Portrait de subcora

Bonjour, j'ai des douleurs sur toutes les articulations des membres supérieurs (épaules, poignets, coude) et des cervicales, de manière symétrique. il y a 3 ans j'ai commencé à avoir de violentes douleurs au niveau de l'épaule gauche (fracture de la clavicule 5 ans plus tot, elle s'est plus ou moins bien consolidée). ces 2 dernières années, je me suis fait opérée 3 fois de cette épaule (avril 2004, mars 2005, décembre 2005).
il y a environ 1an 1/2, j'ai commencé à souffrir du poignet-pouce droit. on m'a diagnostiqué une ténosynovite de DE QUERVAIN (après prise anti-inflammatoire et infiltration, acte chirurgicale en décembre 2005, en même temps que l'épaule). et depuis cette opération, même symptômes au poignet gauche, douleurs au coude droit et à l'épaule droite (echographie de l'épaule a révélé bursite deltoïde et tendinite long biceps).
Pour résumer, violentes douleurs : épaule droite (opérations épaule gauche semblent avoir marchées) ; poignet-pouce droit (opération peu concluante) et gauche ; coude droit.
rq : le HLA B27 est négatif.
Si quelqu'un connaît ces mêmes soucis, merci de m'éclairer...

Portrait de alexandra67
J'aime 0

bonjour je viens de découvrir le forum et à travers votre récit je me retrouve enfin si je peux m'exprimer ainsi je suis en arrêt depuis juillet 2006 et mon histoire s'agrave au lieu de s'arranger j'ai une tendinite au poignet droit +épicondylite coude dr et reconnue maladie pro depuis août 2006 cela continue douleur à l'épaule dr là on me dit après une scinti algo de l'épaule bon depuis déc 2006 épicondylite coude gauche + épaule gauche et douleur main dr j'ai vu des rhumatos 1 an de kiné onde de choc infiltration anti imflamatoire j'ai vu au moins 3 chir aucun ne veut opérer le coude trop de problème sur le bras dr micro kiné et j'en passe
rien n'y fait et d'autre symptômes aparaîssent de jour en jour et mon généraliste ne sait plus quoi faire au bout 1 an la tendinite du
poignet est toujours là j'ai enfin réussi à obtenir un irm pour mon épaule (eh oui il m'a fallu suplier mois cela coûte trop cher à la sécu )faut entendre des trucs pareil) et là il me dise pas d'algo mais une arthropathie dégénérative del 'acromion claviculaire
voilà mon histoire qui je pense ressemble un peu à la votre
mais aucune solution à ce jour et les toubibs y en a marre
moi je me demande si je me dirrige pas vers une pr mes plaquettes sont toujours élevés et la vs un peu je crois
donc làj'ai décider de faire un break côté toubib parce que les démarches c'est moi qui les inspire à mon médein alors que cela devrait être le contraire voilà à bientôt avez vous repris le travail ???

Participez au sujet "douleurs articulaires symétrique"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "douleurs articulaires symétrique"

  • Il est impossible de faire une liste exhaustive des grossesses à risques c'est-à-dire des grossesses susceptibles de ne pas se dérouler normalement. Il est possible d'avancer que sur environ 100 grossesses 10 à 15 risquent de poser quelques problèmes.

    1) Les femmes âgées de plus de 38 ans risquent d'avoir un enfant mal formé plus fréquemment que les femmes plus jeunes. Ceci est encore plus vrai pour les femmes ayant déjà eu un enfant malformé auparavant ou encore celles porteuses d'une anomalie chromosomique, d'un remaniement chromosomique ou prenant quelques médicaments tels que des antiépileptiques entre autres.

    Les femmes présentant un taux d'hormone gonadotrophine chorionique ou d'alpha fœprotéine élevé entre la 14e et la 20e semaine ou encore une anomalie à l'échographie de la 20e semaine (épaisseur de la nuque, rapport BIP/ fémur supérieur à 1,80/). Ces patientes devant subir une amniocentèse (voir ce terme).

    2) Les femmes présentant un diabète gestationnel qui sont le plus souvent des femmes obèses ou avec des antécédents familiaux de diabète, un âge> 30 ans avec un enfant dont le poids est égale ou supérieure à 4 kg ainsi que les enfants malformés ou mort-né. Ces patientes devront subir un test de dépistage avec dosage de la glycémie à jeun et une heure après la prise d'une quantité de 50 g de glucose. Les femmes suspectées de pathologies en rapport avec glycémie à jeun anormal,sont celles qui dépassent 1,05 g par litre et 1,40 g par litre, une heure après la prise du sucre. Les maladies en rapport avec le diabète gestationnel sont l'hypertension artérielle, le risque de survenue d'augmentation de taille et de poids anormal du foetus (macrosomie), de mort durant la grossesse et d'infections.

