Portrait de Adriatique

Bonjour,
j'ai 22 ans et je suis en couple depuis deux ans. Mon copain actuel a été mon unique partenaire sexuel.
Je vous écris parce que depuis toujours, j'ai très mal lors de la pénétration : dans toutes le positions que nous avons essayés, c'est toujours la même galère.
D'abord j'ai mal quand il commence à me pénétrer, comme une sensation de frottement le long du vagin et je me sens écartelée. Je ressent également des douleurs vives dans le fond du vagin s'il me pénètre trop profondément. Enfin, quant il a jouit et se retire je garde une forte sensation de brulure dans le vagin et au niveau des petites lèvres pendant plusieurs heures. Nous avons essayé les gels lubrifiants ais rien n'y fait. Je sais aussi que ma grand-mère et ma mère ont un utérus rétroversé, y'a t-il des positions adaptées à ce type d'utérus pour avoir moins mal?
Cela me rend triste parce que je pense que c'est important dans un couple d'avoir une certaine harmonie sur le plan sexuel. Mon compagnon a tout le temps envie e moi mais je me refuse à lui, parce que j'ai peur d'avoir mal.
Pouvez-vous m'aider s'il vous plait?

Portrait de NAAMENFRIKLI
J'aime 0

Je Soufre D Une Astenospermie Qu Elles Sont Les Precautions A Prendres

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Naamenfrikli, tu dois lancer une nouvelle discussion, et non pas t'immiscer dans celle de Adriatique.

Adriatique, est-ce que tu as parlé de ces problèmes avec ton (ta) gynéco ?
Faire l'amour ne doit en aucun cas faire souffrir, ce que tu vis n'est pas normal.
Comment est-ce que ça se passe généralement ? Est-ce que ton ami prend le temps de te caresser avant la pénétration ? Les préliminaires sont essentiels, et pas seulement sur le plan affectif ! Ils permettent notamment la montée du désir, et donc la lubrification du vagin. Et ça, aucun lubrifiant ne peut le remplacer. Un lubrifiant va agir sur une petite zone. Or, toi, tu souffres dans tout ton vagin. Au-delà de la lubrification naturelle de l'ensemble du vagin, le désir provoque l'allongement du vagin (peu de personnes le savent, mais c'est pour cela que certaines femmes souffrent avec certains hommes, et pas avec d'autres, lors de pratiques identiques).
Donc, je crois qu'il faut absolument que vous modifiiez vos pratiques sexuelles. Il faut que ton partenaire te caresse jusqu'à ce que tu ressentes un désir très vif, intense, jusqu'à ce que tu sois toute mouillée.
S'il le faut, vous devez apprendre à en rester aux caresses pendant quelques temps : tu dois bien appréhender de faire l'amour avec toutes ces douleurs, et faire quelques "séances" de caresses te redonnera confiance et laissera ton désir revenir.
Enfin, en ce qui concerne l'utérus rétroversé, sache que cela touche beaucoup de femmes, et que cela peut provoquer des douleurs uniquement lorsque la pénétration est très profonde (et encore, là aussi, tout dépend de la force du désir ...).
Bon courage, ne baisse pas les bras, et profitez-en, ton ami et toi, pour renforcer votre intimité et découvrant d'autres pratiques plus douces.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Merci beaucoup de ta réponse, Cérénity.
Pour tout te dire, je ne suis jamais allée voir de gynéco, j'ai peur. Mais je sais qu'il faudra bien que j'y ailles pour essayer de régler ce problème et pour ma santé aussi.
Je vais suivre tes conseils quant aux séances de caresses car il est vrai que j'appréhende beaucoup la pénétration.
Ca ne pourra me faire que du bien et ça permettra également de montrer à mon partenaire que je l'aimes.
Merci encore.

