Portrait de Patapouf

bonjour,
mon ami est interné dans un hôpital psychiatrique à Moisselles depuis 5 jours
nous ne sommes pas mariés, mais ensemble depuis presque 9, parents d'une petite fille
personne n'arrive à me donner d'information concrète, à part des il dort, c'est un patient calme, il prend ses médicaments (car ils le shootent depuis son arrivée, pour qu'il se repose disent ils ...)
je suis très inquiète, les visite me sont interdites, sa mère est la seule à pouvoir le voir
il n'a vu qu'un psychiatre pr le moment, mais ils l'ont changé de pavillon, et donc change de psy, on recommence tout à zéro, et je dois attendre lundi pr avoir du neuf
quelqu'un connait il cet hopital ? les medecins ? je suis très inquiete, j'ai très peu d'information
si vous pouvez m'aider, il faut que je tienne le coup pour notre fille, mais j'ai beaucoup de mal, et je ne sais pas si je tiendrai très longtemps sans nouvelle d'un médecin

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour patapouf,

Il nous est difficile de vous répondre ne sachant pas la raison de l'internement. Est-ce à sa demande ? A la demande d'un tiers ?

En général, la première semaine passe par l'observation du patient et par des interrogations sur son état par les infirmiers et un psychiatre une fois par semaine, c'est donc un peu normal que vous n'ayez pas de nouvelles des médecins. Le changement de pavillon est certainement pour une meilleure orientation des soins, car un patient entre toujours en pavillon dit, justement d'entrée, après, il est orienté vers le pavillon qui correspond à ses besoins thérapeutiques.

" Le shooter ", comme vous dites, fait aussi partie du traitement d'arrivée par rapport à l'observation et les interrogations qui lui sont faites, et encore une fois dépend de la cause de son hospitalisation.

Avez-vous demandé aux infirmiers pourquoi seule sa mère peut le voir ?

Ne vous inquiètez pas trop, parfois un isolement est prescrit, vous aurez des nouvelles.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Il est absolument effectivement curieux que vous ne puissiez pas rendre visite à votre conjoint.

Le fait que vous ne soyez pas marié ne doit pas empècher ces visites puisque vous vivez ensemble et depuis longtemps.

Mais ce n'est pas aux infirmiers qu'il faut poser la question mais au médecin.
Que vous soyez marié devant monsieur le maire, n'a pas à entrer en ligne de compte.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de Patapouf
J'aime 0

il est là bas parce que je l'ai trompé, je lui ai avoué, et il ne l'accepte pas, bien que nous voulons repartir de bon pied ensemble
ses deux parents (depuis hier) on droit de visite, moi je dois attendre la visite du médecin, lundi matin ...
je pense que l'on ne me dit rien, car je suis mise dans la case "problème", si il est là bas, c'est de ma faute ... et sa famille n'oublie pas de me le rappeler ...
je me sens coupable, et sans réponse ou nouvelle sur la suite de son séjour là bas, je suis à bout ...

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonsoir patapouf,

C'est donc pour cette raison que vous n'avez pas de droit de visite pour l'instant, ils vont essayer de stabiliser son état avant une rencontre éventuelle avec vous.

Dans tous cas d'hospitalisation, l'équipe médicale essaie de ne pas mettre en rapport la cause à effet, si je puis dire => votre prèsence.

Ce sont eux qui jugeront si la rencontre, les visites sont possible.

Je précisais de demander au infirmiers, car ils ont les consignes du médecin psychiatre et qu'il est souvent difficile de l'avoir au téléphone ou de le rencontrer, il travaille souvent dans plusieurs pavillons.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Christiane59
J'aime 0

Bonjour,

Alors effectivement comme le dit la fée tout s'explique.

J'ai précisé pour le médecin, car il est fréquent de voir des infirmiers faire un peu trop de "zèle" dans ce type d'établissement.

Bien cordialement
Christiane
Thyroïde en difficulté : http://thyroide-fibromyalgie.blogspot.com/ et http://christianeforumblog.free.fr/forumblog

Portrait de Patapouf
J'aime 0

j'ai eu son psy en ligne, il va mieux, ne peut pas me donner de date de sortie, mais pense que ça sera avant la fin de la semaine ...
enfin il ne peut rien me dire de plus
il ne voulait pas me parler au téléphone ..
j'angoisse quand à sa sortie, c'est pas comme si il était parti en vacances ...
merci pour vos réponses, et votre soutien

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour patapouf,

Effectivement, les infirmiers ont tendance à faire du zèle ( que je ne mets pas entre guillements, je connais ) car parfois leur rôle se résume à ouvrir une porte ou à passer des communications, donner à la lettre et au dosage la prescription, alors pourquoi ne pas faire un peu le médecin pendant les heures creuses...( un peu d'humour-réalité ne fait pas de mal )...

