Portrait de solutionsante

Bonjour, 

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous intéresser à la nutrition pour surveiller notre alimentation parce que nous rendons compte de plus en plus de son impact dans notre : 
- état de santé 
- état de bien-être
- niveau d'énergie (vitalité) 

C'est pourquoi, je vous propose quelques conseils pratique sur la nutrition si cela peut vous aider comme cela m'a aidé personnellement parce que nous manquons parfois d'information sur ce que nous mangeons. N'hésitez pas à ajouter vos conseils et apporter des explications constructives. 

1. Limitez la consommation de sucreries raffinées. 

Les sucreries raffinées sont des calories "vides". Elles apportent uniquement de l’énergie pour se dépenser mais aucun nutriment pour nourrir cellules et tissus.

Le sucre raffiné sous toute ses formes (aliments, sucreries, boissons, …) pénètre rapidement dans l’organisme et fermente pour former de :
- L’acide acétique
- L’acide carbonique
- L’alcool

L’acide acétique est notamment utilisé pour brûler les verrues donc on imagine bien les dégâts sur nos muqueuses délicates.

La plupart des sucres (blanc, roux, mélasse, sirop d’érable, …) sont chauffés et transformés, c’est pourquoi notre ne les reconnait pas et ne peut pas nous avertir de leur conséquences pathologiques. A l’inverse, si vous consommez des fruits ou du miel, vous constaterez qu’au bout d’une certaine quantité, votre corps vous poussera à arrêter la consommation pour éviter la surcharge par différents signes (nez qui coule, dégoût dans la bouche, langue qui pique, ou dans le pire des cas des vomissement). Le corps reconnait ces sucres naturels.

2. Privilégier les laits végétaux.


Bien que le lait n’est pas indispensable et vital à l’alimentation humaine, on constate que le lait de vache présente certains inconvénients sur le point de la santé :
- 3 facteurs de croissances inadapté à l’homme mais au veau
- 300 fois plus de caséine que le lait maternel
- calcium inorganique en grande quantité
- lactose, un sucre inadapté à l’homme

Pour annuler l’effet des facteurs de croissance, il est important de faire bouillir le lait parce qu’à l’heure actuelle la seule pasteurisation permet de détruire les germes mais pas les facteurs de croissance.

De manière plus subtile, il faut voir les aliments comme de l’information que l’on donne à notre corps. Si on donne du lait de vache destiné par la nature à un veau, les informations contenus dans le lait seront du type : prendre 3 kilos par jour, faire pousser la queue, faire pousser les cornes, … Ces informations sont inadaptés à l’organisme humain.

La caséine est l’une des deux protéines du lait avec la whey. Protéine qui sert à bâtir la structure corporelle. Cette concentration de caséine permet à un veau d’atteindre un poids de 500 kilos à 1 tonne à l’âge adulte.

Le calcium est présent en grande quantité dans le lait de vache mais sa qualité est de nature inorganique. Or notre corps est fait de substances vivantes et a besoin d’éléments organiques pour être assimilé. Le calcium de meilleur qualité se trouve dans les légumes notamment les légumes verts comme le brocoli, …

Le lactose est ajouté pour donner du goût aux produits laitiers. De plus en plus de personne sont intolérants au lactose dont les enfants, pas surprenant.

C’est pourquoi, pour les habitué des produits laitiers, privilégier les laits végétaux, il y en a pour les goûts. Si vous voulez garantir une meilleur qualité pour votre lait, vous pouvez le faire vous-même à la maison, cela vous permettra les additifs alimentaires que l’on peut trouver dans les bouteilles du commerce.

3. Limitez Les céréales cuites et transformés.


Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on a transformé les céréales en particulier le blé pour une agriculture de très haut rendement. La transformation du blé l’a rendu nocif notamment par sa teneur élevé en gluten.

C’est pourquoi, il y a les produits sans gluten pour les intolérants. Maintenant, il faut comprendre que les céréales cuites contiennent des amidons sous forme concentré. Or la molécule d’amidon est non soluble dans l’eau et se déplace sous forme solide dans le sang et la lymphe. C’est la même qui peut s’accumuler dans les émonctoires et tapisser leur parois.

Je vous conseille de limiter la quantité de céréales à quelques fois dans la semaine et non tous les jours à tous les repas comme c’est recommandé à l’heure actuelle depuis les années 1980. Les céréales sont apparus entre 8000 et 12000 selon les anthropologues comme nourriture de réserve ou d’urgence en cas de famine parce que les céréales peuvent se conserver facilement et longtemps.

Vous avez des solutions qui sont beaucoup moins riche en amidons que nos féculents et farineux traditionnels comme le sarrasin, le quinoa, etc…

4. Consommez de la viande de qualité.

Notre anatomie et notre physiologie n’est pas de nature carnivore :
- Nous avons une dentition avec une majorité de molaire destinée à broyer les végétaux, nous n’avons pas des incisives plus longues que les autres dents pour déchirer la chaire animale
- Nous avons de long intestins contrairement aux carnivores qui ont des petits intestins pour éviter que la viande ne fermente dans l’organisme
- Nous avons des petits reins qui permettent de filtrer une petite quantité d’acide urique produit en abondance pendant la digestion de la viande. Les carnivores ont des reins volumineux et puissants.
- etc …

C’est pourquoi nous devrions limiter la consommation de viande également si on en a la motivation. En revanche, les produits animaux ne sont pas tous les mêmes. Privilégier les produits animaux issues des bêtes élevés en plein air et nourri avec soin. Dans les boucheries artisanales, vous pouvez facilement prendre de la viande de bonne qualité. A côté, les viandes de nos supermarchés viennent d’élevage intensifs dans lesquels on administre des substances pour éviter que les bêtes développent des maladies.

