Portrait de Flo75

Bonjour,
Le problème que je vais essayer d'exposer est complexe. Je suis en couple avec mon ami depuis 6 mois et il n'a quasiment jamais réussi à éjaculer ni à avoir d'orgasme (même si je sais que les deux peuvent être déconnectés pour certains hommes, mais pas pour lui) lors d'un rapport classique. Par fellation on y arrive mais très difficilement, et par masturbation il y arrive très vite par contre. Résultat il en souffre beaucoup car cela est très frustrant pour lui, et moi aussi, surtout que de mon côté tout se passait plutôt bien, avec généralement plusieurs orgasmes, ce qui est très culpabilisant (comment puis-je avoir autant de plaisir alors que lui niet ?). Il est persuadé que c'est d'origine psychologique (accessoirement il est aussi sous anti dépresseur depuis 2 ans) et part du principe qu'il ne peut rien y faire et qu'il faut laisser du temps au temps, que cela prendra certainement des mois. De plus il a décidé qu'on s'abstienne tant que le problème n'est pas réglé. Je dois préciser aussi qu'on ne vit pas ensemble, moi étant en train de déménager et lui étant encore étudiant il vit chez ses parents, ce qui n'améliore pas la vie de couple. Voilà je ne sais pas si vous aurez des conseils, ou des situations analogues. Bref j'espère trouver au moins un peu d'écoute et peut-être un peu d'aide.
Merci d'avance.

Portrait de eoniropointnette
J'aime 0

Bonjour, le problème me semble très claire. Si la masturbation fait arriver l'éjaculation très rapidement il ne semble pas exister un problème organique ou si vous préférez anatomique.
Par compte la relation avec vous bien entendu a l'air d'être plutôt un peu bancal.
Je ne pense pas que l'abstinence soit une solution bien au contraire.
Je préconiserai au contraire des relations plus fréquentes avec beaucoup plus de préparation et une pénétration au dernier moment après une demi-heure à une heure de caresses sur l'ensemble du corps. Pas uniquement sur les parties génitales bien entendu.
Il est donc nécessaire de laisser monter progressivement le plaisir jusqu'à, à l'instar d'un volcan, l'explosion finale.
N'oubliez pas qu'un homme a toujours un point faible en ce qui concerne la sexualité. Quand je parle de points faibles c'est-à-dire de zones parties clairement érogènes que vous allez pouvoir stimuler durant l'accouplement. Le faîte de venir en parler sur ce forum est déjà une bonne chose et une ouverture de votre part.

Il faut donc, en tant que femme que vous lui donniez énormément confiance et que vous soyez également un peu dominante sans insister et avec beaucoup de douceur à la fois.
Je sais que ce n'est pas facile. Il ne faut pas donc pour lui prendre la tête car il ne s'agit pas d'un problème grave.
Surtout pas d'abstinence ce n'est pas la solution au contraire, rapprochez-vous beaucoup de lui et essayer d'assainir cette relation avec les parents....

Portrait de Flo75
J'aime 0

Bonjour,
merci pour votre réponse.
C'est vrai que j'essaie de trouver un juste milieu, qui est difficile à atteindre, mais qu'il faut que je parvienne à trouver pour l'aider.
Je pense aussi en effet que le fait de se voir uniquement chez ses parents n'aide pas les choses. Je vous remercie pour tous vos conseils et vais essayer de m'en servir au mieux pour aider mon ami.

Portrait de nadjem
J'aime 0

Problème psychologique. Votre ami doit commencer par s'abstenir de se masturber. Par le temps, il connaîtra beaucoup plus le plaisir de la pénétration et l'éjaculation normale viendra.

Portrait de naej001
J'aime 0

Si pour toi le clitoris est la partie la plus intéressante à caresser, il en va tout autrement pour moi. En effet, c’est l’excitation qui est mon plus grand plaisir. Caresser la verge sans toucher le gland est un puissant aphrodisiaque qui porte mon excitation à son comble. L’envie d’être touchée au niveau du gland est, pour moi, plus de jouissance que le touché lui-même, sans doute que je suis trop volage dans ma tête pour rester concentré quand j’ai la caresse ultime. De plus la masturbation est un moins pour moi, je préfère les effleurements de la verge, le sac et autour du pénis à sa base sans toucher le gland, pour me faire espérer de plus en plus fort le goût d’être touché, l’excitation vient à son comble et l’éjaculation agréable survient avec beaucoup de plaisir.

Pour ce qui est de la pénétration, je propose de s’installer en cuillère et de pénétrer dans le vagin par en arrière pour avoir une position que je peux tenir longtemps, une foi en dedans, ne plus bouger, l’excitation monte, l’envie de bouger monte l’excitation mais si je fais du va et vien habituel, je perds le plaisir. Alors, je bouge très lentement en va et vien très court ce qui permet de rester en érection, et puis sans bouger de nouveau pour faire monter l’excitation, l’envie de bouger c’est excitant, assez excitant pour faire de beau bébé. De plus cette méthode évite le mal de tête que beaucoup d’homme ressente à l’éjaculation. Ce fameux mal de tête vient du fait de se concentrer sur un sujet d’excitation trop longtemps. Je laisse mon pénis faire tout le travail, bouger un peu, arrêter un peu, au début de la technique ça peut prendre une ou deux heures mais avec le plaisir obtenu, les prochaines pénétrations vont être plus courtes. Ma femme a même dormi d’un sommeil légé pendant ce temps. Pas besoin de penser à des choses excitantes, pas besoin de film ni d’images, juste habituer le pénis à donner du plaisir par lui-même. Les problèmes dans la tête vont commencer à disparaitre, gratuitement.

De plus, j’ai recommencé à fumer la cigarette depuis trois mois et je suis passé de 6 pouces trois quart à 5 pouces en érection. Le pénis a besoin de beaucoup d’oxygène pour fonctionner correctement, si vous vivez dans une grande ville ou si vous travaillez dans un garage ou une mine ou si votre maison est mal aérée, cela produit un disfonctionnement de toute sorte. Du coté maladie mental, je prends des antidépresseurs ce qui affecte la libido mais la médecine douce a ce qu’il faut.

Participez au sujet "Ejaculation retardée et abstinence"