Portrait de pumpum

Bonsoir chères toutes j’espère que vous vous portez bien. Ne trouvez vous pas que le don d’ovules est une sorte de d’instrumentalisation de l’être humain ? Une sorte de commerce de l’être humain. Quand on va jusqu’à mettre les donneuses sur catalogue un peu comme si c’était des marchandises. Ensuite on les paye pour ce qu’elles font. Que pensez-vous de cette manière de considérer la chose? Surtout vous qui êtes passées par là.

Portrait de pumpum
J'aime 0

Bonsoir chères toutes j’espère que vous vous portez bien. Ne trouvez vous pas que le don d’ovules est une sorte de d’instrumentalisation de l’être humain ? Une sorte de commerce de l’être humain. Quand on va jusqu’à mettre les donneuses sur catalogue un peu comme si c’était des marchandises. Ensuite on les paye pour ce qu’elles font. Que pensez-vous de cette manière de considérer la chose? Surtout vous qui êtes passées par là.

Portrait de tchoutchouu
J'aime 0

Bonsoir Pumpum et merci de demander nos avis à propos de cela. Là je vais m’exprimer entend qu’ancienne donneuse d’ovules. Pour moi, donner mes ovocytes était un moyen de m’accomplir. Je me sentais utile quand e pensais que j’offrais une famille aux personnes. Ce n’est pas du commerce car ce n’est pas le centre qui est venu à moi. C’est moi qui suis allée vers le centre entend que volontaire. Et je ne parlerai pas de paye mais de dédommagement, pour ce qu’on a pu donner.

Portrait de mimichou
J'aime 0

Le fait de mettre en catalogue les photos des donneuses !!! Je ne considère pas cela comme les marchandiser. Car elles ont leur mot à dire. Et comme Tchouchou le dit, elles viennent volontairement. Si j’avais la possibilité de causer avec ma donneuse, lui demanderais comment elle se sent. Si elle trouve que je lui ai pris quelque chose ou son histoire. Bref c’est mon humble avis là-dessus. Tchouchou est mieux placer pour nous dire.

Portrait de tchoutchouu
J'aime 0

Non je ne pense pas que la receveuse m’est redevable. Ce n’est pas une partie de mon histoire qu’on me vole. Si une mère me demandait si j’ai une envie de voir le bébé issu de mes ovules. Ou si elle me demandait si je ne trouve pas que c’est une partie de moi. Je répondrais que non, c’est une histoire qui commence pour une autre famille. Et je n’en fait pas partie, je ne fait même pas partie de l’histoire car je n’ai pris attache avec personne. C’est leur histoire à eux tout simplement.

Portrait de angeana
J'aime 0

Effectivement, la personne concernée c’est surtout l’enfant. Qui voudra sûrement savoir plutard qui est sa mère génitrice. J’ai appris qu’il y’a des livres de contes qui permettent de parler du don d’ovo aux enfants. Pour qu’ils comprennent petit à petit que c’est quelque chose de normal. Et qu’ils comprennent pourquoi ses parents ont dû y recourir pour l’avoir. Il y’a de plus en plus de documentation qui sont faites pour ça. Même su internet, on peut retrouver tout cela.

Portrait de piwi
J'aime 0

C’est vrai que parler de donneuses qui sont présentées dans des catalogues, c’est un peu comme de la marchandise hein. Je pensais souvent à ça intérieurement mais je n’en parlais pas. Je n’osais parce que c’est un traitement auquel j’a envi d’avoir recourt. Et je ne peux pas me permettre de le fustiger. Mais il y’a quand même qu’en France on fait bien de ne pas payer les donneuses. Parce que c’est cette paye là qui assimile un peu ça au commerce. Bien que que ça nous porte préjudice ici, je me dis que c’est pour cela qu’elles ne sont pas assez nombreuses.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Rémunérer les donneuses c’est le bon mot. Ou dédommager comme a dit Tchouchou. Cette rémunération allait rendre la chose comme un commerce si les montants étaient différents. Or je pense bien que c’est le même montant qui est donné à chaque donneuse. Le commerce reviendrait à payer les donneuses différemment par rapport à leur physique par exemple. Soit payer plus cher si on souhaite avoir une blonde. Soit payer tel autre montant pour avoir une de grande taille, etc. Ce n’est pas de la sorte que ça se passe.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Mais toutes reçoivent je crois le même montant. On ne saurait donc parler de commerce. La preuve les résultats sont souvent différents. Certaines receveuses tombent enceinte de jumeaux ou jumelles. D’autres pas mais ce n’est pas pour ainsi dire qu’on va rajouter de l’argent à tell ou à telle donneuse. Moi je pense même que la compensation qu’elles reçoivent n’est pas à a hauteur de leur geste. Donner une famille, donner la vie.

