Portrait de hollanddupont

Bonjour à tous et à toutes...

Je n'attends pas de "recette miracle", simplement quelques conseils ou témoignages pour nous aider à améliorer notre quotidien...

La situation : j'ai 24 ans et je suis depuis 5 ans avec mon chéri. Je l'aime énormément, mais nos relations se détériorent petit à petit à cause de sa consommation excessive d'alcool. J'ai mis du temps à m'en rendre compte car je ne suis pas du genre à le "fliquer", et il faut dire qu'il supporte très bien l'alcool et se saoule rarement au sens propre du terme (je ne l'ai jamais vu se rendre malade à vomir, au pire des cas il éprouve quelques difficultés à marcher droit ou à tenir son équilibre, mais cela reste occasionnel).

Où est donc le problème, me direz-vous ? Et bien voilà, le problème c'est que chaque jour, il se boit au minimum : 3 blanc-cassis à l apéritif le midi (verres d'une célèbre marque de moutarde remplis à raz bord), autant le soir, et 2 bières dans l'après midi. Je dis au minimum car le nombre d'apéritifs peut facilement doubler midi et soir, d'autant que je ne suis pas toujours là pour le voir. Outre le fait qu'il se démolit la santé, je vois son comportement changer de mois en mois...

Quand il a bu, et surtout le soir (sans doute le cumul de la journée + la fatigue), il devient franchement désagréable et tout devient prétexte à la dispute (temps passé à laver ma voiture, fait d'oublier le pain à la cuisine en mettant la table...) C'était rarissime au début de notre relation, maintenant c'est pratiquement 1 jour sur 2... et de plus en plus violent. J'ai mis du temps à faire le rapprochement entre ce comportement et l'alcool, mais il n'y a plus de doute possible...

Il a conscience d'être alcoolique mais le dialogue est très difficile voir inexistant à ce sujet. La seule fois qu'il a abordé le sujet de lui-même, c'était au tout début de notre relation. On n'habitait pas encore ensemble et il m'avait appelé un jour à 11h du soir en pleurant et en me disant qu'il était alcoolique. J'étais tombée des nues et n'avais absolument pas conscience du problème. J'étais même persuadée qu'il dramatisait. On a discuté un peu, je l'ai écouté, puis on a raccroché et il n'a plus jamais voulu en parler. C'est la seule fois en 5 ans que je l'ai vu, ou du moins entendu pleurer, la seule fois où on a pu discuter sérieusement de son problème)

Depuis, je me suis rendue à l'évidence, j'ai voulu l'aider mais le dialogue est impossible. Lliste non exhaustive des méthodes essayées :
- PEDAGOGUE : le mettre devant le fait accompli quand il pique une grosse crise, hurle ou casse des trucs ("non mais regarde dans quel état tu te mets..."). Résultat : J'ai vite laissé tomber cette méthode car ca le met encore plus hors de lui.
- MATERNELLE : faire la naïve/inquiète quand il a du mal à marcher "qu'est ce que tu as mon chéri, tu te sens pas bien, tu veux que j'appelle un médecin??" Résultat : ca passe pas trop mal mais jamais réussi à lui faire dire que c'est l'alcool qui le met dans cet état il me répond "tout va bien, t'inquiète pas, c est rien..."
- PSYCHOLOGUE : profiter d'un moment de calme et d'intimité pour lui dire "il faut qu'on parle", "c est un problème qui nous concerne tous les 2" etc. Résultat : Dans ce cas, il va totalement à l'encontre de ce qu'il me dit quand il a bu ... bonne à rien...) et me dit qu'il ne me mérite pas, que je devrais le quitter et trouver quelqu un d'autre... Bref jamais rien de constructif, on contourne le problème. Je précise également qu'il refuse catégoriquement de voir un psy (c est des charlatans, il est pas fou, j en passe et des meilleures)
- MEDICALE : lui exposer de manière plus ou moins directe les conséquences néfastes de l'alcool sur la santé. Résultat : Là c'est clair, il s'en fout royalement.
- INDIRECTE : Il a toujours très bien cuisiné mais ces derniers temps il a tendance à rater des trucs assez souvent (toujours les soirs...). Quand il voit que j'ai un peu de mal à finir mon assiette, je lui indique gentiment que c'est un peu trop salé / trop cuit / qu'il a dû oublier malencontreusement que je ne digère pas la crème... Résultat : il a l'air un peu affecté mais ne semble pas avoir fait le rapprochement.
- FINANCIERE : "à économiser au bas mot 5 Euros par jour, tu t'imagines les vacances, les restos qu'on pourrait se payer?" Résultat : Il répond généralement qu'il ne fume pas, n'a aucun loisir coûteux, qu'il peut bien se permettre cette dépense... et ca finit par tourner au conflit car pour le prix il existe des occupations plus saines...
- CRITIQUE : A la vue d'un mec bourré dans le quartier "regarde moi ca ce type, un vrai légume...." Résultat : il ne me contredit pas et en rajoute même.... il doit penser qu'il arrivera à s'arrêter avant d'en arriver là.
- DESESPEREE : Vider toutes les bouteilles de blanc dans l'évier. Résultat : Il reste étonnamment calme, au dessus de mes caprices, boit autre chose en attendant et rachète du vin dès le lendemain.
- EGALITE : Me forcer à boire pour lui montrer ce que ca fait de voir son conjoint se détruire sous ses yeux. Résultat : malade pendant 2 jours a plus pouvoir se lever, gros mal de tête, malaises, vomissements... La seule cuite de ma vie (je bois très peu). Il s'est très bien occupé de moi pendant ces 2 jours, m'a dit que j'étais bête (pas forcément tort sur ce coup là) mais n'a rien changé du tout. Pas la force de tester sur une durée plus longue, j'ai un métier et une vie sociale.
- CHANTAGE : J'ai mal au ventre depuis des mois. J'en ai parlé quelques fois au médecin et tout porte à croire que c'est psychosomatique (la contrariété...) Jusqu'à présent on ne m'a rien décelé de grave. Lui, il veut que je continue à faire des examens et que je me soigne. Je lui dis que je me soignerai quand il se soignera. Résultat : silence absolu.