Ceci dit, c'est très bien que vous ayez pu avoir le psychiatre au téléphone, maintenant, vous avez des nouvelles, aussi difficiles soient elles à gérer pour vous.

N'anticipez pas sur sa sortie, cela ne fera que vous nuire psychologiquement, mieux vaut attendre le jour "J".

Il ne voulait pas vous parler au téléphone parce car dans ces établissements, on vous met dans un cocon de protection, contre vous même d'abord et contre les autres : ce qui tout à fait normal, donc ne pas vouloir vous parler ne voulait pas forcèment dire " JE ne veux pas te parler pour ce que tu as fait", cela pouvait être " JE suis bien là, JE n'ai pas enviede te parler...pour l'instant".

N'amalgamez pas les ressentis face à de telles paroles ; une parole à tellement de signification, qu'elle engendre beaucoup trop de jugement donc de quiproquo, parfois irréversible et très douloureux, d'où, la citation très connue : " Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit..."

Tout est affaire de considération...

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Patapouf
J'aime 0

merci de votre réponse
c'est vrai que je me pose des questions quant à tout ce que l'on me raconte
mais il va bien sortir un jour, il faudra bien que l'on se parle
et c'est vrai que j'aurai préféré lui parler avant qu'il rentre chez nous
j'ai un peu peur aussi de comment le retour va se passer, aura t il toujours un traitement, reprendra t il le travail, m'aimera t il toujours, mais ça personne ne peut répondre à sa place ....

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-,

Si, on peut répondre à au moins une question : oui, il aura un traitement et peut-être une demande de suivi psychothérapeutique ( psychologue ).

C'est peut-être mieux de pas lui avoir parlé avant, je vous répète qu'il est dans un cocon protecteur, ce qui aurait été dit n'aurait peut-être pas reflèté la vérité raisonnable ( hors de l'établissement ).

Il reprendra sûrement le travail, peut avoir jusqu'à un mois d'arrêt ( a-t-il fait une TS = tentative de suicide ? ) ou quinze jours si hospitalisation sans TS.

Vous aimera-t-il encore ? Désolée, là je ne peux, hélàs, pas vous répondre, c'est son ressnti qui le fera répondre.

Lorsqu'il rentrera, évitez de le harceler de question et de " je t'aime ", rien n'est plus épuisant et apeurant que de se retrouver hors du cocon protecteur que l'on quitte, laissez-le reprendre à son tythme, sans lui parler sans cesse, il faut qu'il trouve, à la maison, le calme de l'établissement ( sans le mettre de côté, je sais que vous avez compris ce que veux dire ), réincluez-le doucement et progressivement dans la vie de la famille.

Ne dites pas à votre fille de le laisser parce qu'il est fatigué, ou parce qu'il doit se reposer ou qu'elle va le fatiguer, non, laissez votre fille faire comme elle entend, laissez son chagrin la guider pour agir avec son papa, lui seul pourra lui dire d'arrêter ou pas...

Quelques conseils...Voilà.

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Patapouf
J'aime 0

D'après ce qu'on m'a dit ... oui il aurait voulu mettre fin à ses jours
Ce n'est pas simple de se dire qu'il va rentrer, que je n'aurai aucune réponses à mes questions, que je ne pourrai pas lui démontrer mon amour et mon chagrin, il va falloir que je sois forte, hors je suis plutot d'un tempérament fragile, tendance à m'éffondrer pour un rien
en ce moment je fais comme je peux pour que ma fille ne me voit pas malheureuse, mais j'ai très peur de craquer devant lui ...
C'est très étrange de parler de "cocon protecteur" pour un hopital psychiatrique, qu'est donc la maison alors si ce n'est pas ça ...
En fait ça tourne en rond depuis une semaine dans ma tête, je mélange tout, tristesse, amour, peur de son retour, force pour ma fille, je me sens complètement perdue ...

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-,

L'emploi du terme "cocon protecteur" car on ménage le patient de tout ce qui pourrait le remettre dans son état pré-TS, ces établissements ont la vocation sinon le devoir de surprotéger le patient contre lui même : ne pas lui laisser le moyen de faire une deuxième TS ( fenêtre à barreaux, matériel...) et de le protèger contre les autres ( personnes qui induirait une violence par sa simple présence.

La maison n'est pas un cocon protecteur, il y a le stress du travail, la vie à gérer, une multitude de tracas,...

