Portrait de FIFILILI

Bonjour,

J'ai un fibrome qui engendre des règles hémorragiques. Je passe plus de temps avec que sans.

Suite à fatigue, vertiges... mon médecin a prescrit une analyse de sang pour le fer, ferritine et nf.

Résultats : (seule anomalie avec * : fer sérique)

Fer sérique : 38.2 umol/1 (réf. 7 à 26)
213.2 ug/dl (réf. 39.1 à 145.1)

Ferritine plasmatique : 46 ng/ml (réf. 5 à 204)

J'ai appelé le labo parce que mon médecin n'est pas là aujourd'hui, mais le labo me conseille d'appeler mon médecin.

En attendant, pouvez vous me dire ce que cela veut dire ?

Merci à l'avance...

Portrait de Martin1181
J'aime 0

Bonjour

Votre fer circulant est haut mais la ferritine qui est la réserve en fer est plutôt dans la tranche basse même si normale.

Il faudrait refaire une analyse dans quelques semaines pour voir si ces valeurs se confirment et en profiter pour rajouter la CTF (Capacité totale de fixation) et les transaminases.

Est ce que vous avez une analyse récente des plaquettes ?

Quand vous dites NF, vous parlez de la numération formule sanguine ?

Si oui, même si les valeurs sont dans les normes, pourriez-vous la poster ?

Cordialement,
Martin.

Portrait de FIFILILI
J'aime 0

Bonjour Martin !

Merci pour votre réponse....rapide !

Voici les autres résultats de l'analyse :

- Leucocytes : 4.340 (réf 4 à 10)
- Hématies : 4.880.000 (3.800 à 5.800)
- Hemoglobine : 14.1 (2 à 16)
- Hematocrite : 41.5 (37 à 47)
- VGM : 85 (80 à 100)
- CCMH : 34 (32 à 35.5)
- TCMH : 28.9 (27 à 32)

PLAQUETTES : 260 000 (150 à 400)

Polynucleaires neutrophiles : 36 % 1562 /mm3
polynucleaires eosinophiles : 4% 174 /mm3
Polynuceaires basophiles : 1% 43 /mm3
Lymphocytes : 50% 2170 / mm3
Monocytes : 9% 391/mm3

Voilà.... c'est tout ce qu'il y a sur les résultats....

Bien cordialement

Portrait de Martin1181
J'aime 0

Les leucocytes sont assez bas mais rien à voir.

Pas d'anémie, et les plaquettes sont normales.

Retour à mon premier message.

Avez-vous un traitement particulier ?

Portrait de FIFILILI
J'aime 0

Juste du Micardis 40 tous les jours, pour hypertension

Portrait de Martin1181
J'aime 0

Même si comme tous ces médicaments, la liste d'effets indésirables fait peur, je ne pense pas que ça vienne de là.

Pour votre fer, si cela peut vous rassurer, j'avais un fer sérique plus haut que le votre, et le mois suivant, c'était revenu à la normale.

Mais il faut quand même surveiller car les pathologies possibles ne sont pas à prendre à la légère.

Martin.

Portrait de FIFILILI
J'aime 0

Je pense qu'il fera donc contrôler plus tard..

Mais le "comique" de situation dans tout ça, c'est qu'il pensait vraiment que ce taux aurait chuté, vu les règles hémorragiques que j'ai !!

Comme quoi.... En tout cas, merci pour vos réponses, vraiment.

Bien cordialement

Lydia

Portrait de meteth
J'aime 0

salut FILI, quand on fait un prélèvement hémorragique , on peut tombe dans un Fer serique augnmentté , donc il faut vérifier d'abord avec le labo est ce que le prélévement est hémolysé ou non , puis refaire un autre dosage de FER pour confirmer . merci

Participez au sujet "Fer sérique élevé"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Fer sérique élevé"

  • L'anévrisme artériel intracrânien est une dilatation (agrandissement du calibre d'une artère) située à l'intérieur du crâne. Il peut s'agir également une dilatation d'un segment d'une artère.

    L'anévrisme artériel intracrânien concerne un grand nombre d'individus soit à peu près 2 % de la population.

    Les anévrismes artériels intracrâniens sont susceptibles d'être le résultat d'une malformation congénitale. Les autres causes sont acquises et le plus souvent le résultat d'une élévation de la tension artérielle de manière chronique (s'étalant sur une longue période). Dans ce cas il s'agit d'une variété d'anévrisme de très petite taille.

    Les complications susceptibles de survenir au cours de cette pathologie (maladie) cardio-vasculaire (concernant le coeur et les vaisseaux) sont avant tout la rupture d'un anévrisme ce qui aboutit, selon la zone concernée, à une hémorragie méningée ou à un hématome cérébral.

    Parmi les anévrismes artériels intracrâniens il faut distinguer l'anévrisme sacciformes intracrânien, l'anévrisme fusiforme intracrânien, l'anévrisme intracrânien de nature infectieuse et l'anévrisme intracrânien de nature traumatique.

    L'anévrisme sacciforme intracrânien est le plus fréquent des anévrismes artériels intracrâniens. Il est le résultat d'une anomalie congénitale de la paroi artérielle dont la malformation s'accroît par la suite progressivement pour aboutir à la formation d'un sac qui est susceptible de se rompre. La rupture du sac anévrismal apparaît généralement chez les individus jeunes mais peut également survenir à un âge plus avancé. Ce mécanisme est favorisé par une fragilisation liée au vieillissement des tissus et plus particulièrement des tissus composant la paroi de l'artère à cause de la survenue d'athérosclérose (dépôt de corps gras) ou d'une hypertension artérielle.
    Le tissu nerveux de voisinage, très proche, est susceptible également d'être concerné par l'accident dû à la rupture de la paroi anévrismale. D'autre part l'hémorragie peut également entraîner une compression des structures nerveuses.