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Je suis ravie si j'ai pu t'aider un peu.
Mais, si je peux me permettre, tu as 22 ans et tu n'as jamais consulté de gynéco ? Et tu me dis que c'est parce que tu as peur ?
On dirait que ce qui touche à la sexualité n'est pas simple pour toi. N'en aie pas honte, tu n'es pas la seule dans ce cas ...
Cependant, je voudrais te dire 2 choses :
d'abord, tu dois te réconcilier avec ton corps, ou plutôt le découvrir, le connaître, le maîtriser; tu ne dois plus appréhender tout ce qui concerne ton sexe. Il est tout à fait normal que tu en sois là, puisque tu n'as connu que des sensations douloureuses.
ensuite, tu dois consulter régulièrement un gynécologue. Renseigne-toi auprès de tes amies, choisis-en un(e) qui soit doux (parce que c'est vrai que certain(e)s manquent de délicatesse !), et vas-y au moins tous les 2 ans (tous les ans c'est mieux). Il faut faire des frottis (ce n'est pas du tout douloureux), la prévention, c'est capital.
Comment faites-vous pour la contraception ? Préservatif ?

Pour en revenir en 2 mots à ton message, il est normal que tu appréhendes la pénétration puisqu'elle est toujours douloureuse. Et là, il s'instaure un cercle vicieux : tu as mal, donc tu appréhendes, donc tu es contractée, donc tu as encore plus mal, ...

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Pour la contraception avant c'était préservatif et maintenant je prend la pilule, prescrite par ma généraliste. Elle m'a dit qu'elle me ferait un frottis la prochaine fois que j'irai mais j'aime autant que ce soit un médecin spécialiste qui le fasse.
C'est long pour avoir un rdv chez un gynéco?
Tu as tout à fait raison, par rapport au cercle vicieux, plus j'essaie plus j'ai mal et plus j'appréhende. Ce qui n'aide pas non plus c'est que je suis une fille très angoissée et qui se pose beaucoup de questions, j'ai beaucoup de mal à lâcher prise.

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Avoir un rendez-vous chez un gynéco peut prendre des mois, selon ta ville ... Donc, n'attends pas, appelle vite.
Je ne suis pas étonnée quand tu me dis que tu es quelqu'un d'angoissée, qui a du mal à lâcher-prise. Et ce que tu vis dans ton intimité, ces rapports douloureux alors qu'ils devraient t'apporter la plénitude et l'épanouissement, ne fait que renforcer cette façon d'être.
Tu sais ce que je pense ? Que tu dois "profiter" de ce problème gynéco pour avancer, de façon générale. Ton corps te parle. Il faut l'entendre, l'écouter.
Qu'est-ce qu'il te dit ? Que même avec celui que tu aimes, et qui je l'espère t'aime aussi, même dans l'intimité la plus grande, tu n'arrives pas à te laisser aller, à lâcher prise.
Alors, prends ce problème en main en modifiant vos pratiques, comme on l'a dit, mais sers t'en aussi pour t'interroger.
Je pense que tu souffres d'un grand manque de confiance, en toi, et aussi probablement dans les autres. Et cela date certainement de ta toute petite enfance, tu ne dois pas te souvenir d'avoir été différente.
Alors, prend le positif, vois le verre à moitié plein : ces difficultés physiques que tu rencontres t'offrent l'opportunité d'entamer une démarche pour te sentir mieux dans ta vie.
Tu peux envisager de te faire aider, de consulter un(e) psychothérapeute.
Tu es jeune, tu as la vie devant toi. C'est le moment idéal pour "guérir" de tout ce qui t'empêche de t'épanouir.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Je vois que tu as tout compris, oui effectivement, je n'ai pas confiance en moi et j'ai beaucoup de mal à faire confiance aux autres...Je vais voir une psychologue depuis quelques mois parce que j'ai fait beaucoup de crises d'angoisses pendant les fêtes de fin d'années. J'ai l'impression de traverser un long tunnel cette année : me voila externe des hôpitaux devant des patients à gérer tout les matins souvent sans professeur + les cours l'après-midi + une anémie+ la psy + quelques sorties entre amis + des formalités administratives à faire, je ne lève pas la tête et je suis exténuée d'où encore plus de crises d'angoisses et l'impression d'être nulle parce que je n'arrive pas à faire face...Mais bon, je m'éloigne du sujet!
Je te remercie d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre. J'espère que les choses vont s'améliorer quand je serai allée voir le gynéco.

