Portrait de flomed44

Bonjour.

Je suis actuellement titulaire d'un diplôme PSC1 de secourisme. Néanmoins j'aimerais vous demander quelque précisions :

- Que faire si un corps étranger vient à s'insérer dans les voies respiratoires (obstruction totale) et qu'on ne peut l'enlever via des claques dans le dos ou la méthode de Heimlich ? En effet, si l'on attend le SAMU et que la victime devient inconsciente, pratique-t-on la méthode d'Heimlich sur la victime allongée ? Doit-on ensuite faire une désobstruction digitale ?
On m'a appris à commencer une RCP si la victime est inconsciente et ne respire plus. Mais dans ce cas, arrêt de la respiration ne rime pas forcément avec arrêt cardiaque (du moins au début), de plus les insufflations ne risquent-elles pas tout simplement de conforter le corps étranger dans son blocage des voies respiratoires ?

- Je ne comprends pas pourquoi il ne faut pas faire vomir une personne qui vient juste d'avaler des produits toxiques.. Risque d'inflammation, d'étouffement ou ?...

[ EDIT ] : une autre situation me vient à l'esprit : une personne est brulée au 3 ème degré et est inconsciente mais respire, ou une personne souffre de lésions et certainement de fracture mais est inconsciente et respire : Dois-je les placer en PLS, tout en sachant que le déplacement peut aggraver ces lésions ?

Merci d'avance de m'éclairer :)

Portrait de M7R3
J'aime 0

Bonjour,

Les questions que vous posez sont des questions que l'on retrouve régulièrement en fin de formation PSC 1.
Première réponse (à la première question donc) :
_ Lorsque les manoeuvres de désobstruction (claques dans le dos et Heimlich) sont inopérantes, la victime finit (logiquement) par devenir inconsciente. Dans ce cas, il faut accompagner la chute de la personne (pour éviter d'autres dommages), et entammer une RCP classique, en commençant par les compressions thoraciques.
Le fait d'effectuer des compressions thoraciques aura le même effet que la manoeuvre d'Heimlich (voir par exemple la manoeuvre d'Heimlich chez le nourrisson). La pratique de la RCP aura donc pour but de palier la détresse ventilatoire (et donc circulatoire en devenir), mais aussi d'éventuellement désobstruer les voies aériennes. C'est pourquoi il faut, avant de pratiquer les insufflations, vérifier que le corps étranger n'est pas ressorti. On aurait effectivement tendance dans le cas contraire à le repousser en insufflant.
Les insufflations ne doivent pas être forcées. Si ça passe, tant mieux, si ça passe pas, tant pis. Si l'obstruction est totale, cela signifie que le corps étranger se situe dans la trachée. Auquel cas, s'il est poussé par les insufflations, il aura tendance à aller se loger dans l'une des bronches. Il ne bloque plus qu'un seul poumon, la respiration peut donc reprendre grâce au second. Il n'y a donc pas d'effet néfaste des insufflations lors d'une obstruction totale des voies aériennes.

_ Chez l'adulte, l'arrêt ventilatoire provient en grande majorité d'un trouble cardiaque. C'est pourquoi il est considéré, toujours chez l'adulte, qu'un arrêt ventilatoire signe un arrêt cardiaque. On commence donc la RCP par les compressions thoraciques.
Chez l'enfant ou le nourrisson, l'arrêt ventilatoire est majoritairement la cause de l'arrêt cardiaque. Les insufflations pratiquées en premier peuvent donc éviter l'arrêt cardiaque, ou, s'il est déjà présent, pallier plus rapidement à la fonction défaillante (à savoir la fonction respiratoire donc).

_ Il ne faut effectivement pas faire vomir une personne qui a avalé quelque chose qu'il ne faut pas :
si ce produit est corrosif, la brûlure provoquée lors du premier passage sera renforcée lors du vomissement. Pas cool !
si ce produit n'est pas corrosif, l'action de faire vomir quelqu'un comporte toujours le risque qu'une partie du vomissement ne soit déroutée vers les poumons. Pas cool non plus.
Le mieux reste donc de ne rien faire de particulier (hormis surveiller la victime), se renseigner sur le produit en question (étiquette), et appeler le SAMU.

_ Dernière question : en secourisme, on considère que l'on doit traiter en premier ce qui tue en premier. Lorsqu'une personne est inconsciente, et ce peu importe les autres atteintes, le risque vital reste l'inconscience. Une personne inconsciente présente une forte probabilité de voir les muscles de sa langue se relacher, et venir obstruer les voies aériennes, provoquant le décès.
Il faut donc absolument placer la victime en PLS, en prenant quand c'est possible des précautions : imaginons que la victime se soit cassé la jambe gauche, elle sera placée en PLS sur le côté gauche, afin de mobiliser le moins possible la fracture.
De même, lorsqu'on soupçonne une atteinte de la colonne vertébrale, en cas d'inconscience, la victime sera tout de même placée en PLS.

J'espère avoir répondu à vos questions. Si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas !

Portrait de flomed44
J'aime 0

Bonjour,
Je pense que mes erreurs étaient dues au fait que j'avais du mal à identifier ce qui représentait le plus de danger en premier !

Merci beaucoup pour toutes ces précisions, et pour votre rapidité :)

Participez au sujet "Compléments PSC1"