Ca me fait mal car au fond je sais qu'il est adorable, et il n'a plus à me le prouver, mais l'homme que j'ai en face de moi quand il a bu, ce n'est pas lui, ce n'est pas son vrai caractère, ni sa vraie façon de raisonner. Le souci c'est que cette 2ème personnalité empiète de plus en plus sur la vraie. Et ce n'est que le côté émergé de l'iceberg... j'ose à peine imaginer ce qui se passe progressivement à l'intérieur de son organisme.

Je n'envisage pas une seconde de le quitter. J'en souffrirais peut être plus que lui, et j'ai trop peur qu'il ne cherche même plus à faire le moindre effort une fois qu'il sera seul. Il va achever de se détruire à la vitesse grand V, et j'aurai droit à une bonne dose de culpabilité en plus. Je ne peux pas me résoudre à voir celui que j'aime changer sous mes yeux sans rien pouvoir faire.

J'apprécierais d'échanger avec d'autres personnes dans le même cas ou presque, avoir votre avis sur mes différentes méthodes d'aborder le problème, est ce que vous avez déjà essayé, avez vous d'autres idées, des conseils... J'aimerais l'aider à s'en sortir même si je sais que ce sera très difficile et même impossible sans réelle volonté de sa part, mais qu'est ce qui pourrait causer le déclic tant attendu?

Si quelqu'un qui me lit est dans la même situation que lui, n'hésiter pas à me dire les comportements qui vous touchent ou ceux qui vous énervent, qu'est ce qui pourrait vous aider, qu'est ce que vous pourriez attendre ou accepter d'une conjointe, comment amorcer un dialogue avec lui à ce sujet ?

Voilà désolée pour cette longue histoire, je ne sais pas si quelqu'un aura le courage de me lire jusqu'au bout mais ca fait déjà du bien d'extérioriser tout ca car je sens que je suis vraiment au bord de la déprime, j'ai du mal à me concentrer sur autre chose, je me force de plus en plus pour manger et je n'ai qu'une envie c'est de pleurer et de le serrer dans mes bras, que tout s'arrange....

Merci par avance de vos conseils...

Mon chéri va partir à Sapa pour le stage de medecine et son circuit vietnam pas cher en mars.

