Portrait de martineA
J'aime 0

Enchaînant les tentatives l’une tout de suite après l’autre, à cause du traitement hormonal minimal requis pour la femme receveuse, comme on l’observe parfoi, les couples en fiv par don d’ovocytes semblent se trouver dans un état de deuil permanent ou impossible à accomplir, ça fait si mal au moral et c’est pourquoi il est souvnt nécessaire de laisser passer un pti temps avant de recommencer une autre tentative, dans mon contrat avec biotex il était prévu si jamais il y a échec, il revient à la clinique de me programmer selon l’état de mon corps

Portrait de piwi
J'aime 0

Justement c’est une question que je m’étais posée mais je n’ai toujours pas de réponse. A savoir combien de temps il faut attendre après un échec pour refaire la tentative suivante. Là j’ai un essai de réponse dans ce que tu dis. C'est-à-dire que c’est en fonction de l’état du corps que le médecin programme. Mais c’est encore vague dans mon esprit. Quel est tout de moyenne le temps d’attente entre 2 tentatives ? Je demande car il faut adapter aussi par rapport au côté professionnel.

Portrait de angeana
J'aime 0

Je comprends ce que tu essai d’exprimer Hopebb. C’est un sentiment qu’on n’arrive pas à décrire. Lorsque ce moment arrive où on a un coup de cœur. Un déclic qui nous fait comprendre au fond de nous que cette fois ci c’est la bonne. En fait c’est une évidence quand tu te sens à l’aise du premier coup. Mais tu ne nous as toujours pas expliqué ce qu’il y’avait de différent avec les autres. Bref tant mieux que tu aies trouvé bonheur et satisfaction.

Portrait de hopebb
J'aime 0

Je ne me sentais pas une maille financière et je mon chéri non plus, j’étais, comme vous, une femme emplie de ce désir infini d’être maman, et leur engagement fut de faire au mieux pour que je le devienne, tout cela à partir de tous les examens qui m’avaient demandé absolument de refaire, estimant parfois que ceux que j’avais fait ici n’étaient plus expressifs, et tout cela à leur frais à partir du contrat signé et une petite avancé de 2 mille euros fait par ma carte bleue, oui au mieux , voilà sans garantie de résultat cela va de soi mais au mieux, et nous sommes parvenus ensemble à ce magnifique changement.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Je ne comprends pas pourquoi beaucoup prennent cela comme du business. Pourtant c’est du donnant-donnant entre la clinique et le patient. Il faut bien payer pour le service et tout ce que ça comporte. Vu que le traitement exige des dépenses de grandes dépenses financières. S’il s’agissait du simple business où seul l’argent importe. Ils ne se gêneraient pas à faire des examens. A vérifier que certaines conditions sont remplies etc.

Portrait de hopebb
J'aime 0

Même en début de grossesse, mon aimable coordinatrice qui finalement devenue une amie répondait toujours présente dès que je la contactait, mes angoisses sont toujours dissipées par katya ou héléna du labo, elles sont encore et ont toujours été extrêmement réactives, attentives et compréhensives. Je n’ai jamais eu à attendre…jamais…toujours très disposée et ça ce fut et ça reste encore extrêmement rassurant, je dois insister sur aspect qui fait tant de bien au moral et au mental, car cela fait tant défaut ici chez nous et dans pas mal d’autres structures de pma, l’empathie et la proximité à l’endroit des patientes

Portrait de miinouu
J'aime 0

en fait rien de bien compliqué tout ça, causes un peu plus avec ton gygy et tu verras, c’est vrai que pour meubler mes heures perdues à biotex, je causais bcp avec le personnel medical ou d’autres femmes ayant déjà fait du chemin en pma, comme quoi le transfert au stade de blastocyste s’adresse à des patientes qui ont obtenu un nombre élevé de brybrys de qualité après un cycle de fiv ou de don d’ovocyt ma puce, cela permet de sélectionner tous les brybrys et de transférer les meilleurs les quoi, voilà un peu la logique du truc et parfois on precises tt cela dans ton bulletin de santé

Portrait de tchoutchouu
J'aime 0

Justement je posais la question hier si la coordonatrice en question est réactive. Puisque tu ne confirme que oui, je suis rassurée. Est ce qu’il y’a plusieurs coordinatrice ? Parce que ce n’est pas la première fois j’entends parler de cette même Katya. Si c’est la seule, dans ce cas comment fait-elle pour s’en sortir. Avec le nombre impressionnant de patientes qu’on peut imaginer. Mais ce serait aussi bien si le suivi allait jusqu’en fin de grossesse.

Portrait de hopebb
J'aime 0

Je ne saurais assez remercier le docteur vladimir, katya, ma principale coordinatrice, héléna et le docteur salenko du labo et plein d’autres dont les noms m’échappent ici, et tous ceux qui sont dans l’ombre et que je ne puis remercier nommément je dois le dire, je leur avait d’ailleurs fait un mail de remerciement là-dessus part mon mari et je leur serait eternellement reconnaissant pour tous ces bienfaits, ils ont compris qu’il y a pas que le gain financier qui compte, mais d’abord la satisfaction de la patiente, à vous toutes et tous : merci, merci, merci….merci encore. Vous avez contribué pleinement au rêve de ma vie, de notre vie !!!

