Portrait de Invité

Bonjour à tous. Cette affection touche environ 80 % des adolescents. Et ceci a un impact particulièrement important sur le moral de nos jeunes adolescents (je suis le père d'un enfant atteint d'acné). Le traitement est le plus souvent complexe. Quelqu'un a-t-il une idée du traitement des cicatrices de l'acné ?
Merci à cet excellent site médical (vulgaris médical) qui ne se contente pas de faire uniquement du racolage mais qui apporte des renseignements scientifiques abordables par tout le monde. Il suffit de voir sa progression pour comprendre ce phénomène par rapport aux autres sites.
J'espère que quelqu'un va répondre à ma question, merci d'avance à tous.

Portrait de anonymous
J'aime 0

Bonjour je suis médecin dermatologue est voici ce que je peux vous dire pour répondre à votre question.
Il n'existe pas beaucoup d'études qui sont susceptibles de mesurer la fréquence de survenue des cicatrices après l'acné. Celle-ci varie en fonction des travaux entre 15 et 95 %.
Ceci est sans doute lié au fait qu'il existe probablement une inclusion ou non des séquelles pigmentaires qui régressent spontanément.
Le nombre et la fréquence des cicatrices sont proportionnelles à la durée d'évolution de l'acné. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire d'instaurer un traitement précoce de la maladie.
Je ne parle pas ici des maladies pigmentées ou érythémateuses qui ne sont pas des séquelles définitives. Il faut au contraire parler de deux types de cicatrices qui sont décrites habituellement c'est-à-dire les cicatrices atrophiques et des cicatrices hypertrophiques. Leur aspect clinique et leurs traitements ne sont pas les mêmes.

1) En ce qui concerne les cicatrices atrophiques il existe plusieurs formes cliniques. Tout d'abord les cicatrices en pic à glace qui entraînent l'apparition de petits trous fins inférieurs à 2 mm qui sont épidermiques et des directions verticales et qui sont relativement profondes. Ensuite il y a les cicatrices en forme de la lettre U qui sont des dépressions dont les bords sont abrupts, nets et dont le fonds est irrégulier et plat. Après il y a les rolling scars qui correspondent à des dépressions en pente douce et dont le fond est irrégulier et plat. Citons également l'élastolyse périfolliculaire que l'on remarque essentiellement sur le tronc et qui est constituée de petites taches de coloration blanche ressemblant à de la porcelaine, de consistance molle et qui sont soulevés par rapport à la peau de voisinage. Enfin citons les cicatrices complexes associées à des ponts de peau, avec des comédons multiports, des tunnels à l'intérieur du terme et souvent associées à une inflammation qui persiste de manière chronique.

2) les cicatrices hypertrophiques sont le plus souvent de simples cicatrices hypertrophiques ou bien de vrais chéloïdes.

Venons-en maintenant au traitement proprement dit qu'il est toujours complexe et se fait le plus souvent en plusieurs étapes. Il faut établir un programme de façon à ce que le patient prenne conscience de la durée qui va durer parfois plusieurs mois, voire plusieurs années. D'autre part ce traitement est complexe. Les résultats sont quelquefois décevants par rapport à ce qu'attend le patient. Ce traitement se fait toujours à distance des poussées sur une acné qui est parfaitement traitée et après un temps de réflexion du patient lui-même.
Le traitement des cicatrices atrophiques dépend de la profondeur de l'atrophie et de l'adhérence de la cicatrice aux plans profonds et de la rétroactivité de la cicatrice. Ce traitement fait appel à plusieurs techniques. Tout d'abord la technique chirurgicale qui consiste à procéder à une excision simple. Il s'agit d'une méthode qui est simple et facile mais qui présentent un risque d'élargissement dans un deuxième temps. Ces indications sont les cicatrices de forme linéaire ou les petites cicatrices en pic à glace. Le relèvement des cicatrices pratiques avec un punch. Le fonds de la cicatrice doit être relevé puis maintenu avec des strips ou des points (suture avec un fils). Indication de cette technique intéresse les cicatrices de 3 mm qui ne s'accompagnent pas de sclérose ni de rétraction.
Les transplantations sont utilisées en cas de cicatrices fibrose en pic à glace. Après exérèse de la cicatrice est pratiqué une greffe. L'incision sous-cutanée ou la subsision consiste à trancher sous anesthésie locale la fibrose dermique. Ceci est employé pour traiter les rolling scars.
Les techniques de relissage permet de régulariser la surface cutanée et entraîne la formation d'un nouveau collagène. Ces techniques sont réservées aux cicatrices de la face (le visage) qui ne sont pas très profondes et qui ne sont pas rétractiles. Quand on constate une atrophie ceci est une contre-indication.
Cette technique nécessite que le patient ne rende pas en société pendant une dizaine de jours. D'autre part il peut survenir des complications de troubles pigmentaires quelquefois sévères.
La dermabrasion dépend énormément de celui-ci qui la pratique.
La laser-abrasion se pratique à la d'un laser CO2 ou à l'aide d'un laser erbium.
Les peelings moyens au TCA sont généralement insuffisants et les peelings profonds qui se font avec du phénol sont dangereux et seulement utilisés à l'étranger en tout cas, très rarement France.
D'autres techniques de remplissage peuvent être utilisés mais elles ne sont pas très connues en France.
Les comblements ont pour but d'aplanir la dépression en injectant à l'intérieur du derme un produit qui comble les lacunes intradermiques. Ces techniques ne peuvent pas être utilisées quand il existe des cicatrices fibrose ou des cicatrices qui adhèrent. Il ne faut utiliser que des produits résorbables, la correction est éphémère et ceci a un coût élevé.
Les cicatrices hypertrophiques et les chéloïdes sont des cicatrices qui surviennent après une acné qui n'a pas de particularité par rapport aux cicatrices hypertrophiques ou aux chéloïdes d'autres origines. La cryothérapie, la cryochirurgie, des injections de cortisone, des pansements avec du silicone, le laser, la pressothérapie, la Bléomycine, imiquimod , la 5FU, l'exérèse intra chéloïdienne avec ou sans radiothérapie, toutes ces techniques sont utilisées dans ce cas. Ceci signifie que l'efficacité n'est pas très importante.

Portrait de gatou_93
J'aime 0

Bonjour,

Tout d'abord merci au Dr Vonmulligan pour cette réponse si complète.
Je suis justement dans ce cas: j'ai 24 ans et depuis 10 ans je soigne une acné assez sévère. J'ai de nombreuses cicatrices plus ou moins profondes qu'on m'a conseillé de traiter soit par Dermabrasion soit par un Peeling TCA.
Quelle solution est plus pratiquée aujourd'hui? plus saine? plus efficace? quelles sont les contre-indications respectives?
Merci de votre avis et de votre aide!!

Participez au sujet "comment traiter les cicatrices d'acné"