Portrait de metal75

Bonjour à toutes et à tous,

Je souffre depuis plusieurs mois d'une infection au niveau de la barbe du cou, attrappée au cours d'un traitement isotrétinoïne (Curacné):

Il s'agirait d'une folliculite à Staphylocoque doré (Staphylococcus Aureus), aussi appelée Sycosis.

Je cherche des témoignages de personnes qui auraient rencontré ce genre de problème.

Quel traitement avez vous suivi?
Avez vous réussi à en guérir?

Merci d'avance.

Portrait de metal75
J'aime 0

Personne n'aurait rencontré ce genre de problème?

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour

Pour une demande de témoignages il faut du temps.
Les personnes qui pourraient être concernées ne passent pas forcément tous les jours.

Avez-vous fait une recherche via le moteur de recherche, afin de voir si d'autres discussions existent ou pas ?

Portrait de metal75
J'aime 0

Bonjour,

J'ai effectivement effectué de nombreuses recherches, malheureusement sans grand résultat, c'est pourquoi je viens demander des témoignages et avis.

Je vais donc me montrer patient.

Portrait de fol-liculite
J'aime 0

Bonjour,

Je suis moi-même atteint depuis plus d'un an et demi d'une folliculite de la barbe à staphylocoque doré - en fait je n'ai détecté la bactérie que depuis 2 mois, mais elle était probablement présente depuis bien plus longtemps...

J'ai moi-même consulté pas mal de sites avec des propositions thérapeutiques plus ou moins variées. J'ai suivi pour ma part plusieurs antibitothérapies suite à des visites de dermatos et de mon médecin géneraliste. Et si pendant un peu plus d'un an, les antibiotiques (Orbenine, Augmentin) me permettaient d'être tranquille 5-6 semaines après une prise "normale", ce n'est plus le cas depuis le mois de septembre (depuis soi-dit en passant un antibiotique local) où la folliculite est beaucoup plus virulente (tout le pourtour de la bouche, et parfois plus vers les joues).

J'ai pris le parti au début de l'année d'arrêter tout antibiotique, histoire de voir comment mon corps réagissait. Après un certain temps (1 mois et demi - deux mois) ça s'est un peu stabilisé, même si je ne peux pas me raser de près et qu'il y a des périodes de flucutations. J'ai repris un nouvel antibiotique (Bristopen) pendant 8 jours que j'ai arrêté il y a 2 semaines (et c'est de nouveau parti pour floppée de pustules depuis 3 jours...).

En résumé, je regrette de ne pas avoir dès le début eu un meilleur diagnostic, un traitement plus adapté, et peut-être d'avoir eu trop recours aux antibiotiques (ces bêbêtes y prennent goût). Je prends le parti depuis d'essayer de m'en passer avec la meilleur hygiène de vie possible (générale et locale), histoire de voir comment cela évolue. Mais je te conseille (ce que tu as dû faire) de voir ce qu'il en est pour ton cas individuel. Je ne sais pas ce que tu suis actuellement comme traitement, mais je recherche moi-même des personnes vivant une situation similaire (car l'air de rien, ce n'est pas toujours évident à "porter" et pas si répandu). En espérant avoir bientôt plus de précisions sur ton problème, je te souhaite bon courage pour la suite ! (si ça ne va pas déjà mieux depuis ton message)

Cordialement

Portrait de Alain62
J'aime 0

Moi aussi j'ai un problème similaire, et je cherche un traitement, je dois en parler à mon médecin.
Je suis tombé sur plein de forums de discussions où tout le monde raconte son histoire, par contre ce que je n'aime pas des forums, c'est que les gens partent des sujets, mais ne donne pas suite à leurs histoires.

Ca serait bien de savoir si les gens ont trouver solution a leurs problèmes.. c'est beau de raconter leurs leurs histoires, mais s'il vous plaît donner suite...

Participez au sujet "Folliculite à Staphylocoque doré / Sycosis"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Folliculite à Staphylocoque doré / Sycosis"

  • ... est pratiquée après l'âge de 5 à 6 ans les risques sont moins importants. Une splénectomie partielle, peut quelquefois ...
  • La fissure de la rate c'est-à-dire une rupture splénique, est une déchirure partielle ou complète des tissus de soutien de la rate. Cette anomalie est visible en scintigraphie, et quelquefois confondue avec une nécrose, un infarctus, voire une lacération de nature traumatique.

     

                                                                                          

  • L'abcès de la rate ou abcès splénique survient rarement en tant qu'abcès de l'abdomen.

     

     

     

  • Les infiltrations du foie, c'est-à-dire la pénétration de diverses substances à l'intérieur du foie : des bactéries, des virus, des champignons, des protozoaires, des helminthes, des médicaments, des lipides, du glycogène, des métaux, etc., se traduisent par une modification anatomique de la glande hépatique qui est augmentée de volume et le siège d'une inflammation dont on ne connaît pas la cause. Les infiltrations du foie surviennent au cours de certaines maladies également (inflammatoire, métabolique, immunologique).