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Oui, ça ira mieux quand tu auras vu le gynéco, d'abord parce qu'il te dira si tes douleurs ont une cause anatomique ou pathologique, mais surtout parce que ce sera le 1er pas d'une prise en charge de ton problème sexuel.
Non, tu ne t'éloignes pas du sujet quand tu parles de ce que tu ressens, de tes angoisses et de ton ressenti de "nullité".
On n'est pas scindé, notre corps et notre esprit sont étroitement liés, et l'un retentit sur l'autre, dans les 2 sens, et en positif comme en négatif.
Ce que tu ressens physiquement, ce que tu ressens mentalement, tout se tient, tu le vois bien, tout va dans le même sens, celui d'un manque de confiance en soi. Pourtant, tu t'es engagée dans des études de médecine, c'est ça ? Cela demande une énorme capacité de travail, et une énorme capacité de compréhension, de mémorisation, d'analyse, ... ce n'est pas à la portée de tout le monde !
Tu es "surbookée", et tu te trouves nulle de ne pas arriver à en faire plus ?
Tu as un problème de regard sur toi-même.
Est-ce que tes séances avec la psychologue te font avancer ? Tu sais, on ne trouve pas toujours du 1er coup le thérapeute qui nous convient, n'hésite pas à changer si tu as l'impression de ne pas progresser.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Je suis externe en odontologie et d'ailleurs j'ai commencé à répondre et à feuilleter la rubrique stomato du forum, ça me plait bien.
Pour ma psy, elle est très gentille mais il est vrai que l'on discute plutot de mon quotidien que de ce qui me pose problème. Je lui ai dit que j'avais l'impression de ne pas avancer mais je dois avouer que les tors sont partagés car j'ai aussi du mal à me confier.
Enfin, elle est vraiment gentille et à l'écoute et elle a mis en exergue certaines choses que je ne voulais pas forcément m'avouer.
C'est la psy de l'université, les séances sont gratuites, je ne pourrai pas me permettre financièrement d'aller dans un cabinet libéral.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Ah et j'ai rdv chez la gynéco ce lundi. D'ailleurs, ça m'inquiète un peu d'avoir eu une place si vite.Est-elle compétente? Enfin je verrai ça lundi...

Portrait de Cérénity
J'aime 0

En ce qui concerne ta gynéco, ne sois pas inquiète, il y a peut-être eu un désistement. En plus, tu as juste besoin d'un examen de routine, tu n'as pas besoin d'un super expert. Par contre, n'aie pas honte de lui dire à quel point tu souffres, à quel point tu es sensible, et ce avant qu'elle t'examine pour qu'elle soit très douce et fasse très attention. Et si malgré tout elle te fait mal, dis-le !
En ce qui concerne ta psychologue, c'est déjà bien si elle est à l'écoute et si elle a su mettre en exergue des points sensibles. Si tu trouves que les séances prennent trop l'allure de "bavardage", dis-le lui. Il faut pouvoir s'exprimer librement avec son thérapeute. Et si tu as envie d'aborder certains sujets, tu dois le lui dire aussi. Elle est là pour t'aider, mais elle n'a pas la science infuse, et en t'exprimant, tu l'aideras à t'aider !

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Merci pour ton écoute et tes conseils avisés.
Maintenant j'attends le rdv en espérant que ça résoudra mon problème.
J'aimerai tellement gouter au sexe plaisir dont tout le monde parle!

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Bon voila, le premier rdv gynéco est derrière moi.
Je lui ai parlé de mon problème : elle a palpé mon vagin (ce qui m'a brulé et la zone est encore un peu sensible) et m'a dit que tout était normal d'un point de vue anatomique puis elle m'a fait un frottis et d'autres prélèvements pour les mettre en culture : elle pense peut-être à une vaginite. J'aurai les résultats jeudi.
Elle ne m'a pas palpé les seins ni demandé si j'avais fait une prise de sang récement ni regardé mon carnet de santé. En vérité je j'ai trouvé gentille mais n'a t-elle pas été un peu expéditive?
Et si les cultures ne révèlent rien, est-ce que je vais rester avec mes douleurs?
Le la revois dans deux semaines, pour les résultats du frottis et l'interprétation des autres analyses.

