite en effet prendre le minimum de risques : que toutes les analyses nécessaires soient bien faites, avec les méthodes les plus appropriées, et qu'elles soient bien interprétées...

Si possible, merci de m'envoyer les contacts directement en mp, étant donné l'urgence je vais poster ce message dans de nombreuses rubriques et sites.

Merci par avance pour votre aide.

Portrait de anonymous
J'aime 0

http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/grossesse-et-rubeole-2177.html
Grossesse et rubéole : physiopathologie, symptômes, traitements, dans l'encyclopédie Vulgaris-Médical

EXTRAIT :

"Il est nécessaire d'attendre 18 semaines d'aménorrhée avant d'effectuer une amniocentèse. Ce prélèvement indolore et très rapide à travers la paroi de l'abdomen et de l'utérus permet d'obtenir quelques millilitres de liquide amniotique (20 cm3 du liquide dans lequel se trouve le bébé à l'intérieur de l'utérus de la mère). Il se fait sous surveillance échographique, sans anesthésie, en utilisant une grosse aiguille montée sur une seringue.
L'amniocentèse permet de rechercher l'ARN du virus de la rubéole par PCR dans le liquide amniotique du fœtus. La PCR permet d'augmenter en laboratoire le nombre des copies d'une séquence d'ADN par duplication. Autrement dit cette technique, permet en faisant intervenir une enzyme particulière l'ADN polymérase, d'augmenter la quantité d'ADN et plus précisément le gène ou le fragment de gène qui provient du prélèvement que l'on désire étudier en laboratoire.
Il est possible de proposer à la patiente la réalisation une interruption médicale de grossesse d'emblée étant donné le risque important et la sévérité des malformations fœtales. Selon ces antécédents personnels (difficulté à avoir une deuxième grossesse etc.) la femme enceinte risque de refuser cette alternative.
Entre 12 et 17 semaines aménorrhée il est nécessaire de faire une recherche systématique d'ARN du virus de la rubéole. Après les 17 semaines d'aménorrhée le risque de malformations du fœtus étant nulle, une simple surveillance avec échographie une fois par mois est nécessaire. À partir de cet instant, s'il apparaît à l'échographie une anomalie au cours du deuxième trimestre telle qu'une : Microphtalmie (petite taille du globe oculaire), Cataracte (opacification du cristallin), Microcéphalie (petite taille du crâne), alors une amniocentèse ou une ponction de sang du fœtus est nécessaire."

Participez au sujet "Help ! Rubéole durant grossesse"