    La deuxième variété d'anévrisme artériel intracrânien et l'anévrisme fusiforme intracrânien d'origine athéroscléreuse qui est d'autant plus grave que la compression exercée par ce type d'anévrisme est important. La pression s'effectue sur les structures environnantes aboutissant consécutivement à  des lésions anatomiques.

    Une troisième variété d'anévrisme intracrânien est liée à une infection. Celle-ci entraîne l'apparition de lésions de la paroi artérielle à cause par exemple d'une méningite.

    La dernière variété d'anévrisme artériel intracrânien est l'anévrisme intracrânien traumatique qui fait suite à des traumatismes finissant par fragiliser la paroi de l'artère favorisant ainsi la survenue d'anévrisme.

  • L'anévrisme cardiaque est une dilatation de la cavité cardiaque apparaissant au cours de l'évolution de l'infarctus du myocarde, plus précisément dans les premières semaines.

    L'anévrisme cardiaque est susceptible d'aboutir à l'apparition de troubles du rythme cardiaque à type de tachycardie ventriculaire (accélération parfois très importante du rythme cardiaque). Une insuffisance cardiaque c'est-à-dire une insuffisance de fonctionnement de la pompe cardiaque en tant que telle ou la formation locale de caillots avec le risque de survenue d'embolie représente l'autre type de symptômes susceptibles de survenir au cours de l'anévrisme cardiaque.

    Le diagnostic est obtenu grâce l'échographie cardiaque c'est-à-dire plus précisément à l' échocardiographie. L'imagerie par résonance magnétique nucléaire cardiaque oriente également le diagnostic.

    Le traitement de l'anévrisme cardiaque comporte tout d'abord l'administration de substances médicamenteuses anticoagulantes (favorisant la fluidification du sang) associée à des médicaments antiarythmiques. Chez quelques patients il nécessaire d'implanter un défibrillateur quand l'arythmie ventriculaire survient. Une arythmie ventriculaire est un trouble du rythme dont l'évolution est quelquefois mortelle, c'est la raison pour laquelle elle nécessite l'utilisation d'un pacemaker qui stimule les contraction cardiaque de manière régulière.
    Les diurétiques c'est-à-dire les médicaments qui facilitent l'élimination des urines et les vasodilatateurs (substances permettant d'agrandir le calibre des vaisseaux) sont également nécessaires parfois.

    L'intervention chirurgicale est le plus souvent délicate. Elle consiste à procéder à l'ablation de la poche anévrismale.

    Une variété d'anévrisme cardiaque est l'anévrisme ventriculaire gauche. Celui-ci est la conséquence possible de l'infarctus du myocarde étendu qui aboutit à la destruction des fibres musculaires de la paroi du ventricule gauche. Au cours de ce type d'infarctus la paroi ventriculaire gauche se distant progressivement au moment des contractions cardiaques, aboutissant alors à la formation d'une poche plus ou moins importante qui expose à des complications de type thrombo-embolique, des troubles du rythme ventriculaire quelquefois graves, voir une insuffisance cardiaque.

  • L'anévrisme de la veine porte est un anévrisme soit de nature congénitale soit acquis.

    Les formes survenant secondairement apparaissent au cours de l'hypertension de la veine porte, de la pancréatite et les traumatismes de l'abdomen (par exemple la transplantation cardiaque).

    Il s'agit d'anévrisme susceptible de se compliquer d'une rupture intrapéritonéale ou de concerner les organes ou de voisinage essentiellement les canaux bilio-pancréatique avec parfois la survenue d'une hémorragie à l'intérieur du canal de Wirsung (wirsungorragie : hémorragie du canal de Wirsung), du canal cholédoque ou du cystique.

    Il s'agit de complications particulièrement graves survenant généralement chez les patients cirrhotiques présentant une hypertension portale ou chez d'autres patients, souvent les mêmes, présentant des troubles de la coagulation sanguine.

    Des anévrismes survenant au niveau des vaisseaux du foie n'entraînent pas de complications aussi graves. Alors que les anévrisme qui concerne la veine porte situé à l'extérieur du foie sont quant à eux plus dangereux.

    Les anévrismes veineux concernant les veines de la rate ou d'une veine mésentérique supérieure peuvent également apparaître au décours d'une hypertension portale.

    Pour les chirurgiens spécialisés en chirurgie vasculaire, la thérapeutique consiste à procéder, en cas d'hémorragie du tube digestif, à une dérivation portocave percutanée en passant par la jugulaire ou à une embolisation des branches portales, par un abord percutané et à travers le foie.

  • L'anévrisme de Berry est un anévrisme survenant au cours de la polykystose rénale de l'adulte, pouvant siéger dans n'importe quelle zone de l'organisme, mais surtout au niveau du cerveau. Cet anévrisme entraîne l'apparition d'une hémorragie au niveau des méninges.

     

  • L'anévrisme cirsoïde, est une tumeur molle et pulsatile, formée d'artérioles (artères de très petit diamètre) dilatées au contact des veinules, c'est-à-dire essentiellement au niveau des échanges gazeux.

    On rencontre ces anévrismes cirsoïdes au niveau:

    • Des mains.
    • De la face.
    • Du cuir chevelu.