Portrait de Alpha 58

Bonjour,

voilà cela fait maintenant 1 mois que je souffre de rots très fréquents au cours de la journée et de la nuit, surtout la nuit d'ailleurs. Il m'arrive de me lever à 2H du matin et de roter pendant 3-4H avec des espaces de 10-15 minutes. Lorsque je m'allonge sur mon ventre, je sens des rots monter et je ne peux pas rester dans la position sur le ventre sans que des douleurs, sous forme de coups de poignard, apparaissent. Mon médecin m'a confirmé qu'il pourrait s'agir de dyspepsie. Sauf que je n'ai absolument rien changé à mon alimentation. Je continue à manger de tout, aux mêmes heures, etc. et un beau matin, je me suis levé avec ces douleurs à l'estomac. La prise de Météospasmyl, de Spasfon, de charbon, de Gaviscon, d'Esoméprazole, de Moxydar ne changent absolument rien à l'affaire. Les seuls jours où je n'ai pas trop mal sont ceux où je mange très peu. Je sais donc que cela doit venir de mon alimentation, mais comment ces douleurs peuvent parvenir du jour au lendemain sans avoir absolument rien changé à sa manière de s'alimenter ?

Ce que j'ai aussi du mal à comprendre, c'est comment je peux avoir ces problèmes alors que mon alimentation est meilleure qu'il y a 2 mois par exemple. A ce moment, je mangeais de tout et n'importe quoi sans avoir un seul souci. Et là même en mangeant moins et en faisant attention, je déclenche tous ces symptomes.

Merci d'avance pour vos contribution

Portrait de Ailleurs
J'aime 0

Bonjour, avez-vous trouvé une solution à votre problème ?

Participez au sujet "Douleurs abdominales - Eructations massives"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Douleurs abdominales - Eructations massives"

  • ... anorexie infectieuse ou bien post-infectieuse (survenant après une infection) qui permettra éventuellement au médecin d'apporter des ... permettent d'obtenir d'autres renseignements précieux.Après avoir éliminé une anorexie faisant suite à une infection dont la plus ...
  • ... certaines perturbations vont se révéler plusieurs années après la naissance. Il s'agit avant tout de retard cognitif (moindre ...
  • ... distinguée de:Satiété précoce : sensation que l'on a après avoir ingéré une toute petite quantité d'aliments.Sitophobie : peur ...
  • L'automutilation est une blessure d'une partie du corps exécutée par le patient lui-même. Il s'agit d'un comportement que les psychiatres considèrent comme une équivalence suicidaire avec une connotation auto-punitive survenant chez certains patients mélancoliques ou au cours d'un délire mystique.
    Parfois, l'automutilation, est la seule façon, pour le patient, d'exprimer certains arriérés (appartenant au passé). Comme pour l'autoaccusation, l'automutilation révèle quelquefois un désir masochiste de châtiment s'accompagnant d'une culpabilité sous-jacente.

    Les blessures concernent essentiellement les organes génitaux, les yeux et les mains.
    En ce qui concerne l'enfant autistique et les patients schizophrènes, l'automutilation est quelquefois en rapport avec des altérations du schéma corporel.

    Au cours du syndrome de Le syndrome de Lesch et Nyhan étudié par l'américain Michae Lesch en 1964, appelé également hyperuricémie congénitale, encéphalopathie hyperuricémique, est une maladie héréditaire dont la transmission se fait selon le mode récessif lié au sexe (il est nécessaire que les deux parents portent l'anomalie génétique pour que la descendance présente l'affection). Ce syndrome s'observe uniquement chez les garçons et se caractérise par l'association d'une chorée-athétose (maladie neurologique se caractérisant par des mouvements anormaux), d'une augmentation globale des masses musculaires, des difficultés à avaler s'accompagnant de vomissements et de troubles cognitifs (arriération mentale). Les patients présentent en plus une agressivité. L'autre caractéristique du syndrome de Lesch et Nyhan est l'habitude que les patients ont pris de se mordre les lèvres et les doigts ce qui peut entraîner, à la longue, une mutilation sévère.
    Les analyses de sang mettent en évidence un excès d'acide urique. Cet excès d'acide urique est susceptible d'évoluer vers l'apparition d'une goutte et quelquefois une insuffisance de fonctionnement de la filtration rénale.

    Il s'agit d'une maladie due à l'absence d'une enzyme dont le rôle primordial et de participer au métabolisme (gestion) des purines : l'hypoxanthine-guanine-phosphoribosyl-transférase. Une purine est une base azotée dont certains dérivés entrent dans la composition des acides nucléiques.

    Voir également :
    Automatisme psychique.

  • L'inceste est une relation sexuelle entre proches parents et précisément entre membres d'une même famille auxquels la loi interdit de se marier. Ce peut être par exemple le cas d'un père et de sa fille ou encore d'un beau-père et de la belle-fille.

    Il s'agit d'inceste quand on constate un rapport charnel entre deux ascendants ou descendants d'une même lignée génétique comme les parents et les enfants, les frères et soeurs les grands-parents et petits-enfants. Il peut s'agir également de relations sexuelles entre des parents par alliance ou bien unis par un lien de parenté résultant d'un mariage comme les beaux-parents, le beau-fils, la belle-fille, la bru, le gendre etc.

    Il existe plusieurs variétés d'inceste concernant les filles et les garçons et à l'intérieur du même foyer (plusieurs enfants). Il faut différencier les incestes masculins des incestes féminins.

    L'inceste père fille, est le plus fréquent. Les pères vont doucement amener leur fille à avoir des relations sexuelles avec lui sans obligatoirement l'obliger physiquement. Il existe également des incestes violents s'accompagnant même d'actes barbares. Généralement l'homme souffre d'intoxication alcoolique ou et dépendance à une autre drogue. Il s'agit le plus souvent d'hommes autoritaires, rigides et égocentriques.

    Les autres types d'inceste paternel comme l'inceste père-fils ou la beau-père-belle-fille ainsi que l'inceste avec le grand-père sont plus rares.

    Les incestes féminins se caractérisent par une relation entre la mère et le fils. Il semble que ce type d'inceste soit relativement fréquent, en tout cas beaucoup plus fréquent que ce qu'on pourrait croire. Généralement la mère effectue des caresses sur les parties génitales du fils et plus rarement la pénétration. Il peut s'agir quelquefois d'actes d'exhibitionnisme ou de voyeurisme.

    L'enfant, généralement, souffrira de troubles de la personnalité avec parfois un désir violent de mort à l'égard de sa mère.

    Les incestes entre la mère et la fille sont rares.

    En vertu du code pénal, toute personne ayant connaissance de mauvais traitements infligés à des mineurs de moins de 15 ans est tenue d'en informer l'autorité judiciaire.
    Cela concerne donc également les personnes tenues au secret médical, pouvant briser la confidentialité professionnelle.
    La loi réprime en outre la non-assistance à personne en danger et, sanctionne celui qui n'a pas agi pour empêcher un crime ou un délit contre l'intégrité corporelle d'autrui, alors que cela lui était possible sans risque pour lui ni pour les tiers.