Portrait de Aquah
J'aime 0

Slut pumpum il faut dire que par rapport a cette question les avis diverges et il sera vraiment difficile de trouver ici l’unanimité ; pour moi personnellement je ne considère pas la gpa comme une marchandisation de l’etre humain ; et quand bien meme les meres porteuses recevoives une contrepartie financière pour leur acte de solidarité cela ne saurait etre perçu comme du commerce ; pour moi la gestation pour autrui reste une solution medicale qui constitue un vrai espoir les couples souffrant reellement de sterilite ; malheusement on peut assister à demandes fantaisistes de la part de certains clients dans les cliniques et cela est bien dommage ; c’est pour cette raison qu’il serait interressant que les etats prennes des mesures pour un meilleur encadrement de cette pratique ; certains comme l’ukraine ont compris cette nécessité et ont entamé depuis quelques mois une revision de leur legisaltion en matière de gpa ; ce qui a occasionné un arret des signatures de nouveaux contrats pour une reprise dès la sortie de la nouvelle loi ;

Portrait de pumpum
J'aime 0

Bonjour Aquah et merci pour ta contribution. Sauf que tu n’as pas parlé du don d’ovules. C’est principalement cela qui était l’objet de mon sujet. C’est vraiment dommage qu’il y’en ai qui choisissent certaines techniques de PMA juste par fantaisie. Soit disant ne vouloir pas déformer leur corps. D’autres même refuse d’allaiter leurs bébés pour garder leurs seins fermes. C’est justement cette catégorie de personne qui rend la chose comme du commerce.

Portrait de mimichou
J'aime 0

Heureusement qu’en Ukraine par exemple on s’assure que les femmes qui viennent en PMA ce n’est pas par fantaisie. Il faut prouver que la patiente souffre d’un problème de procréation. Sinon elle n’est pas admise. Je trouve cette initiative bonne et logique. Même en France on privilégie les plus désavantagés. Comme par exemple les femmes qui n’ont pas encore eu d’enfant par rapport à celles qui en ont déjà. Sûrement pour donner la chance à celles qui n’en ont pas encore d’en avoir au moins 1.

Portrait de pumpum
J'aime 0

Vous voyez donc les filles que quelque part on lance la pierre au système de PMA en France pas toujours à raison. Si on prend par exemple le cas dont on se plaint souvent concernant les femmes célibataires par rapport aux couples. Je pense que les couples sont privilégiés pour une bonne raison. Parce que, étant déjà en couple, on se dit qu’ils sont déjà dans les prédispositions qu’il faut. Se mettre en couple c’est déjà se donner une chance de faire un enfant. On peut estimer donc que ces derniers ont fait un effort et malgré tout n’y arrivent pas. Alors il faut les aider par rapport à ceux qui n’ont pas fait d’effort en quelque sorte.

Portrait de pumpum
J'aime 0

C’est à peu près pareil avec les femmes de plus de 43 ans qui ne sont pas admises. On peut se dire qu’une femme qui veut mettre toutes les chances de son côté pour procréer, doit tenir compte de l’âge. Car on sait qu’à plus de 35 ans la fertilité de la femme diminue. La jeune femme qui n’arrive pas à procréer est prise en charge car, on peut estimer que cette femme aura fait ce qu’il faut et à l’âge qu’il faut et que ça n’a pas marché. Mais quand une femme atteint déjà plus de 43 ans, à quoi s’attend t-elle ? C’est à croire que depuis tout ce temps elle n’a pas essayé. Car si elle avait essayé depuis longtemps elle aurait cherché la solution avant les 43 ans.

Portrait de angeana
J'aime 0

Mais Pumpum, là aussi il y’a un peu d’injustice. On ne peut pas toujours dire qu’une femme de plus de 43 ans infertile n’a pas fait ce qu’il faut. Comme moi par exemple, je suis mariée depuis très longtemps. J’ai eu ma première fille quand j’étais jeune. Et c’est quand je cherchais à avoir a 2ème fille que ça a bloqué. J’avais déjà plus de 42 ans, est ce qu’on dira que je n’avais pas fait ce qu’il fallait quand il était temps ? Bon il est bien vrai que j’avais déjà au moins un enfant.

Portrait de tchoutchouu
J'aime 0

Je comprends donc peut être pourquoi on demande aussi en France d’être en couple depuis au moins 2 ans. Car pour les personnes qui se sont nouvellement mis en couples. On peut se dire qu’ils n’ont pas encore vraiment essayé de faire un enfant. Or après 2 ans de couples, on peut estimer que le couple a eu assez de temps pour essayer de faire un enfant en vain. Donc privilégier ceux qui ont déjà fait beaucoup d’efforts mais en vain. Parce qu’effectivement, quand on est célibataire, on ne met pas les chances de son côté pour procréer. Et je trouve quand même ça logique.

Portrait de abralise
J'aime 0

Bonjour Tchouchou, c’est certes logique ce que tu dis. Mais qu’en est-il de l’interdiction du double don en France. On sait que sûrement la plupart des patients qui sollicitent le double don ce sont les personnes célibataires. On peut dire que c’est logique de ne pas les privilégier parce qu’on se dit qu’elles ne se sont pas mises dan les conditions plus favorable à avoir un enfant. Notamment se mettre en couple et bénéficier de l’apport en sperme de sont compagnon pour féconder avec ses ovules. Sauf qu’il y’a aussi des couples de plus de 2 ans dans lesquels autant la femme que l’homme sont atteints d’infertilité.

