Portrait de Invité

Bonjour,

J'ai 45 ans . J'ai fait un infarctus (obstruction totale de la circonflexe) il y a quelques années, sans facteur déclenchant majeur(ni cigarette,ni cholestérol, ni hypertension... sauf facteurs héréditaires).

Il ya quelques mois on m'a diagnostiqué un petit foramen ovale perforé.
Un quart de la population semble avoir le même problème, mais pas tous ne font d'infarctus ou d'accident vasculaire cérébral, m'a-t-on dit.
Donc on n'opère pas.

D'où la question:
faut-il ou non obligatoirement fermé ce trou, en considérant les risques de l'opération (après un infarctus) et y a-t-il réellement un lien de cause à conséquence entre le F.O.P. et l'infarctus?
Les avis sont mitigés et il est difficile de se faire une opinion.

Merci à celle ou celui qui peut m'informer.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour. Je vous conseille de lire la réponse qui figure dans la partie du forum de cardiologie concernant la communication interauriculaire.

Portrait de smile
J'aime 0

Bonjour,

Je vous remercie pour vos informations!

Smile

Participez au sujet "foramen ovale perforé"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "foramen ovale perforé"

  • ... apprend généralement, à se faire les injections par voie sous-cutanée, une à trois fois par jour. En cas d’urgence, le médecin ... diabétique. L’administration d’insuline par voie nasale, actuellement à l’essai, devrait pouvoir dans un futur ... aux autres formes d’administration des insulines par voie sous-cutanée, beaucoup plus contraignantes. Si l'on injecte du glucose ...
  • ... consiste à administrer des extraits pancréatiques par voie orale afin de suppléer au manque d'enzymes.2) L'insuffisance ...
  • ... sera utilisé en complément d'une insuline injectée par voie sous-cutanée ou d'un traitement par voie orale pour les diabétiques non insulinodépendants (diabète de type 2). ...
  • Le syndrome insulino-résistance fait partie des syndromes insulino-résistance extrêmes c'est-à-dire de maladies au cours desquelles le patient est diabétique (présente un taux de sucre élevé dans le sang), taux qui ne peut faire baisser avec de l'insuline. En effet, l'organisme du patient résiste à toute forme d'insulinothérapie c'est-à-dire d'administration d'insuline. Ce syndrome appelé également d'insulino-résistance, type A, Acanthosis - hirsutisme - diabète est la forme la moins grave des syndromes d'insulino-résistance extrême.

  • La maladie d'Hirata, appelé également syndrome hypoglycémique auto-immun, insuline auto-immune syndrome, hypoglycémie auto-immune, est une hypoglycémie spontanée, c'est-à-dire une chute du taux du sucre dans le sang, associée à la présence d'anticorps dirigés contre l'insuline.