Portrait de isabella06300

bjr,
voia ca va faire bientot 3ans que je soufffre. Au depart j'ai eu mal dans le mollet et la douleur et monté jusqu'au lombaire et descendu dans le pied (membre inferieurs droit. c'est une douleurs diffuse que j'ai dans tout le membre inferieur droit qui est constament nuit et jours. J'ai des difficultés a marcher, ma jambe ne suis pas tjr et je me fatigue tres vite (maxi 150m) je ne peux pas rester lgt debout et assise je tiens plus lgt. Depuis 3.5mois je marche avec des cannes anglaise completement a l'exterieur car J'ai des bcp de difficultés elles m'aident et je force avec mes bras pour soulager et aider l'autre jambe qui marche. pour conduire et je ne peux pas conduire lgt aussi je suis obliger de m'aider avec la main pour changer de pedale car ma jambe reste bloquée souvent meme que je me concentre dessus pour la faire bouger et m'aide en appyant sur le genou car j'ai du mal a tenir l'accelaration pour depasser. J'ai changer de vehicule en en prenant un automatique. je vous marque ce que le professeur de la medecine pysique a l'archet a dit :l'examen globale montre une hypesthésie et une impotance globale du membre inferieur droit. Il n'y a pas d'anesthésie en selle mais on retrouve une niveau sentitif (t12) droit. Les reflexes ostéotendineux sont presents sauf les reflexes achilléens qui sont aboli. Les reflexes cutanés plantairess sont en fexion.
j'ai des difficultés a marcher sur les talons, station debout tres penible tres peux de temps. A la maison je me deplace sans canne mais je fais que chaise canapé lit bien souvent je reste allongée c'est la positions que je supporte le mieux.
J'ai vu plusieurs neurologues et specilaistes, faits tous les examens possibles pour elimné certaines maladies comme la sclérose en plaque ect... Tous les examens (scaner, irm, pL, biologie, vaisseau sanguin etc....la totale) sont normaux il ne trouve rien. A l'electromyogramme le medecin en 2008a vu examen electrophysiologique en faveur d'une attente chronique de L5 a droite, il existe deja des signes de dénervations chronique dans le long peronier et le pédieux a droite qui sont inervé par la L5. Les parametres de stimulo detection sont normaux par ailleurs, l'importance de la diminution de la force musculaire a l'examen clinique de tout le membre inferieur droit impose la poursuite des examens.... En 2010 il me la refait mais il c'est enervé car je n'arrivais pas a faire ce quil me demandait et a refait l'examen a moitié et en conclus que tout est normal. je fais le kiné aussi.j'ai aussi la Aux depart en 15jours je ne marchais plus du tout il mon fait deux infiltration rachidiennes a un mois d'intervalle je suis restée deux mois sans pouvoir marcher. la 1er infiltration rien pas d'effet la deuxieme j'ai ete deux mois trankil moins mal et j'ai pu recupere la marche un peu et je suis retournée qlql temps apres revoir le neurologue ou il ma refait deux infiltrations a un mois d'intervalle là, la 3emem 15jours ca ma soulager un peu et la derniere tout juste une semaine. Mon etat se degrade petit a petit meme pour faire les choses quotiennes j'ai bcp de mal j'ai une aide a domicile qui me fait ce que je n'arrive plus a faire et mes enfants font le reste. J'arrive a me laver et m'habiller seule encore. Mon poste de travail a ete ammenagé, je suis passé par la mdph pour etre reconnu travailleur handicapé. le conseil general ma envoyé un courrier dans le quel il m'ouvrait les droit a la mdph et le stationnement europeens des personnes handicapés pour me faciliter un maximun mes depalacement. Je suis quasi dependante de qlql1 je ne peux presque plus rien faire toute seule. J'ai un traiment de fonds mais tout les autres traitement que j'ai fait (meme la nouvelle molecule) ne marche pas ne me soulage pas. le traitement est codoliprane (6/j) et laroryl car je ne dors pas bcp la nuit (15 gouttes le soir) et la depuis un peu plus d'une semaine je ne dors presque plus meme en prenant le laroxyl. plus par le centre antidouleur un stimulateur electrique "le tens" ca va faire 3mois que je l'ai pour me reduire la douleur.
Je vous remercie bcp par avance si vous pouviez m'aider car je ne sais pas ce que j'ai exactement. et personne n 'a pu encore me dire. la seule chose que je sais c'est que j'ai tout le temps mal et je reste handicapée dans la vie courante et que pour ma jambe il ne peuvent rien faire a part m'adptées au fur et a mesure que ca va se degrade.