    3) L'hypertension artérielle est le troisième facteur de risque. Celle-ci concerne généralement les femmes qui ont une grossesse pour la première fois, les femmes obèses, les diabétiques est celles dont l'âge est inférieure à 18 ans ou alors au contraire supérieur à 40 ans. Ceci concerne également les femmes ayant un membre de la famille déjà soigné pour diabète ou d'hypertension artérielle ou présentant elles-mêmes des antécédents personnels d'hypertension artérielle, de retard de croissance ou de mort d'un bébé durant la grossesse. Dans ce cas la vélocimétrie et le doppler des artères utérines effectués entre la 22 deuxième la 24e semaine sont nécessaires, permettant ainsi d'éventuellement prévoir ce type de maladie. La supplémentation en calcium à raison de 2 g par jour à partir de la 26e semaine diminue le risque de voir survenir une hypertension chez ses patientes. L' aspirine à faible dose c'est-à-dire 60 à 100 mg par jour, uniquement à partir de la 14e semaine et jusqu'à la 36e semaine permet de diminuer également la survenue d'hypertension et de retard de croissance.

    4) Le nombre de grossesses qui doit bien entendu être diagnostiqué très tôt, grâce à l'échographie représentent un autre risque de complication durant la grossesse et surtout d'accouchement prématuré c'est-à-dire environ 35 %. Les grossesses multiples favorisent ainsi la survenue de toxémie, d'anémie et de placenta praevia. Ici également l'échographie va permettre de préciser s'il s'agit d'une grossesse avec un seul oeuf ou éventuellement plusieurs.

    5) Le risque d'accouchement prématuré survient en particulier chez les personnes vivant en milieu socio-économique défavorisé. Le travail pénible, l'éloignement du lieu de travail, logement, le tabagisme et l'alcoolisme sont d'autres facteurs du même acabit. La multiparité c'est-à-dire le fait d'avoir présenté déjà plusieurs grossesses, les infections de l'appareil génital ou de l'appareil urinaire, un utérus la forme etc. sont d'autres facteurs de risque de voir survenir un accouchement prématuré.

    Les autres facteurs de risque sont la primiparité c'est-à-dire la première grossesse, les grossesses rapprochées, toutes les maladies de la mère, les grossesses négligées, les maladies cardio-vasculaires, un bassin rétréci, les antécédents de fausses couches, d'éclampsie, de césarienne, de dystocie gravidique, de malformations, de dysimmunisation, d'hémorragie de la délivrance, d'anémie, de fièvre.

    Les femmes présentant une grossesse à risque seront bien entendues suivi par un médecin spécialisé en gyneco-obstétrique dans un centre de grossesse à risque.

  • Fibromyalgie S'abonner Fibromyalgie : compréhension et prise en charge de la douleur ... La fibromyalgie est une affection chronique caractérisée par une douleur ...
  • Fibromyalgie S'abonner Fibromyalgie : traitements ... La fibromyalgie est une affection chronique caractérisée par une douleur ...
  • ... Stimulation magnétique transcrânienne et fibromyalgie ... par le patient au cours d'une maladie. En ce qui concerne la fibromyalgie ces symptômes sont essentiellement des douleurs dans la ...
  • Écoulement nasal abondant chez l'Homme.
    Ce terme a été employé par analogie à celui utilisé chez l'animal et plus particulièrement chez le cheval atteint de morve, maladie infectieuse très contagieuse chez les animaux mais rare chez l'Homme.
    Cette pathologie est due à un bacille gram-négatif (type de coloration utilisé pour le mettre en évidence) du nom de Pseudomonas mallei.

    Épidémiologie
    Si la morve a disparu en Occident, et plus spécifiquement dans les pays où la médecine vétérinaire s'est développée, elle sévit encore en Asie, en Europe orientale, au Moyen-Orient et en Afrique.
    Les germes à l'origine de cette pathologie proviennent des sécrétions (liquide fabriqué par une muqueuse constituée de cellules en contact avec l'air) qui s'écoulent du nez des animaux atteints de la morve ou de la gourme (jetage nasal), particulièrement le cheval.

    Une fois que le bacille a pénétré dans l'organisme à travers la peau (voie cutanée) par l'intermédiaire d'une plaie ou d'une excoriation (écorchure superficielle), mais aussi à travers certaines muqueuses, après passage dans les voies aériennes (on parle d'inhalation) ou encore à travers la muqueuse de l'appareil digestif ou de l'œil, il pénètre dans la circulation sanguine.