Portrait de nolyha

Voila Le Pire Est Arrive

Portrait de richard.martzol
J'aime 0

Espérons que vous allez trouver, sur ce forum, une personne qui a vécu le même type d'expérience et qui pourra vous aider. En attendant il vous faudra beaucoup de réflexion, de patience et d'amour.

Portrait de VERO99
J'aime 0

Bonjour,

La fin de vie est dure à supporter car nous ne savons pas comment agir. J'ai mes parents qui sont tous les deux décédés d'un cancer. Ma mère avait 55 ans et mon père avait 66 ans. Ils savaient tous les deux que la fin était proche. Nous n'en avons jamais parlé. Nous faisions comme si tout allait passer. Ma mère est décédé un mois avant mon mariage et mon père l'a suivit 4 ans après juste avant les fêtes de Noël.

C'est très dure à vivre mais en effet le plus important est de se dire qu'ils ne souffrent plus. Ma mère malgré une dose de morphine importante en perfusion souffrait constamment. J'ai plus souffert de sa douleur que de son départ. Ce n'est pas cruelle, mais elle a tenu dans cette état pendant deux mois alors que l'on nous avait affirmé qu'elle devait partir dans les 15 jours, l'avoir vu souffrir ainsi je me dis qu'elle est mieux là où elle se trouve maintenant.

Il y a des jours de blues et des jours ou l'on se dit que la vie est injuste.

Bon courage.

Portrait de chrysdu83
J'aime 0

Bonjour
je sais vraiment de quoi tu parle ,j'ai vecu ça il y a 1 an pour mon père , il a eu un cancer de la prostate, j'étais très proche de lui , le seul conseil à te donner essai de rester prés d'elle car elle en a besoin pour ces derniers jours et je suis de tout coeur avec toi , je sais que c'est très dur a surmonter , mais tiens bon t n'ésite pas à en parler.
bon courage

christine

Portrait de zézé
J'aime 0

Nolyha bonsoir, je m'appelle josy et j'ai vécu la même épreuve il y a eu 3 ans le 20 avril 2004, ma meilleure amie et complice de ma vie m'a quittée apres 5 années de lutte contre une leucémie elle avait le lymphome non hodchkinien et crois moi elle en a bavé avec 2 greffe de moelle et tout le reste, mais j'ai toujours été a ses côtés, et à la fin également, c'est moi qu'elle a voulu pres d'elle, on a beaucoup parlé, elle laissait 2 enfants de 15 et 16 ans et elle m avait demandé de m'en occuper quelle lourde charge n'est ce pas ? mais je l'ai fait et je ne regrette rien bien au contraire, j'ai aidé du mieux que j'ai pu les enfants a se construire apres cette terrible épreuve, je sais que mon amie la haut est fière de ce qu ils sont devenus, ùais c'est tres dur, je pense sans cesse a elle, elle est morte dans mes bras en écoutant ma voix lui parler de belles choses et de ses enfants, c'est primordial pour celui qui part d'entendre de belles choses, et surtout de ne pas pleurer devant elle même si cela semble impossible tant la douleur est immense.
Tout au long de sa maladie on s'est beaucoup parlé confiée l'une a l'autre, on ne s'est rien cachée, elle était tres courageuse et connaissait son sort, mais avait un moral d'acier bien meilleur que le mien meme ! elle n'a voulu que moi pres d'elle du vendredi qu'elle est rentrée à l'hopital jusqu'au mardi matin qu'ele ferme les yeux a jamais, je ne l'ai pas quitté un pouce, et pourtant j'avais maman à l'hopital, c'est une amie qui s'en est occupée, malgré tout cela je ne regrette rien, c'etait ma meilleure amie je l'aimais et je l'aime toujours, rien ne sépare l'amour de deux $etres meme pas la mort si ce n'est l'oubli, car nos chers disparus ne meurent que si on les oublie, n'oubliez jamais cela et vous verrez cela réconforte, car les pensées seront toujours présentes.
Le plus terrinble dans tout cela c'est que maman est décédée d'un cancer du poumon le 20 mars au matin comme mon amie elle est rentrée le vendredi avec moi à l'hopital et je ne l'ai plus quittée jusqu'au mardi matin qu'elle ne me quitte à jamais sur terre et monte au ciel avec mon amie et mon père et les autres.....et croyez moi l'histoire s'est répétée devant mes yeux car maman est décédée de
la même maniere, rentrée le vendredi décédée le mardi 20 au matin, juste pas le même mois, mars au lieu d'avril !
Mon moral est éprouvé, mes sentiments sont perturbés entre violente colère et fatalité mais on n'y peut rien changer le fait est là, c'est nous qui continuons a souffrir après !
Je vous souhaite beaucoup de courage et pardon si mon histoire est longue, j'espère que vous ne m'n voudrez pas, mais cela fait du bien d'en parler de temps en temps.
Je vous dis simplement, ne la laissez jamais, car elle a besoin de vous et vous serez un soutien pour sa famille aussi si vous êtes pres d'elle
parlez beaucoup avec elle car ces moments ne se reproduiront plus croyez en mon expérience, dans la souffrance nous apprenons a aimer d'une autre façon, beaucoup plus profonde et intense, car le temps est compté.
Donnez nous de vos nouvelles c'est de tout coeur que je vous le demande.
Amicalement

Portrait de fanyny
J'aime 0

Bonsoir nolyha,
Ce que tu es en train de vivre est une dure épreuve, je travaille dans un service de personne en fin de vie, ce n'est pas facile il y a de nombreuses personnes jeunes, avec mes collègues nous essayons d'être présente pour le malade mais aussi pour l'entourage.
Arrive tu a discuter avec une equipe de soin palliatif ? (medecin, psychologue, ....)
Nous travaillons souvent avec eux et ils aident beaucoup le patient, l'entourage mais aussi nous les soignants
bon courage

Portrait de fanyny
J'aime 0

Hello Nolyha
vivre au quotidien ce n'est pas facile, l'équipe dont je te parle nous aide beaucoup. En fait lorsqu'on ressent une situation difficile (la personne concernée n'est pas toujours au courrant de l'issue de sa maladie, le traitement de la douleur n'est pas efficace, effets secondaires importants de certains traitements, angoisse, ou parfois dans certaines famille se parler n'est pas simple ....
nous demandons a la personne si elle aimerait être mise en contacte avec l'équipe de soin palliatif
Elle intervient auprès des personnes en fin de vie (cancer) , avec des médecins (souvent "plus à l'écoute" des souffrances physiques et psychologiques que d 'autre medecin) il y a aussi un psychologue qui intervient auprès du patient , du conjoint, enfants , des infirmières et assistante sociale

je ne sais pas s'il y a une recette sur le comportement à avoir , chacun réagit en fonction de son vécu, de son état émotionnel du moment il est vrai qu'en temps que soignant nous ne connaissons pas personnellement le malade mais au bout de quelques mois des liens se nouent , heureusement on en parle entre nous avec le psychologue , il nous réexplique les réactions que peuvent avoir certaine personne
est ce que ton amie est suivie par cette équipe, ça se dévellope de plus en plus dans les hôpitaux
courage

Participez au sujet "fin de vie suite a un cancer"