Portrait de mabruetorka
J'aime 0

Bonsoir,

Rien n'est impossible avec la fibromyalgie.

Le fait de ne pouvoir dormir est un premier signe.

Maintenant seul un médecin peut donner un diagnostic.

Avez vous vu un interniste au centre anti douleur ?

Amicalement MaBruetOrka

Portrait de isabella06300
J'aime 0

bonjour,
oui je suis suivi au centre antidouleur a l'hopital Pasteur ,de Nice. j'ai le tens en ce moment en essai depuis 3mois, j'ai rdv a fin du mois pour 2eme rdv. Pour l'instant ca ne fait rien je prends tjr autant de medicament dans la journee. la doulure reste la meme.
Je vus ai ecrit ca personne n'est arrivé a me dire ce que j'ai exactement il ne savent pas. j'essai de me renseigné et de trouver pour pouvoirmettre un nom dessus. La semaine derniere j'ai vu un psy tjr a l'hopital pasteur, il ma augmente la dose du laroxul je suis a 25gouttes par jours mtn et ma plus que conseillé une therapie.

Portrait de mabruetorka
J'aime 0

AH ? Dans quel but ?

Amicalement nono

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

La fibromyalgie est une maladie qui entraine des douleurs dans certaines zones précises et une multitude de symptômes.
Mais les zones douloureuses ne montrent pas de signe de dégradation. Ce qui permet alors de parler de fibromyalgie.
Si il y a dégradation, cela explique largement la raison de la douleur et dans ce cas on ne peut pas parler de fibromyalgie mais bien d'une maladie spécifique ou due tout simplement à la dégradation observée.

Si vous avez un problème de dénervation chronique, donc il y a dégradation = pas de fibromyalgie.
Avez-vous fait une IRM cérébrale ?
Des bilans sanguins à la recherche de pathologies spécifiques rhumatismales et neurologiques ?
Avez-vous fait des bilans hormonaux pour les surrénales par exemple, qui produisant le cortisol peuvent induire des problèmes si il est en excès ou en manque ? Ainsi que pour la thyroïde, qui produit la calcitonine qui régule le taux calcium ?
Les vitamines et le calcium ? Qui eux peuvent être responsables de bien des douleurs ?
Etc.
Avant de parler de fibromyalgie et de vous laisser enfermer dans un diagnostic qui ne vous mènera à rien et surtout pas à un traitement adéquat, mieux vaut être sûr qu'on n'a pas laisser de côté un examen qui peut donner la réponse.
C'est facile de diagnostiquer une fibromyalgie puisque elle met en évidence une multitude de symptômes qu'on est sûr de retrouver chez toute personne qui a des douleurs.
Mais avoir un diagnostic de fibromyalgie et que le traitement soit du Lyrica alors que vous manquez par exemple de vitamine D, cela ne va pas vous aider du tout. Et je peux vous assurer qu'une carence en vitamine D, entraine des douleurs importantes.

Portrait de mabruetorka
J'aime 0

Tout à fait d'accord !

Amicalement.

Portrait de carole du 06
J'aime 0

Bonjour, j'ai étée malade durant 4 ans sans diagnostique à part la fibro , mais aujourd'hui elle a disparue ! celà s'est fait lorsque j'ai arreté de consommer du lait et du gluten ( blé) pour sûr ce régime draconien n'est pas simple mais , je prends aussi du calcium, du fer , important le Magnésium de la vitamine D ,éviter toutes les substances contenant un excitant ( café, thé etc ) et savoir que les ondes sont aussi en partie responsables d'hyper excitabilité du système neuro-végétatif , pour ma part le four micro-ondes me provoquait des douleurs intenses aux jambes , depuis je l'ai donné et plus du tout mal! je pense sérieusement ,après avoir traversé toutes années à souffrir le martyr que l'alimentation est en cause dans 80pour cent des cas .Je pourrais écrire un livre sur la fibro et sur tous ces médecins qui ne servent à RIEN sinon qu' avous abrutir avec leurs traitement d'antidépresseur , le rivotril je n'en prends que 2 gouttes car mes douleurs au dos sont infernales en attendant les semelles orthopédique , mais je vais mettre 2 mois pour arreter cette cochonerie de rivotril ! Bon courage et faites comme moi stoppez le lait et le blé quelque jours voire une semaine et je suis persuadée que vous irez mieux .arretez aussi le micro-ondes .Merçi à tous de m'avoir écoutée .Carole.