Les viandes industrielles sont baignées dans un bain d’eau salée dans lequel on ajoute du phosphate de sodium afin d’augmenter le poids du morceau de viande, ça permet d’améliorer le côté rassasiant apprécié du consommateur. Le gaz ajouté à la viande industrielle permet d’allonger la durée de conservation ainsi que rendre le teint de la viande plus rouge apprécié également du consommateur.

C’est pourquoi, privilégions les viandes de bonne qualité.

5. Les poissons d’eau douce.

Les poissons sont plus digestes que les viandes et contiennent de meilleures graisses indispensable à l’organisme. Privilégiez cependant les poissons d’eau douce comme : Goujon, Carpe, Ombre, Truite, Anguille, Ablette, Brême, Brochet, Alose, Lamproie, Mulet, Gardon, Vairons, …

En revanche, faite attention à la qualité des poissons de mer qui peuvent contenir des substances toxiques présentes dans l’eau de mer rejetée par les activités industrielles de l’homme. Parmi ces substances toxiques, il y a des métaux lourds qui sont difficiles à éliminer par l’organisme. La coriandre permettra de faciliter l’élimination de ces métaux lourds. Les poissons de mer sont : Dorade, Rouget, Merlan, Maquereau, Sardine, Anchois, Congre, Loup, Mérou, Girelle, Limande, Sole.

6. Les oeufs biologiques.

Privilégiez des oeufs biologiques. Pour les mêmes raisons que la viande, la qualité des oeufs dépend directement de la qualité de vie des poules. Sachez que les oeufs ont une grande valeur nutritive.

- Le blanc d’oeuf contient des protéines de bonnes qualités avec les 8 acides aminées essentiels à l’organisme humain.
- Le jaune d’oeuf contient de nombreuses vitamines dont notamment la vitamine A, B2, B5, B9, B12, D, E et K. Le jaune est source de bonne graisse. Il contient également des antioxydants de la famille des caroténoïdes dont la lutéine et la zéaxanthine, extrêmement puissants.

7. Distinguez les bonnes graisses des mauvaises.

Il est recommandé de ne pas manger trop gras, c’est bien et pas bien à la fois. Le bon gras est indispensable à l’organisme. En effet, il agit :
- Anti-inflammatoire —> Premier allié contre l’inflammatoire, c’est l’extincteur du corps
- Régénère les muqueuses intestinales pour rétablir l’assimilation
- Excellente source d’énergie qui vous mettra également de bonne humeur.

Les bonnes graisses se retrouvent dans les avocats, les olives, les noix de coco, les huiles d’olive et de coco. Les graisses des poissons et des oeufs sont les meilleures parmi les graisses animales.

Le mauvais gras, ce sont les huiles et les graisses hydrogénées végétales qui ont été introduite, il y a environ 50 ans. On en retrouve dans toutes les sucreries raffinées citées plus haut : biscuits, gâteaux, plats préparés, … Les huiles transformées et ensuite chauffées ne vont pas être métabolisés par l’organisme. En même temps que ces huiles ont été mises sur le marché, le nombre de maladies cardiovasculaire a augmenté en même temps. L’alimentation n’est pas la seule responsable mais en partie.

8. Des aliments vivants en majorité.


Les aliments vivants sont les aliments les plus riches en terme de nutriments (micronutriments et macro nutriments). Les aliments vivants regroupent tous les fruits sucrés, les légumes, les fruits gras, les fruits oléagineux, les salades, les champignons, …

Les aliments vivants sont gorgées d’eau (je rappelle qu’il est essentiel d’apporter de l’eau de qualité à notre corps parce que c’est véritablement un aquarium marin). Dans cette eau la plus organique possible contenu dans les aliments vivants se trouvent toutes les vitamines, les sels minéraux (calcium, magnésium, potassium, sodium, phosphore, …), les oligo-éléments (fer, chlore, manganèse, sélénium, …), les enzymes digestives et métaboliques dont nous avons besoin, les bio-stimuline, les antioxydants et bien d’autres substances vivantes.

Les aliments vivants ne sont pas cuits ni transformés de la part de l’homme. En effet, comme l’a vu précédemment la chaleur détruit les micro nutriments. Pour vous donner quelques chiffres :
- 35°C à 50°C —> Les arômes sont libérés et modifiés
- 60°C à 75°C —> La vitamine C (la plus instable des vitamines) est détruite
- 40°C à 75°C —> Les enzymes nécessaire à la digestion sont détruites
- 90°C à 95°C —> Les vitamines du groupe B et la vitamine E sont détruites en partie
- Autour de 110°C —> LEs vitamines A et D sont oxydées, c’est à dire non assimilable par l’organisme
- Autour de 120°C —> Plus de vitamines et formations des molécules de Maillard (tâches noirâtres carbonisés)

Evidemment toutes les cuissons ne se valent pas. La cuisson à la vapeur est la meilleure à l’heure actuelle car elle permet de limiter la déperdition de micro-nutriments.

Comment manger des aliments vivants ?
- Un repas de fruits lorsque vous avez un creux entre les repas à la place des sucreries raffinées
- Une entrée de crudité avant votre repas habituel
- Un jus de fruits au petit déjeuner pour faire le plein d’énergie

Evidemment, cette liste n’est pas exhaustive, j'espère que cela pourra vous aider comme cela m'a aidé. N’hésitez pas à y ajouter vos conseils et vos remarques parce que je ne finis pas d'apprendre sur ce que nous mangeons.

Adrien, j'ai retrouvé la santé par une transition alimentaire et un changement de mes habitudes de vies.
http://santebienetreglobal.com

Participez au sujet "Conseils pour manger sainement"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.