Portrait de abralise
J'aime 0

Est ce que dans ce cas là on pourrait aussi dire que ce couple n’a pas tout essayé ? Ou ne s’est pas mis dans les conditions propices à procréer ? Pourquoi donc les priver d’un PMA pendant que d’un côté d’autres couples sont pris en charge ? Là je ne trouve pas cela logique. J’imagine qu’on peut trouver égoïste pour un couple de solliciter à la fois le don d’ovule et le don de sperme. Sauf qu’il n’y a rien d’égoïste, car ce n’est pas par fantaisie. C’est une maladie qui l’exige.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Je rectifie ce que tu dis Pumpum. En France, on ne privilégie pas les couples par rapport aux célibataires. Quand tu parle de privilégier, c’est comme si après s’être occupé des personnes en couple, on s’occupe tout de même des personnes célibataires. Or en France les célibataires ne sont même pas admis. Pareillement les couples de moins de 2 ans ne sont pas admis. Donc c’est plus catégorique que ça en a l’air. Je pense qu’ils peuvent encore assouplir la chose. Justement en admettant toutes ces catégories, même s’il faut privilégier certaines.

Portrait de piwi
J'aime 0

C’est vrai ce que tu dis Patpatrol. C’est bien beau de dire qu’il faut admettre toutes les catégories tout en privilégiant certaines. Sauf qu’il faut d’abord réussir à épuiser la liste de tous les couples en attente. Ils sont probablement très nombreux, ceux qui sont en couples. Si déjà on n’arrive même pas à tous les prendre en charge, comment peut-on rajouter les personnes célibataires. C’est peut être pour cela que les personnes seules et les couples de moins de 2 ans ne sont tout simplement pas admis. Ce serait comme leur donner de faux espoirs.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

Comme tu dis, ne serait ce que pour ces couples, les délais d’attentes sont très longs. Et ils n’arrivent pas à tous les prendre en charge, la demande est beaucoup plus grande que l’offre. Mais à qui la faute ? Le principal problème réside sur la disponibilité des donneuses. Elles sont très peu nombreuses, et c’est aussi de leur fait. Probablement parce qu’elles ne sont pas rémunérées. Sinon, qu’est ce qui explique qu’ici il n’y ait pas assez de donneuses comme à l’étranger ?

Portrait de angeana
J'aime 0

Voilà pourquoi je trouve le service de Biotex impressionnant. Car chez eux toutes les catégories sont admises et prises en charge dans les brefs délais. C’est hallucinant, la seule condition d’admission c’est de souffrir d’un problème d’infertilité, ce qui est logique. Et justement la clé c’est au niveau du nombre de donneuses. Plus de 400 dans leur base, il y’a de quoi satisfaire un grand nombre de patientes. Toutes catégories confondues, célibataires, les plus de 43 ans, les couples peu importe la durée du couple. Malgré ce nombre impressionnants de patients, tous sont reçus dans les brefs délais.

Portrait de olga80
J'aime 0

Il n'y a que celles qui peuvent avoir des enfants "facilement" qui peuvent parler de marchandisation du corps humain. Le don est un libre choix et pour certains couples c'est le seul moyen d'avoir l'espoir de fonder une famille. Les critères d'adoptions sont de plus en plus étroit et devoir se remettre au bon vouloir de psy pour avoir le droit d'être une famille ça aussi c'est injuste!

Portrait de mimichou
J'aime 0

Eh oui Olga, c’est facile à dire lorsqu’on n’est pas confronté à cette situation. Du moment où la donneuse le fait volontairement, on ne peut pas parler d’instrumentalisation. Au contraire ces donneuses veulent aider des femmes, des couples en détresse. Ça ne leur coûte pas grand-chose. De plus la contrepartie ne peut pas vraiment être considérée comme un paiement. Car ce qu’elle reçoive ne vaut même pas ce qu’elle offre. Alors je suis d’accord avec toi Olga.

Portrait de mariboss
J'aime 0

Ce n’est pas parce que les photos des donneuses sont mises dans des catalogues qu’on doit parler de marchandise. C’est trop léger comme argument. De toute façon, si c’était le cas, les droits de l’homme feraient sûrement une loi. Qui interdirait cette pratique. C’est une chance pour celles dont les ovocytes ne sont plus viables. C’est un peu comme le don d’organe. Pourquoi dans ce cas là on ne parle pas de marchandisation.

Portrait de patpatrol
J'aime 0

De toutes les façons, moi je suis heureuse et reconnaissant envers ma donneuse pour m’avoir donné ce cadeau. Je n’ai pas encre entendu qu’une donneuse s’est plaint d’avoir donné ses ovocytes. La preuve a plus vivante que ce n’est pas du commerce. C’est le cas d’ici en France où les donneuses ne sont pas rémunérées. Où est donc le commerce, ce n’est pas parce qu’ailleurs elles ont une contrepartie que ça le sera pour autant. C’est égoïste de le penser, pensez à toutes celles qui sont au bord du suicide. Parce qu’elles sont incapable de donner naissance.

Pages

Participez au sujet "Considérez-vous le don d'ovocytes comme une instrumentalisation de l'être humain?"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.