L'établissement psychiatrique supprime ces tracas aux patients dans un but curatif ( + une médication appropiriée )...

Bon courage; Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-, pour patapouf,

Oui. ( réponse ici pour question sur MP ) mais je n'en dirais pas plus...

Réponse en toute légalité car de même pour la question en MP, Christiane...Aucun souci.

Bon courage; bien cordialement;

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Mme Lyon
J'aime 0

ce message est adresser aux familles dont la maladie de pick a étediagnostiquer sur un membre de leur famille a savoir quel comportement cette personne malade a t elle vis a vis de ses proches ex sa mere :sa femme ou la personne la plus proche merci aux personnes toucher par cette maladie rare

Portrait de Patapouf
J'aime 0

fée clochette help !
il n'a vu personne, il a parlé à sa mère cet après midi, il a attendu toute la matinée, mais personne n'est venu ...
alors qui est ce que j'ai eu en ligne ? il ne verra un psychiatre que demain après midi "normalement"
qu'est ce qu'on me cache ??
qui connait cet établissement ??

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-,

Qui vous a renseigné là-dessus ( vu personne, attendu en vain,...) ?

TATATATA ! Ne nous embrouillons pas et ne paniquons pas.

Un psychiatre peut appeler de tous les pavillons, là ou il a besoin d'avoir un bureau et pas frocèment dans le pavillon du patient ( par exemple s'il a eu une urgence ailleurs ).

De plus, il y a ce que l'on appelle des transmissions ( échange sur ce qui s'est passé à chaque période de la journée ) aux changements d'équipe ( nuit / matin / après-midi / nuit ), selon l'evolution de votre ami, il peut être sortant le midi et plus le soir, car pour une TS, c'est plus long, l'équipe doit être vraiment sûre que le patient soit stabilisé.

Il ne faut pas forcèment croire que l'on vous cache quelque chose, vous allez vous rendre malade, à force.

Le mieux est d'attendre demain après-midi et téléphoner à 15 h 30, après la prise d'équipe de l' a-midi et demandez si un rendez-vous est prévu avec le psychiatre ( dans ce cas, ce sera indiqué ).

Bon courage; Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Patapouf
J'aime 0

j'essaye de ne pas paniquer, mais je suis à deux doigts .... de craquer ...

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour patapouf,

Essayez de tenir, ne serait-ce que pour votre fille qui ne doit pas très bien comprendre la situation, du fait qu'elle ne doit pas en connaître la cause...

En fait, vous avez peur de la confrontation de cette rencontre ( retour de votre ami à la maison ) vous avez peur de ses réactions ( face à ce que vous lui avez avoué ), ce qui est légitime, et sa douleur, son anéantissement devant ce qui l'a construit ( famille ) aura une incidence sur ses réactions, et ceci et tout aussi légitime.

Vous êtes deux âme blessées qui vont se retrouver et la peur est en chacun de vous, c'est inéluctable.

Mais, pour votre fille, il sera bien évident que la rencontre doit se faire, mais seul son ressenti ( celui de votre ami ) dictera ses réactions, pour cela, personne n'est dans sa tête pour savoir ce qu'il va faire, devant cette réaction, la vôtre sera dicté en réponse. Mais cela, personne ne peut prédire et vous aider avant que le retour à la maison de votre ami soit fait.

Courage. Affrontez, car vous êtes bien obligé, vos peurs, elles ne doivent pas vous dominer, sinon vous êtes perdu et vous sombrerez ce qui n'arrangera pas le ressenti de votre ami. Vous devez être forte et lui montrer que vous avez compris votre erreur ( on a, tout un chacun, le droit à une défaillance [ mais à une seule, rappelez-vous en ] ; que celui qui n'y a pas pensé ou commis la même erreur que vous, vous jette la première pierre...Soyez rassurez, vous ne pourrez en souffrir d'aucune, l'être humain est ainsi fait...)

Bon courage. Bien cordialement.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Patapouf
J'aime 0

Merci merci merci !!!
Bonne journée à vous

Portrait de Patapouf
J'aime 0

Bonjour,

Mon ami est sorti, un beau matin, laché dans la nature, sans que personne n'en soit informé, c'était il y a un mois.
Il a évidement un traitement, efexor, et xanax (lysanxia au début).
Son comportement était excéssif au début, dans la demande de tendresse, c'est normal, sauf que l'on n'aide pas les familles pour la sortie d'HP d'un de leur proche.
Et du coup, ça dérape, il plonge tout doucement dans l'alcool, a fait une fois un mélange alcool lysanxia (1 bouteille de wishy + 4 comprimés) ...
La plupart du temps quand je l'approche, il n'a aucune réaction, passe la plupart de son temps assis sur une chaise, à regarder ses pieds.... j'essaye de gérer car nous avons une petite fille
Mais voilà, depuis 2 jours, il parle de se refaire interner, de la mort, ouvre le tiroirs à couteaux .... boit dès le matin ...
Il ne voit un psy que depuis 1 semaine (dû aux fêtes très certainement) ...
Je ne sais plus quoi faire, j'ai très peur pour lui ....

