Portrait de de belvalet

J'ai eu un cancer de la gorge en juillet 2016. Extraction d'une dizaine de dents avant chimio-radiothérapie, puis 3 mois après fin de traitement, extraction de toutes les dents (12 en tout), puis d'énormes douleurs au niveau de la mandibule, sans ostéo-radio-nécrose apparente (panoramique dentaire).je suis sous morphine depuis 6 mois (50 mg de Skenan/jour), mais toujours autant de douleur. Je crecherche des conseils, merci.

Participez au sujet "Douleurs mandibulaires aprés radiothérapie de la gorge"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Douleurs mandibulaires aprés radiothérapie de la gorge"

  • ... les réponses du patient.Ainsi que nous le précisions dans l'introduction, les renseignements apportés par l'entourage du patient ... d'examiner le patient sur le plan moteur. L'examen moteur, dans un premier temps va consister à tester la force des muscles du patient. ...
  • Le terme corticodépendant désigne une maladie traitée par des corticostéroïdes (cortisone) pour lesquels les résultats thérapeutiques sont directement en relation, dépendant en termes d'efficacité de l'allégement progressif de ce traitement.

    Autrement dit, un patient est corticodépendant tout d'abord s'il dépend c'est-à-dire s'il a besoin de corticoïdes pour se soigner et d'autre part, en regard de l'efficacité de son traitement, quand il doit diminuer progressivement les posologies c'est-à-dire les quantités de médicament absorbé afin que celui-ci reste efficace.

    Un grand nombre de maladies surtout de nature inflammatoire, rhumatisme, dermatologique et pulmonaire et en particulier l'asthme sont corticodépendantesc'est-à-dire améliorées par les corticostéroïdes.

    Ces pathologies évoluent le plus souvent par épisode, poussées nécessitant tout d'abord la prescription de doses importantes de corticostéroïdes puis une diminution progressive afin de maintenir le bénéfice thérapeutique avec des doses moins importantes qu'au début du traitement et qu'il est nécessaire de diminuer progressivement.

    Néanmoins la diminution des quantités de cortisone absorbée entraîne parfois une récidive. Voir cortisone (effets secondaires).