Portrait de pupuce135

Bonjour,
J'ai eu une ablation pour esv trés gênantes. Elles étaient au nombre de 500 à 5000/jour sans jour de répit depuis 7 années.
Elles étaient classifiées de bénignes, isolées, monomorphe, sans salve... mais trés génantes.
Elles allaient parfois de 10 à 20 par minute. Je ne pouvais marcher sans les ressentir ou bien travailler sereinement.
Une ablation me fut prposée et je l'ai tenté. Elle a duré plus de 4H et est une épreuve trés pénible. Lors de l'exploration les rythmologues ont découvert un foyer extrêment sensible, a tel point que lorsque qu'ils ont fait le premier tir, mon coeur est parti en tarchycardie ventriculaire. Celle ci c'est éteinte au fur et à mesure du tir. Ils m'ont dit qu'ils avaient eu un peu peur, mais moi je n'ai rien senti.
Cette intervention c'est déroulée le 13 décembre 07, depuis j'ai eu des esv pendant deux semaines en mars surtout le soir, 25 à la minutes pendant une à quatre heures.
Depuis elles ont pratiquement disparut. Depuis cette ablation j'ai de longues périodes de calme que je n'avais pas connu depuis sept années. Je croise les doigts pour que ceci se stabilise de la sorte.
J'ai eu tous les traitements possibles sans résultat. Il faut que celà dur c'est mon voeux le plus certains. Je revis, ce qui ne n'était pas arrivé depuis sept années.

Portrait de alfred.lebalanc
J'aime 0

Quelle est pas question ?. En tout cas nous sommes contents de cette évolution.

Portrait de M7R3
J'aime 0

Bonjour,

votre témoignage est intéressant, et comme précédemment, on est effectivement content de voir que depuis l'intervention chirurgicale vous avez pu retrouver une vie normale.
L'encyclopédie Vulgaris décrit les symptômes des ESV comme étant (lorsqu'il y en a) "des sensations particulières survenant dans la poitrine. Il peut s'agir de palpitations, de déclic, de coups, voire de malaises ou d'une impression d'arrêt cardiaque.". Est-ce que vous ressentiez ? Si non, comment ces extrasystoles se manifestaient-elles chez vous ?

Merci pour vos futures réponses !

Portrait de pupuce135
J'aime 0

La réponse n'est pas aisée. Mais je les ressentais trés fortement. Je sentais mon coeur se contracter comme un gros pincement entre deux battements normaux. Un peu comme si l'on me pincait de l'intèrieur fortement. Plus mon coeur était en activité, marche, travail, nage... ces pincements étaient plus forts. Je les ressentais moins au repos. Le fait d'en avoir certains jours beaucoup, amplifiait la douleur. Même si une douleur reste de même intensité, la répétition, rend cette douleur plus insoutenable. C'est le principe de la goutte d'eau. Une goutte d'eau qui tombe ne dérange pas. Une goutte d'eau tous les dix secondes les rendent insuportables. J'espère m'être fait comprendre. Aujourd'hui c'est que du bonheur. Si elles revenaient, ce que je ne souhaite pas, une deuxième ablation serait proposée, car l'endroit semble être bien indentifié et la sensibilité du foyer connu. Ce qui au dire des spécialistes facilite l'intervention, mais là je ne sais pas.
Mais une chose est sure, je ne sais pas pour les autres ablations, celle-ci au niveau des ventricules est trés difficile à supporter. Plus de 4H sans aucun calmant, car il faut être en stress pour en avoir le plus possible (esv).

Portrait de M7R3
J'aime 0

Merci pour votre réponse. Il est toujours intéressant de savoir, avec les mots de la personne atteinte, comment se manifeste telle ou telle maladie. Vous vous être très bien fait comprendre compte tenu qu'il n'est jamais facile de décrire une sensation de ce style.

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour
cette "ablation" concerne quelle partie "du ventricule "?
comment se pratique t'elle ? par voie veineuse, opération chirurgicale, ou radiothérapie (laser ou autre) ?

merci
bonne journée et surtout bon rétablissement complet

Portrait de pupuce135
J'aime 0

Bonjour,
Avec un peu de retard je réponds. Cette ablation est une intervention dans le ventricule. Tout se passe par la veine flémorale et une par le coup je pense car j'ai eu une anesthésie comme dans l'aine pour passer les appareils. Tout commence par un repérage de la zone arythmogène, puis ils font une carthographie de la zone suspectée, puis ils pratique la destruction de la zone par radio fréquence. C'est long et dur car aucun calmant et anesthésie.

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour pupuce,
merci des précisions
je vous souhaite un rétablissement complet et définitif
bonne journée

Portrait de anonymous
J'aime 0

bonjour pupuce

depuis tout va bien ???
bonne journée

Participez au sujet "esv"