Portrait de suizen

Bonjour ,mon ami a fait une cure de désintox en juillet ,il s'esr réalcoolisé déja 2 fois et est "vraiment" abstinent depuis 2 mois et demi.
Il ne veut pas replonger mais il est déprimé.
Il prends beaucoup de tranquillisants (lysanxia) ,et vomit trés souvent.
Il est agréssif envers moi ,pourtant d'un naturel gentil.
Ses vomissements si fréquents sont peut etre dus à l'anxiété ? ou à autre chose de plus grave?
La semaine dernière je suis partie car je ne supporte plus son caractère .Il n'est pas suivi par un psy et ne va jamais chez le généraliste ,se contentant de sa bonne volonté pour l'instant.
J'ai envie de me protéger mais aussi de l'aider car il a déja été abstinent 18 mois.
Si vous avez des conseils en tous genres à me donner je vous en remercie.

Portrait de julose
J'aime 0

bonjour
je viens de lire votre message et vous invite en toute amitié à vous interresser sur le syndrome Korsakoff j'ai fait remonter la discussion lancée par Trinquetaille.

SURTOUT protégez-vous ET SACHEZ qu'en aidant vous risquez de sombrer, il faut vous inquiétez, comme vous le faite, de ses troubles du comportements, les abstinents alcooliques deviennent souvent très agressifs ils sont en manque et seule une équipe médicale FORMEE pour l'aider , les conséquences irréversibles de destrtuction du cerveau par l'alcool ce n'est pas une légende...
en fait je frissonne de vous lire ET N'hésitez pas à poser d'autres questions
ici nous sommes des familles touchées et solidaires
à bientôt

Portrait de suizen
J'aime 0

Merci beaucoup de votre réponse. j'ai lu brièvement les post sur le syndrome de korsakoff et ça parait trés grave. Quels sont les premiers signes de la maladie débutante?
Avec les autres il est très gentil ,mais avec moi ;il semble avoir un comportement paranoiaque : il dit que je veux le dominer ce qui est faux.
Il me demande de revenir et j'hésite.On ne vit ensemble que depuis 8 mois et je l'ai énormément soutenu lors de sa cure et lors de ses 2 brèves réalcoolisations.
J'ai hélas le sentiment de lui servir plus d'infirmière que de compagne.*
C'est moi qui vais chez le médecin lui faire prescrire ses lysanxia et son stilnox pour dorlir.
Récemment ,je lui ai fait faire une analyse de sang pour savoir s'il était porteur de l'hépathite. (ce qui me préoccupait le plus car je ne connaissait pas encore toutes les maladies liées à l'alcoolisme.résultat négatif.
Il travaille mais il est désorganisé. Je pensais qu'il avait toujours été ainsi ,à présent je doute.
Je dois aller le voir lundi mais je ne pense pas revivre avec lui à cause de son comportement.
En effet ,vivre à ses cotés commence à m'angoisser.
Je me dis que c'est peut etre encore la période de sevrage qui est dure et qu'il pourra revivre normalement...
Le travail le sresse beaucoup.Il est en contact trés irrégulier avec " vie libre". C'est le seul soutien extérieur qu'il a.
Une fois ,à ma demande il a pris RV avec un psy et n'y est pas allé.
Voilà ce que je peux dire aujourd'hui. J'ai été un peu longue.
Ce forum que je découvre m'aide beaucoup mais me laisse de plus en plus sceptique. Il m'aide à prendre du recul sur la vie avec un alcoolique abstinent et peut etre à l'aider ou à le fuir.
Merci de m'avoir lue et de vos témoignages

Portrait de titinne
J'aime 0

Bonsoir ,

J'ai vécu un peu la même chose que vous en m'occupant pendant environ 15 ans d'un oncle alcoolique.
Il y a un an , suite à de fréquents vomissements et à un ictère , on lui a diagnostiqué une cirrhose. Il a , du jour au lendemain , arreté toute consommation d'alcool. Il est devenu ignoble avec son entourage et a trés vite fait le vide autour de lui . J'ai réussi à tenir le coup .
Il ne m'a pas fallu longtemps pour comprendre qu'il était au bout du rouleau , physiquement et psychologiquement . Paradoxallement , s'il souffrait beaucoup du rejet dont il faisait ( quelque part , à juste titre ) l'objet , il souffrait encore plus de son propre attitude et de sa déchéance. Et pourtant , il a continué sur cette voie , insupportable avec chacun , et pleurant dés qu'on lui tournait le dos.
J'ai passé ces derniers mois à le " pouponner " comme un enfant. Je sais que , derrière ses accès de colère , il n'y avait que de la souffrance , beaucoup de souffrance.
Il est dcd il y a un mois et j'ai pu lui tenir la main jusque dans la mort.
Je ne regrette absolument rien.
Maintenant , croyez bien que je suis tout à fait consciente de l'extrême difficulté à partager le quotidien avec une telle personne.
J'ai adoré mon oncle mais , même si je passais énormement de temps avec lui , je ne sais pas si j'aurais pu vivre en permanence à ses cotés.
Tout ça est un peu long , mais c'était " juste" pour vous dire de ne pas agir sans avoir tout bien pesé . Quelque soit la décision que vous prenez , il ne faudrait pas qu'un jour vous ayez des regrets . Aussi , que vous partiez ou que vous restiez , surtout , soyez sure de vous.

Pas évident , plus facile à dire qu'à faire ....