Participez au sujet "est ce une fibromyalgie???"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "est ce une fibromyalgie???"

  • ... et de son expression écrite et ceci indépendamment c'est-à-dire sans relation avec un dysfonctionnement ou mauvais fonctionnement ... sur le déroulement de la consultation neuropsychologique. C'est une des raisons pour lesquelles il faut parfois recommencer ...
  • ... à garder pour le patient qui est en décubitus dorsal c'est-à-dire couché sur le dos, les hanches et les genoux fléchis à 90°. ... motrice de chaque muscle doit être testée séparément c'est-à-dire muscle par muscle plus précisément segment par segment. Il ...
  • ... le cancer du sein est plutôt rare avant l'âge de 50 ans. C'est la raison pour laquelle les il est nécessaire de préconiser la ... l'examen le plus intéressant en termes de performances. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire de faire appel à la ...
  • ... un surpoids localisé au niveau des hanches et des cuisses. C'est la raison pour laquelle il est intéressant de mesurer le tour de taille ... diminuer, voire de supprimer les graisses d'origine animale, c'est-à-dire celles provenant des produits laitiers, et de certaines viandes ...
  • Les précautions et les contre-indications du voyage en avion sont relativement nombreuses et généralement peu connues du grand public.

    Sur le plan biologique, il est nécessaire de savoir que le voyage aérien est déconseillé quand le taux d'hémoglobine est inférieur à 8,5 g pour 100 ml. En ce qui concerne la drépanocytose (voir ce terme) le voyage en avion est totalement contre-indiqué. En cas d'anémie ou en cas de maladie sanguine également. Les malades souffrant de la maladie des hématies falciformes ne doivent pas prendre l'avion non plus.

    Le grand âge n'est pas une contre-indication à voyager en avion. Néanmoins le vol estdéconseillé pour les enfants de moins d'une semaine. Les voyages aériens occasionnent des changements d'horaires et perturbe le rythme nycthéméral. Ils nécessitent de ce fait une période d'adaptation. Celle-ci est d'autant plus difficile que l'âge est avancé.

    Les patients anxieux ou particulièrement inquiets ont le plus souvent besoin d'être accompagnés. Certains d'entre eux devant même prendre un anxiolytique avant et pendant le vol.

    Le volume des matières fécales, chez les patients qui ont été colostomisés, à cause de la présence de gaz dans les les excréments, devront prévoir des sacs plus volumineux ou plus nombreux.

    Les personnes concernées par une rhinite vasomotrice ou une rhinite allergique doivent prévoir quelques instillations avant le vol et durant le vol afin de favoriser le décongestionnement nasal. Il en est de même des individus souffrant de barotite ou de barosinusite. Les patients souffrant d'otite ne doivent pas prendre l'avion surtout s'il y a des signes de non perméabilité des orifices des sinus ou encore une infection aiguë otorhinolaryngologique.

    En cas de grossesse le vol est déconseillé durant le dernier mois de la grossesse. Certaines compagnies interdisent même les vols pour les femmes enceintes après la 35e et la 36e semaine de grossesse. De façon générale, durant le vol, il est recommandé aux femmes enceintes, surtout quand celui-ci est long, de marcher toutes les heures. En effet, il existe un risque de survenue de thrombophlébite. Les ceintures de sécurité seront attachées au niveau des cuisses.