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Vaginite ? Est-ce que tu as des pertes blanches importantes ? Une odeur désagréable ? Des brûlures quand tu urines ?
Dommage que cette gynéco ne t'ait pas fait meilleure impression, mais au moins, tu as eu un examen médical (même s'il est effectivement incomplet), un frottis et des prélèvements. Rien ne t'empêche d'aller consulter quelqu'un d'autre la prochaine fois (je te le recommande même !) quand tu auras eu tes résultats.
C'est vrai que ce serait presque une "bonne nouvelle" si tes problèmes avaient une cause pathologique (pas trop grave bien sûr), au moins un bon traitement et hop ! Terminé !
Attendons donc les résultats.
En attendant, comment ça se passe avec ton ami ? est-ce que vous en avez reparlé, et essayé de changer un peu votre façon de faire l'amour ?
Tu sais, on peut donner et recevoir beaucoup de plaisir sans pénétration, et ton problème doit vous permettre de découvrir d'autres façons de s'abandonner à l'autre et de s'aimer.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Pas de douleur en urinant, ni de pertes blanches abondantes ni d'odeur désagréable, rien de tout cela. RAS sauf les fameuses douleurs lors de la pénétration.
On en a reparlé avec mon ami, oui. Je vois bien qu'il ne veut pas me faire mal et qu'il ne me forcera jamais la main mais j'ai l'impression qu'il en souffre quand même mais qu'il me dit rien pour ne pas me blesser.
Il est vrai aussi que ces derniers temps, j'ai cherché à éviter tous les câlins de peur que ça finisse "mal" Avant, je supportais la douleur et je lui disais que ça se passait bien de mon côté, mais maintenant je ne veux plus souffrir, alors...
En gros, j'ai l'impression de devoir le contenter parce que sinon, il ira voir ailleurs (c'est terrible de dire ça, je sais). Et là, vu mon refus de sexe, une partie de moi pense que je ne fais pas bien mon boulot de fille et je culpabilise surtout que pour mes amies filles, la chose n'a pas l'air de poser problème bien au contraire : sexe = nirvana.
Ce qui me fais le plus peur c'est que les analyses soient négatives (et je pense qu'elles le seront) et que j'aurai droit à "vous n'avez rien, aurevoir mademoiselle"

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Non, tu n'as pas rien, enfin rien d'infectieux ne signifierait pas qu'il n'y a pas une raison valable à ton problème. Et un médecin qui te dirait "vous n'avez rien, au-revoir mademoiselle" ferait bien mal son boulot ...
Donc, dans l'hypothèse où les analyses seraient toutes négatives, il te restera à aborder l'aspect psychologique de la question. J'espère que tu sais que psychologique ne veut pas dire imaginaire !
La force de notre inconscient est telle qu'elle peut déclencher toutes sortes de symptômes, et ce dont tu souffres rentre tout à fait dans ce schéma-là.
Si tu le souhaites, je peux essayer de t'aider, en continuant à échanger avec toi sur le forum.

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Et en ce qui concerne la relation avec ton ami, dis-moi : il ne s'apercevait pas que tu souffrais, ou du moins que tu n'avais pas de plaisir ?
Tu sais, c'est normal que tu aies peur de le perdre si tu ne réponds pas à ses attentes sexuelles. Mais un couple, ça se fait à 2, et chacun doit s'interroger sur ce que vit et ressent l'autre. Et l'aider quand il souffre, pas lui faire des reproches ou pire, l'abandonner.
Je pense que si tu es rassurée, si tu sais par exemple qu'il n'y aura pas pénétration ni caresse douloureuse, tu parviendras à te relâcher et à laisser ton imagination te guider. Tu pourras trouver des caresses, des baisers, qui lui apporteront autant de plaisir qu'à toi, et il en sera peut-être le 1er surpris. Mais pour cela, il faut que tu sois totalement déstressée, et il a un rôle à jouer dans cette approche différente, il doit l'accepter.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Merci, je vais le lui dire et on va essaye d'éviter la pénétration pendant un moment.
Mon ami ne m'a jamais forcé la main, c'est moi qui décide toujours si pénétration ou pas et , même si j'ai toujours mal, quand j'ai envie de lui, je me prend à espérer que cette fois-ci tout se passe bien.
Quand mon ami me demandait si ça allait, je répondais toujours oui parce que je ne voulais pas gâcher son plaisir.
Merci beaucoup en tout cas de me répondre, c'est vraiment super de pouvoir discuter de mon problème.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

RAS sur mes analyses, tout est parfaitement normal...