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour Patapouf,

Votre ami est dans une grande détresse, il a été bafoué et c'est un homme, je ne veux pas dire par là que son orgueil est touché comme pourrait le penser certains, mais il est blessé au plus grand tréfonds de lui-même, il a besoin de se rassembler, il cherche ce qu'il a bien pu faire pour en arriver là, où a-t-il échoué pour que vous partiez "voir ailleurs", qu'elle erreur a-t-il commis ? Toutes ces questions sont entrain de le miner.

En ce qui concerne la langage de la mort, il y a plusieurs significations : vouloir tuer psychologiquement l'homme qu'il était avant, tuer l'enfant qui est lui et qui s'est senti rejeté = amour. Mais restez vigilante.

A-t-il eu des soucis dans son enfance ? Cette situation le rémène peut-être à une situation de son enfance = rejet, indifférence ou abandon ( même en parole, pas forcèment en acte ) et ces trois mot, sont les pires qu'un enfant puisse entendre, cet enfant n'aura pas la notion du définitif, mais saura qu'un moment donné, il a été rejeté, abandonné, devant une indifférence de ces parents ou proches...

Pourquoi veut-il être à nouveau interné, à votre avis ? A son avis ?

Combien fait-il de séance avec ce psy ? par semaine...

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Patapouf
J'aime 0

Tout se mélange dans ma tête .... ce qu'il a fait ou pas, on en a déjà parlé, il sait.
Oui il a eu beaucoup de soucis, de son enfance à son adolescence, à son divorce, à la perte d'un bébé concu jusqu'au 5eme moi (qui vit encore avec nous aujourd'hui, alors que c'était avec son ex femme) : viol, divorce, lort de sa grand mère, drogue, arrêt très tot de l'école .... et rien n'a jamais été réglé.
Mais voilà, je n'aie pas les épaules pour supporter tout ce passé, bien que j'en avais connaissance en le rencontrant ...
Et oui c'est sur, cette situation le ramène à "l'abandon", qu'il a déjà rencontré plusieurs fois, j'ai "merdé" je l'ai ramené à cet état de souffrance, je m'en veux, je suis coupable
Et pour le moment, il me le fait payer, il se venge, me dit qu'il ne veut pas me valoriser, qu'il ne sait pas si il me pardonnera, qu'il ne fera aucun effort, reviens sur ce que j'ai fait dès que l'occasion se présente ...
Et les médicaments ne l'aident pas, il ne dort plus, ou presque 2 ou 3 heures par nuit, refuse de se reposer la journée pour ne pas inverser le jour et la nuit ...
Il ne voit son pyschiatre qu'une fois par semaine, 1/2heure, je ne pense pas que ce soit assez, mais dès que je donne mon avis, il me rabaisse, car évidement, je n'y connais rien
Il n'arrête pas de répéter qu'il est malade, et tout ce que je vois, et entend, c'est que tout est de ma faute, que c'est à moi de tout réparer
Ayant connu l'alcool et la violence verbale toute mon enfance de par mon père, je refuse de vivre ça à nouveau, je somatise et commence à avoir peur de rentrer, de ne pas savoir comment ça va se passer, résultat, je fais tout de travers ...
C'est comme si enfin il pouvait dire "je suis victime", qu'à chaque fois qu'il c'est passé quelque chose dans sa vie, il a pris sur lui, a toujours été fort, et là, je paye pour toute son histoire ....
Je sais que tromper n'est pas bien, je m'en veux énormément, mais je ne peux pas revenir en arrière, cependant si il en est là, c'est à cause de moi

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Bonjour Patapouf,

La souffrance de votre ami est LA SIENNE, ce n'est pas la vôtre, vous ne pouvez vous l'acaparer pour l'aider, personne ne peut prendre la souffrance d'autrui, le corps ne peut le supporter longtemps.

Vous avez VOTRE lot de souffrance qui sont les vôtres et que vous devez gérer, vous.