Portrait de caramella
J'aime 0

Une triste histoire, pas rare malheureusement... avec mon mari on a surmonte ce cochemar. Dans ta situation il y a deux solution. Tu es juste au debut de ta vie, 24 ans est une belle periode. Il faut accepter la situation avec ton cherie. En plus il l`a prononce au debut de votre relation: il est alcoolique. C`est un fait. comme tout une jeune personne tu lui dit:c`est pas vrai, on pourra changer les choses. Tu crois encore que tu peux changer la vie d`une autre personne meme avec de meilleures intentions. Pose la question a ton cheri: tu veux que je change ta vie? tu veux changer ta vie pour moi parce que c`est tout simplement mon desir? La reponse est evidente. S`il l`avait voulu, il l`aurait fait. Il faut comprendre que lui il est une personne avec sa propre vie a lui. si tu l`aime, tu dois la respecter, sa propre vie.
Si on parle de toi, 5 ans est une longue periode pour une lutte. Pour l`instant tu ne la gagne pas. Tu es une compagnone geniale si tu continue jusqu`au maintenant. Prends ta decision a toi, si lui il ne veut pas resoudre son probleme. Soi tu le quitte, soi tu te mets une periode limitee pour aider ton cheri. Si la situation ne change pas apres la fin de cette periode, il faut le laisser vivre sa vie et partire. Si tu ne prends pas cette decision tu risque de passer les plus belles annees de la vie dans la depression au lieu d`accepter tout le bonheur que la vie nous apporte tous les jours.
Si on parle de lui, il vit sa vie. Pourquoi il boit de l`alcool? Parce qu`il a mal. Il a eu ce mal avant votre rencontre. L`alcool stimule les centres du plaisir dans le cerveau. Regarde comment cela se passe dans la vie. Si un enfant a un trouble emotionnel il casse ses jouets ou bat sa soeur, p.ex. Si une femme a un probleme psichologique, elle fait des scandales a son mari pour un rien ou elle fait du shopping idiot pour des sommes enormes. Essaye d`expliquer a un enfant de 2,5 ans qu`il ne faut pas casser les jouets, il ne te comprendra pas, IL A MAL! il ne s`en rend pas encore compte, il est trop petit. Essaye d`expliquer a une femme avec un probleme psycho dans la tete que son mari est genial et n`y est pour rien. Elle ne te croira pas. parce qu`ELLE A MAL. Elle ne sais plus pourquoi, elle l`a oublie, la raison peut se cacher dans son enfance.
Si un homme a mal, souvent il boit l`alcool. Il est inutile de lui expliquer que ca gache sa sante, que tu n`aime pas l`odeur etc. Il s`en fout. IL A MAL. Comme ca il tente de masquer sa douleur. Tout ce que tu fais toi il s`en fout. tu bois aussi, ou tu l`emmene chez un psycho, tu verse l`alcool... ces petits moments de plaisir pour son cerveau le font oublier sa douleur. et toi veut le priver de ce plaisir, de le faire revenir a son mal. Voila, la situation objective est comme ca.
Tu dois accepter cette situation sans vouloir la changer, tu n`es pas capable de la changer. Lui seul est capable. Votre relation ne porte plus le bonheur a vous deux depuis longtemps. Il est bien que lui comprenne et avoue son alcoolisme, c`est deja beaucoup. Il avoue qu`il y a un probleme. Il ne reste que trouver une resolution. C`est a lui, pas a toi. Toi tu peux le faire aller chercher la solution. Mais pas chercher pour lui. Arrete de jouer " maman-enfant", "pecheur-Dieu". Tu es sa cherie, c`est tout a fait autre chose. Son alcoolisme est le seul obstacle pour votre bonheur? Dis-le lui, tranquillement, sans larmes, etat neutral. Avoue-lui que tu comprends qu`il a un probleme, que c`est son probleme a lui. Avoue-lui que tu ne te sens pas capable changer la situation. on ne peut plus contunuer comme ca. Que tu veux etre heureuse etc. Avec lui ou sans. Ecoute ce qu`il te dira. Vous etes dans le meme espace intime, alors il ne voudra resoudre son probleme avec toi, c`est normal. Il faut qu`il trouve une autre personne pour l`aider, soit un ami, soi un spesialiste. pas toi. Par exemple, pendant 5 ans de notre vie mon mari buvait a mort pour une semaine tous les 2 mois quand je partais pour les etudes dans une autre ville. Ni les enfants, ni le travail rien ne l`arretait. Il n`acceptait pas l`idee de l`alcoolisme. Je n`en pouvait plus, scandale, pitie, mes tentatives de le soigner, quasi divorce... en meme temps je comprenait que je l`aimait, que je voulait vivre avec lui, qu`il y avait quelque chose d`etrange, il y avait un grand probleme psycho dont je n`arrivait pas a trouver la raison. Un jour il a eu une crise pareille, je lui ai dit de me laisser pour toujours et blablabla. Enfin il a avoue qu`il etait alcoolique. Tout de suite il s`est trouve un specialiste psychosomatique, il a trouve qu`a l` age de 8 ans mon mari est tombe amoureux d`une fille a l`ecole, elle n`a pas voulu accepter ses sentiments. En meme temps son pere l`a fait gouter de la biere pour la premeire fois. On a travaille cette situation au seance. Cela fait deja 6 mois que nous sommes heureux tous avec nos enfants. Cette situation s`est resolu apres le jour ou j`ai accepte que je ne dois pas prendre les decisions pour une autre personne, vouloir changer sa vie, je l`ai accepte comme il etait, mon mari. Tout est change de soi-meme. tout changera quand tu t`arretes de vouloir changer la vie d`une autre personne.

Portrait de Jeancarlos52345
J'aime 0

Je recommande Flomax, ce est utilisée pour traiter l’élargissement de la prostate chez les hommes. Acheter ici generic4all-global.com/order-flomax-online-fr.html Salut at tout!

Participez au sujet "Compagnon alcoolique, comment s'en sortir ??"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.

Articles à lire concernant "Compagnon alcoolique, comment s'en sortir ??"