Portrait de Cérénity
J'aime 0

C'est quand même une bonne nouvelle, ce n'est jamais positif au fond d'avoir une infection, même si je me doute que tu aurais préféré prendre des antiobios et être débarrassée de ton problème ...
Veux-tu que nous essayions d'y voir un peu plus clair, et de trouver l'origine de ton blocage ?
Si tu souhaites que j'essaie de t'aider, souhaites-tu continuer sur ce forum ou préfères-tu plus de discrétion ? Dans ce cas, je te transmettrai une adresse email.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

J'accepte ton aide avec plaisir.
Continuer sur le forum ne me pose pas de problème, peut-être que cette discussion pourra profiter à quelqu'un d'autre.

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Bonjour Cérénity!
Voila, j'ai expliqué les "nouvelles règles"à mon copain hier, il a très bien compris et même mis en pratique dans les 10minutes qui ont suivies!
Ça m'a fait plaisir de partager un moment câlin avec lui et le fait que je lui parle de mes petits problèmes l'a aussi aidé à me parler plus de ses désirs, je crois. Il m'a demandé des choses et je crois bien que c'était la première fois (il me laissait tout choisir avant).
Enfin, voila, parallèlement, j'essaie de soigner mon angoisse et de m'aimer plus, c'est en cours et il y aura surement des rechutes...Pour l'instant ça va relativement bien.
C'est difficile d'être heureuse, c'est un travail. Enfin, pour moi en tout cas.
Merci pour l'aide que tu m'as apporté et je prends tout les conseils que tu aura la gentillesse de me donner.
Amitiés.

Portrait de Cérénity
J'aime 0

Bonjour Adriatique,
J'ai été absente pendant quelques jours, mais me voilà de retour.
Tes dernières nouvelles me font vraiment plaisir : elles prouvent non seulement que tu as eu le courage de parler à ton ami, mais aussi qu'il est à ton écoute. Les conditions essentielles pour qu'un couple fonctionne !
Et comme vous êtes jeunes tous les 2, je trouve super que vous ayez eu cette maturité l'un et l'autre. Tu sais, la parole est une alliée de poids. Et beaucoup d'entre nous souffrent de ne pas oser dire. Toi, tu as osé, et cela a permis à la situation de commencer à redevenir sereine.

Tu vois, tu aurais pu rester bloquée sur tes 2 ans de difficultés sexuelles, ne pas oser en parler avec ton ami, culpabiliser, lui en vouloir, ... que sais-je encore. Mais tu t'es lancée, tu as eu confiance en vous, et tu découvres une autre dimension à votre relation : non seulement une plus grande proximité (il n'osait pas te demander certaines choses dont il avait envie, et là il a osé), mais aussi de nouvelles sources de plaisir. Bravo !

Par ailleurs, ce que tu dis sur toi est extrêmement important :" j'essaie de m'aimer, c'est difficile d'être heureuse".
Est-ce que tu pourrais m'expliquer cela ?
Qu'est-ce que tu n'aimes pas en toi ?
Pourquoi est-ce difficile d'être heureuse ?

Portrait de Adriatique
J'aime 0

Mon problème, enfin je pense, est un grand manque de confiance en moi, et aussi dans les autres.
Je ne sais pas d'où ça vient et comment changer cela.
J'ai du mal à me sentir bien en ma propre compagnie, je suis souvent angoissée quand je suis seule (je sens les battements de mon cœur dans ma poitrine, mon diaphragme et contracté, ma respiration est superficielle) et je pense souvent à ce qui va se passer après (dans une heure, le lendemain) et à ce que je devrai faire.
Quand je fais un travail, à l'hôpital par exemple, je me dis en même temps que ce ne sera pas bien fait, qu'on va me le reprocher et que je ne vais jamais y arriver.
J'aimerai me sentir bien dans mon corps et dans mon esprit. Ce n'est pas naturel chez moi, je dois lutter en permanence pour ne pas être pleine de pensées négatives et d'anxiété.
C'est pour cela que je dis que c'est difficile d'être heureux et en tout cas, ce n'est pas un état naturel chez moi.
J'aimerai un jour être réconciliée avec moi même, m'aimer et pouvoir me sentir bien seule. J'y arrive parfois mais ça reste rare.

Participez au sujet "Douleurs constantes lors des rapports sexuels"