Bon courage à vous ,

Titinne

Portrait de suizen
J'aime 0

merci titine de votre réponse. Je ne voudrais pas le laisser tomber mais ne plus vivre avec lui au quotidien.
Je sais qu'il souffre mais il ne se rend pas compte qu'il me fait du mal alors que moi aussi je le pouponne qd il ne va pas bien. Je l'ai eu tout à l'heure sur msn qq secondes ,il était completement indifferent à moi et faisais des fautes. Il avait un comportement etrange et je me demande s'il ne s'est pas réalcoolisé.
Je croyais tellement qu'il allair redevenir "normal" aprés sa cure ... mais ça tourne au cauchemard .
Je le soutenais psychologiquement aussi mais il me faisair des repproches sans cesse. Je ne pouvais plus rien dire. Il interprétait tout.
Je vais réessayer de le contacter tout à l'heure.
Amitiés

Portrait de titinne
J'aime 0

Vous n'imaginez pas à quel point je vous comprends !

Je ne voudrais pas vous alarmer , mais les symptomes que vous décrivez , concernant votre ami , sont un peu inquiétants.
Mon oncle a commencé avec les mêmes.
Irratibilité , colère ,vomissements , fautes d'ortographe ou de syntaxe , etc , etc ...
Je pensais que tout cela était , dans un premier temps , lié au manque d'alcool.
Malheureusement , les médecins m'ont dit plus tard que c'était les symptomes du premier stade de l'encéphalopathie qui est un des signes de la cirrhose.
Encore une fois , je ne voudrais pas vous inquiéter plus que ça , mais , si je peux me permettre un conseil , il serait peut-être judicieux que votre ami voit un hépathologue.
Je crois que dans le cas d'une cirrhose compensée , le processus peut encore être ralentit , voire stoppé.
Par contre , je sais aussi que tout peut se dégrader trés vite , sans plus aucun recours et qu'il faut être trés vigilant et être à l'affut du moindre petit signe d'anormalité.
Je ne suis pas de trés bon conseil , n'ayant jamais eu la chance de connaitre une ammélioration dans l'état de santé de mon oncle.
J'espère que quelqu'un pourra me contredire.
En attendant , bon courage à vous ,

Avec toute ma sympathie ,

Titinne

Portrait de julose
J'aime 0

Titine a raison !

en relisant vos échanges je peux vous affirmer qu'il en est au stade de l'encéphalopathie et s'il n'est pas hospitalisé et pris en charge les dommages seront de plus en plus irréversibles

si vous avez la chance d'avoir pu faire le choix et de ne plus vivre sous le même toit, (je sais que c'est horrible à lire et à dire) continuez votre vie ailleur
et éloignez-vous le plus possible de tout ça, car vous ne pouvez pas l'aider

tous les malades alcooliques ont fait le choix de leur drogue et leur déchéance et certes ils n'avaient sans doute pas le choix compte tenu de leur passé, leurs souffrances, mais ont-ils le droit d'entraîner les autres dans cette descente aux enfers ? pour moi aujourd'hui j' AFFIRME QUE JE N'ai pas eu le COURAGE de le laisser tomber et un an après le placement de mon compagnon c'est nous qui nous faisons soigner !

je sais que ce message va vous choquer, mais dans quelques mois, revenez le lire et vous comprendrez.

Portrait de suizen
J'aime 0

je ne l'ai plus vu depuis 10 jours mais ce matin je l'ai eu au téléphone.
Ce qui me surprend le plus c'est ses changements d'humeur : tantot il est gentil (par mail) et veut que je revienne ,tantot il me dit qu'il a du mal à cicatriser le mal que je lui fait ! et ne veut plus me parler !
Je lui ai dit qu'on pourrait se revoir de temps en temps mais qu'au quotidien je ne peux pas.
Il se défoule ds le travail (il est à son compte )et dit que c'est cela qui le rend stréssé.
Ce matin j'ai cherché sur le net : ivresse mentale " et j'y trouve encore des points communs.
Ce matin ,je lui ai rappellé qu'il était encore en période de sevrage et que je sais qu'il est en difficluté.
Coté physique (vomissements) ,je ne sais pas comment il va puisque je ne suis plus là pour le voir.
Je lui ai tout de meme dit qu'il peut compter sur moi.

Au fond de moi ,je sais qu'il ne faut pas que je reste avec lui , mais ,je suis malgré tout qd meme attachée à lui;
Je reviens régulièrement sur le site pour me " désensibiliser".

Portrait de julose
J'aime 0

BONJOUR , nous sommes sur ce forum en même temps, et pendant que vous écriviez ici je répondais dans une autre discussion CECI :
( je fais un copié- collé ci dessous)

Nikita a écrit plus haut :

Avec du courage (c'est très difficile d'affronter le manque), le soutien des proches (compréhension mais aussi fermeté), l'aide d'un médecin (traitement médicamenteux adapté) et d'un psychothérapeute (pour comprendre comment on en est arrivé là), ...

moi je vous dis QUE CE N'est pas vrai !
c'est trop tard
c'est ce genre de phrase QUI m'a fait CULPABILISER à MORT ! Julose
_____________________________________________________(fin du copié)

s'il vous plaît ! lâchez prise avec lui !
écrivez moi en direct si vous le voulez et je vous mettrais en contact avec Trinquetaille, nous nous sommes connues sur ce forum et vous ne pouvez pas imaginez à quel point NOUS AVONS EU TORT de ne pas nous décider AUTREMENT et AVANT !

Portrait de suizen
J'aime 0

je suis partie c'est un 1er pas , j'ai pris toutes mes affaires.
Et ne suis pas prète à les ramener !
ce matin , je lui ai tout de meme rappellé qu il voit un psy.
Il me dit qu il est trés fatigué.
je ne vais plus le contacter de moi meme je crois. J'attends qu'il le fasse .
Je ne vivrai plus avec lui.
merci de vos réponses

Portrait de julose
J'aime 0

vous êtes formidable !
vous avez eu le courage que je n'ai JAMAIS eu

bravo ET bonne route à vous

Participez au sujet "dépréssion du sevrage?"