Portrait de voice

PsychoMédia - Publié le 11 mars 2008

Un lien entre la douleur des personnes souffrant de fibromyalgie et un neurotransmetteur du cerveau a été identifié. La douleur diminue lorsque les niveaux de glutamate baissent selon une recherche de l'Université du Michigan publiée dans le journal Arthritis and Rheumatism.

Un neurotransmetteur transmet les informations entre les cellules (neurones) du système nerveux.

Quand le glutamate est libéré d'un neurone, il se diffuse dans l'espace entre les cellules et se lie aux récepteurs du premier neurone qu'il rencontre, ce qui excite ce neurone et le rend plus actif.

Des recherches précédentes avaient montré que certaines régions du cerveau (où le glutamate agit) étaient particulièrement actives chez les fibromyalgiques. Une de ces régions est l'insula.

Afin d'évaluer le lien entre douleur et glutamate, Richard E. Harris et son équipe ont utilisé une technologie d'imagerie du cerveau avant et après un traitement d'acupuncture de quatre semaines comparé à un traitement simulé imitant les sensations de l'acuponcture.

Après les quatre semaines de traitement la douleur était significativement diminuée. Et la réduction de douleur était liée aux niveaux de glutamate. Les personnes ayant les plus grandes réductions de douleur présentaient aussi les plus grandes réductions de niveau de glutamate.

Ce qui suggère que le glutamate joue un rôle dans cette maladie et qu'il pourrait potentiellement être utilisé comme biomarqueur indiquant la sévérité de la maladie, selon les chercheurs. Cette découverte peut aussi indiquer une voie pour la recherche de nouveaux médicaments pour le soulagement de la douleur fibromyalgique, considèrent-ils.

Ces résultats devront être confirmés par des recherches ultérieures.

source: http://www.psychomedia.qc.ca/pn/modules.php?name=News&file=article&sid=5917

Portrait de anonymous
J'aime 0

Merci Voice pour cette information...

Nous savions déjà qu'il y avait un problème avec un neurotransmetteur...mais là les recherches à priori ont été poussée plus à fond.... donc grand espoir d'avoir un traitement spécifique à la fibromyalgie !

Comme je le disais dans un message précédent, j'ai rencontré un médecin pour une expertise, il m'a dit "vous savez la fibromyalgie n'est pas une maladie reconnue et de toute façon la fibromyalgie n'est pas une maladie, c'est un "fourre-tout". Ah non madame, la gougerot ne provoque pas de douleurs ni de problème pour marcher..."
Je lui ai demandé ce qu'il faisait des personnes qui ont trouvé des anomalies ? Il m'a répondu "Pffff foutaise, c'est 2-3 médecins qui veulent simplement se mettre en avant !"

Eh bien heureusement que tous les médecins ne sont pas comme lui sinon la recherche n'avancerait pas ! Alors j'en profite à nouveau pour remercier toutes les personnes s'intéressant de près à cette maladie qui peut être parfois tellement invalidante !

Bonne soirée
Guylaine

Portrait de voice
J'aime 0

pfff
ça me tue moi des toubib pareil qui même si on leur mettait toutes les preuves sous le nez et qui arrivent encore à nié l'évidence.

c'est encore pire que l'indifférence, ça en devient criminel :(

Portrait de caton
J'aime 0

Bonjour et merci de ces infos
Celà voudrait dire que l'accupuncture soulage les douleurs..j'ai pourtant essayé...Sans effet!!
Mais celà donne espoir pour 1 eventuel futur traitement...
Est ce qu'il y a des chercheurs qui suivent cette piste??
Je suppose que les algologues des centres anti douleurs se tiennent au courant
A bientot
caroline

Portrait de voice
J'aime 0

toujours sur le même sujet:

Un marqueur pour la fibromyalgie ?
NOUVELOBS.COM | 13.03.2008 | 13:16
La douleur que ressentent les patients atteint de fibromyalgie serait liée à la présence en excès d’une molécule dans certaines zones du cerveau. Cette molécule pourrait servir de marqueur pour évaluer la gravité de la maladie.

Echelle visuelle d'évaluation de la douleur

La fibromyalgie est une maladie encore bien mystérieuse qui n’a été officiellement reconnue par l’OMS qu’en 1992. Elle provoque des douleurs musculaires et articulaires chroniques associées à des troubles du sommeil ainsi qu’à une fatigue chronique. Elle touche principalement les femmes autour de la cinquantaine, sa reconnaissance tardive, surtout en Europe, fait que le nombre de cas recensés est sans doute en deçà de la réalité mais cette pathologie concernerait entre 2 et 5% de la population. La difficulté du diagnostic, qui repose essentiellement sur les compétences cliniques du médecin, retarde la prise en charge des patients trop souvent confrontés à la méconnaissance de la maladie même au sein du corps médical.

Outre cet aspect diagnostic, c’est l’origine de la maladie qui suscite bien des polémiques. De nombreuses hypothèses ont été avancées : trouble psychologique, virus, anomalie du système immunitaire….jusqu’à présent aucune n’a résisté très longtemps. Aujourd’hui les médecins semble s’accorder pour situer l’origine de ce trouble dans le cerveau, il serait lié à un déséquilibre entre les neurones du système nerveux sensoriel et ceux du système moteur associé à une hyperactivité de certaines zones cérébrales comme l’insula.

Dans un article publié dans la revue Arthritis and Rheumatism, une équipe de scientifiques de l’université du Michigan signale avoir découvert une molécule présente dans le cerveau dont le niveau est corrélé à l’intensité de la douleur. Si leurs résultats se confirment, la communauté médicale disposera alors d’un marqueur biologique permettant d’évaluer la maladie et ainsi de mesurer l’efficacité des traitements à l’essai. La molécule en question est le glutamate, un neurotransmetteur bien connu pour ses propriétés excitatrices du système nerveux central. En utilisant des méthodes d’imagerie, la spectrométrie par résonance magnétique du proton, les chercheurs ont constaté que la diminution de la douleur chez des patients traités par acupuncture était associée à une baisse des niveaux de glutamate dans l’insula. Plus la douleur avait diminué et plus les niveaux de glutamate étaient bas ce qui suggère que ce neurotransmetteur pourrait jouer un rôle dans la maladie et également être un bon indicateur pour évaluer le niveau de gravité de celle-ci.

L’étude portant sur un nombre trop réduit de patients, elle ne permet pas de tirer des conclusions définitives mais elle offre une nouvelle voie pour étudier la fibromyalgie qui reste encore un mystère.

J .I.
Sciences et Avenir.com
13/03/2008

source: http://tempsreel.nouvelobs.com

Participez au sujet "Fibromyalgie: la douleur associée à un neurotransmetteur du cerveau"