Cela me paraît effectivement lèger 1/2 heure de consultation, je ne vois pas ce que ce psy peut analyser comme info en peu de temps, c'est sans doute pour cela que votre mari a le sentiment de ne pas être aidé, et de ce fait ne peut décharger sa souffrance que sur vous.

Cette souffrance violente qu'il vous jette en pleine figure est ce que l'on pourrait appelé le transfert de l'objet transactionnel ou transitionnel, toute sa souffrance de l'enfance ressort en même temps, et la seule personne qui peut recevoir cette souffrance c'est vous, il a fait de vous un puits de misère, dans lequel il va pouvoir jeter tout ce qu'il VEUT BIEN LACHER. C'est très dur ce que je vous écrit, j'en ai conscience, mais il faut que vous vous protègiez par rapport à cela, ce n'est pas à vous en temps que personne qu'il rejette toute sa souffrance, c'est à ce que vous reprèsentez à ses yeux ( abandon, rejet, indifférence ) à un moment donné de votre vie de couple. Tout lui revient en pleine figure, et c'est pour lui intolérable, puisqu'il est devenu...personne, il est vide.

Commencez, s'il vous plaît, aussi, par ajouter une petite note de gaieté, également à votre pseudo, il est d'une telle connotation violente de souffrance...de dévalorisation...

Vous avez fait l'erreur que vous avez faite, point final. Personne n'a le droit de vous juger, qui sommes nous pour pouvoir juger ? !!!!!!!!! Et SURTOUT, qui vous jettera la première pierre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!????????
Personne digne de ce nom d'humanité ne le pourrait.

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Patapouf
J'aime 0

Cela signifie t il que vous me conseillez de prendre de la distance ?
Disons que j'en arrive à un point de stress où je suis malade lorsque je suis chez moi, et je vais mieux quand je suis au travail .... je somatise ...
Mais je culpabilise tellement d'avoir réouvert toutes ces plaies, d'être responsable qu'il ne soit plus personne, qu'il ait perdu son identité.
Je ne reste pas avec lui comme ça, mais parce que des bons souvenirs me tiennent, mais je n'arrive plus à lui montrer quoi que ce soit, j'ai d'après lui, un regard de cocker qui le plombe encore plus ....
Et je pense à ma fille, tout le temps, la priver de son père, ou rester avec lui, mais je n'arrive plus à donner, pour le moment ....

Portrait de la-fée-clochette
J'aime 0

Re-,

Je ne vous conseil en aucun cas de prendre de la distance ( sensation d'abandon de par votre époux ), il est normal d'être mieux à sa place au travail dans certain cas, on appelle ceci la thérapie par le travail. Vous somatisez parce que votre psychologique commence à absorber les souffrances de votre mari et avez repoussé les vôtre en arrière plan ; ce ne sont pas les même que votre corps trouve étrangères.

Vous êtes UNIQUEMENT responsable du fait de l'avoir trompé, ce n'est pas vous qui avait fait que ses souffrances reviennent à la surface, elles n'ont pas été gérées car sûrement non-dites à l'époque, ils les a intégré et s'est tu. Il n'a pas perdu son identité, si c'est ce que vous ressentez, je le respecte, si c'est l'interprétation de mes écrits, je vous dit stop, il a une identité, celle de l'enfant qui est en lui, qui a souffert, qui a été rejeté, qui a été malheureux, c'est cet enfant en ce moment qui se révlolte ( l'enfant qui a été malheureux, rejeté,...), il a donc une identité, son identité originelle qui refait surface et qui fait très très mal.

L'aimez-vous sincèrement encore ? Pour répondre, faites abstraction de la situation actuelle ; si votre réponse est spontanée s'est encore mieux, elle est vraie.

( ce cocker qui le plombe )...Il utilise un mot très important ' plombe " = vous l'alourdissez, vous mettez un poids sur lui qu'il ne peu porter pour l'instant = votre regard ; un regard est un miroir, un regard est réprobateur, un regard juge...

Bon courage. Bien cordialement.

Portrait de Patapouf
J'aime 0

La réponse, c'est qu'aujourd'hui je ne sais plus grand chose, j'ai le coeur qui bat à 100 à l'heure toute la journée, j'ai perdu presque 5kg, je ne mange plus, les intestins en vrac à longueur de journée ...
Il n'y a plus de réponse spontanée, faites vous traiter comme de la merde (mais d'apres lui comment me traiter autrement apres ce que j'ai fais), et donner des preuves d'amour ?? j'y arrive plus ...
Et ne parlons pas de sexe bien evidement ... le néant et pour le moment ma libido est en dessous de 0 ...

Pages

Participez au sujet "Durée de l'internement"