Portrait de Alessia

Bonsoir,

Je suis venue me confier ici car j'ai fait quelque chose dont je ne suis pas fière, et ça me pèse sur la conscience...

Il y a environ quatre ans, après une rupture difficile, j'ai eu ce qu'on appelle une grossesse nerveuse. On avait eu des rapports à risques (je sais c'est pas très malin), et j'ai littéralement eu les symptômes d'une grossesse: plus de règles, seins douloureux, nausées, et surtout deux tests de grossesse positifs. Après avoir annoncé à mon ex que j'étais enceinte, il a eu la pire réaction possible: il s'en foutait, pire même il ne me croyait pas, il pensait que c'était un mensonge pour le récupérer. L'avortement s'est présenté comme la solution évidente, n'étant pas capable d'assumer un enfant seule et dans ces conditions. Quelle ne fut pas ma surprise quand à la première échographie,, mon gynécologue m'a dit "mais vous n'êtes pas enceinte!". En effet, il n'y avait rien, pas d'embryon, juste un utérus vide. J'arrivais pas à y croire... Et il m'a alors parlé du phénomène de grossesse nerveuse, on peut avoir les symptômes d'une grossesse sans être enceinte, pour X raisons, la mienne probablement la peur panique de l'être suite à nos rapports à risques.

Peu à peu je me suis faite à l'idée, puis quand mon ex m'a recontacté pour me demander des nouvelles par rapport à la grossesse pour s'assurer que j'allais bien avorter (tiens lui qui y croyait pas), je sais pas ce qui m'a pris, je lui ai dit que oui, j'avais avorté. Il était mal, il a culpabilisé, je pense que c'est ce que je recherchais: lui faire du mal pour me venger de tout le mal qu'il m'avait fait. Lui qui m'avait déjà pris pour une menteuse et une folle, j'aurai jamais osé lui dire que c'était une grossesse nerveuse, il m'aurait davantage pris pour une folle. On s'est même remsi ensemble, il a fait le pas vers moi mais par culpabilité à mon avis, mais ça n'a pas duré, je l'ai quitté avec une excuse bidon, la vérité étant que je ne pouvais pas bâtir une relation sur un mensonge.

Ca aurait pu s'arrêter là, sauf qu'à force ce mensonge m'a dépassée. A force de me documenter sur comment ça se passait, l'avoir "raconté" en détail, j'ai fini par presque croire que j'étais réellement enceinte et que j'avais réellement avorté. Et j'en ai parlé à des amies, même à ma famille (qui ne m'a jamais crue d'ailleurs), et... à celui avec qui je me suis mise en couple peu de temps après la seconde rupture. C'était effrayant la façon dont je disais ça naturellement comme si ça c'était réellement produit, alors que ce n'était qu'un énorme et honteux mensonge.

Quatre ans plus tard, ce mensonge pèse encore sur ma conscience. Je suis toujours en couple avec le suivant, ça fait trois ans et demi, et il ne connait pas la vérité. On n'en avait plus jamais reparlé depuis, je ne sais pas s'il y pense parfois ou s'il s'en souviens même, mais ça me bouffe de savoir qu'il croit un mensonge sur moi. J'ai souvent voulu lui en parler et lui dire la vérité, mais j'ai trop peur de la manière dont il réagirait. Est-ce qu'il comprendrait que j'étais vraiment détruite psychologiquement à ce moment-là et que je me suis lâchement enfoncée dans un mensonge qui m'a dépassée, ou me prendrait-il pour une folle et une menteuse? C'est la première fois que j'ai une relation stable avec quelqu'un de bien, je ne veux pas détruire ça et le perdre en lui avouant tout, cette personne d'il y a quatre ans n'a plus rien à voir avec celle que je suis aujourd'hui... Comme je n'ose pas avouer la vérité à ma famille et mes amis de peur d'une réaction similaire. J'ai honte, j'étais vraiment la dernière des stupides à l'époque, mais j'ai de plus en plus de mal à vivre avec ce mensonge sur la conscience, j'y pense sans cesse et ça m'angoisse...

Qu'en pensez-vous? Que me conseilleriez-vous? Et merci de ne pas me juger...

Portrait de Amélie33
J'aime 0

Pourquoi devriez-vous "avouer" la vérité à votre ami?
Votre vie passée est passée.... ce que vous percevez comme un mensonge n'en est pas vraiment un.... vous avez sincèrement cru être enceinte, et la surprise de ne pas l'être a probablement provoqué un genre de "vide" chez vous, un peu comme après une fausse couche (je résume là...)
Votre expérience vous appartient, ne mélangez pas tout.... votre désir d'enfant avec votre ex, votre méprise - légitime - sur cette grossesse, et cette nouvelle relation.
Si vous l'avez interprétée comme une "fausse couche", ,alors, c'est que vous l'avez sûrement vécue comme telle....
Votre nouvel ami n'a pas à connaitre tous les détails de votre vie passée.
Lorsque l'on a passé 25 ans, et que l'on rencontre un homme, les deux partenaires savent bien que l'autre a eu une vie avant, sans pour autant devoir savoir tout ce qui l'a composée, et c'est normal.
Tout se dire est dangereux, et malsain.
C'est une idéalisation du mythe de l'androgine... malheureusement, tous les ouples ne sont pas deux moitié de fruit qui se retrouvent enfin.... gardez votre individualité, ett tvotre xistence préalable, c'est ce qui fait que votre compagnon a été attiré par vous, de même, ne cherchez pas forcément à tout savoir de la sienne.
Un couple se construit avec deux individus. Si l'un d'eux perd son individualité, il perd son intérêt pour l'autre, et c'est là que cela ne fonctionne plus.
Demandez-vous pourquoi vous avez tellement envie/besoin de lui parler de ça... mais ne lui faites pas porter la culpabilité qui est la vôtre, cette histoire n'est pas la sienne.

Bien cordialement... ;)

Participez au sujet "Grossesse nerveuse, avortement inventé, problème de conscience"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.