Portrait de mimichou
J'aime 0

Je sens de l’émotion dans tes écrits Hopebb. Ça m’intéresserait de connaître ton parcours. Et comment s’es-il achevé, je suppose que bien. Et ton enfant, comment va-t-il et il a quel âge actuellement. Je vois vraiment de la sincérité dans tes remerciements. Certains pensent que le fait d’avoir payé ne nécessite plus d’adresser des remerciements. Mais en réalité on se rend compte que ce qui a été payé ne vaut pas le bonheur qu’on a en retour.

Portrait de miinouu
J'aime 0

voilà pourquoi mon gygy à biotex recommandait aussi cela après des échecs de transfert au troisème jour de fécondation, le transfert d’un seul brybry est de plus en plus recommandé contrairement à ce que disait linda ici il y a pas mal de temps, surtout pour les femmes de plus de 40 ans comme elle et qui utilisent des ovocytes issus de don dans leur traitement, en fait lors de notre première consultation, biotex va t’ouvrir un dossier clinique en recueillant soigneusement l’information nécessaire de votre couple,

Portrait de miinouu
J'aime 0

et aussi en insistant surtout sur les antécédants personnels et familiaux et sur les possibles traitement réalisés préalablemennt pour toi, voilà pouruoi tu devras leur envoyer tous ton vieux dossier, parfois traduit en ukrainien comme c’était le cas pour nos, mais aujourdhui leur departemen français s’en charge, le médecin étudira les analyses déjà existantes, donnera en détail les exams nécessaires à faire pour completer l’étude de ton couple, et une fois les résultats obtenus, ils te proposeront différentes options d’éventuels traitements en fonction des possibilités de réussite pour votre cas ma puce

Portrait de mariboss
J'aime 0

C’est un vrai travail de préparation ça. Rien n’est fait au hasard, je comprends pourquoi d’aucun parlent de professionnalisme. Où est e rapport entre le transfert d’un seul brybry à la 2ème tentative et l’âge de la patiente ? Ma plus grosse peur maintenant que je vous ai lu. C’est que le moment venu en prenant contact avec la clinique, on dossier ne soit pas accepté. C’est vrai que c’est excellent que les conditions soient réunies. Mais la crainte c’est d’imaginer qu’on soit de ceux qui ne remplissent pas les conditions pour suivre le programme.

Portrait de diams56
J'aime 0

comme quoi tout cela rien n'est vraiment et rien n'est acquis davance il faut le dire, nous savons toutes que la maternité de substitution est un processus qui met les nerfs à rude épreuve et qui prend beaucoup de temps et d’efforts, je dois reconnaitre que j'avais fini par comprendre que le choix de clinique internationale de reproduction est une sorte de saut dans le noir., que ce soit en espagne, en grece ou encore en ukraine qui fait tant parler ces derniers temps, je dois avouer que c'est pourquoi il est très important d'être informé, je dirai meme etre bien informée hein, car il est evident que plus nous avons d'informations, mieux sera notre choix, comme quoi il faut prendre tout son temps et je trouve que les forums sont une source de recueil d'informations magnifik

Portrait de angeana
J'aime 0

Biensûr Diams que c’est très important de s’informer. Quand on est informé, l’international n’est plus si étranger. Encore moins un saut vers le noir. Quelqu’un parlait de village planétaire rendu possible par internet. Ça devient de plus en plus récurrent que certains patients ailles se faire traiter à l’étranger. Donc c’est un phénomène qui ne devrait plus nous faire peur. Du moment où on cherche l’information, on peut tout savoir.

Portrait de anoelle
J'aime 0

Ne perdons jamais de vue que le don d’ovocytes qui nous fait courir de partout est une méthode de traitement remarquablement efficace y compris dans des cas douloureux ou désespérés , nous sommes bien placées pour savoir tout ce que l’on peut endurer dans ce parcours et surtout ici, mais malgré tout cela il est important à mon avis de dire à celles là qui revent d’avoir un enfant comme nous aussi que c’est bien tout cela qui encourage les couples et motive les équipes, cette option du don d’ovocytes qui offre tant de possibilités de voir enfin la soleil briller aussi sur nos vies,

Portrait de geraldine-mooser
J'aime 0

looool ah oui quoi, je pense que elles sont généralement âgées de moins de 36 ans au moment de ce don en Espagne et meme ici en France, biotex limite l’age de ses donneuses à 29 ans, tu vois qu’elles sont toutes jeunes et par conséquent des ovocytes en excellentes qualité et des chances parfois triplées de voir sa tentative aboutir quoi, pour les autres espérons vrmt qe les choses vont changer en accord avec la loi n
probable que le nombre de donneuses pourra augmenter et que leur âge moyen connaîtra une baisse significative ici en france

Portrait de rorol
J'aime 0

C’est vrai ce que tu nous dis là Géraldine ? J’en apprends des choses ici hein !!! Mais c’est terrible qu’à certains endroits l’âge des donneuse aille jusqu’à 36 ans. Je comprends de mieux en mieux la raison des échecs. Pourtant tout le monde est au courant que la fertilité de la femme à partir de 35 ans. Comment peut-on prendre une femme de 35 ans pour être donneuse d’ovules. C’est inconcevable pour moi, très franchement.

