Portrait de MmeR

Bonjour,
Je suis désolée de mon manque de vocabulaire médical, je ferai au mieux pour vous expliquer mon problème.
Depuis deux jours ma grand-mère se trouve dans un service de réanimation. En chutant elle s'est ouvert le crâne et s'en est suivie une hémorragie cérébrale. L'IRM a montré un épanchement de sang jusqu'au tronc cérébral. Le médecin qui nous a reçu le premier jour nous a fait comprendre que c'était grave, surtout pour une personne de son âge (86ans) et qu'il fallait réfléchir au don d'organes et qu'elle est actuellement dans le coma. Seulement depuis deux jours, elle communique avec nous : elle répond à nos sollicitations en nous pressant les mains avec ses pouces, pleure lorsque qu'on lui rappelle des souvenirs émouvants, incline légèrement la tête du côté où on lui parle, bouge frénétiquement ses orteils (tic qu'elle a toujours eut), bien qu'elle soit intubée, elle fait de temps de grandes inspirations.
On a fait appel à un ami chirurgien pour que ce dernier se mette en relation avec le médecin du service, afin d'avoir une explication plus claire.
Notre ami nous a dit que le médecin lui aurait affirmé que ma grand-mère était en mort cérébrale et qu'elle était encore entretenue dans l'attente du prélèvement d'organes. Or, des tests sont faits devant nous, réflexes photomoteurs positifs, réactions à la douleur. Donc il y a deux sons de cloches.
Le service ne veut pas faire de 2nd IRM tant qu'il n'y a pas de nette amélioration de son état.
Lorsqu'on parle au personnel médical des "communications" avec ma grand-mère, on est pris pour de gentils imbéciles qui confondent tout ceci avec de simples réflexes.
Nous avons peur, nous ne comprenons pas les contradictions des médecins. Nous avons peur qu'ils arrêtent les soins ou qu'ils la certifient morte alors qu'elle continue à nous répondreavec ses pouces. Personne nous écoute.
Que faire?

Participez au sujet "Coma et communication"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.