    Étant donné que dans l'avion, l'air est particulièrement sec, il est nécessaire de boire régulièrement et suffisamment et surtout des boissons non alcoolisées. En effet, l'alcool facilitant l'émission d'urine (diurèse) cette substance est formellement contre-indiquée. D'autre part, chez les patients souffrant de lithiase rénale, la réhydratation est très importante. Il en est de même des patients atteints de thrombophlébite.

    Le port des lentilles de contact est déconseillé durant le vol. En effet, étant donné la sécheresse de l'air dans l'appareil, les lentilles doivent être soit régulièrement réhydratées soit retirées.

    Les patients souffrant de maladies cardio-vasculaires risquent, à cause de la pressurisation des jets qui permet de maintenir une pression constante dans la cabine (28 % de la pression inspiratoire en oxygène en moins), doivent en tenir compte. Les patients souffrant d'insuffisance cardiaque sont susceptibles de s'aggravés à l'instar de  ceux souffrant d'angor (angine de poitrine). Dans ces conditions, une insuffisance cardiaque doit contre-indiquer un vol en avion en. Il en est de même de l'angor et de l'infarctus du myocarde compliqué. En cas d'insuffisance cardiaque grave même si celle-ci est stabilisée, il est quelquefois nécessaire d'administrer de l'oxygène durant le vol.
    Les patients venant d'être opérés d'un problème coronarien ne doivent pas voyager durant un mois et demi après l'intervention. Enfin, les individus souffrant de cardiopathie congénitale cyanogène ne sont pas autorisés à voler non plus. Des individus porteurs de stimulateurs cardiaques sont susceptibles de déclencher les systèmes de sécurité et de surveillance. D'autre part ces systèmes eux-mêmes peuvent influencer les appareils portés par les patients souffrant de maladies cardiaques. Enfin, les patients doivent porter sur eux une attestation médicale qui certifie la présence d'un stimulateur. Ils doivent bien entendu en informer le personnel. Toujours dans le domaine cardio-vasculaire plus les vols sont longs plus le risque de voir survenir des maladies thrombo-emboliques est important. Secondairement le risque de survenue d'embolies pulmonaires également. En effet, l'incidence de l'embolie pulmonaire est environ de l'ordre de 1,5 patients par million pour les voyages qui dépassent 5000 km et de 0,01 cas par million pour les voyages de moins de 5000 km. L'apport liquidien (sans alcool) ainsi que l'exécution de mouvement des jambes, marche, petite gymnastique, toutes les demi-heures et toutes les heures préviennent la survenue de thrombose veineuse superficielles ou profondes appelées également syndrome de la classe touristique. La mobilisation du diaphragme par une respiration profonde et efficace, de temps à autres, ainsi que l'éviction de l'alcool et du tabac sont également des facteurs susceptibles de diminuer la survenue de telles pathologies circulatoires. Enfin le port de bas élastique durant le voyage est conseillé chez certains patients.

    Les individus qui ont des systèmes d'implantation de médicaments dans leur corps ne doivent pas prendre l'avion ou bien être convenablement renseignés. En effet, le vol est contre-indiqué en raison du danger d'augmentation de la dose qui est distribuée surtout s'il y a de l'air dans le réservoir de distribution du médicament qui est implanté.

    Les patients venant d'être opérés surtout de fracture ne sont pas refusés par les compagnies aériennes. Le problème posé est celui de la place prise par le blessés à l'intérieur de l'avion. Néanmoins les opérés qui ont subi laparotomie ou une thoracotomie (intervention sur l'abdomen et le thorax) ne voyagent pas en avion avant à peu près 10 jours.

    Certaines maladies pulmonaires contrindiquent le voyage en avion. Il en est ainsi du pneumothorax, car il existe un danger d'asphyxie par expansion du gaz intérieur des plèvres, de l'asthme, de la bronchite chronique sévère, de l'emphysème , des kystes pulmonaires et de la bronchopneumopathie chronique obstructive qui nécessite quelquefois l'administration d'oxygène durant le vol. Les patients souffrant d'asthme chronique doivent éventuellement augmenter leur dose de médicaments et en particulier de corticoïde avant le voyage.

    Les patients souffrant de diabète nécessitant de l'insuline pour être équilibrés (insulinodépendants) doivent nécessairement adapter leur dose d'insuline avant et durant le vol si nécessaire (surtout quand celui-ci est long).