    Les symptômes survenant au cours de cette affection gastroentérologique et hépathologique (spécialité médicale concernant le foie) sont ceux de la maladie en cause :

    Au cours des infiltrations granulomateuses, le foie est le siège de granulomes. Ceux-ci sont constitués d'amas de cellules de type épithélioïde c'est-à-dire dérivées des mononucléaires phagocytes à l'intérieur desquels il est possible de rencontrer des cellules géantes et des zones de nécrose. Cette réaction qui n'est pas spécifique est relativement fréquente à l'intérieur du parenchyme hépatique. Il s'agit d'une réaction faisant suite à la rencontre avec des agents infectieux, des substances toxiques, des parasites ou des antigènes.
    Pour porter le diagnostic d'infiltrations granulomateuses du foie il est nécessaire de procéder à une biopsie hépatique objectivant la présence de lésion spécifique de la maladie en cause.

    Les causes des infiltrations granulomateuses sont :
    Les infections bactériennes (la lèpre, la tuberculose, la syphilis, la brucellose, la maladie de Lyme, la maladie de Whipple, l'actinomycose, la listériose, etc.
    Les infections par des virus (cytomégalovirus, varicelle, maladie des griffes du chat, fièvre jaune, mononucléose infectieuse, maladie de Nicolas Favre).

    Les infections par des champignons.

    Les infections par les protozoaires (paludisme, toxoplasmose, amibiase, lambliase, kala-azar).

    Les infections par les helminthes (clonorchiase, bilharziose, fasciolose, ascaridiose).

    Les intoxications par des médicaments (béryllium, carbamazépine, allopurinol, pilule, halothane, nitrofurantoïne, quinidine, sulfamide, etc.).

    Les pathologies générales telles que la granulomatose de Wegener, la rectocolite ulcéro hémorragique, la sarcoïdose, la maladie de Crohn, la maladie de Hodgkin et les lymphomes malins.

    Les maladie du foie et de la vésicule biliaire ( cirrhose biliaire primitive, hépatite chronique active).

    Les interventions portant sur le jéjunum et l'iléum comme l'anastomose jéjunoiléale pratiquée pour traiter l'obésité.

    Les causes des infiltrations graisseuses aboutissent à la stéatose hépatique et à d'autres infiltrations de corps gras surviennent au cours des maladies suivantes :

    • La maladie de Gaucher. Dans ce cas on constate une infiltration hépatique et splénique (de la rate) par un glucocérébroside (glucosylcéramidase). L'hypertension portale n'est pas fréquente au cours de cette maladie.
    • Le syndrome de Reye.
    • La maladie de Niemann-Pick qui se caractérise par l'accumulation de sphingomyéline à l'intérieur du système réticulo-endothélial, tout particulièrement à l'intérieur du foie et de la rate. Ceci aboutit à un mauvais fonctionnement hépatique mais ne s'accompagne pas d'insuffisance hépatique ou très rarement.
    • La cholestérolose hépatique. Il s'agit d'une infiltration par des esters du cholestérol et des triglycérides à l'intérieur des lysosomes du foie, la rate et des ganglions lymphatiques. Cette pathologie de nature héréditaire autosomique récessive (il est nécessaire que les deux parents portent l'anomalie génétique pour que la descendance présente la maladie) se manifeste par une athérosclérose survenant prématurément.
    • La maladie de Wolman est une infiltration du système réticulo-endothélial du foie et de la rate par du cholestérol estérifié et des triglycérides. On constate sur le plan génétique, des mutations Du gène LIPA codant pour la cholestéryl-ester hydrolase (locus 10q24-q25).
    • La phospholipidose est une infiltration par les phospholipides comme cela survient au cours d'un traitement prolongé par l'amiodarone.
    • L' à bétalipoprotéinémie.
    • L' hyperlipoprotéinémie de type I et V.
    • La maladie de Tangier.
    • La maladie de Fabry.
    • Les infiltrations de glycogène aboutissent à une hépatomégalie survenant dans toutes les glycogénoses. L'évolution de ce type d'infiltration se fait vers la cirrhose pour le type III et IV des glycogénoses.

    Les infiltrations de métaux s'observent au cours de la maladie de Wilson. Il s'agit du cuivre. L'évolution de la maladie de Wilson se fait quelquefois vers la cirrhose. L'hémochromatose est également une infiltration de métaux, mais cette fois-ci de fer, aboutissant également quelquefois à la cirrhose.

    Les autres infiltrations concernent l'amylose, le déficit en alpha 1 antitrypsine, la protoporphyrie, la maladie de Hurler, la galactosémie, l'intolérance au fructose et le cancer primitif ou secondaire du foie.

  • L'asplénie est l'absence de rate. Elle est le résultat d'une anomalie congénitale, ou bien d'une ablation chirurgicale (la rate est retirée).