Portrait de fleurdelys
J'aime 0

Moi j’aimais souvent l dire meme à ma collegue qu’en renonçant à la mere qu’elle ne cesse cependant d’appeler, ou encor en renonçant à l’enfant qe pourtant elle aime, la femme en general meme ci c’est pa toutes consent à mon avi au déchirement et offre à l’enfant le lieu de sa déchirur, cela se comprend bien mieu lorsque a subi toute cete torture et que par la suite on se voit réussir sa pma et on a enfant, on comprend alor bien mieux l’autre qi souffre en face de nous vu que nous étions il y a peu de temps, comment ne pas rendre hommage au don d’ovocyte et les bon spécialiste qui nous ont permi de réaliser nos reves

Portrait de nunoa
J'aime 0

Peut être ce serait même bien que le personnel médical de PMA comprennent des femmes qui sont elles aussi passées par la PMA. Cela les rendrait plus sensibles au désarroi des patientes. On a beaucoup lu ici des femmes qui se sont plaint de l’indifférence, voir de leur agressivité. C’est souvent un peu comme si on les dérangeait avec nos problèmes. C’est très vrai que tant qu’on n’est pas passé par quelque chose on ne peut pas bien comprendre. A moins d’être psychologue, ce qui n’est pas le cas de la majorité de notre entourage.

Portrait de missyreal
J'aime 0

On n’a pas forcément besoin de passer par une situation pour la comprendre. Je suis d’accord qu’on ne peut pas la comprendre aussi bien que si on l’avait vécu. Mais quand on est emprunt d’empathie, on comprend les gens facilement. Il suffit d’avoir vécu avec des gens qui ont soufferts pour devenir sensible. Quand on a un de nos proches qui a souffert d’un mal, on en devient sensible. Ce n’est pas pour rien qu’i y’a des gens qui s’offre à de l’humanitaire. Le premier remède d’un malade c’est de se sentir compris.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Moi je trouve même que le parcours de don d’ovocyte n’es pas douloureux entend que tel. Ce qui rend cela douloureux c’est tout d’abord le moment où on apprend notre maladie. Et qu’on apprend qu’on ne pourra plus être génitrice. Ensuite ce qui rend aussi le parcours difficile ce sont les échecs. Et la plupart des échecs sont du fait de mauvais diagnostique. Mais quand le diagnostique est bon dès le départ, tout va très vite. Et l’expérience n’est pas traumatisante.

Portrait de anoelle
J'aime 0

malgré tout, les données que bon nombre d’entre avons par nos expériences si longues expriment j’ai envie de le dire une augmentation du risque des
grossesses obtenues tout particulièrement chez les femmes les plus agées les filles, on doit pouvoir le dire et le reconnaitre que les ages trop avancés sont à coup sur un risque malgré toutes les précautions q les cliniques professionnelles comme biotex prennent pour minimiser ces risques avec, c’est pourquoi meme si je ne suis pas d’accord des méchant 42 ans de limite ici chez nous, je penche pour une limite de 50 ans pour la femme, c’est mon avis

Portrait de clementine24
J'aime 0

C’est très souvent pour cette raison il me semble bien que des femmes qu’on qualifie parfois de nullipares pourront donner leurs ovocytes, il est fort donc que dans la mesure où le recrutement des donneuses est principalement relationnel, c’est a dire par l’intermédiaire des couples infertiles demandeurs de don d’ovo eux mem car c’et souvent ainsi, vu que trouver les donneuses est si difficile ici, les femmes fécondes se proposant donc pour devenir donneuses ont donc le même âge que les futures receveuses, vous voyez donc que tout coup on n’a pas les meme chances qu’en ukraine ou on dispose de plein de donneuses à la convenance de la patiente

Portrait de pumpum
J'aime 0

Donc en France les conditions pour être donneuses ne sont pas les même. A savoir qu’elle ne se limite pas à 29 ans. Il doit s’agir du cas où la donneuses est connue de la patiente. Du genre c’est elle-même qui vient avec sa donneuse. A ce moment peut être les conditions ne sont pas celles des donneuses anonymes volontaires. Comme par exemple l’obligation d’avoir déjà eu au moins un enfant. Puisque Clémentine parle de nullipares, c’est la première fois que j’entends cette expression.

Pages

Participez au sujet "De quoi dépend la réussite d’une FIV?"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.